La majorité vote sans broncher l'amendement favorable aux Pigeons

 |   |  270  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La gauche, qui avait pu contester un recul trop rapide du gouvernement face aux Pigeons a fait profil bas sur ce sujet à l'Assemblée nationale.

Qui attendait un durcissement des députés socialistes, peu favorables aux concessions faites par le gouvernement aux « Pigeons » ? Le rapporteur général du Budget, Christian Eckert (PS), qui, sur son blog, avait jugé le gouvernement bien rapide dans on recul face au mouvement des chefs d'entreprise contre la taxation des plus-values, a donné un « avis favorable » d'un ton contrit au nouveau texte du gouvernement, présenté sous forme d'amendement.
De même, les élus écologistes, par la voix d'Eva Sas, ont souligné sobrement que si le gouvernement savait prendre en compte les intérêts des entrepreneurs, il devrait peut-être aussi entendre celui des ONG, des associations... Même les élus du Front de gauche n'ont pas vraiment livré bataille.
Quant aux élus de droite, ils ont pu ironiser sur le recul du gouvernement, traité « d'amateur » par l'ancien ministre UMP Xavier Bertrand. Mais n'ont guère contesté sur le fond le nouveau texte gouvernemental.
Et on imagine mal le sénat changer du tout au tout un texte qui, aux dires mêmes de l'initiateur du mouvement, Jean-Denis Chamboredon, règle 80 à 85% des cas problématiques.
Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a reconnu que l'article initial du gouvernement, qui avait mis le feu aux poudres était une «erreur ». « Les mouvements qui ont eu lieu (...) ont créé un tort incontestable et regrettable à notre pays » a-t-il déclaré. « Le projet de loi déposé était, par certains de ses aspects partiellement erroné (...) Si une erreur a été faite, le mieux est de la corriger le plus vite et le mieux possible", a jugé le ministre du Budget.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2012 à 15:54 :
Pourquoi toujours opposer en françe les patrons riches sans coeur,profiteurs aux pauvres travailleurs???quelle mentalité !!les patrons et les travailleurs bossent ,chacun pour gagner sa vie!!!pourquoi la gauche veut detruire ces entrepreneurs qui créent de la richesse et donc de l emploi?
a écrit le 21/10/2012 à 0:12 :
Même avec l'amendement "pigeons", le mal est fait depuis longtemps. Les entrepreneurs français qui le peuvent, vont préférer créer ou développer leurs boites ailleurs, en Europe (vive l'UE), aux Etats-Unis (vive le rêve américain) ou dans les pays émergents (vive la mondialisation ultra-libérale). Les entrepreneurs étrangers, sauf cas particuliers, ont déjà fait une croix sur la France.
En fait, ce qui sauve le gouvernement français, c'est que les Français sont toujours aussi nuls en anglais ou autres langues étrangères, et que les cours d'économie au lycée sont indigents. Imaginez si les jeunes Français apprennent le fonctionnement de l'économie de marché, le commerce international, le marché des matières premières, le rôle des banques et marchés financiers, etc. Ils vont tous vouloir partir et devenir entrepreneurs!
a écrit le 20/10/2012 à 21:23 :
L'initiateur des pigeons est un petit joueur. Combien lui a t'on donné pour qu'il se taise ???
a écrit le 20/10/2012 à 16:53 :
Erreur, pour une fois, reconnue.Correction insuffisante
a écrit le 20/10/2012 à 8:24 :
Le dogme socialo est passé.
Ce sera au détriment de l'emploi, car, les entreprises, privées de financement, ne vont plus investir, devenir encore moins compétitives et devront licencier. Bravo les socialos incompétents!!
Réponse de le 21/10/2012 à 10:27 :
pourquoi investir en france

un pays sans riche et un pays pauvre
a écrit le 19/10/2012 à 23:01 :
Et voilà, on annonce les impots pour les riches, et on exonere les riches et les pauvres, ce sont encore les travailleurs qui trinquent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :