Les fonctionnaires, leur rémunération et la ministre

 |   |  720  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Trois syndicats de fonctionnaires ont appelé les agents à la grève ce 31 janvier. Motif principal: les rémunérations. Les syndicats refusent le gel de la valeur du point, pour la troisième année consécutive, qui sert de base à la rémunération des fonctionnaires, alors qu'ils estiment subir une perte de pouvoir d'achat continue depuis 10 ans. Le ministère de la Fonction publique rétorque que le salaire moyen des fonctionnaires progresse, grâce notamment aux avancements automatiques. Les syndicats et la ministre Marylise Lebranchu se rencontreront le 7 février.

Les fonctionnaires sont dans la rue ce jeudi, à l?appel de trois organisations syndicales, CGT, FSU et Solidaires. Une première depuis l?arrivée au pouvoir de la majorité socialiste. Motif principal de leur courroux (il y a aussi des revendication sur l?emploi) : le gel, pour la troisième année consécutive, du point d?indice, base de calcul de la rémunérations des 5,2 millions d?agents des trois fonctions publiques (Etat, collectivités locales et hospitalière). Pis, avec un gouvernement à la recherche de 60 milliards d?économies sur la durée du quinquennat, il n?est pas exclu que ce gel du point d?indice perdure pour les deux prochaines années à venir, si l?on décrypte bien les propos de la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu.

Une hausse de 1% du point d'indice augmente de 800 millions la masse salariale de l'Etat

Et pour cause, chaque hausse du point d?indice de 1% augmente de 800 millions d?euros la masse salariale des agents de l?Etat et de 1,8 milliard celle de l?ensemble des administrations publiques. Or, selon la Cour des comptes, cette masse salariale représente 13,6% du PIB et, à elle seule, la masse salariale des fonctionnaires de l?Etat atteint 80 milliards d?euros. Des données qui incitent Marylise Lebranchu à se montrer sévère, à une semaine (le 7 février) de sa rencontre avec les syndicats qui mettra fin à la négociation sur les rémunérations et les carrières des agents.

Les syndicats évoquent une perte de pouvoir d'achat

Certes, mais les syndicats, eux, préfèrent mettre en avant les pertes de pouvoir d?achat qu?enregistrent les fonctionnaires depuis dix ans. Entre 2002 et 2012, alors que la valeur du point d?indice a progressé de 6,6%, l?inflation, elle, a crû de 19,8%. De surcroit, les syndicats sont inquiets de voir Marylise Lebranchu favorable à une remise en cause des «rémunérations au mérite», instituées par Nicolas Sarkozy. La ministre trouvant le dispositif très injuste et partial. S?agissant du gel point d?indice le ministère rétorque que ceci ne signifie pas gel des salaires puisque, chaque année, en raison, du fameux «glissement vieillesse technicité» (GVT), le salaire moyen des fonctionnaires augmente. Résultat, selon les dernières données de l?Insee, en 2010, le salaire net moyen des fonctionnaires de l?Etat, où l?on trouve beaucoup de cadres, atteignait 2.459 euros.

Le salaire moyen des fonctionnaires en 2010: 2.459 euros

Le salaire médian (la moitié des fonctionnaires gagne plus et l?autre moitié moins) atteignait, lui, 2.254 euros nets par mois. Dans la fonction territoriale, ce salaire net moyen mensuel se limitait à 1.800 euros. Et dans la fonction hospitalière, il s?établissait à 2.205 euros. A titre de comparaison, cette même année, dans le privé, le salaire net moyen s?élevait à 2.082 euros et le salaire médian net à 1.675 euros. Mais attention aux comparaisons, car il y a davantage de cadres et de salariés âgés dans la fonction publique que dans le privé.

Des grilles salariales obsolètes

D?ailleurs, autre argument avancé par les syndicats de la fonction publique, sous l?effet du Smic, les grilles de salaires des fonctionnaires, terriblement obsolètes, se sont fortement tassées. Ce qui a eu pour effet de limiter l?importance des revalorisations automatiques. Ainsi, selon un calcul de la CGT, un cadre du public Bac+5 débutait sa carrière il y a 25 ans à un niveau de traitement supérieur à 75% de celui du Smic. Maintenant , son salaire est supérieur au Smic de? seulement 12,5%. Marylise Lebranchu est d?accord pour ouvrir le chantier des grilles, mais ceci va prendre du temps.
Bref, on a l?impression d?être en présence d?un quasi dialogue de sourds entre l?Etat employeur et les syndicats? Ce qui n?est pas nouveau. Mais, cette année, l?impératif pesant sur la dépense publique laisse peu de marges de man?uvre à la ministre pour calmer les fonctionnaires, électorat traditionnel de la gauche. Peut-être, éventuellement, Marylise Lebranchu acceptera le 7 février de reconduire le mécanisme de la «garantie individuelle de pouvoir d?achat» (indemnité accordée au fonctionnaire si sa rémunération indiciaire augmente moins vite que l?inflation) qui devait prendre fin cette année.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2013 à 13:22 :
En réalité, je crois qu'il faut arrêter de fantasmer sur les fonctionnaires.
Les boulots où l'état peine à recruter (infirmière, médecin, prof...) sont sûrement pas assez payés par rapport à ce que pourrait leur proposer le privé... mais les concours sont sans doute plus faciles.
Et les boulots correctement payés du public ou qui ont un certains nombres d'avantages par rapport au secteur privé, et bien leurs concours sont sûrement plus durs.

Les personnes intéressées passent les concours, et ceux qui ne le sont pas ne le passe pas, c'est tout !!
Mais je ne pense pas qu'une personne qui a passé des mois voir des années à passer un concours, devienne mauvais travailleur une fois devenu fonctionnaire. Je crois plutôt que c'est un mythe entretenu par des personnes trop jalouses, et trop fainéantes pour passer ces concours.
a écrit le 03/02/2013 à 12:18 :
Comme d'habitude, on retrouve dans les commentaires des personnes jalouses des fonctionnaires... mais qui ne vont surtout pas passer les concours car ce n'est pas intéressant pour eux.
Réponse de le 03/02/2013 à 16:13 :
non pas vraiment, pas envie d'aller dans la russie du début du siècle !! et je ne vois pas de jalousie mais des constats sur le avantages indus et sureffectifs qui font qu'on paye 30% d?impôts de trop et que ça provoque une dépense publique inutile qui tue l'emploi
Réponse de le 03/02/2013 à 21:09 :
Quand un état n'arrive pas à recruter suffisamment de profs et d'infirmières, alors qu'il y a 5 millions de personnes inscrite au pôle emploi... peut être que les avantages indus de la fonction publique ne sont pas assez élevés par rapport à ceux du secteur privé.
Réponse de le 04/02/2013 à 9:54 :
s'il faut payer encore plus ceux qui en font encore moins, je ne suis pas certaine que le pays avance en terme de réduction de la dette et de la dépense, parce qu'il faut avant tout financer ces services publics. Il y a aussi 500 000 emplois non pourvus, c'est un problème de formation mais aussi d'assistanat, l'autre sujet qui nous coûte très cher. Il faut surtout dynamiser le secteur public, donner du sens et une logique client, un mode de fonctionnement moderne et non une administration aveugle et sourde, autiste. Je suis sûre que l'enseignement privé n'a aucun problème de recrutement.
Réponse de le 04/02/2013 à 13:05 :
ça dépend Hélène.
Dans les écoles privées sous contrat (souvent catholique), et bien ils ont forcément les mêmes problèmes de recrutement.
Et dans les écoles privés non sous contrat, ils recrutent des soi-disant profs (souvent sous diplômés) qui n'ont pas été capable de passé les concours de la fonction publique et donc ils peuvent se permettre de les recruter moins chère souvent en CDD. Mais ça, l'état le fait aussi avec ses contractuels et leurs contrats renouvelables à l'infini.
a écrit le 02/02/2013 à 21:00 :
Il faudrait aussi integrer tous les avantages et autres primes qui ne ressortent......jamais dans tous ces articles. A quand la transparence totale ?
Réponse de le 03/02/2013 à 11:17 :
c'est vrai que la presse anglosaxonne est autremenent plus incisive, impertinente vis à vis des politiques, des syndicats... ce n'est pas la télé gouvernementale ni la rodio gouvernementale (france inter) qui vont être impertinents, 70% de journalistes ont voté hollande, et 90% à l'école du journalisme. On traine les entreprises, les patrons dans la boue, mais qui a fait un reportage sur les avantages de la distribution des journaux et pourquoi ils sont en grève ? qui a dénoncé que la CGT a tué plus de 100 000 emplois à marseille à force de bloquer le port, et ce pour passer de 18 à 15h de travail par semaine, et avoir 4800e net sans compter les avantages et autres énormités (prise d'autorité sur les marchandises..) anvers a pris la relève et fait vivre 150 000 emplois quand les bateaux préfèrent éviter marseille...???? la démocratie passe par un contrepouvoir trés fort que sont les médias, il y a fort à faire....
a écrit le 02/02/2013 à 19:14 :
.

Il est navrant de constater que nous ne parvenons pas à nous entendre sur un point évident et simple à savoir la nécessite d'un régime unifié et commun à tous.Nous travaillons dans le public ou le privé, il n'y a pas de différences fondamentales justifiant des régimes particuliers. Pourquoi ne peut-on admettre que la justice soit la base de calcul de nos retraites. Chacun a peur de l'autre,comme d'un ennemi !! Dans les deux cas on doit comprendre que certains métiers ne doivent pas être pratiqués aussi longtemps que d'autres:Des aménagements sont à trouver. Si certains sont si virulents, c'est soit qu'ils pensent perdre des avantages discutables soit qu'il estiment que les autres en ont trop. Dans ce cas il est indispensable de comparer honnêtement les situations,sans se battre .
Réponse de le 03/02/2013 à 10:54 :
100% d'accord, un seul régime de retraite, un seul contrat de travail CDI ou CDD, et une paye aux résultats
Réponse de le 03/02/2013 à 12:07 :
Et des salaires publics alignés sur ceux du privé (à qualification équivalente).
Quand on sait qu'un prof (bac+5 plus une année de stagiaire) gagne 1600 ? par mois en début de carrière , ça va coûter chère à l'état !!!
Réponse de le 03/02/2013 à 12:34 :
On pourrait demander la même chose aux chômeurs et autres patentés du RSA. J'en connais qui n'ont jamais travaillé de leur vie. Par ailleurs, si l'on vraiment rechercher des économies, alors il faudrait supprimer la prime de Noël, l'allocation scolaire, et toutes les autres allocations diverses et variées qui sont autant de niches à l'assistanat. Quant aux aides, allocations aux associations, il doit en être de même, ainsi que toutes subventions aux entreprises pour lesquels il n'y a pas de transparence sur les résultats et le bienfondé des attributions.
Réponse de le 03/02/2013 à 18:24 :
à zinzin : ce n'est plus le diplôme qui fait la qualification dans le privé mais la compétence, les résultats (ce qui montre l'incompréhension du monde de la vraie vie, il faudrait faire des stages pour vous changer d'air !!). Par ailleurs, plus on est diplômé plus on a de responsabilité si on a des résultats et donc encore plus d'heures ; dans l'enseignement c'est l'inverse, plus on est diplômé, plus on a des classes faciles et moins on fait d'heures. de plus, aucun enseignant ne tiendrait plus d'une semaine dans la privé, soit à cause du rythme, soit par absence de résultats, car on ne philosophe pas, on agit, on corrige, on mesure la performance, l'efficacité...et s'il y avait des mesures d'efficacité et de performance dans l'enseignement, on aurait besoin de 30% de budget en moins (cf étude ocde) !!
a écrit le 02/02/2013 à 17:37 :
Et pour conclure tous ces commentaires nauséabonds anti fonctionnaires : PROUT !!!
Réponse de le 02/02/2013 à 19:30 :
t'as raison, face aux arguments béton, la solution c'est la diversion.
Réponse de le 03/02/2013 à 9:02 :
Si l'on veut être juste, il faut également parler des aides apportées aux entreprises à coup de subventions et d'exonérations dont la retour n'est pas à la hauteur de ce qui pourrait être espéré. Vous verriez alors que les dépenses de la fonction publiques sont peanuts. Alors, ce qui coute cher, ce sont bien tous ces aides au privé que vous sembler facilement oublier. Les assistés ne sont pas forcément ceux que l'on croit.
Réponse de le 03/02/2013 à 11:11 :
l'argent public vient du privé qui créé la richesse. donc on lui prend l'argent, on paye au passage les 5 millions de fonctionnaires dont un mililon de chomeurs fictifs et qui dilapident toute la ricesse créee, et ensuite on en redonne un peu au privé !!! que les résultats ne soient pas immédiats est possible, mais il faut aller au bout de l'analyse, la compétitivité française est plombée par les charges dues à la dette publique, et donc la dépense publique !! mais c'est la privé qui finance le monde politico-administratif, pas l'inverse, sans privé, le public n'a aucune source de financement !
Réponse de le 03/02/2013 à 12:38 :
Pourquoi ne parlez vous pas des milliards de subventions données aux entreprises. La dette n'est certainement pas que le fait de l'existence du service public.
Réponse de le 03/02/2013 à 18:52 :
les millards donnés aux entreprises avec l'argent pris au privé, c'est pour compenser en partie l?asphyxie de l'économie due aux impôts et taxes pour financer notre monstre national, ceci afin de produire de la richesse qu'absorbe de suite le public, via par ex les 60 000 enseignants recrutés alors qu'on aurait pu faire -200 000 si on copie les meilleurs (étude ocde), mais l'efficacité est un mot tabou dans le public, la méthode c'est roue libre et toujours plus demoyens !!
Réponse de le 06/02/2013 à 13:31 :
Le monstre c'est toi, moi je coûte 49000 euros brut chargé par an dans mon poste d'inspecteur du travail mais j'ai verbalisé pour plus de millions d'euros d'amendes aux boîtes qui truandaient le Code du Travail en 2012. Je rapporte donc 40 fois ce que je coûte à la collectivité, vas-y trouve des gens du privé qui sont aussi rentables que moi. Et je prends mon pied à verbaliser ces patrons-voyous.
a écrit le 02/02/2013 à 12:52 :
c'est ce que dit FH, le PS, les administrations... mais solidaires de quoi ? de ne pas vouloir faire les réformes qu'on fait les pays qui se développent maintenant très bien en baissant ces énormes charges, en optimisant les organisation st dépenses, en mettant des régimes uniques... et donc le message est : on garde notre confort, nos dépenses totalement incontrôlées, notre retraite, nos salaires, nos 35h..les députés et sénateurs gardent leurs caisses noires, leur mille feuille... et en conséquence, on vous étouffe d?impôts et de charges et donc c'est le privé qui est renvoyé dans encore plus de misère, de chômage, de précarité pour financer le tonneau des danaides du public ... soyez solidaires !!! nous prennent pour des buses !!! on va être solidaires pour plus d'emploi et on va vous aider à vous réformer !! on ne va pas crever pour votre gâchis que vous nous facturez !!!
a écrit le 02/02/2013 à 12:20 :

Attention ! Quand on parle d'un problème "retraite", on ne parle que du privé. Il est certain que les mesures éventuelles de report d'age, d'augmentation de cotisation,de baisse des taux de remplacement ne concerneront que le secteur privé. Il faut donc se préparer des mouvements de révolte à moyen ou court terme. Déjà en 2010 une caricature de réforme n'a concerné que le privé, on ne peut pas sans risque renouveler l'opération. On a, à l'époque, habilement man?uvré, pour épargner et même améliorer le sort des fonctionnaires et des régimes spéciaux. Ces méthodes, ne seront sans doute pas admises une nouvelle fois. Depuis la décision de l'adossement en 2004, l?opinion a, je pense, évoluée. Moi-même, par exemple, c'est en suivant la réforme de 2010 que j'ai compris que le secteur privé était le payeur des retraites des classes les plus avantagés !! . M. Woerth parlait d'une réforme juste, alors qu'il savait quelle ne l'était pas du tout. Je suis inquiet, quand je lis les commentaires des lecteurs sur les journaux en ligne. On sent que la nervosité monte sur ce sujet. La fracture privé-public est maintenant nette. Il n'est pas normal de laisser l'AGIRC et l'ARRCO mourir à petit feu à cause du chômage et de continuer à payer la CNIEG,l'IRCANTEC,par exemple .Il en est de même pour la CNAV. Ceux qui sont à l'abri du chômage doivent prendre part à l'effort général : Il est temps de commencer à prendre des mesures sans attendre 2013 ou 2014:La situation sera encore plus délicate dans 1 an. Il serait sage d'éviter les manifestations de la rue, car je ne vois pas comment, alors, enrayer la violence, et parvenir à une solution après...Il faut donc agir avant. Actuellement quand on parle des "actifs" cela signifie " salariés du privé". Il y a déjà là une tromperie. Le COR dans son dernier rapport traite de l?inégalité homme-femme : C'est la preuve que l'inégalité public-privé n'est pas à l'ordre du jour . Faire un document sur un tel sujet est une méthode pour endormir l'opinion et ne pas parler des inégalités les plus importantes à savoir les différentes entre classes sociales.La seule allusion est à la page 36,elle fait ressortir que les retraites du public sont déja plus élevées que celle du privé!IL est grand temps de préparer l'opinion à l'harmonisation des régimes public- privé. J'attends une étude sérieuse, et c'est le grand silence...

Réponse de le 02/02/2013 à 20:09 :
la solution est simple : un seul régime de retraite unique pour tous de suite, plus de fonctionnaires, plus de prime de chauffage, d'échelons automatique...un seul régime de CDI et CDD de suite pour tous, et optimisation de l'organisation des services publics, 30% de gains d'effectifs et de dépenses... de quoi financer la relance... et on pourra augmenter les bas salaires, avec une proportion au mérite et aux résultats...que ceux qui sont pas d'accord avec la justice sociale lèvent le doigt !!!!!!!
Réponse de le 03/02/2013 à 18:40 :
Oui. Un régime basse calorie. Tous maigres.
Réponse de le 03/02/2013 à 20:38 :
non pas tous maigres, au contraire, mieux nourris parce que moins nombreux
a écrit le 01/02/2013 à 19:29 :
les propos des fonctionnaires sont tellement à coté de la plaque et de la vraie vie que ça en devient risible, une caricature. Qu'ils aillent faire des stages en entreprise, ils vont voir ce que c'est que le rythme de travail, les objectifs, les réorganisations pour être performant, la paye aux résultats. pas d'avancement automatique d'échelon, pas de 35h (max), pas de primes bidon, et une retraite à -30%. Mais non, ils maintiennent le cap, tous souriants, sans aucune mesure de la situation et de ce que nous coûte la fonction publique, le boulet de la france qui anéantit toute la richesse produite. Il faut un seul régime commun et interdiction de plus de 5 ans de fonction publique pour organiser le mouvement salutaire, et pareil pour les politqiues qui se complaisent au chaud dans la même bulle, que des gestionnaires de la société civile.
a écrit le 01/02/2013 à 14:38 :
si l'Etat est si endetté aujourd'hui c'est parce qu'il est venu en aide à un secteur privé qui a montré ses limites. Par effet de transfert on est passé d'une crise de la dette privée à une crise de la dette publique. On en serait pas là si le secteur privé était si efficace et productif que cela, on en serait pas là si les gens du privé étaient si rationnels, si intelligents, si organisés...il y a des gens mauvais partout, alors il ne faut pas être binaire, et les fonctionnaires ne touchent pas des bonus à 5 chiffres comme certains tsars de la finance
Réponse de le 01/02/2013 à 15:01 :
totalement faux, encore la recherche des alibis et boucs émissaires pour fuir les vérités de base. quid du mille feuille, des services pléthoriques, des dépenses incontrolées, aucuns bilans...la dette publique c'est la sécu et surtout les régimes spéciaux du public (ratp, sncf..), les retraites des fonctionnaires qui nous coutent des fortunes, les collectivités locales qui ne cessent de recruter sans gérer, l'état qui a réduit la voilure. La dette publique c'est 30 ans de vote de budget en déséquilibre, le privé n'a rien à voir avec cette dette, au contraire, c'est lui qui produit la richesse que dilapide le public..et si les fonctionnaires étaient payés au résultat d'efficacité (qu'ils refusent), ils ne nous couteraient pas cher......
Réponse de le 01/02/2013 à 15:08 :
non virginie, l'état ne vient pas en aide au privé, il le saigne pour se financer son train de vie, son armée de fonctionnaire qui vote du bon coté, les caisses noires des députés et des sénateurs, les 4 milliards d'aide aux syndicats, les 2 milliards que le sénat s'est mis à gauche pour améliorer leur retraite, les services du mille feuille territorial qui ne sert à rien, les retraites bien meilleures dans le public, les horaires à 35h quand beaucoup travaillent 70h... c'est tout ça et rien que ça la dette publique. Et les services publics nous coutent 30% de plus que dans les autres pays à cause de cette inorganisation, absence de toute analyse d'efficacité, un gâchis énorme qui tue massivement l'emploi au quotidien. la dépense publique c'est le cancer de l'économie, l'étouffement du privé qui finance le monstre public
Réponse de le 02/02/2013 à 0:14 :
non virginie, la dette c'est pas le privé, c'est le public ! et c'est le privé qui finance le public, pas l'inverse, la dette c'est l'état, la sécu, les collectivités, elle n'est que publique. et la cause est bien la dépense publique la plus élevée et la plus improductive d'europe, ne mélangeons pas tout !!!! et si le privé ne vous finance plus, vous n'avez plus rien ! vous ne fautes que dépenser, recruter, taxer ... aucune gestion ni recherche d'optimisation, de performance....le boulet...
Réponse de le 02/02/2013 à 10:55 :
Pitié Virgnie ouvrez les yeux et vous pourrez constater que le regime general des retraites (100 % privé) compense toutes celles qui sont deficitaires (public 100%) Trouvez vous normal que les retraités du public perçoivent des retraites avant 55 ans et quelques fois plus jeune. Trouvez vous normal qu'une infirmiere qui a fait 20 ans de public perçoit une retraite alors qu'elle n'a que 38 ans ? Moi non, l'age de retraite c'est 62 ans et c'est scandaleux que le mode de calcul de la retraite du public soit à l'opposé du système privé.
Réponse de le 02/02/2013 à 11:35 :
l'état ne vient pas en aide au privé, l'état prend l'argent dans le privé, se finance (l'armée de 5 millions de fonctionnaires), dilapide, saupoudre et donc en redonne un peu au privé. C'est le privé qui fiance le monde politico-adminstratif, ce monstre qui nous coute l'addition la plus salée d'europe en dépense et effectifs, et donc ces impôts et charges qui tuent l'emploi de façon massive, d'où l'urgence à réformer pour dépenser moins pour plus de service et donc enlever ces boulets fiscaux qui plombent le privé, afin de déveloper l'emploi, le vrai, pas être payé par l'argent du privé pour étre présent !!!
Réponse de le 02/02/2013 à 14:23 :
Quel tissu de propos partiaux. Evidemment que c'est le privé qui a vidé les caisses de l'Etat français. Tout le monde le sait ... sauf à vouloir volontaiement l'ignorer. Qui ne paie plus ses charges sociales depuis des dizaines d'années et a plongé la Sécrité Sociale dans le rouge UNIQUEMENT DE CE FAIT : le privé! Qui bénéficie d'exonérations fiscales mirobolentes en sifflotant à demie mots "pas d'exonérations, je licencie!" : le privé! Qui bénéficie de subventions à moitiée déguisées même depuis que l'Europe à interdit cela : le privé! Qui revendique que c'est "eux" qui travaillent ...mais qui pleurent dés qu'ils sont confrontés à la concurrence car ils sont innefficaces : le privé! Qui déclare ce qu'il veut bien de ses revenus , c'est à dire des chiffres bien loin de la réalité, aux service fiscaux : le privé! Et qui est reconnu comme étant le service publique le plus efficace du monde : LA FONCTION PUBLIQUE FRANCAISE ! Ben oui, vous avez le droit d'en être fier !
Réponse de le 02/02/2013 à 15:46 :
la dépense publique française est la plus élevée et la plus inefficace d'europe, il suffit de lire les rapports de la cour des comptes de l'ocde !!! la finlande qui est bien mieux classée que la france en résultats scolaires (3eme contre 22eme pour la france), dépense 30% de moins par élèves !!!! pas besoin de recruter 60 000, il fallait faire -200 000 en appliquant leurs méthodes !!! si on applique le système fiscal suédois, on peut passer de 150 000 emplois en france à 8 000 !!! la fonctio,n publique est en totale léthargie, vous avez même refusé la prime de mérite ... ça en dit long sur l'atat d'esprit et le management !!!! roue libre, 35h, pas de management, pas d'optimisation de l'organisation, même l'informatique n'a pas fait de gains de productivité dans vos service !!!! encéphalogramma plat, quand à la dette elle n'est que publique : l'état les collectivités avec le mille feuille incroyable, la sécu...il y a aumoins 30% d'éffectifs et de dépense de trop tout en faisant meiux !!!! au boulot !!!
Réponse de le 02/02/2013 à 17:49 :
Voila bien la preuve de l'incompétence du privé : comparer ce qui n'est pas comparable ; des populations "uniformes" (langue, niveau social, systèmes d'aide ...) je parle des finlandais et des suédois et des populations complexes, riches de diversités. Enoncer des stupidités: "si on applique le système fiscal suédois ..." comme si cela permettrait d'éviter la fraude généralisée des contribuables du privé. Quant à la prime du mérite, par définition un agent de l'Etat ne doit pas en bénéficier puisqu'il deviendrait alors soumis aux petites mesquineries dont le privé est si friand et qui finissent par faciliter l' échec de notre secteur privé face à la concurrence. Pour mémoire les agences américaines ont récemment publiées un rapport tenant compte des spécificités et complexités des populations ; ce sont elles qui couronnent l'efficacité de notre Service Public !!!
Réponse de le 03/02/2013 à 19:42 :
à philippe : outre le déni de réalité permanent des idéologues qui n'ont donc aucune objectivité, désolé, mais qu'on bosse ou pas, payés pareil est une absurdité qui décourage tout le monde et je refuse de payer 30% d'impôts de trop à financer la bête improductive à cause de ça !!! quand à la suéde, ils ont tout compris : il n'y a plus de fonctionnaires, ils payent pour des service, et ça leur coûte 30% de moins qu'en France tout en apportant encore plus de service cohérent avec la remarque précédente) et c'est totalement applicable à la France. Quand au système fiscal, ils l'ont énormément simplifié (plutôt que la défense de l'emploi en complexifiant à l'infini pour justifier encore plus de monde) et effectivement, on pourrait diviser nos effectifs par au moins 10 !! pourquoi faire efficace et peu coûteux quand on peut faire compliqué, inefficace et couteux !! les rapports de la cour des comptes et ocde regorgent d'énormes anomalies de fonctionnement du gâchis ^permanent qui fait qu'on a le record de dépense publique et d'effectifs tout en dégradant tous les jours les services rendus !!! On peut faire 30% d'économies de dépense publique, ce qui permet de financer la relance plutôt que s'endetter encore plus, totalement suicidaire ....il faut arréter de chercher les alibis et boucs émissaire pour le rien faire, il est vrai que le public n'a aucune culture de gestion ni logique d'amélioration des organisations par l'efficacité et la performance, d'où le monstre, record européen en niveau de dépense et inefficacité ! la dépense publique et la dette sont le cancer de l'économie et de l'emploi
a écrit le 01/02/2013 à 14:37 :
la suéde a parfaitement compris le problème, suppression des fonctionnaires, ils soustraitent les services publics et payent au résultat. Bilan : ça leur coûte beaucoup moins cher et ils ont de biens meilleurs services que nous. et en ayant optimisé la dépense sur ce périmètre, ça leur permet de financer ce qui est utile, ils sont repartis dans la prospérité pendant qu'on s'enfonce dans le surendettement pour financer ce gouffre insondable. Ils creusent leur tombe tous seuls,ou plutôt sous la main mise des syndicats qui ont plus de 30 000 permanents avec avancement automatique, primes, aides...et qui font dans l'autogestion sachant que l'encadrement est inexistant sur le plan managérial, ils les tiennent.
Réponse de le 01/02/2013 à 17:24 :
bref, il suffit de sous-traiter au privé pour que tout aille mieux : raisonnement simplet et simpliste.
La Suède n'est pas le meilleur exemple : elle ne représente même pas l'équivalent de la Région Ile de de France.
Pour comparer, il faudrait citer la Grande Bretagne : et là je vous souhaite d'y aller (hôpitaux, écoles, train,...).
Réponse de le 01/02/2013 à 18:47 :
peu importe la taille, ce sont les méthodes qui sont intéressantes. La suéde fonctionne trés bien surtout parce qu'ils ont fait des réformes courageuses que n'envisagent pas les énarques au chaud avec les copains fonctionnaires, ce qui nous plombe la dette. comme le québec, la finlande....c'est leur façon de travailler, pragmatique, efficace, avec une relle vision d'intérêt général partagée. ET si on sous traite, on gagne 30% de dépense publique, une sacrée bouffée d'oxygène !!
Réponse de le 03/02/2013 à 13:41 :
Ouf, en proportion, c'est bien le privé qui l'emporte.
Réponse de le 03/02/2013 à 20:26 :
je suis d'accord, je suis fonctionnaire et il faut savoir se remettre en question, il y a de très gros progrès à farie. Et je suis pour un régime unique de retraite et des contrats privés CDD ou CDI, rien ne justifie tous ces systèmes différents incompréhensibles. Mon mari est dans le privé, et j'avoue que la façon de travailler, de s'adapter est sans commune mesure. Les fonctionnaires seront respectés et reconnus s'ils sont efficaces, s'ils ont des résultats, si le client est content, parce que le citoyen n'est pas un usager comme le dit la CGT mais un client, il paye pour un service. Quand on aura fait ce chemin on sera déjà bien mieux respectés et on sera en position de force pour discuter ; aujourd'hui on a aucune crédibilité, il faut voir les choses en face et les politiques qui semblent défendre la situation existante ne font que nous enterrer un peu plus, car vu la situation financière, ces mêmes vont être contraints de baisser nos salaires, nos retraites...
a écrit le 01/02/2013 à 14:27 :
l'ocde explique que la finlande a de bien meilleurs résultats scolaires tout en dépensant 30% de moins par élève ! (3EME contre 22eme pour la france. Il y a surtout un énorme problème d'efficacité, de performance et non un problème de moyens ! et que fait peillon, il recrute 60 000, alors que si on copie le modèle finlandais, on pourrait faire - 200 000 !!!! les politiques et les fonctionnaires n'ont aucune culture de gestion ni de pilotage par la performance et l'organisation, c'est un système totalement amorphe et dépensier à l'infini. Si on veut mieux les payer (après avoir revu les horaires de travail, objectifs..) il faut ramener les effectifs et dépenses à ce qui est utile et optimal, au moins 30% de gains, ce qui permettra aussi de baisser ls impôts, diminuer les charges, financer la relance, plutôt que la solution suicidaire de ne rien toucher à cet immense gâchis et continuer à s'endetter !!!!
Réponse de le 01/02/2013 à 14:41 :
100% d'accord, un autre rapport précise qu'il y a 20 000 enseignants qui n'ont jamais enseigné, planqués dans des rectorats ou autres commissions théodule qui révent dans leur nuage....mais pas touche, c'est du bon électorat !!!! une vraie association de malfaiteurs qui détournent l'argent public à des fins privées, les politiques et le public, même combat
a écrit le 01/02/2013 à 14:12 :
on compare souvent les salaires, mais il faut comparer les responsabilités. un cadre dans le privé a des objectifs, pilote par les résultats, réorganise, rationalise, organise...un cadre dansle public est au mieux un gardien de garderie : pas d'objectifs, pas de mesure d'efficacité, surtout pas toucher à l'organisation. S'il veut traiter un abus, le représentant syndical le remet vite à sa place avec la hiérarchie qui désapprouve tout cadre volontaire..et le moindre mouvement social, pas de vagues, on arrose de primes, les canadairs à prime comme les appellent certains, c'est la culture énarchique. Donc il ne manage rien et ne gère rien. un cadre du public est bien trop payé par rapport au privé, 2 à 3 fois trop.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:31 :
votre anti fonctionnaire primaire vous fait dire n'importe quoi!
j'ai vu dans le privé des formateurs bien plus mauvais que nos enseignants, et si vous n'avez jamais reçu une inspection, vous ne pouvez pas parler de mesure de l'efficacité!
les patrons du privé eux dans certains cas arrosent les syndicats du privé pour "calmer" les esprits.
vous mes diriez améliorer le focntionnement et le rendement, je vous dirait oui, on peut toujours améliorer l'efficacité, et uelquefois des cadres moyens du privé ne peuvent même pas faire remonter des amélioration à des cadres supérieurs qui vont eux finir leur carrière ensuite en pantouflant dansle privé
et svo ne pas mettre tous les fonctionnaires dnas le même sac!
un inspecteur des impôts, (catégorie très peu apprécièe) peut pour un salaire annuel tout compris inférieur à 100K euros, récupérer pluseurs millions de fraude fiscale qui provient essentiellement du privé! ce fonctionnaire est donc très rentable, face à de mauvais citoyens du privé!
Réponse de le 01/02/2013 à 14:52 :
c'est d'une part du vécu, j'ai travaillé dans les deux domaines: le jour et la nuit, c'est pire que ce qu'on peut en dire. dans le public, aucune remise en cause, aucun esprit du client, on est que des usagers, j'ai ai fiat une malheureusement expérience encore récemment, et qu'on travaille pou non, on est payé pareil. La suppression de la prime au mérite est un scandale, il faut vraiment être dans la russie du début du siècle pour refuser la justice salariale en fonction du travail, de l'implication....et je juge aux résultats : la plus grosse armée d'europe avec des résultats de plus en plus en baisse...le pilotage par les résultats n'existe pas puisqu'il n'y a pas d'objectif de performance, d'efficacité.... donc le laxisme et la léthargie sont une obligation par construction...
Réponse de le 01/02/2013 à 14:54 :
""Donc il ne manage rien et ne gère rien. un cadre du public est bien trop payé par rapport au privé, 2 à 3 fois trop."" relisez vous avant de poster des choses grotesques, vous croyez vraiment qu'un directeur d'hôpital, un chef de la police, un préfet de région ne manage rien, ne gère rien?? un cadre du public est bien trop payé? et que dire de ces exilés fiscaux qui après s'en être mis plein les poches ont la lâcheté d'abandonné le pays qui a fait d'eux ce qu'ils sont? et que dire de ces patrons de banques à qui ont verse des parachutes dorés pour les remercier d'avoir couler la boîte!! au lieu de vous attaquer aux fonctionnaires attaquez vous plutôt aux footballeurs, stars du showbiz, traders, rentiers en tout genre...là il y a matière à parler car on est plus sur des enjeux de l'ordre de 2000 eur par mois, on est sur des enjeux qui se chiffrent en millions
Réponse de le 01/02/2013 à 15:19 :
non, en règle générale, un cadre public ne manage rien en regard d'un manager du privé. la preuve : la moindre petite modification vous êtes en gréve quand ailleurs ils licencient, vous refusez le salaire au mérite... c'est dire si le système est amorphe. votre incapacité à se remettre en cause montre impossibilité à réformer ce monstre. ne parlons pas de cas particulier, un patron du cac n'est pas à amalgamer avec le million de patrons de pme qui gagne 3 à 4000 euros avec de lourdes responsabilités, 70h/s...il faut regarder les grands masses, Pourquoi les services publics de beaucoup de pays modernes coûtent 30% de moins en apportant plus de services ? et surtout vous critiquez le privé, vous êtes encore dans l'état providence, la corne d'abondance où l'argent tombe du ciel, vous n'avez même pas conscience que c'est le privé qui vous paye !!! un peu de décence !! ceux qui sont partis ont malheureusement raison, à quoi ça sert de donner son argent à l'usine publique du gâchis à grande échelle ? parce qu'aucun politique n'a le courage de faire les réformes qu'on fait les autres pays, où tout est absorbé par le monstre des services pléthoriques, redondants, en restituant de moins en moins de services ! la suéde a tout sous traité et ça lui coûte 3% de moins et avec beaucoup plus de services, c'est ce qu'il faut faire au plus vite !!!
a écrit le 01/02/2013 à 13:42 :
même source C dans l'R : en intégrant tous, les salaires des fonctionnaires augmentent de 4% par an, 1% dans le privé. La retraite moyenne est de 1700e dans la public, 1100e dans le privé. le gros mensonge des syndicats est d'oublier les échalons : leur calcul est sur l'indice qui sert à calculer le salaire, mais ils oublient de dire qu'à responsabilité constante, il y a des avancements automatiques d'échelons tous les 2 ou 3 ans (ce que calvi n'a pas compris (ou n'a pas voulu) parce qu'il parlait de changement de responsabilité), sans compter les primes (cf la gréve récent pour ne pas baisser les 4000e de prime de chauffage des employés du sénat!!!)
Réponse de le 01/02/2013 à 14:56 :
tout à fait d'accord. Il faut ajouter que si on regarde les textes, il y a toute la mécanique pour bien gérer. Même les échelons sont à l'appréciation du cadre pour en moduler la mise en oeuvre, mais très vite la lâcheté managériale en accord avec l'autogestion syndicale a standardisé les durées des échelons...et tout à l'avenant. Il y a des grilles appréciation du personnel, mais tout le monde est à la note maximale en 2 ou 3 ans, tout est dévoyé, nivelé par le bas, il n'y a absolument aucun management
a écrit le 01/02/2013 à 11:42 :
Les primes seront la cause de l'explosion de la fonction publique. Hier dans C dans l'air, une intervenante, nous a révélé que la masse salariale a continué à augmenter en 2012 malgré le non remplacement d?un fonctionnaire sur deux à cause de la progression des primes. En période de chômage massif, ne faut il pas remettre en cause les primes des fonctionnaires de catégories A et+ qui ont atteint un niveau tellement indécent que certains fonctionnaires sont plus payés que leur ministre et même 650 d?entre eux sont plus payés que le président de la république. Un simple plafonnement pour tous des primes à 25% du salaire de base, éviterait de réduire le nombre de fonctionnaire pour équilibrer les comptes.
Réponse de le 03/02/2013 à 20:27 :
tout à fait d'accord, en plus ils nous mentent !
a écrit le 01/02/2013 à 10:01 :
Il est nécessaire d'étre clair et quand on parle du salaire des fonctionnaires il faut ajouter toutes les primes dont ils bénéficient.
Réponse de le 01/02/2013 à 10:25 :
Il faut aussi ajouter ce qu il ne paient pas en cottisations: Absence de cottisation chomage, Taux de cottisation au regime de retraite moindre que celui du prive de 2 point et demie (Sauf qu il partent plus tot avec un salaire bien augementer la derniere annee et qu on calcule leur retraite sur les 6 derniers mois) c est donc le prive qui compense et ca ils ne peuvent aucunement dire le contraire le COR l a enore rapple le mois dernier. Donc rien que sur cela ils demandent la solidarites des citoyens pour financer LEUR retraite, mais ne participent pas au financement de pole emploi. Rappelons aussi que pour partir en vacance beaucoup beneficient de maison/club/camping appartenant a l Etat..... Elle est belle la solidarite de cette CASTE>>>>> Oh cher citoyen Preservez mes acquis et payer pour moi je dois bien pouvour continuer a assurer le Service Public, oh pardon paye par le Public....
a écrit le 01/02/2013 à 9:53 :
@ AL@: la baisse du traitement des fonctionnaires n'a jamais sauvé la moindre PME, bien au contraire: voir Grèce, Espagne, Portugal, Italie.
Réponse de le 01/02/2013 à 11:47 :
Exact!quand on pense qu'une hausse de un point de tva permettrait de satisfaire les besoins de la fonction publique!mais voila,les esprits ne sont pas encore murs,c'est pour cela que le gouvernement hésite
Réponse de le 01/02/2013 à 13:45 :
faux et archi faux : la baisse de la dépnse publique en optimisant l'organisation et la dépense permet à certains pays courageux qui ont fait ces réformes de trés bien progresser : Suéde, Finlande, Québec....il faut arréter de prendre l'exemple des cancres pour dire que l'école ça ne sert à rien, mais prendre l'exemple des bosseurs courageux!!! vaste démagogie et obscurantisme idéologique de gauche qui protège son électorat et saigne le privé pour financer ce monstre !!!!
Réponse de le 01/02/2013 à 18:54 :
à élu PS : vous voulez saigner un peu plus les contribuables pour gaver un peu plus le secteur public qui nous détruit déjà toute la richesse produite par le privé pour la transformer en dette ? totalement délirant, de l'antigestion. Vous n'avez toujours pas compris que le monde politico-administratif vit aux crochets du privé. Il faut surtout baisser de façon drastique les dépenses et effectifs de ce monstre qui nous ruine. on est la honte de l'europe à trainer un tel boulet improductif, le record européen tout en ayant des résultats déplorables..Ce qui prouve une fois de plus que les élus n'ont aucune compétence de gestion et de management,des gaspilleurs à grande échelle.
a écrit le 01/02/2013 à 8:05 :
J'ai une petite entreprise. J'avais une visibilité sur plusieurs mois, assez de trésorerie pour tenir. Aujourd'hui, les commandes et les prix sont en chute libre. Je vis au jour le jour. Je ne me rémunère quasiment plus. Je sens que la fin proche, en tout cas pour moi.
Pendant ce temps, les fonctionnaires descendent dans la rue pour des augmentations de salaire. Dois-je les applaudir ?
Réponse de le 03/02/2013 à 13:50 :
Perso, j'ai ouvert un site en ligne de transaction immobilière axée uniquement sur ma ville. Pas de frais de secrétariat, je gère. Je signe un contrat d'exclusivité avec le vendeur,je visite les biens et mets en relation vendeur et acheteur et n'interviens pas dans la transaction. Je ne prends une commission dégressive auprès du vendeur et une très faible commission auprès de l'acheteur en cas de réalisation de la vente. La publicité sur le site entre dans mon CA ainsi que le nombre de clic. Et ça marche !
a écrit le 31/01/2013 à 22:29 :
Dire que "le salaire progresse gràce à l'ancienneté" est une erreur et u mensonge. Notamment le "salaire du prof débutant" ne monte pas, le pouvoir d'achat du "prof débutant" diminue donc avec l'inflation, ceci explique sans doute que l'on n'ait plus assez de candidats. Faudrait réfléchir un peu Mme la ministre...
Réponse de le 01/02/2013 à 11:55 :
Quoi? vous ne suivez pas la meme règle que les autres fonctionnaires. Pas d'augmentation tous les 3 ans
C'est scandaleux et injuste
Allez travailler dans le privé et vous verrez si les salaires évoluent au meme rythme
Comme, dans le privé, on peut perdre son emploi, il faut assumer une cotisation d'assurance chomage
Et, au bout du compte, une retraite calculée sur les 25 dernières années.
Vous avez le choix. Restez dans votre système injuste ou aller dans le privé

Je suis pourtant pour la défense du service public et je reconnais le travail effectué par les fonctionnaires.
Mais, je pense qu'il y a d'autres causes à défendre.
a écrit le 31/01/2013 à 21:03 :
Comparons avec les Etats-Unis où le privé se substitue au public (éducation, santé....), mais avec des cuôts plus élevés pour les consommateurs, des résultats pas meilleurs, et des inégalités fortes.
Réponse de le 02/02/2013 à 0:09 :
il faut tout comparer. l'école n'est pas gratuite mais payée par nos impôts, tout le public, les politiques.. sont payés par la richesse produite par le privé et nos impôts. On est le pays où l'imposition est la plus élevée, donc on gagne dans une poche mais on perd dans l'autre. quand à la sécu, au social.... il est payé par quoi ???? par la dette ... 1900 millards !!!, 70 000 e par ménages qu'on laisse à nos enfants !!! financé par le vide de notre antigestion qui nous mène à la ruine !!! ce n'est pas un modèle, c'est destroy social !!!
a écrit le 31/01/2013 à 19:51 :
Ils sont pas malin les fonctionnaires, faire une grève en plein hivers n'a jamais rassemblé les foules. Ça caille dehors.
Réponse de le 01/02/2013 à 6:28 :
Vous avez raison mais en été ils sont en vacance, ils ne vont saboter leurs congés.
a écrit le 31/01/2013 à 19:29 :
Le Royaume Uni, l?Italie et l?Espagne ont gelé les salaires des fonctionnaires et réduit fortement leur nombre depuis 2011. En France, les syndicats, une fois n?est pas coutume, continuent de proférer des mensonges éhontés?.Si le point d?indice est gelé en France, ce n?est pas le traitement, la nuance n?est pas que sémantique.
Hors évolution du point d?indice, les rémunérations des fonctionnaires grimpent quand même de 2,75 % par an ?..En effet, depuis 1999, les rémunérations ont progressé de 3,60 % par an (1,9 % hors inflation) selon la Cour des Comptes (Président Didier Migaud : P.S.)
Sur ce total, la revalorisation traditionnelle du point d?indice n?explique que 0,85 % . Chaque année le salaire des agents a aussi augmenté de 1,9 % grâce à l?ancienneté ou aux promotions. Sans oublier le coup de pouce de 0,85 % par an octroyé sous forme d?avantages catégoriels à certains ministères ou corps de fonctionnaires.
La Cour des Comptes recommande depuis 2010 de geler le point jusqu?en 2013?.ce qui n?a pas été fait.
Réponse de le 31/01/2013 à 21:01 :
La caractéristique de la fonction publique, c'est une progression assurée au cours de la carrière (ancienneté, promotions) qui est une des causes de l'efficacité et de l'honnêteté des fonctionnaires français. Néanmoins, cette amélioration du pouvoir d'achat est fortement réduite, voire annihilée, par le gel du point d'indice. Donc, il y a une diminution de la rémunération pour une grande majorité.
Réponse de le 01/02/2013 à 18:59 :
le gel du point d'indice ne gèle pas la rémunération, puisqu'il y a les augmentation par les avancement mécaniques d'échelons, même s'il n'y a aucun résultat ! + primes....la réalité est une hausse de 4% des salaires dans le public contre 1% dans le privé, alors que le privé travaille 2 fois plus, une honte !!!!! quand à l'efficacité, on la l'administration la plus inefficace d'europe !! voir rapports ocde, la finlande a de biens meilleurs résultats scolaires avec 30% de moins de coûts par élève, et partout pareil.... pour une raison évidente, il n'y a aucun objectif d'efficacité, de performance, parlons pas de paye au mérite, supprimé...un vrai délire !!
Réponse de le 03/02/2013 à 12:53 :

2% oui, 4% non ou dans qq administrations...ce qu'on oublie de dire par exemple c'est que quand les salariés du privé (surtout les cadres) changent de boite, ils obtiennent souvent une belle augmentation de salaire!! ce n'est pas le cas dans le public
les salaires du privé sont quand même meilleur à niveau de qualif équivalent
sur la fin de carrière la tendance s'inverse généralement
beaucoup de jalousie sur ce forum mais je peux le comprendre en cette période de crise
une augmentation du point d'indice est nécessaire mais c'est vrai que ce n'est pas encore le moment
a écrit le 31/01/2013 à 19:16 :
Nos chers fonctionnaires n'ont manifestement pas compris que les temps sont durs pour tout le monde et qu'au vu de leur masse salariale parfois discutable dans certains secteurs (par exemple le doublé région/département) ils devraient la mettre en sourdine et augmenter leur productivité afin d'améliorer l'efficacité de l?État et de fluidifier les missions qui leur incombent. On en est loin ... . Autant la police, la justice et la santé sont débordés et en sous-effectifs autant je me pose de sérieuses questions sur les autres notamment au sein des collectivités locales qui manquent manifestement d'un sérieux sens de la modération salariale.
Quoi qu'il en soit ne nous leurrons pas la baisse des charges de l?État passera forcément par la modération salariale soit en terme de volume, soit en terme de valorisation. Ceux qui disent le contraire sont soit des menteurs soit complètement sourd à la situation économique de notre nation.
Réponse de le 31/01/2013 à 23:52 :
Nos chers nantis du privé qui continuent à avoir des augmentations de salaire n'ont visiblement pas compris qu'eux aussi doivent faire des efforts, et que les fonctionnaires ne représentent pas plus de 30% des dépenses de l'état, moins que chomage, sécu, retraites.
Réponse de le 01/02/2013 à 0:37 :
le privé paye les salaires et avantages exorbitants du public , z'avez pas compris cela encore ? sans nous vous n'existez pas !
Réponse de le 01/02/2013 à 6:02 :
Et vice versa. 69 ?
Réponse de le 01/02/2013 à 6:11 :
@Enjoy : Vous avez raison, commençons par supprimer le instituteurs des écoles maternelles et laissons les parents financer la garde de leurs gosses ; supprimons les collectivités territoriales et confions au privé la gestion des communes, des départements et des régions. Mais je doute que la gestion par le privé soit source d'économie sur votre feuille d'impôt.
Réponse de le 01/02/2013 à 8:56 :
@ya Et pourquoi pas ? Pourquoi ne pas fusionner département et Régions ? Pourquoi ne pas supprimer les 274 parlementaires que nous avons en plus par rapport aux USA ? Pourquoi pas la possibilité du licenciement des fonctionnaires là où le besoins d'effectifs n'existe pas, de sorte à disposer de marges de man?uvre salariales pour les fonctionnaires qui le méritent ? Les fonctionnaires sont piégés par leur statut qui fait de la chose un monolithe ingérable. Lorsque l'on veut l'identité de traitement, et bien on ne peut pas individualiser en fonction des besoins : les caisses sont vides, votre employeur est en faillite, la pression fiscale à son sommet ? Comment finance t-on vos demandes ? Pouvez-vous nous le dire ? Par plus de dette et tant pis pour les générations futures ? Les salaires du privés sont financés par le privé, et c'est le problème du privé. Les salaires du public sont financés par de la dette, votre employeur vit au dessus de ses moyens pour satisfaires vos revendications et ce n'est plus acceptable.
Réponse de le 01/02/2013 à 10:00 :
Pour répondre aux critiques sur mon commentaire je rappellerais qu'en Allemagne les fonctionnaires n'ont pas le droit de grève et cela se passe plutôt bien, de plus ils ont un plan de retour au privé qui permet aux fonctionnaires de passer un diplôme (tout en étant payé) puis de repasser dans le privé avec une belle prime d'une à trois années de salaire pour retour au privé selon l'ancienneté. Plusieurs pays nordique ont le même type de plan dans leur besace. Je rappellerais également que le salaire moyen des fonctionnaire (annuel) est plus élevé que le salaire moyen des personnels du privé. Je rappellerais également qu'aligner les systèmes de retraite public/privé permettrait d'éviter la faillite ou une réforme trop important de ce même système.
J'aimerais également rappeler que nous avons, d'après la cour des comptes (en 2009), 5,2 millions de fonctionnaires ce qui est clairement trop.
Je rappelle également que près d'un poste sur deux de fonctionnaire peut faire des gains de productivité de près de 30% grâce à l'informatisation et la communication numérique.
Nous sommes loin de l'efficacité de la fonction et des budgets. Bien entendu ce discours n'arrange ni les fonctionnaires ni les syndicats car pour eux le nombre fait la force (électorale et de blocage surtout).
Réponse de le 01/02/2013 à 19:02 :
à marousan 100% d'accord, les chiffres parlent d'eux même
a écrit le 31/01/2013 à 18:43 :
les agents du service public ne font pas le plus vieux métier du monde et les politiciens ne sont pas des proxénètes. mais non.
a écrit le 31/01/2013 à 18:42 :
c'est exact que le nombre de fonctionnaires est trop important ; mais il faut aussi en supprimer au niveau des armées , de la gendarmerie et de la police , enfin au niveau de la justice ;
cela ferait du bien
Réponse de le 31/01/2013 à 19:00 :
Et surtout, surtout, dans les collectivités territoriales...
Réponse de le 31/01/2013 à 19:02 :
Dans la mesure où les derniers 600milliards dépensés étaient destinés aux banques qui avaient fait n'importe quoi avec le pognon français, et dans la mesure où l'ensemble du service public ne coûte que 80 milliards par an à comparer à l'ensemble des 600milliards et autre subsides balancer à toute initiative débile du secteur privé, je pense surtout que c'est dans le privé qu'il serait temps de limiter le nombre des cadres rémunérés par l'état : commencez donc par virer les gens travaillant dans les banques, au risque de ne jamais savoir ce que vous perdriez et donc de ne pas pouvoir, en gens virils, vous convenir de la baisse de l'éducation de vos enfants et de la protection de votre pays.
Réponse de le 01/02/2013 à 3:21 :
@ anon Pouvez vous nous dire quelles banques ont fait l'objet de depenses publiques a hauteur de 600 milliards et en quoi les banques ont fait n'importe quoi avec le pognon francais ? J'en doute ...
Réponse de le 01/02/2013 à 12:58 :
c'est que vous avez du vivre sur une île déserte ces 8 dernières années : les subprimes sont les conneries privées des clubs d'investissement à très courts termes : ce sont les banques. Je ne vois pas comment en ayant suivi l'actualité un temps soit peu ces dernières années, on peut ne pas arriver à la conclusion que c'est le secteur public qui nous à mis en dettes : en sus des 600 milliards de dettes supplémentaires que nous à laissé sarkosy ayant pris le parti du secteur privé, nous avons déjà eu un matraquage de l'ensemble de nos service publics. Je ne comprend pas cette empressement à détruire un bâti, un sol français, après avoir balancé par la fenêtre nos liquidités et cela dans le seul but de ne pas trop peser sur les impôts des milliardaires.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:28 :
euh oui sauf que ce sont bien les ETATS qui se sont endettes, nottement en France pour PAYER les fonctionnaires! Sans compter pour financer l assistanat Francais, donc en fait en remontant au source le probleme c est pas les banques c est le mamouth public et para-public!
Réponse de le 01/02/2013 à 19:07 :
la dette elle est publique : 1900 milliards : état, collectivités, sécu...c'est 30 ans de vote de budget en déficit, et c'est surtout l'immobilisme total au niveau de l'organisation, lhéthargie. ce qui fait qu'on a le record d'europe de dépense et d'effectifs tout en étant médiocres en résultats. si on n'avait pas de dette, on n'aurait aucun problème, chomage plancher, excédent du commerce extérieur. C'est la dépense publique qui crée les hausse d?impôts, des charges et tue l'emploi. etles pays qui redeviennent prospère, ce n'est pas en se batant contre les moulins à vent, c'est en réformant les structures, en analysant l'utilité et performance des dépenses, et ils repartent trés bien : québec...
a écrit le 31/01/2013 à 18:39 :
@urgent avant la faillite@: Votre proposition à déjà été mise en œuvre : c'était en1934 et c 'était le gouvernement de Pierre Laval. Rebelotte?
a écrit le 31/01/2013 à 18:38 :
Ces fonctionnaires ne sont vraiment pas très malins. Personne d'entre eux ne se souvient donc de l'arrivée de la gauche en 1981? Après 2 ans de pouvoir le gouvernement a fait ce que la droite n'aurait jamais fait: supprimer l'indexation des salaires sur les prix. La droite ne l'aurait pas fait car les syndicats auraient été dans les rues. En 1983 les syndicats se sont "modérés" devant ce gouvernement socialiste.
Quand donc les fonctionnaires s'apercevront que les socialistes ne sont pas de leur côté et ne le seront jamais!
Les socialistes font le bonheur des capitalistes; Vous allez voir comme la bourse va grimper dans les 4 ans à venir!
Comme à partir de 1984. Car les "patrons" savent que les socialistes savent modérer les prétentions des syndicats et de leurs troupes.
Les fonctionnaires ont tout intérêt à ce que les socialistes soient dans l'opposition mais pas aux manettes, non, surtout pas au pouvoir.
Vous verrez.
a écrit le 31/01/2013 à 17:56 :
Et bien ils sont dans la rue malgres un état en faillite
Réponse de le 31/01/2013 à 18:25 :
ils n'ont rien compris nos fonctionnaires qui sont dans la rue il faut qu'ils regardent en Grece ......................ils ont tous les avantages , ils ont le systeme de retraite le plus favorable qui n'existe nulle part ailleurs ils veulent quoi ???????, ils vont pleurer dans quelques temps ......................................
a écrit le 31/01/2013 à 17:53 :
Et si on commençait par réduire le nombre de fonctionnaires inutiles en se débarrassant des malades-imaginaires qui gangrènent tous les services ?
Réponse de le 31/01/2013 à 18:09 :
De plus, j'ai entendu leur ministre: Mme Lebranchu , déclarer que seule la fonction publique pouvait sortir la France de sa situation économique par sa croissance!!!!!! Il faut quand même oser ....
a écrit le 31/01/2013 à 17:47 :
La dépense publique étant à la fois financée par de la dette revolving et une pression fiscale exagérée, la question du nombre de fonctionnaires, de leurs missions et de leur rémunération est posée. Propos iconoclaste, le fait qu'ils aient dans l'entreprise "France" droit de vote sans pour autant avoir mis au pôt, repousse indéfiniment toute évolution.
Réponse de le 31/01/2013 à 18:47 :
Les fonctionnaires mauvais français, à bord du French enterprise, dotés du droit de vote iconoclaste, un révolving à chaque hanche, ça sent les révoltés du bounty.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:47 :
villeroy je ne vois pas du tout la pertinence de ce commentaire: le dépense publique est financée par de la dette et des recettes fiscales, et alors? par quoi voulez vous la financer? l'etat va pas se mettre à jouer au poker en espérant gagner le jackpot qui va lui permettre de financer ses dépenses, on est bien contents d'avoir des services publics de qualité, mais ils ont un coût. Quant au droit de vote des fonctionnaires il est amplement mérité, ils mettent au pot comme tout le monde, ils payent des impots que je sache non?
Réponse de le 01/02/2013 à 19:14 :
à valérie : les fonctionnaires payent des impôts avec l'argent qu'on leur donne, nous qui créont la richesse dans le privé. L'école n'est pas gratuite, elle est payée avec nos impôts. financé par le dette et alors ? mais c'est du délire, avec 18900 millards de dette, on vit sur le vide, on transfère 70 000 euros à rembourser à nos enfants, on les envoie vers la misère !!!! il est inadmissible de vivre au dessus de ses moyens, ça ne peut que mener à la ruine. On peut emprunter si le compte prévisionnel est positif, c'est à dire si on rembourse dès l'année suivante en étant positif. ça fait 30 ans qu'on est dans le rouge, budget en déséquilibre et commerce extérieur en berne, donc on s'appauvrit tous les jours à dépenser plus qu'on a de recette, c'est totalement suicidaire, ce qui montre combien les fonctionnaire et les politiques sont nuls en gestion et dangereux pour la société !!!!!
a écrit le 31/01/2013 à 17:44 :
L?État français est surendetté se maintenant sous perfusion en empruntant à tour de bras sur les marchés financiers avec des intérêts colossaux à rembourser. Il est urgent d?administré un remède de cheval en baissant les salaires de la fonctions publiques y compris sénateurs, députés. Fermer les administrations n'ayant aucun intérêts ou à l'efficacités douteuses et elles sont nombreuses avec licenciement de ses agents publiques. L'on voit bien qu'au premier trimestre 2013, la situation économique devient alarmante tous les voyants sont au rouge et nombreux dans le secteur marchand des entreprises et salariés se trouvent en difficultés. Ce qui signifie un manque à gagner financier énorme pour l'état. Les dépenses de l'état sont supérieures au recettes. Faudra-t-il que la France se trouve dans une situation de quasi faillite ? A moins que cela soit la solution de Monsieur Hollande pour faire passer les réformes structurelles de l'état et des services publiques avec des graves conséquence pour des milliers de français...
Réponse de le 01/02/2013 à 14:43 :
Arrêtons de considérer les fonctionnaires comme les coupables de la crise. La baisse de leur salaire aurait des conséquence désastreuses: les fonctionnaires représentent une part non négligeable de la population, baisser leur salaire peut peser sur le niveau de la demande, et donc sur le niveau de production des entreprises et accentuer la crise. Ce qu'il faut c'est une réforme en profondeur du système financier, plus de régulation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :