D'ArcelorMittal à Pétroplus : les promesses de Montebourg... et leurs effets

Florange, Fralib, Technicolor, Doux ou plus récemment Sanofi... les dossiers chauds, lourdes de conséquences sociales, s'accumulent pour le ministre du Redressement productif. Retour sur ses engagements, et leurs effets.

5 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Avec ArcelorMittal, Arnaud Montebourg promet le "bras de fer". Un discours offensif prononcé ce jeudi lors de son déplacement à Florange en Moselle et qui vient s'ajouter à de nombreuses prises de position en faveur de l'emploi industriel. En mai, le ministre du Redressement productif avait ainsi fait "v?u de sauver les emplois qui peuvent l'être". Or dans ce domaine, les dossiers s'empilent sur le bureau du ministre depuis son entrée en fonction, le 17 mai. Etat des lieux avec quelques exemples.

 ?  Le "bras de fer" ArcelorMittal

 L'engagement :

"Nous sommes aujourd'hui dans un bras de fer qui commence et nous allons le mener ensemble", a déclaré  Arnaud Montebourg ce jeudi, à Florange. Pour l'instant, le ministre du Redressement productif a mis en en place une mission d'expertise pour évaluer la viabilité du site. Pour mémoire, François Hollande, alors en pleine campagne présidentielle, avait promis lors d'un déplacement à Florange une loi visant à contraindre un industriel d'examiner les propositions de reprise au moment où il se désengage d'un site rentable. Par ailleurs, dans l'attente de la remise de ce rapport, le gouvernement demandait à l'entreprise "de ne procéder à aucune décision qui remettrait en cause la viabilité du site".

Par ailleurs, à la mi-juillet, le ministre a fait une tournée européenne pour tenter de gagner à sa cause, notamment, les gouvernements du Luxembourg et de la Belgique, pays où ArcelorMittal a mis l'activité de plusieurs sites en suspens. Avec le ministre luxembourgeois de l'Economie, Etienne Schneider, il annonce des "actions communes" en Europe. A la fin du mois de juillet, le ministre revient à la charge. Il affirme son intention "d'engager un dialogue au plus haut niveau pour infléchir les décisions" du groupe sidérurgique ArcelorMittal. Une rencontre est prévue à la mi-septembre pour examiner "la possibilité de légiférer" en matière de fermeture de sites industriels.

L'effet :

Pascal Faure a remis son rapport sur Florange le 27 juillet. Il évalue à 80 millions d'euros par an les investissements nécessaires pour assurer l'avenir du site pendant 5 ans et plaide pour une éventuelle reprise. De son côté, le groupe ArcelorMittal déclarait "réaffirmer son engagement vis-à-vis de la France qui reste un pays stratégique pour le groupe". Côté européen, pour l'heure, aucune action décisive n'a été entreprise pour limiter les pertes d'emplois sur les sites du groupe. Début septembre, ArcelorMittal annonçait le retrait d'un investissement qui devait concerner son usine liégeoise.

? Fralib  : menaces contre Unilever

L'engagement :

En septembre 2011, alors candidat à l'investiture socialiste dans la course à la présidentielle, Arnaud Montebourg avait déclaré: "Dans les cas les plus extrêmes, par mesure de rétorsion et pour obliger Unilever à modérer ses positions, nous ferons la loi qu'il faut." Il affirmait en outre que "la lutte" contre les effets pervers de la mondialisation "ne doit plus être l'apanage des ONG et des associations de consommateurs, mais des Etats." Fin août 2012, le gouvernement menaçait Unilever de le forcer à accepter la reprise du site de Gémenos par ses salariés.

L'effet :

La réforme législative n'est pas à l'ordre du jour. Quant aux salariés, ils ont été reçus fin août à l'Elysée mais rien de concret n'a encore été annoncé.

? Sanofi : un plan social "abusif"?

L'engagement :

Concernant Sanofi, Arnaud Montebourg a plutôt émis des critiques, plutôt que des promesses. En juillet, le ministre du redressement productif avait jugé "inacceptable qu'il y ait la moindre destruction d'emplois " dans le groupe pharmaceutique, largement bénéficiaire. Il s'insurgeait alors contre des "plans sociaux abusifs".

L'effet :

Quelques mois plus tard, il adoucissait son discours en se disant prêt à accepter une réorganisation "si les syndicats sont d'accord", avait-il nuancé sur le 16 septembre M6. Et le groupe annonçait son plan social. Bilan: 900 emplois devraient être supprimés au lieu des 1.500 que craignaient les syndicats.

? Doux : dépecé

L'engagement :

Depuis le 1er juin, Arnaud Montebourg souhaitait éviter le démantèlement du volailler. Il avait en outre vivement critiqué le patron de l'entreprise. "Charles Doux a refusé de faire la moindre concession sur son sort personnel, qu'il a privilégié par rapport au projet de restructuration de Bercy", avait dit Arnaud Montebourg à L'Usine nouvelle.

L'effet :

Doux a été dépecé. Et le ministre du Redressement productif a estimé que des "dégâts" auraient pu être évités et que des emplois auraient pu être sauvés si le Tribunal de Quimper avait opté pour une autre décision. 

? Technicolor "dossier prioritaire"

L'engagement :

Arnaud Montebourg en avait fait un "dossier prioritaire", confié à la ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique, Fleur Pellerin. Elle a appelé le groupe à faire "preuve de responsabilité et d'exemplarité" dans la procédure de reprise pour laquelle deux candidats se sont présentés.

L'effet :

Pour le connaître, il faudra attendre la décision du Tribunal de commerce de Nanterre qui a rallongé la période d'observation jusqu'au 11 octobre.

?Pétroplus : l'Etat ne peut pas "lui-même" relancer la raffinerie

Pas vraiment d'engagement mais un constat :

Lors de sa visite, mercredi 26 septembre, Arnaud Montebourg reconnaît que le gouvernement ne peut "lui-même" relancer cette raffinerie. "Il n'en a pas les aptitudes techniques et il n'en a pas les moyens financiers dans cette période de disette budgétaire", précise-t-il. Seule promesse: appuyer "de tout son poids" les offres de reprise. Celles-ci émanent des sociétés pétrolières Netoil CO Ltd, basé à Nicosie à Chypre, et Alafandi Petroleum Groupe (APG), dont le siège est à Jeddah en Arabie saoudite.

Les effets :

Réponse le 2 octobre, date à laquelle et le Tribunal de Commerce de Rouen doit se prononcer.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 28/09/2012 à 17:26
Signaler
Désolé, mais notre super-héros Montebourg a trop vu de film à la télé. Il faut bien comprendre qu'il est prof, et là ça coince sévère. Gérer ses crayons, ses cahiers et ses 35 élèves, c'est pas gérer une entreprise. L'école est obligatoire. C'est là ...

à écrit le 28/09/2012 à 16:58
Signaler
Arnaud Montebourg prétendait hisser le rocher de Sisyphe en haut de la roche de Solutré : il doit se contenter maintenant de se gausser en affirmant à chaque fois avoir limiter les dégâts !

à écrit le 28/09/2012 à 13:39
Signaler
Après le capitaine de pédalo Hollande,voici le commandant de pétrolette Montebourg!!

à écrit le 28/09/2012 à 10:05
Signaler
Au lieu de courrir derrière les boites en perdition et les secteurs qui ne marchent plus, Montebourg devrait plus se concentrer sur ce qui marche et créer des conditions cadre propice à la création de jobs dans les secteurs qui avancent. Les entrepre...

à écrit le 28/09/2012 à 9:58
Signaler
Que demander a un homme qui comme la pluspart de ses collegues n'a aucune experience autre que l'enseignement ou la polirique politicienne???? Gerer une ville en faisant marcher les impots n'a rien a voir avec la marche d'une entreprise PME ou plus ...

à écrit le 28/09/2012 à 9:29
Signaler
Ce type excelle vraiment dans l'art de ne servir à rien ! Il parle, sans que ça n'ai la moindre conséquence... Il promet, sans que rien n'aboutissent ! Un vrai homme politique en somme !

à écrit le 28/09/2012 à 6:45
Signaler
Montebourg fait des déclarations pompeuses sans comprendre ses dossiers: les marchés, les filiaires, les technologies, les surcapacités permanentes ou cycliques et surtout il ne comprend pas qu'il n'a pas les leviers pour décider et agir. Alors, il p...

à écrit le 28/09/2012 à 0:00
Signaler
Je suis certain qu'en mettant un enseignant à la place du directeur d'Arcelor Mittal, l'entreprise serait viable, comme en mettant le directeur d'Arcelor Mittal à la cantine pour écoliers, ces derniers devraient déguster des plats hors pair, et si on...

à écrit le 27/09/2012 à 23:29
Signaler
: recherche deux groupes d' ex enseignants pour reprendre deux entreprises en difficulté dans le nord de la France .....

le 28/09/2012 à 8:48
Signaler
J'adore! Je me suis bien marré çà fait du bien le matin après toutes ces mauvaises nouvelles ;-)

le 28/09/2012 à 10:39
Signaler
Avec tous ces ministres qui n'ont jamais travaillé comme responsables d'entreprises et qui sont tous issus de la politique avoir jamais travaillé de leurs dix doigts pour produire, pas étonnant qu'on aille dans le mur. Arnaud de Montebourg est surno...

le 01/10/2012 à 22:31
Signaler
Yes, yes yes

à écrit le 27/09/2012 à 23:07
Signaler
A chaque fois il trouve du travail pour des copains ou des membres du clan : il " met en place une mission d'expertise pour evaluer la viabilité du site " Traduisez les contribuables vont encore payer une bande d'inutiles a faire du papier qui ne cha...

le 28/09/2012 à 8:58
Signaler
L'expérience passée d'Arcelor mais aussi de Pechiney a de quoi nous faire réfléchir sur nos responsables politiques et industriels et c'est loin de se limiter à Montebourg ; ils n'ont pas été brillants dans le passé ; on peut toujours dire qu'il est ...

à écrit le 27/09/2012 à 22:38
Signaler
1er effet : j'ai mal aux abdos tellement il me fait rire ..!!! 2e effet : je suis mort de honte pour lui tellement il est ridicule ..; mais on ne récolte que ce que l'on sème .. à force de multiplier les promesses intenables, elles finissent par lui ...

le 28/09/2012 à 0:06
Signaler
lyon69 cela fait je crois 4 mois qu'il à été élu, et vous avez mal aux abdos tellement il me fait rire, alors comme il est élu pour 5 ans, qu'allez vous devenir ?

le 28/09/2012 à 2:43
Signaler
De snowkitesurf . Ben comme vous !!! On va perdre jour après jour du pouvoir d achat !!!! Et ce pendant 4 ans encore... Alors le sachant , autant le prendre bien et puis c est vrai que l équipe à collargol , elle a l avantage de prêter à rire ...

à écrit le 27/09/2012 à 22:16
Signaler
Attention que cela ne tourne a l'acharnement. Personne a rien agagner a semer la zizanie. Montebourg a peut etre place la barre trop haute, etc Maintenant c'est pas le bilan de l'ancienne equipe qui permettrait d'avoir des regrets. alors pour les sol...

le 28/09/2012 à 17:09
Signaler
C'est pas une porte, mais une barque pour partir !

à écrit le 27/09/2012 à 22:00
Signaler
Une question que le peuple de France est en droit de se poser aujourd'hui, et j'aimerai bien que de hauts dirigeants y répondent : Est ce que la politique fiscale et de taxation de notre gouvernement est en partie responsable de certaines fermetures ...

le 27/09/2012 à 23:14
Signaler
Pour les grands groupes je ne sais pas, par contre pour ce que je connais, les PME, la confiance n'y est plus. Je parlerais plus de défiance. Cerise sur le gateau le projet de taxer à 60% les plus-values de cession (notre retraite quoi). Du coup on ...

à écrit le 27/09/2012 à 21:35
Signaler
Et oui, plutôt que de payer des ouvriers adultes, l'industrie préfère profiter d'enfants esclaves a bas coût dans les pays pauvres, enfants qui arrondissent leur fin de mois dans la prostitution dont profitent des pédophiles de nos beaux quartiers, t...

à écrit le 27/09/2012 à 20:32
Signaler
florange est ' rentable' si arcelor y investit ' gratuitement ' 150 millions et assure les debouches de la production; si ca c'est pas se foutre de la gueule des gens !!!!!! ca me rappelle seafrance qui est rentable si l'etat prend en charge les bate...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.