Politiques, patrons, syndicats : ils réagissent à l'intervention de Hollande

 |   |  762  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
De l'ex-premier ministre François Fillon au PDG d'Orange Stéphane Richard, les réactions ont fusé de toutes parts après l'intervention télévisée de François Hollande dimanche soir. Tour d'horizon.

A droite :

François Fillon (UMP) : "Je le dis: dans deux ans, il y aura du chômage supplémentaire et on sera en récession", a lancé l'ex-premier ministre sur Europe 1. Inverser la courbe du chômage en un an comme l'a dit le chef de l'Etat ? "Juste impossible", a tranché le responsable UMP. "En dessous de 1,5 à 2% de croissance, il n'y a aucune chance d'inverser le chômage".

Jean-François Copé (UMP) : "Alerte ! Je suis très inquiet pour la France. Je n'ai rien entendu" pendant l'intervention télévisée du chef de l'Etat, "qui permette de redresser le pays", a déclaré le secrétaire général de l'UMP. "François Hollande est en train de tromper gravement les Français. Il nous expliquait depuis des mois que lui, il ferait le changement maintenant. Il nous annonce que le changement, c'est pas avant 2014", a-t-il ajouté.

Marine Le Pen (FN) : "Le tournant de la rigueur est amorcé. Il était prévisible puisque François Hollande, dès son élection, a abandonné toute idée de s'opposer au diktat imposé par l'Union européenne. Par conséquent, il a accepté d'entrer sur l'autoroute de la Grèce, de l'Espagne, de l'Italie et les Français vont très rapidement se rendre compte ce que c'est que l'austérité", a déclaré la présidente du Front national.

A gauche :

Jean-Luc Mélénchon (Parti de Gauche) : Sur Europe 1, l'ex-candidat à l'Elysée a qualifié lundi de "politique d'austérité" conduisant "nécessairement à l'enlisement", l'agenda de redressement détaillé la veille par le chef de l'Etat François Hollande : "Une politique d'austérité en France - 30 milliards d'euros retirés de la circulation économique du pays ! - c'est nécessairement, obligatoirement, absolument, l'enlisement".

Olivier Besancenot (NPA) : François Hollande a été "fidèle à lui-même", a commenté l'ex-candidat trotskiste à l'Elysée. "Il n'y a rien de neuf sur le fond politique, si ce n'est des mesures qui, globalement, vont vers son côté de plus en plus libéral, c'est son penchant naturel".

Harlem Désir (PS), eurodéputé, candidat à la succession de Martine Aubry au poste de premier secrétaire du PS : "Dans la cohérence et la continuité des 60 engagements qu'il a pris devant les Français durant la campagne présidentielle, François Hollande a démontré (...) qu'il incarne une présidence en mouvement et en action. Il a réaffirmé la priorité à l'emploi et à la jeunesse, à l'investissement et aux PME, à la juste répartition des efforts.

Les membres du gouvernement :

Arnaud Montebourg : "Les déclarations du président de la République inaugurent une période de mobilisation générale de la Nation pour le redressement du pays. La présidence de combat a commencé. Le ministère du redressement productif y prendra toute sa part avec force et un engagement total".

Michel Sapin : "C'est une politique de sérieux budgétaire, de redressement des comptes et en même temps de priorités dans les domaines de l'éducation, de l'emploi ou de la sécurité", a affirmé le ministre du Travail sur France 2. Selon lui, "le système dit de l'austérité c'est quand on tape tout le monde, lorsqu'on augmente la TVA, comme voulait le faire Nicolas Sarkozy, lorsqu'on augmente l'impôt des plus faibles des Français". "Ce n'est pas ce qui va être fait là, puisqu'il y a de la justice sociale".

Les syndicats :

Jean-Claude Mailly (FO) : "Je suis assez inquiet", a souligné Jean-Claude Mailly notamment en citant la réduction des dépenses de 10 milliards annoncée dans les services publics. A propos des futures négociations entre les syndicats et le patronat sur la sécurisation de l'emploi, Jean-Claude Mailly s'est montré sceptique sur leur issue positive. "Un accord gagnant-gagnant, comme le souhaite le président, dans une situation de crise (...) ce sont surtout les salariés qui seront perdants".

La CGT et la CFDT n'ont pas réagi à l'intervention de François Hollande. Toutefois, invité du 12-13 de France 3 dimanche, le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a exhorté le gouvernement à accélérer le rythme des réformes alors que le taux de chômage en France dépasse les 10%.

Et aussi...

Stéphane Richard (PDG d'Orange) : à propos de la taxe à 75%. "Si tout le monde la paie, s'il y a pas les footballeurs qui ne la paient pas et les patrons qui la paient (...) et qu'elle est provisoire, ça ne me choque pas plus que ça", a-t-il déclaré sur Europe 1.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2012 à 17:08 :
Après "TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS", ce qui pouvait paraître sympathique, nous avons aujourd'hui "TAXER PLUS POUR DEPENSER PLUS", ce qui l'est beaucoup moins d'autant que les taxes supplémentaires servent à payer le train de vie de l'état qui, lui, ne réduit rien, bien au contraire.
Et ne venez pas me répliquer qu'ils ont baissé les salaires des ministres de 30%, car ils sont 40 au lieu de 30 ce qui, à la sortie, ne change strictement rien.
Et par ailleurs les députés, sénateurs, conseillers généraux et régionaux, députés européens continuent à s'en mettre plein les fouilles, même ceux qui sont à la retraite !...
HONTEUX ! ! !
Réponse de le 10/09/2012 à 20:39 :
Oui, mais ils ont baissé les salaires des ministres. MDR :-:))
a écrit le 10/09/2012 à 15:05 :
Fillon qui a participé comme représentant de l'UMP,comme député UMP et/ou RPR et comme ministre aux 2 derniers quinquénats (Chirac et Sarkozy) peut montrer ses grandes connaissances dans l'économie avec son passif de 900 milliards de dette.Le Président Hollande doit d'abord endiguer le sabotage de la France par Fillon et ses petits camarades de l'UMP.Les journalistes peuvent-ils rechercher et publier la liste des heureux bénéficiaires de cette gabegie sur le dos de la France?
Réponse de le 10/09/2012 à 16:01 :
oui il a commence par augmenter la prime de rentrée, ba oui comme ça il va y avoir plein de monde qui va s'acheter une nouvelle TV en septembre. Je crois que SAMSUNG et LG se frottent les mains.
Réponse de le 10/09/2012 à 16:52 :

il faut les laisser agir ..au moins ils ne font pas un travail de predateur
a écrit le 10/09/2012 à 14:42 :

l equipe precedente avec son bilan ses affaires douteuses ferait bien de se mettre en veilleuse avant de preparer un possible retour
a écrit le 10/09/2012 à 14:14 :
Je ne suis pas forcement en accord avec la prestation de Hollande. Mais au moins a t il pris la mesure du problème. Reste a savoir si les remèdes proposés seront suffisants et porterons. Personnellement j'ai de gros doutes mais je serai ravis de me tromper. Les critiques UMP Fillon/ Copé aurait été convaincante si ils avaient fait mieux durant leur mandat. Quand aux cocos/fachos on attend encore une politique basée sur leur théorie qui se finisse pas en cataclysme donc ils peuvent l'ouvrir pour donner du grain a moudre aux guignols.
Réponse de le 10/09/2012 à 15:29 :
C'est incroyable, ils mis 3 mois a se rendre compte de l'ampleur de la crise. Hier soir MR Hollande a fait exactement la même chose que SARKOZI.
Réponse de le 10/09/2012 à 16:18 :
@aka. Mouais. Difficile de faire le bilan d'un parti en France puisqu'à chaque fois l'opposition fait de l'anti-jeu. La plupart des réformes ont été abandonnées ou largement entamé ces 20 dernières années grâce à l'activisme et les liens de la gauche avec les syndicats complètement englués dans une mentalité post révolutionnaire. Même les réformes de l'éducation nationale voulues par la gauche ont été plombées par l'extrême gauche et on voit aujourd'hui le résultat : une pléthore d'administratifs, pas assez de profs, un coût exorbitant pour le pays, des élèves et des facs à la traîne dans tous les classement internationaux. Nous avons perdu sur toute la ligne !
a écrit le 10/09/2012 à 13:54 :
Hollande sans boussole !
La France, pays le plus administrés de tous les pays avec une fonction publique de 5,3 millions de fonctionnaires qui pèsent 13,2% du PIB. La plus coûteuse au monde avec une masse salariale qui ne cesse de gonfler dont la moitié des effectifs se trouvent dans l'éducation nationale avec des résultats médiocres que l'on connaît dans les classements internationaux sur les écoles et universités.
Les régions détenus en majorité par les socialistes, les agents hospitaliers et territoriaux ont augmentés de 10%. Lorsque l'ont voit le taux d'absentéisme et la productivité dans ces collectivités c'est scandaleux. Dés leur arrivée au pouvoir, les socialistes ont abrogé les programmes de rationalisation (chasse aux gaspillages, non-remplacement d'un fonctionnaire, suppression des doublons et tâches inutiles, obligation de mutation, efficacités des agents dans leur travail, etc)
Le Commandant du paquebot France, Monsieur Hollande et son second Ayrault et son équipe de matelots du dimanche feraient mieux de passer la coque du navire de l'état et de ses administrations publiques au « kächert » avant de se prendre le récif des taux d'emprunts à des milles abyssaux et finir comme le Concordia au lieux d'envoyer par le fond la classe moyenne par des hausses d'impôts.
Ne soyons pas surpris que de grand capitaine d'industrie comme Bernard Arnault veuille partir naviguer vers d'autres horizons.
Réponse de le 10/09/2012 à 14:14 :
@RasLeBol : la vérité tient dans ces quelques lignes, écrites par RasLeBol... trop de dépenses publiques, pas assez de recettes du fait que notre tissu industriel fond comme neige au soleil et puis n'hésitons pas à le dire : une politique sociale qui a atteint ses limites depuis bien des années et qu'il faudrait revoir totalement même si cela ne plaira pas aux socialos_communo_demago !!!
Réponse de le 10/09/2012 à 16:23 :
@benalex. +1000.
Hollande fait comme s'il avait le pouvoir d'influer directement sur l'économie alors qu'il ne peut rien sur la conjoncture ou l'orientation de nos entreprises. Par contre, il pourrait choisir de réduire le poids de notre Etat obèse et des collectivités locales sur les entreprises en restructurant la fonction publique. Bien d'autres pays, comme l'Allemagne font pareil ou mieux avec moins de dépenses et moins de fonctionnaires... Pourquoi ne pourrions nous pas en faire autant ? Mais bon vue que la fonction publique c'est sa famille, sa culture et son fond de commerce, il ne bougera pas d'un iota et continuera à taxer plus pour dépenser plus.
a écrit le 10/09/2012 à 13:52 :
Français: depuis 30 ans les politiciens ont géré la France n'importe comment: ils ont embauché sans commune mesure avec les besoins réels, ils ont augmenté sans nécessité le nombre des élus et parlementaires afin de mieux sécuriser leurs ré-élections, ils ont dépensé sans compter en train de vie fastueux et ont dilapidé l'argent des français sans aucun contrôle. Aujourd'hui la France n'en peut plus et il faut régler l'addition. Et c'est vous, français, qui allez payer. Ne leur demandez pas de participer au règlement de leurs erreurs, de leurs gabegie: ils sont et seront toujours irresponsables....
a écrit le 10/09/2012 à 13:51 :
Schumpeter encore et toujours, on en revient à lui ..... les cycles longs, moyens et courts ...l'entrepreneur... peut-être sommes-nous dans un cycle long de décroissance qui correspond à des changements structurels en profondeur un peu partout dans le monde ... l'impact d'une politique de droite ou de gauche ne peut s'évaluer à 100 jours malgré toutes les interrogations sur l'avenir et tous les doutes. Aucun président, quelque soit le bord politique auquel il appartient, ne peut maîtriser l?Économie Globale, en réalité il ne maîtrise pas grand chose, et ne peut pas faire grand chose, il fait juste de son mieux avec ses armes. Un président comme un patron est assis à une place bien ingrate, où l'on est souvent bien seul, à moins de savoir bien s'entourer, celle du responsable, de celui qui doit essayer de garder un cap malgré les tempêtes. On le sait quand il y a un naufrage le capitaine coule avec son navire ... De là, à ce qu'un président coule quand son pays décline, il n'y a qu'un pas. la critique est bien aisée à celui qui n'a jamais essayé de se demander : et moi si j'étais président, qu'est ce que je ferai de mieux ou de pire ? et moi, si j'étais celui qui gouvernait quel cap je prendrai ? A titre personnel, je n'en sais rien ... Par contre ce que je sais, c'est que prendre des décisions ce n'est jamais simple, s'y tenir malgré les doutes c'est dur, être tout seul et devoir se discipliner pour atteindre son objectif quelque soit votre budget, votre santé, vos problèmes personnels ... c'est complexe. Ce qui compte c'est de tenir même si tout le monde vous démolit. Pourquoi ? Parce qu'en France assez bizarrement il n'y a que 20 % de Français qui acceptent d'être aux commandes ... Parmi ces 20 % seuls 15 % y arrivent vraiment. et ensuite il y a ceux qui rêvent d'être le chef mais qui se fourvoie sur la réalité. Être le chef ce n'est pas commander, être autoritaire. Être le chef c'est être au service des autres, faire grandir les talents des personnes qui vous entourent, développer les compétences et le chiffre d'affaires, déléguer, donner envie aux gens de bosser dans son pays, dans son entreprise ... Un bon chef c'est un chef dont l'entreprise continue à tourner même s'il est en congé, malade ou absent ...
Réponse de le 10/09/2012 à 14:19 :
20% veulent et et sur les 20%, 15% y parviennent. On dira qu'il est dans les 85% de ceux qui font n'importe quoi parce que eux meme ne savent pas vraiment comment il sont arriver la...
Réponse de le 10/09/2012 à 16:42 :
@fvb29. C'est vrai qu'Hollande n'a pas le pouvoir d'agir sur la conjoncture mondiale dont il n'est pas plus responsable que son prédécesseur. Néanmoins, il a le pouvoir de restructurer l'administration dont il a la charge et d'en limiter les coûts pour ne pas étrangler le contribuable et les entreprises, principales créatrices de richesse en France. Sans entreprises en bonne santé, il n'y aura très vite plus d'administrations. La priorité est donc de sabrer dans les dépenses de l'Etat (et des collectivités) et dans l'effectif de fonctionnaires qui est bien trop élevé en France. Quand on voit le nombre de fonctionnaires qui travaillent à l'éducation nationale et le peu de profs sur le terrain, il y a de quoi être abasourdi. D'après les chiffres, il devrait y avoir 1 prof pour 14,5 élèves dans notre pays. Comment se fait-il que nous ayons besoin d'en embaucher 60 000 en plus ? Il n'y a quand même pas un prof sur deux en congé maladie ? Hollande pourrait changer cela, si seulement il n'avait pas soutenu des idées aberrantes de certains syndicats pour des raisons purement électoralistes. Au passage, que dire de l'absence de réforme du système syndical qui négocient pour l'ensemble des salariés français, mais n'en représentent qu'une infime minorité (8% environ). Alors il ne faut pas s'étonner si Hollande est jugé aussi sévèrement une fois confronté à la réalité. Il ment au quotidien pour faire durer un système dans lequel il est comme un poisson dans l'eau.
a écrit le 10/09/2012 à 13:29 :
François Chérèque a exhorté le gouvernement a accéléré le rythme...
Euh, a exhorté à accélérer, non ?

a écrit le 10/09/2012 à 12:58 :
le gouvernement est impuissant , le vrai pouvoir est ailleurs , dans les mains des grands groupes pétroliers , les multinationales , les grands groupes financiers ( banques et assurances ) . Goldman Sachs pèse plus que Hollande et sa suite réunie ...
Réponse de le 10/09/2012 à 13:46 :
tout a fait est les bouffons de l'ump qui critique ferait mieux de ce taire vu leurs résultat apré 5 ans de sakozisme qui nous rapprocher du mur avec sont équipe de bras cassés et 12 ans de chirac qui n'a rien fait non plus ALORS QU4ILS AILLENT CE COUCHER DE TOUTE FAçon ONT EN VEUT PLUS et de plus attendons de voir pour avoir eu 3 entreprises tous savent que les choses ne peuvent ce voir sur 5mois ou alors ils sont de la bande a sarko avec les commentaires a la c.o.n
moi la prochaine fois je vote mélenchon
Réponse de le 10/09/2012 à 14:07 :
Trois entreprises et tu vote melanchon???? Elles ont couler tes boites non?
Réponse de le 10/09/2012 à 17:52 :
en tout cas Gigi, ce n'est pas toi qui à crée ACADOMIA
Réponse de le 10/09/2012 à 19:41 :
non j'ai pas couler mais je suis lucide avec ceux qui nous ( baise ) de puis 30 ans il est temps d'avoir une autre politique pour nos enfants et petits enfants car heureusement pour moi j'ai vendu à temps sans cela je serais parti avec peu d'argent puisque c rigolo nous prenent tout imagine en france 537députés pour 65millions d'habitants en amérique 400 pour 300 millions c comme les députés chercher l'erreur si vous voulaient vous METTRE CONTINUAIS a voter comme depuis 30 ans aller je vais prendre mon apéro puique a la retraite faut en profiter
Réponse de le 10/09/2012 à 20:33 :
j ai oublier pour OSS117 j'ai pas crée acadomia mais j'ai épousé une femme qui été cadre de banque et été tres bone en français moi pas mais nous deux ce fut super au travail et moi je savais pour notre entreprise que 2plus2 sa fait 4
pour mon commentaire de 19h41 Jai oublier un mot je voulais dire si vous vouaient vousFAIRE mettre aller sans rancune
Réponse de le 10/09/2012 à 22:19 :
merci a vous la tribune d'avoir mis en ligne mes commentaires vous etes super

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :