L'Assemblée nationale donne son feu vert au projet de budget 2013

 |   |  333  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les députés ont voté mardi par 317 voix contre 217 le premier budget du quinquennat de François Hollande. Il prévoit un peu plus de 15 milliards d'euros de hausses d'impôts et 10 milliards d'efforts sur les dépenses.

C?est fait. Comme prévu, l?Assemblée nationale a voté ce mardi le projet de budget 2013 du gouvernement, qui prévoit un déficit de 61,237 milliards. Les députés ont été 317 à voter pour ce budget qui prévoit une peu plus de 15 milliards d'euros de hausses d'impôts et 10 milliards d'efforts sur les dépenses, rapporte l'AFP. Et 217 contre. Parmi ces derniers, l'UMP et l'UDI (Union des démocrates et indépendants), qui n'ont pas manqué de mettre en avant la dégradation de la note de la dette de la France par Moody's. Les députés du Front de Gauche, de leur côté, se sont abstenus. Et les écolos, toujours fidèles au gouvernement, ont voté pour.

Du côté du PS, évidemment, les félicitations ont été au rendez-vous. Ainsi, pour le député socialiste Pierre-Alain Muet, ce projet de budget 2013, est marqué par "la justice", "le courage" et "l'efficacité économique". Celui-ci emprunte "une voie étroite" pour réduire le déficit et la dette, tout "en préservant les deux moteurs de la reprise" (soit l?emploi et la consommation), laquelle sera "prolongée par le pacte de compétitivité".

Un "effort d'économies insuffisant" pour l?UMP

Le son de cloche a sans surprise été bien différent à l?opposition. L?UMP Hervé Mariton a ainsi fusillé un projet "dangereux" pour les ménages, les entreprises et l'Etat mais aussi un "effort d'économies insuffisant". Le député a aussi profité de la perte du « Aaa » français auprès de Moody?s mettre en cause le "programme de compétitivité" du gouvernement.

Mais les centristes n?ont pas été en reste. Epinglant une prévision de croissance de 0,8% pour 2013 "plus crédible", Charles de Courson (UDI) a dénoncé un texte "déséquilibré et dangereux" qui ne "répond pas aux priorités. A savoir la compétitivité des entreprises, l'emploi, le pouvoir d'achat".

>> Lire aussi : Les chiffres du budget 2013

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2012 à 21:00 :
Je ne comprends pas cet article. Le budget prévoit-il 20 milliards de hausse d'impôt comme annoncé dans la newsletter ou 15 milliards comme annoncé ici ? Le plan de rigueur n'était-il pas de 30 milliards d'euros comme annoncé ?
a écrit le 20/11/2012 à 19:31 :
Eh les gars, 15 milliards d'impôts. C'est 20%... que va dire notre salarié qui est payé 3000 euros, qui n'en voit que 1350, plus la TVA et la TIPP et qui a ces factures en plus, sans oublier la réduction des dépenses. Faudrait voir à demander lesquelles? Les salaires du public ou bien les allocations familliales. Et puis après y a le reste du déficit et puis le chômage, c'est moral ça? Et puis l'emballement des taux... n'y serait-on pas? Un doublement c'est pas 50 milliards à payer, doublement d'impôts.
Réponse de le 20/11/2012 à 21:01 :
Mais n'importe quoi. 15 milliards d'impôts c'est pas 20% d'impôt en plus mais 1,5% ( l'Etat lève 1000 milliards d'impôt chaque année).

Quand à un salarié qui touche 3000 euros, son salaire net est de 2400 euros. il est alors imposé à 30% sur son salaire net. Il lui reste donc 1650 euros.
a écrit le 20/11/2012 à 18:37 :
mr les députés UMP vous avez bien raison , le pourvoir d'achat des francais se réduit de jour en jours, les 4 prochaines années vont êtres catastrophiques , si vous n'avez pas un programme bêton , vous ne passerez pas en 2017, 2013 sera le début de la faillite en france
Réponse de le 20/11/2012 à 19:35 :
Oui mais le 17 résonne mal pour la droite, ça rappelle louis 17! Ou encore 1789... double 17, ou bien encore 1981, encore un 17. ça risque d'être dur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :