Hollande : les dix phrases clés de son grand oral sur TF1

 |  | 789 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
De l'agenda aux hausses d'impôts en passant par le chômage et les prévisions de croissance, retour sur les 10 principaux points abordés par François Hollande lors de son intervention télévisée dimanche soir sur TF1.

Sur l'agenda :

"Je vais fixer un agenda du redressement : deux ans. Deux ans pour à la fois mettre en oeuvre une politique pour l'emploi, la compétitivité et le redressement des comptes publics", a déclaré François Hollande qui a également souhaité répondre aux critiques : "Je ne vais pas faire en quatre mois ce que mes prédécesseurs n'ont pas fait en cinq ans ou en dix ans ! Mais moi, je considère que je suis en situation de combat et à partir de là, je ne veux pas simplement regarder le passé. Le passé, il compte, il pèse mais je dois engager l'avenir". "Mon cap c'est un quinquennat: c'est pas 4 mois, c'est pas un mois c'est 5 ans".

A lire : Grand oral de François Hollande : décryptage d'une "accélération"

Sur Jean-Marc Ayrault et le gouvernement :

"Le premier ministre, fort de cet agenda et de ce cap que je viens de fixer, anime, coordonne et met en ?uvre. Jean-Marc Ayrault est un homme sérieux, respectueux, avec qui j'ai toujours travaillé en bonne intelligence. Je n'ai jamais considéré que le premier ministre devait être un collaborateur. Mais je ne me défausse pas sur le premier ministre, je suis responsable." François Hollande est aussi revenu sur les "couacs gouvernementaux" : "il y a toujours des dissonances dans un gouvernement, mais il faut les réduire", a t-il dit, faisant toutefois preuve de fermeté en ajoutant que "c'est fini (...) il n'y a pas de tergiversations, il n'y a pas de débat, c'est par rapport à mes engagements que chacun doit se situer".

Sur la prévision de croissance :

La croissance sera "à peine supérieure à zéro" en 2012, et inférieure à 1% l'an prochain, "sans doute" à 0,8%, l'hypothèse retenue pour établir le projet de loi de finances 2013. Jusqu'alors, le gouvernement tablait sur une croissance de 0,3% cette année et 1,2% en 2013.

A lire : Hollande admet que l'hypothèse de croissance 2013 était trop ambitieuse

Sur la réforme de la protection sociale :

Une hausse de la CSG pourra "faire partie" de la discussion sur la réforme du financement de la protection sociale, mais d'autres sources de revenus seront étudiées, "y compris les financements écologiques". "Tout sera décidé d'ici à la fin de l'année" et "mis en oeuvre" en 2013.

A lire : Emploi, Impôts : Hollande met la pression

Sur la taxation à 75% :

Il n'y aura "pas d'exception" pour les artistes ou footballeurs et les rémunérations de plus d'un million d'euros seront soumises à une taxation à 75%. Cette disposition devrait être en vigueur pendant deux ans.

A lire : Impôt à 75%: Hollande ne lâche rien, bien au contraire

Sur Bernard Arnault :

"Il aurait dû bien mesurer ce que signifie demander une autre nationalité parce que nous sommes fiers d'être Français". "Je note que Bernard Arnault a dit lui même qu'il prendrait sa part, qu'il donnerait sa contribution: ce n'est pas la mesure des 75% qui est en cause et ceux qui ont voulu en faire une polémique en sont pour leur frais".

A lire : Bernard Arnault : je serai belge mais continuerai de payer mes impôts en France

Sur le chômage :

"Nous devons inverser la courbe du chômage d'ici un an". "J'accélère" sur l'emploi et "il y a d'ores et déjà une bataille qui est engagée" avec les emplois d'avenir, les contrats de génération "mais je pense qu'il faut faire encore davantage (...) parce que les emplois, ce ne sont pas simplement des emplois aidés, des emplois soutenus, ça doit être des emplois créés par l'activité économique".

Sur la sécurisation de l'emploi :

"C'est une réforme considérable (...) Mais je fixe une limite. A la fin de l'année, les partenaires sociaux peuvent trouver ce compromis historique: protéger mieux les salariés, permettre aux entreprises d'être, d'une certaine façon, elles aussi protégées" mais dans le cas contraire, "l'Etat prendra ses responsabilités".

Sur les heures supplémentaires : 

"Les exonérations de cotisations sociales pour les heures supplémentaires demeureront dans les entreprises de moins de 20 salariés".

Sur les hausses d'impôts :

"On va demander 10 milliards d'euros aux ménages, aux plus favorisés notamment", a déclaré François Hollande qui a décidé notamment d'une hausse d'impôts quasi-généralisée pour les ménages via un gel du barème de l'impôt sur le revenu, la taxe à 75% sur les très hauts revenus et l'alignement de la taxation des revenus du capital sur celle des revenus du travail. "Pour les deux première tranches, il y aura un système de décote", a-t-il précisé.

A lire : Impôts: Hollande en rajoute une grosse louche

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2012 à 11:31 :
taxer au lieu d'economiser, mais pas seulement ,on sent qu'il n'y croit pas lui même, il donne une image de gosse perdu.
Bien que n'étant pas melenchoniste, j'avoue que l'image de capitaine de pédalo m'est tout de suite venue à l'esprit.
a écrit le 10/09/2012 à 18:47 :
je suis bien d accord avec marion , nous venons de nommer un president qui ne sait que taxer , en aucun cas on entend parler d economie , et pourtant oh combien les depenses de l etat sont exagérées , bernard arnault veut partir en belgique et nous français de base , quelle solution nous reste t il devant un tel desastre .... peut etre faire comme les grecs , prendre les aides , ne jamais les rembourser ; a mediter pour le prochain president dans moins de cinq ans , tout ce qu on sait , c est que son nom n est pas encore connu
a écrit le 10/09/2012 à 14:30 :
après le président bling bling, le président bla bla. Et surtout, il ne sait que taxer, il n'a jamais appris la gestion qui consiste à dépenser utile et efficace, il ne voit pas qu'on peut faire facilement 40% d'économies de dépenses publiques ce qui permettrait au contraire de baisser les impots, donc augmentation du pouvoir d'achat, baisse des charges des entreprises, argent disponible pour financer les PME et l'emploi...non, on ne touche à rien, on taxe, on sacrifie els classes moyennes, ça leur apprendra de ne pas voter flanby !et surtout garder au chaud l'électorat de la fonction publique et saigner les entreprises et les ménages, quel beau programme !
a écrit le 10/09/2012 à 12:30 :
Et les economies du gouvernement, des frais de fonctionnement a tous etages, la ss la caf etc etc...A t il oublie une feuille????
a écrit le 10/09/2012 à 12:05 :
Bonjour,

Concernant : Il n'y aura "pas d'exception" pour les artistes ou footballeurs ..

il y aura toujours la possibilité d'étaler les revenus exceptionnels sur plusieurs années!

Alors?

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 10/09/2012 à 10:38 :
toujours du BLA BLA..... MANQUE DE COURAGE.... LA PEUR des syndicats qui ne representent RIEN surtout pas ceux travaillent le plus
Réponse de le 10/09/2012 à 11:43 :
Il est trÚs facile et démagogique de critique mais qu'elles solutions proposez vous pour redresser la situation laissée par 12ans de Chirac et 5 ans de sarkosisme?....ce n est pas hollande qui a augmenté la dette de 600 millions ces derniers 5ans.
Réponse de le 10/09/2012 à 12:36 :
Deja de faire des economies en rationnalisant a tous niveaux. Creer des emplois jeunes ok mais pourquoi qure secteur et association cad improductif...???
Frais de fonctionnement etat (on vit comme sous la monarchie)et collectivites une gabegie, cumul des mandats ok mais une seule paye
Chirac n arien fait, Sarko n a fait qu aboyer, Hollande president normal quoi comme chirac...et les autres en europe ils s activent pour reformer bousculer les privileges les acquis etc...Ici ...on augmente les impots ...champion du monde
a écrit le 10/09/2012 à 10:31 :
10 milliards d'euros aux ménages... Soyez près à payer car pour les plus favorisés et les 75% sur les hauts revenus, cela ne suffira pas (Surtout qu'ils auront toujours la possibilité de s'arranger pour payer moins). Par contre, les autres dont j'en fais parti, on devra sortir nos sous.. Conclusion, ce sera toujours les mêmes....
a écrit le 10/09/2012 à 9:52 :
En fait son agenda , on s'en fout. Hollande devrait être là pour gérer le pays de façon sensée, non doctrinaire. Les mesures devraient être précises, non ambigües. La langue de bois ne devrait plus être de mise face à la crise. Assez d'entendre "j'ai hérité de ..." La crise s'aggrave..." Alors qu'il minimisait ladite crise sous Sarkozy. Un peu de sérieux monsieur le Président. Vous avez voulu le poste, alors assumez
Réponse de le 10/09/2012 à 12:14 :
ah bon il a minimisé la crise sous l'ère Sarkozy ?
Le problème c'est que minimiser ou pas il faudra faire avec la crise et ces conséquences ...
Et il fait ce qui lui semble être la meilleure façon de nous en sortir même si je suis inquiet comme tous les français
Réponse de le 10/09/2012 à 18:49 :
à critique : Vous avez raison d'être inquiet. Les quatre mois écoulés ne donnent pas confiance en Hollande. Il n'a rien fait à part démolir une partie de ce qu'avait construit son prédecesseur (ex TVA sociale). Il parle beaucoup, mais le discours est creux. Ses promesses de campagne sont contraire à l'intérêt du pays. Je ne voits pas grand chose qui joue en sa faveur. J'espère qu'il se reprendra, fera table rase du passé et raisonnera uniquement économie et non politique politicienne.
a écrit le 10/09/2012 à 9:28 :
excellent mémo, je ne regrette pas d'avoir regardé le rugby à la place... j'ai toutes les infos ici ! merci
a écrit le 10/09/2012 à 8:20 :
Le bateau coule et prend feu mais le capitaine est toujours d un cynisme à toute épreuve . L état ne serrera pas la ceinture c est les entreprises et les français qui encore une fois y auront droit! On en assez de ce clientélisme qui juste pour sa belle figure devrait résoudre tous les problèmes! L avenir est morose et iln en à pas du tout conscience!
a écrit le 10/09/2012 à 7:45 :
Le point essentiel de son discours concerne une taxe écologique pour réduire le cout du travail.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :