Les impôts augmenteront de 30 milliards d'euros en 2013

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : E.Rouy)
Bercy chiffre à 30,3 milliards d'euros les hausses d'impôt avec effet en 2013. Certaines hausses sont passées inaperçues, comme celle de la contribution au service public de l'électricité, qui représentera pas moins de 1,3 milliard

Le gouvernement évoquait, fin septembre, un plan de redressement des finances publiques à hauteur de 37 milliards d?euros pour 2013 : 10 milliards de coupes dans les dépenses, le reste, soit 27 milliards, étant constitué de hausses de prélèvements obligatoires. Finalement, les hausses de prélèvements atteindront 30,3 milliards d?euros l?an prochain, selon le rapport sur les prélèvements obligatoires annexé au projet de loi de finances pour 2013. Soit 10 milliards de plus que le montant évoqué initialement par François Hollande.
Ce dernier n?a pas sous-estimé les hausses d?impôt qui seront votées cet automne. Elles atteindront bien 20 milliards, comme annoncé par le chef de l?Etat. Mais, à cette somme, il faut ajouter les augmentations de prélèvements votées antérieurement, mais qui n?entreront en vigueur que l?an prochain.

1,3 milliard d'impôt en plus sur les factures EDF
On n?a pas beaucoup entendu parler de la hausse des tarifs de la contribution au service public de l?électricité, qui figure sur les factures EDF. Mais cet impôt augmentera bel et bien de 1,3 milliard d?euros l?an prochain, selon le chiffrage officiel de Bercy, ce qui n?est pas rien.
Au total, l?Etat encaissera des hausses d?impôts à hauteur de 18,1 milliards d?euros, dont 14,8 milliards au titre du projet de budget 2013. Des mesures prévues par la le budget 2012 ne lui apportent des recettes qu?avec un an de décalage, comme le coup de rabot de 15% sur les niches liées à l?impôt sur le revenu (500 millions).

9,2 milliards supplémentaires pour la sécu
Les mesures présentées récemment au profit de la sécurité sociale (taxation du tabac, de la bière?) représenteront un gain de 4,7 milliards en 2013. Mais il faut ajouter le rendement en année pleine, donc bien supérieur, de celles approuvée l?été dernier (taxation de l?épargne salariale, des heures supplémentaires?). Les impôts destinés à la sécu augmenteront donc de 9,2 milliards.
Enfin, les organismes divers rattachés à l?Etat (ODAC) verront leurs recettes accrues de 2,7 milliards (cela comprend les taxes sur l?électricité).
La facture pourrait être encore plus lourde, Bercy estimant à 600 millions d?euros seulement la hausse des impôts locaux. Communes, départements et régions, sous tension financière, compte tenu du gel des concours de l?Etat, pourraient avoir la main plus lourde?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2012 à 19:05 :
les socialos arretez de vous plaindre , vous l'avez elus , donc vous subissez
a écrit le 17/10/2012 à 0:12 :
Mais...... dans l'ensemble les retraités sont encore des gens qui ont de "l'argent" un peu , beaucoup, alors quoi il faut bien leur en prendre un peu.... ou un peu plus. Mais quoi c'est normal il n'y a aucune raison qu'ils passent au travers. On oublie trop vite que les retraités d'aujourd'hui sont les actifs d'hier. Ils ont donc cotisés à tout jusqu'alors. On finirait par dire que ce n'est pas normal qu'ils aient une retraite et un peu d'argent...... Enfin je ne pense pas qu'il faille avoir de scrupules ni de remords. Lorsque l'heure de la retraite sonne tout le monde est content de s'arrêter et il ne faut pas se sentir coupable de toucher une retraite. Après tout on a bien du cotiser pour celle de nos anciens.
Il y a encore de l'argent dans ce pays alors quoi....il faut peut-être cesser d'en gaspiller d'ouvrir nos systèmes sociaux à tout va et pour n'importe qui surtout pour certains qui ne sont pas ayant droit. La France est encore un grand pays mais pour combien de temps....!
Enfin pour ce que j'en dis....................
a écrit le 16/10/2012 à 12:59 :
30 milliards d'impôts... et c'est que le début avec le niveau du déficit: 56 milliards en Juin... organisons une jacquerie! Ralliez la résistance!
a écrit le 08/10/2012 à 19:44 :
Réduire la dépense publique, c'est un autre type de société, il n'y a pas de représentation pour cela dans les partis existants. A la banque de France les emplois ont été maintenus, pourquoi? C'est injuste par rapport à ceux qui n'en ont pas. Ni l'UMP ni le PS n'assurent l'avenir de ce pays, simplement, ils assurent leurs places et leurs prébendes...
a écrit le 08/10/2012 à 19:40 :
Vous parlez baisses des dépenses, très bien, mais c'est un autre système que de soutenir l'activité et l'emploi. En France, la population n'a pas le droit de consommer ni de travailler librement. Choisir son travail n'est même pas autorisé après les années d'étude dans le système académique. Nous voyons là l'effondrement du système français... Certains parlent même d'une république des fonctionnaires, pour les fonctionnaires et par les fonctionnaires. Où sont les salariés taillables et corvéables à merci, les chômeurs et précaires la dedans? La république des impôts et de l'incurie de l'Etat, voila ce qu'on nous sert...
a écrit le 08/10/2012 à 19:40 :
Vous parlez baisses des dépenses, très bien, mais c'est un autre système que de soutenir l'activité et l'emploi. En France, la population n'a pas le droit de consommer ni de travailler librement. Choisir son travail n'est même pas autorisé après les années d'étude dans le système académique. Nous voyons là l'effondrement du système français... Certains parlent même d'une république des fonctionnaires, pour les fonctionnaires et par les fonctionnaires. Où sont les salariés taillables et corvéables à merci, les chômeurs et précaires la dedans? La république des impôts et de l'incurie de l'Etat, voila ce qu'on nous sert...
a écrit le 08/10/2012 à 18:01 :
rien qu en imaginant ces séniors et rentiers se tordre de douleur à l'idée de sortir les euros de leur poche d'arpagon....hahahha
a écrit le 08/10/2012 à 17:34 :
Plus que 4 ans et 6 mois!, ouf!!!.
a écrit le 08/10/2012 à 16:46 :
Malheureusement les nouvelles generations ont un melon pas possible, il leur faut un job correct, l'eau courante, l'electricité, certains veulent meme plusieurs chambres. Hon-teux !
a écrit le 08/10/2012 à 16:43 :
30 milliards d'impots pour ce budget calculé avec une croissance de 0,8% dont tout le monde sait qu'elle n'atteindra pas ce chiffre et que ce sera zéro de croissance, combien faudra t'il l'an prochain? On ne s'en sortira pas qu'en faisant des hausses d'impots il faut absolument couper dans les dépenses dès maintenant.
a écrit le 08/10/2012 à 16:31 :
quant au problème de la sécu, les médecins paient-ils des cotisations de sécurité sociale pour leur activité ??
Réponse de le 09/10/2012 à 17:31 :
à arnaud : faux cul arnaud, je n'ai pas voulu être médecin car incapable de côtoyer la souffrance, et si, ,j'aurais fait de l'humanitaire ! Que le gouvernement coupe les remboursements de médicaments (surtout aux personnes pauvres) avant de demander aux médecins de payer des cotisations sécurité sociale, n'est pas juste ! le redressement dans la justice devrait commencer par redresser ces dysfonctionnements ! par ailleurs, je ne suis pas sûr que cette exonération de cette cotisation soit taxée ?
a écrit le 08/10/2012 à 16:19 :
la baisse des dépenses pharamiseuses de l'état c'est pour quand ?
a écrit le 08/10/2012 à 15:41 :
voilà qui va faire rentrer des sous !
a écrit le 08/10/2012 à 15:14 :
Qui croire de Bercy ou de Flamby qui avait annoncé 30 milliards avec la règle des 3 tiers: 10M pour les particuliers, 10M pour les entreprises et 10M d'économie pour l'état ?
a écrit le 08/10/2012 à 15:12 :
comme tout le monde. leur CSG à taux réduite est une insulte aux autres.
a écrit le 08/10/2012 à 14:04 :
Elu sur un programme mensonger, Flamby, qui avait promis la croissance, mène la pire des politiques déflationnistes depuis Laval. Gare au retour de manivelle qui risque d'être violent à son encontre !
a écrit le 08/10/2012 à 13:40 :
les actifs et les entreprises sont étouffés !!!!
a écrit le 08/10/2012 à 13:31 :
Le problème de la France n'a jamais été le manque de recettes de l'Etat et des collectivités locales, mais c'est plutôt l'excès de dépenses ! La stratégie de ce gouvernement qui vise a augmenter la pression fiscale pour éviter les réformes d'un Service Public trop dépensier et surtout mal organisé est une calamité. Il vont arriver à faire pire que le gouvernement précédent et nous mener dans une récession durable.
a écrit le 08/10/2012 à 13:05 :
Sur la base d'un taux de croissance de 0,8% auquel personne ne croit, le gouvernement nous annonce 30 milliards d'impôts supplémentaires. Mais comme les experts sont assez unanimes pour dire que ce taux ne dépassera pas 0,3%, attendez vous à 20 milliards de plus que le gouvernement vous annoncera en disant que ce n'est pas sa faute, car ce n'est jamais la responsabilité d'un gouvernement quand les choses vont mal. Le problème, c'est que le gouvernement sait déjà qu'il augmentera la punition, mais il ne veut surtout pas l'annoncer. Une fois de plus il veut nous berner. Par ailleurs, au lieu de taper dans le gras, c'est-à-dire faire des économies faciles à faire à condition d'avoir un peu de courage politique, nos socialocrates tapent directement dans la viande (nos portefeuilles). Aux prochaines élections, les naifs qui pensaient que voter socialiste par anti-sarkozisme allait améliorer la situation vont voter à droite, comme des girouettes. La droite a fait insuffisamment de réformes, la gauche a sorti le marteau pour enfoncer le clou. Le changement, ce sera un jour...peut-être !
a écrit le 08/10/2012 à 12:52 :
Et les fonctionnaires continueront de coûter 500 Milliards d'Euros (5.000 millions !!!) par an, sans aucun effort de leur côté.Les fonctionnaires ne seraient pas patriotes ?
a écrit le 08/10/2012 à 12:50 :
Pourquoi les avantages en nature perçus par diverses corparations ne sont-elles pas taxées, comme par exemple l'électricité quasi-gratuit aux salariés et anciens salariés d'EDF et des compagnies aériennes, ou les voyages gratuits pour les cheminots ou anciens cheminots, ou le téléphone gratuit pour les France-Telecom. Qui paye ces avantages indus sinon les autres consommateurs, d'autant que ceux qui bénéficient de ces avantages ont une consommation très immodérée. En ces temps où l'on demande des sacrifices aux français, les exceptions sont parfaitement iniques.
a écrit le 08/10/2012 à 12:36 :
quand je vois mr aurault critiquer mr copé pour avoir seulement parlé des pains au chocalat, il ferait bien de balayer devant sa porte DIRE DEVANT DES MILLIONS DE TELESPECTATEURS QUE 9 SUR 10 FRANCAIS NE PAIERONT PAS PLUS D'IMPOTS c'est vraiment d'un niveau tres tres bas qui explique les absentions lors des votes
a écrit le 08/10/2012 à 12:29 :
Il serait intéressant de publier un indicateur facile à comprendre par tous sur l?évolution de la pression fiscale. L'idée du "tax Feedom Day" en est un exemple. Il traduit le nombre de jours travaillés dans l'année par les français pour le compte de la collectivité et le nombre de jours restant pour leur propre pouvoir d'achat.Cette idée n'est pas nouvelle et bénéficie d'un historique chez ceux qui l'ont initiée.Elle permet également de comparer cette évolution dans différents pays.Cet indicateur a sans doute des lacunes,mais il a aussi le mérite de vérifier que dans les pays a "fort prélèvement" correspond un service public dont la qualité est en rapport avec les montants qui y sont consacrés.La pédagogie des politiques sera d'autant plus nécessaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :