Les PME auront bientôt leur super-banque publique

Selon nos informations, CDC Entreprises, Oseo et le Fonds stratégique d'investissement seront très bientôt réunis dans une structure unique de financement pour les PME.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

C'est un mariage spectaculaire qui s'apprête à être célébré dans le domaine du financement des PME que la crise de la dette souveraine place actuellement sous les feux de l'actualité. Selon nos informations, le gouvernement met la toute dernière main au projet de fusion de CDC Entreprises, de la banque publique Oséo et du Fonds stratégique d'investissement (FSI), le fonds souverain à la française.

Le principe qui a guidé l'élaboration de ce projet est simple : même si ces structures publiques de financement à la disposition des PME collaborent déjà sur certains sujets précis, l'efficacité de leur action peut être améliorée si on les réunit sous une bannière commune. Au regard des milliards engagés par l'État dans le financement des PME (voir graphique), mais également de l'état des finances publiques, ce rapprochement est complètement logique, voire évident. « Ce n'est surtout pas un mariage de la carpe et du lapin. C'est le sens de l'histoire », explique une source proche du dossier.

Grâce au cumul des compétences respectives, cette structure unique, sorte de superbanque des PME, offrira des solutions complètes dans le financement des entreprises. Des solutions qui doivent permettre d'atteindre l'un des objectifs prioritaires de l'exécutif : favoriser la mutation des PME en entreprises de taille intermédiaire [ETI], c'est-à-dire construire un tissu d'entreprises à la puissance de feu, notamment financière, comparable à celle du très envié Mittlestand allemand.

Expérience, garantie... d'Oséo

Oséo apportera son expérience dans le soutien à l'innovation, la garantie des concours bancaires et des investisseurs en fonds propres et le financement en partenariat. En clair, la banque publique apportera les dossiers, les belles affaires qu'elle estime judicieux de soutenir, à CDC Entreprises, la société de gestion contrôlée à 100 % par le groupe Caisse des dépôts, en charge des missions d'intérêt public de celui-ci dans le domaine du capital-investissement. Le montage financier des dossiers pourra aussi s'effectuer via le FSI qui est géré par CDC Entreprises. Pour mémoire, le FSI est un fonds stratégique qui entre au capital d'entreprises dont les projets de croissance sont porteurs de compétitivité pour le pays.

Prochainement, CDC Entreprises se déploiera en région pour proposer les solutions de financement proposées par Avenir Entreprises, la filiale commune avec Oséo qui intervient en fonds propres. Cette mission était menée jusqu'ici par les équipes d'Oséo.

Ce devrait être la première étape dans la construction de cette nouvelle structure dont les implantations régionales devront être fortes. Car cet ensemble ne devra pas se contenter d'offrir une panoplie complète d'outils de financement aux PME en pleine phase de croissance. La naissance de ce groupe préfigure celle d'un véritable réseau de banques régionales puissantes au service de leur développement.

Un mécanisme financier complexe

Cette idée de créer une banque régionale publique n'est pas réellement nouvelle. « Il faut savoir qu'une banque régionale allemande peut avoir 1.200 lignes de participation en fonds propres dans des entreprises, autant que le groupe Caisse des dépôts dans son ensemble. En France, tout se décide à Paris. C'est très grave », déclarait récemment Augustin de Romanet, son directeur général en juin dernier dans nos colonnes (« La Tribune » du 15 juin).

Plusieurs candidats à l'élection présidentielle l'ont déjà intégrée dans leur programme de campagne. Elle est particulièrement poussée par Ségolène Royal. L'annonce par François Fillon de ce rapprochement devait initialement avoir lieu ce jeudi lors de la remise à Matignon du prix de l'Audace créatrice qui récompense chaque année un chef d'entreprise particulièrement méritant. Mais, pour des raisons techniques et surtout politiques - car il s'agit de ne froisser aucune susceptibilité parmi les trois partenaires -, celle-ci ne devrait pas intervenir avant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, le temps de régler les derniers détails de ce Meccano financier complexe.

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/10/2011 à 16:56
Signaler
On n'aurait jamais du sauver les banques en 2008. Il faut redonner aux état le pouvoir régalien qui est de frapper monnaie et de virer les banques privées ( merci Pompidou, pour la france !! ). Virons au passage wall street et toutes les bourses du m...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.