Malgré la crise, les entreprises ont réussi à grandir !

 |   |  328  mots
Copyright Reuters
Selon une étude de l'Insee publiée ce vendredi, le nombre d'entreprises a sensiblement augmenté entre 2009 et 2010. Elles ont embauché et augmenté leur chiffre d'affaires à l'export.

C?est une idée assez communément admise. Pour des raisons culturelles - les entrepreneurs ne voudraient pas développer leur entreprise pour ne pas en perdre le contrôle ?, des raisons fiscales ? globalement, la pression progresse avec la taille de l?entreprise ? et des raisons réglementaires ? ah, ces effets de seuils ! -, les entreprises françaises auraient des problèmes structurels de croissance.

Pourtant, une étude de l?Insee publiée ce vendredi indique plutôt le contraire. En 2010, la France comptait 3,076.940 entreprises. Précisément, l?Institut recense 229 grandes entreprises de plus de 5.000 salariés, 4.433 entreprises de taille intermédiaire (ETI) de 250 à 5.000 salariés ; 135.823 PME de 10 à 250 salariés et près de 3 millions de micro-entreprises de moins de 10 personnes. L?ensemble de ces entreprises embauchait un peu plus de 13 millions de personnes.

L?auto-entrepreneuriat n?explique pas tout

Malgré une conjoncture défavorable, symbolisée par des niveaux records de défaillances, ce nombre a sensiblement augmenté entre 2009 et 2010, et pas seulement grâce au succès de l?auto-entrepreneuriat, le régime social entré en vigueur le 1er janvier 2009 qui a fait bondir les statistiques des créations d?entreprises.

En effet, en 2009, ce sont 2,686.256 d?entreprises que l?Insee recensait, dont 217 grandes entreprises, 4.576 ETI, 131.253 PME et 2,555.003 micro-entreprises. Elles employaient 12,1 millions de salariés.

Cap sur l?export

Ce n?est pas le seul point positif. Hors activités financières et assurances, le chiffre d?affaires à l?export a également augmenté, passant de 512 à 542 milliards d?euros sur la période. Quant au taux d?exportation ? le rapport chiffre d?affaires à l?export sur chiffre d?affaires -, il est passé de 7% à 7,2%. Impératif ou nécessité ? On ne le sait pas. Une chose est sure, depuis dix ans, le gouvernement multiplie les actions pour inciter les entreprises à exporter leurs talents pour tenter de rééquilibrer la balance commerciale, déficitaire depuis 2003, et pour augmenter leurs chances de survie face à la concurrence internationale.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2012 à 18:16 :
C'est évident:les entreprises qui "s'activent" constamment à créer des emplois en réinves
tissant une bonne part de leurs "bénéfices",à travailler avec des moyens "dernier cri"(com
me les PME allemandes,par ex),c'est gagnant...!Mais ceux qui ne vivent que par le finan
cement par actionnaires et financements extérieurs divers,peuvent être victimes de leur
succès:voilà pourquoi il y a tant d'entreprises qui délocalisent...pour exploiter tant que +
les salariés des "pays émergents":gagner + ,encore + ,toujours + ...Et il y a ceux qui ai ment trop leur pays pour ne jamais le quitter,quelque soit le "manque à gagner"...S'il y a
tant d'étudiants chinois qui s'installent en France pour étudier,c'est certainement pas
par hasard...!A Lyon,c'est-depuis 2 ans-le 1er contingent d'étudiants étrangers,ayant "volé
la vedette" aux Marocains...Et il paraît que Paris devient une nouvelle "Silicon Valley" en
création de "start-up"...Ceci pourrait expliquer cela...Et les absents(les candidats à l'émi
gration)ont vraisemblablement tord de ne pas croire à leurs chances en France,en Europe;
en dépit des efforts que déploient Cameron + le maire de Londres pour "dévoyer" les "pe
tits génies" français...!
a écrit le 30/11/2012 à 13:54 :
LE tout a l'export est une erreur et ne concerne que quelques acivité, il faut développer le marché intérieur,
on peut le faire en créant de nouvelle villes de 100000 habitants, en proposant aux chômeurs d'y travailler pour la construire et ajouter un nouveaux tissus économique. si on fait 20 nouvelles villes on peut réduire de 2 millions. le chêmage, pour un potentiel de 4 millions d'emplois. mais il ne faut que des chômeurs pour les construire. Les gens s'accumulent trop sur les grandes villes et elles sont saturées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :