Le nombre des intérimaires chute de près de 12% sur un an

 |   |  274  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon les dernières données de Pôle Emploi, à la fin du mois de septembre, le nombre des intérimaires s'établissait à 572.900, en baisse de 11,6% par rapport à septembre 2011. Tous les secteurs employant des intérimaires sont concernés. Notamment la construction avec une chute de 5,6% sur un mois.

La crise est là, et bien là! les dernières données communiquées par Pôle Emploi sur l'emploi intérimaire -indicateur avancé sur l'état du marché du travail- le prouvent. A la fin du mois de septembre, le nombre des intérimaires s'établissait à 572.900, soit une chute de 4% sur un mois et de... 11,6% sur un an. Il faut remonter à février 2010 pour trouver un nombre d'intérimaires encore plus faible (567.277).

Moins d'intérimaires dans tous les grands secteurs industriels

Et, sans surprise, au regard de la conjoncture atone, tous les grands secteurs connaissent une baisse de ce nombre d'intérimaires: -5,6% dans la construction (qui emploie 22,4% des intérimaires), -3,9% pour le tertiaire et -3,3% pour l'industrie, sachant que ce dernier secteur emploie 43,9% des intérimaires. Si l'on rentre dans le détail des principales branches de l'industrie, on constate que personne n'est épargné par la décrue: les secteurs "fabrication de matériels de transports" et " fabrication d'autres produits industriels"  baissent de respectivement 6,7% et 4,1%. Ils sont suivis par le secteur "fabrication d'équipements électriques, électroniques, informatiques" (-2,3%).
Dans le tertiaire, le même constat s'impose: tous les secteurs ont fait moins appel à des intérimaires, à l'exception de la branche "activités scientifiques et techniques, services administratifs et de soutien" qui est resté quasi stable (+0,1%).
Sans surprise également, toutes les catégories socioprofessionnelles que l'on retrouve dans l'intérim sont touchées par cette baisse. Et notamment les ouvriers qualifiés (qui représentent 43% des effectifs globaux de l'intérim) qui chutent de 10,6% en un an. Sur la même période, le nombre de cadres intérimaires a baissé de 9,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2012 à 10:38 :
Eh oui, payons les gros actionnaires à ne rien faire et à récolter le fruit de l'exploitation de millions de travailleurs exploités puis licenciés... Quant aux povres chefs d'entreprise et investisseurs, toucher à leurs gros profits, c'est une "insulte" ! vive le capitalisme !
a écrit le 12/11/2012 à 19:32 :
Normal. Ils sont payés "trop" cher. Supprimons la Sécu et les retraites, et nous pourrons lutter à armes égales avec les pays en voie de développement. Comme aux US. Eux ont déjà bien avancé dans la voie de l' "employé modèle".
Réponse de le 12/11/2012 à 20:29 :
Normal, c'est tellement mieux de payer des gens à ne rien faire. Au moins, ils ne sont pas exploités par d'horribles patrons durant ce temps là !
a écrit le 12/11/2012 à 18:35 :
Tout va bien dit Z'Ayrault. Le président attend que la croissance revienne un jour .... Le problème c'est que lorsqu'on insulte les chefs d'entreprises et les investisseurs, on se prend le boomerang en pleine "poire". le chomage augment et va encore beaucoup augmenter car nous avons des incompétents aux manettes !
a écrit le 12/11/2012 à 18:05 :
ah bon on arrive un peu en retard, l'automobile tous les mois annoncent des nombre de véhicules en constante diminution... le batiment va construire 50 000 ou 100 000 logements en moins les autres entreprises sous traitants ou équipementier les cimenteries le bois les autres matériaux suivnet donc la tendance ces métiers employait des intérimaires .... facile a voir que cette profession allait souffir, ne pas oublier les agences immobilieres qui tombent comme des mouches, 350 pharamcies deposent leurs bilans en france.... cele ne favorise pas l'emploi
Réponse de le 12/11/2012 à 19:18 :
Tout est fait pour détruire tout un secteur non délocalisable ,l immobilier .On fait croire qu en taxant à excès et de manière punitive tout possesseur de biens immobilier ( résidences secondaires , terrains à bâtir , bailleur) cela fera baisser les prix .Le GVT devra assumer les chiffres du chômage dans ce secteur en s abstenant de dire c est la faute à Sarko
a écrit le 12/11/2012 à 17:59 :
Le gouvernement actuel agrave la situation mais le vrai problème n'est pas uniquement là.

Le scandale des délocalisations d?Eric Laurent, chez Plon (20109)
Ce livre révèle que le monde des affaires mène une véritable guerre contre l?emploi. Des milliers de postes même hautement qualifiés, sont constamment détruits en France, en Europe, comme aux Etats-Unis, pour être transférés en Chine et en Inde. Une quête du profit à court terme où les salaires sont sacrifiés à l?avidité des actionnaires.
Le scandale des délocalisations entraîne le lecteur dans les coulisses d?une réalité, dont l?ampleur et la gravité sont soigneusement occultées par les dirigeants d?entreprises et les responsables politiques. Il découvrira comment un fond créé par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la crise finance les délocalisations. Il apprendra comment l?Union Européenne, déjà impuissante à créer des emplois, s?empresse de détruire ceux qui existent.
En délocalisant massivement, les industriels occidentaux sont tombés dans un véritable piège, soigneusement tendu par l?Inde et la Chine, et les bénéfices de la mondialisation leur échappent désormais.
Au terme de cette enquête emplie de révélations, Le Scandale des délocalisations pose une question : un pays peut-il perdre ses emplois et continuer de prospérer ?
a écrit le 12/11/2012 à 17:38 :
Ben voilà ...la relance économique est là ...version gouvernement actuel !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :