Budget : la baisse des dépenses a commencé

 |   |  487  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En 2012, les dépenses de l'Etat ont diminué de 300 millions d'euros. Une première. En raison d'un trou dans les recettes fiscales, le déficit dérape d'un milliard d'euros par rapport aux dernières prévisions

La réforme fiscale ? « Elle est faite » a affirmé récemment Jérôme Cahuzac, devant un Jean-Luc Mélenchon ébahi. La baisse des dépenses ? « Elle est faite aussi » pourrait ajouter le ministre délégué au Budget. Ce qui serait un peu exagéré, même s'il ne faut pas négliger les chiffres publiés ce lundi par Bercy : pour la première fois, les dépenses de l'Etat ont baissé d'une année sur l'autre. En 2012, l'Etat a dépensé 300 millions d'euros de moins qu'en 2011. En novembre, lors de la présentation du collectif budgétaire de fin d'année, Bercy tablait sur une baisse de 200 millions. Et ce n'était qu'une prévision. Si l'on prend en compte la norme dite zéro valeur, c'est-à-dire les dépenses hors charge de la dette et pensions, que le gouvernement Fillon s'était engagé à geler au niveau de 20111, celles-ci ont finalement diminué de 1,2 milliard. Et si l'on considère l'ensemble des crédits budgétaires, une diminution est constatée à hauteur de 300 millions.
Ce résultat a été grandement facilité par la faiblesse des taux d'intérêt - à échéance de 6 mois, l'Etat emprunte aujourd'hui à quasiment 0%- , qui a permis de minorer la charge de la dette : les intérêts versés sur l'endettement de l'Etat ont diminué ainsi de 2,5 milliards par rapport à la prévision initiale.

Un trou côté recettes

Ces bons résultats, du point de vue de Bercy, s'agissant des dépenses tombent d'autant plus à pic que, côté recettes, le ministère du Budget doit au contraire faire face à des déconvenues. Le dernier collectif budgétaire prévoyait 270,1 milliards d'euros de recettes fiscales, celle-ci n'ont atteint que 268,4 milliards. Un écart dû à des mauvaises rentrées de TVA compensées pour partie seulement par des recettes d'impôt sur les sociétés sur le revenu meilleures que prévu. En raison de cette faiblesse des recettes le déficit budgétaire dérape légèrement à 87,2 milliards d'euros, contre 86,2 milliards prévus en novembre, lors de la présentation du collectif budgétaire.

Une baisse à nouveau en 2013?

Compte tenu de ces données, Bercy estime possible que la prévision de déficit public, concernant l'ensemble des administrations ait été tenue (4,5% du PIB pour 2012). Concernant les dépenses de l'Etat, il n'est pas certain que la « performance « de 2012 soit renouvelée : notamment parce que les taux d'intérêt ne baissent plus depuis de longs mois.Ils pourraient même augmenter. La loi de finances pour 2013 prévoit une augmentation de 0,3% des dépenses par rapport à la loi de finances initiale pour 2012 (si l'on prend en compte tous les crédits). François Hollande a prévu d'ajouter 10 milliards d'euros d'économies budgétaires supplémentaires, afin de financer le Crédit d'impôt recherche, mais cette enveloppe ne sera pas atteinte cette année.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2013 à 5:49 :
87.2 de deficit au lieu de 86.2, c'est de la baisse?non, c'est de la baise
a écrit le 15/01/2013 à 19:18 :
87,2 milliards de déficit. Qui paye? Il y a 117 milliards de salaires et pensions du public... le tiers des dépenses. Allons-nous vers un triplement des impôts ou une division par deux du salaires des fonctionnaires. C'est au choix. Je défend les efforts des salariés qui ne sont pas riches mais qui sont plus que méritoires. C'est la question du progrès et de la France dans ce siècle... Ne dit-on pas vivre libre ou mourir?
a écrit le 15/01/2013 à 19:02 :
Les réformes de structures c'est pour quand ?
a écrit le 15/01/2013 à 18:23 :
Elle ne concerne pas l'Elysée qui étudie déjà comment augmenter son budget sans que pzersonne se rendre compte
Réponse de le 15/01/2013 à 20:12 :
Vous avez l'air de savoir, dites nous !
a écrit le 15/01/2013 à 16:22 :
quelques centaines de millions, une goutte d'eau dans l'océan du gâchis permanent. On peut facilement faire -30% tout en apportant plus de service public, il suffit de regarder comment font les autres, et ce serait extrêmement bénéfique pour financer l'aide aux entreprises, faire une vraie relance...à croire qu'ils n'ont jamais rien géré, le laxisme total, chacun reconduit les budgets de peur d'en avoir moins l'année prochaine, même si ça ne sert à rien...c'est l'effort minimal sous contrainte, mais absolument rien de volontariste et de recherche de la performance maximale
Réponse de le 15/01/2013 à 18:05 :
La majorité de nos politiques ont la tête plus large que les épaules.....leur seul objectif, être réélus! Je suis à 100 % avec vous.
a écrit le 15/01/2013 à 15:50 :
Si j'ai bien compris il ne s'agit d'économies mais de"manque à dépenser"
C'est de la rigolade ou de l'enfumage, cela dépend du théâtre que l'on fréquente.
a écrit le 15/01/2013 à 11:25 :
Tous ces avis me donnent un impression de "majorité" évidente lorsque l'on se préoccupe de son budget qui fond comme neige au soleil
Je suis de plus en plus agacé (et c'est faible !!)par le sempiternel défilé de nos ministres contents d'eux à la sortie sur le perron de l'Elysée
C'est pour moi (et tous ceux avec lesquels j'évoque ce sujet)totalement INDECENT d'afficher ces sourires vis à vis d'un nombre grandissant de français qui n'ont pas ce luxe
a écrit le 15/01/2013 à 9:58 :
Les gouverneemnts de droite comme de gauche ont comme valeur faire croire qu'ils suivent leur actes. Souvenons nous du précédent gouvernement qui nous parlait des écos de la RGPP en milliards qui sur le fond n'a été que d'une centaine de millions largement compensée comme montré par le rapport de l'IGF de l'explosion autant sur le plan de l'embauche de nouveaux fonctionnaires 6 pour cent que de la charge plus de 10 milliards.
Les dépenses de l'etat concerne principalement :les dépenses de personnel, de fonctionnement les prestations sociales, d?intervention certains investissements, les transferts aux collectivités ainsi que le remboursement des intérêts de la dette.
L'Etat est incapable depuis des decennies de donner à l'unité prés le nombre de fonctionnaires. Il y quelques années un rapport donnait une marge d'erreur de TROIS CENT MILLE. Les économies POLITIQUES sont comme le reste de la "profession"
que du tape à l'oeil . Lorsque la profession sera en mesure de donner avec exactitude les dépenses de chaque ligne avec un contrôle par un cabinet d'experts alors nous pourrons commencer à croire dans le discours. Déjà cette "etrreur" d'économie a un lien direct avec les coûts d'emprunt ce qui signifie que les économies sont nulles pire peut-être ont elles été augmentée. D'ailleurs difficile de croire car le début du quinquenat n' a été que de la distribution AUCUNE économie; Les gouvernements autant à droite qu'à gauche embauchent à tour de bras des "spécialistes" de la com, dont les compétences sont assez petites mais pas la charge pour les dépenses de personnel .
a écrit le 15/01/2013 à 8:43 :
Votre blague est marrante mais sous Nico de Nagy Bocsa, la dame avait encore pris de l'embonpoint
Réponse de le 15/01/2013 à 9:20 :
Et encore heureux qu'à l'époque Nico de Nagy de Bosca n'avait pas écouté les socialistes qui lui demandaient de dépenser encore plus ! Le plus drôle, c'est qu'il sont eu sa peau en faisant de lui le chantre de l'austérité !
a écrit le 15/01/2013 à 5:51 :
Le déficit de la France a baissé à 4.5 % du PIB
les recettes se sont élevées à 268 M , le déficit à 87 M , ce qui implique que nos dépenses sont de 355M ... nos recettes ne couvrent que 68% de nos dépenses ...L?état Français vit au dessus de ses moyens et à crédit et hypothèque le revenus des générations futures depuis 30 ans ... sauf que ce future dont nous avons confisqué une partie des richesses, c est aujourd'hui
a écrit le 15/01/2013 à 5:50 :
on est loin d'une reduction massive et necessaire!. Politiques de tous bords serrez vou la ceinture! Merci.
Réponse de le 15/01/2013 à 9:39 :
vous pouvez toujours parler....!le vrai serrage de ceintures, ce n'est pas pour tous ces messieurs !
Réponse de le 15/01/2013 à 10:03 :
Bonjour monsieur, et c'est là que ça fait mal, les politiques en question ne se serrent pas la ceinture, l'appareil parlementaire et celui de l'exécutif sont lourds coûteux et générateurs d'inertie. De plus se réclamer du socialisme lorsque l'on fait porter le poids de la réforme fiscale aux ménages relève d'une rare perversité dans la morale publique.
a écrit le 15/01/2013 à 0:03 :
L'exécution du budget 2012 voté en 2011 a permis de ne pas augmenter les dépenses publiques. L'exécution du budget n'aurait pas donné lieu aux dérapages habituels, l'administration aurait été sérieuse. Attendons l'audit des comptes. C'est en fait assez simple d'imputer des dépenses publiques à des comptes hors budget comme celui de le la sécurité sociale, d'EDF et autres sociétés nationales, les caisses de retraites, etc.
a écrit le 14/01/2013 à 23:05 :
Tiens ! Il est encore là, Cahuzac !
Réponse de le 15/01/2013 à 9:40 :
ben, oui, ils n'ont peur de rien tous ces mecs
a écrit le 14/01/2013 à 21:37 :
l'augmentation des impôts et taxes qui va frapper quasiment tous les ménages à partir de cette année, l'envolée du chômage, vont créer un recul de la consommation donc une diminution des rentrées fiscales donc un déficit accru.( avec des taux qui risquent de repartir à la hausse...).Il aurait fallu poser un anneau gastrique budgétaire à l'administration du pays afin de l'alléger avec un effort de 20 mds ? d'économies budgétaires et 10 Mds d'impôts nouveaux et non l'inverse....mais comme le gaspillage des deniers publics c'est aussi de l'emploi..public et privé....à court terme...les politiques ne sont pas prêt de changer une formule qui ...nous envoie dans le mur....
Réponse de le 15/01/2013 à 10:09 :
A quoi nous servent 577 députés, que font ils entendre de notre population? entendent ils que la souffrance, la précarité, l'incertitude ruinent le socle sur lequel ils sont assis? Veulent ils seulement concevoir cette possibilité? L'aveuglement semble total, effrayant de bêtise et d'entêtement à "rembourser" la dette...Abime du libéralisme triomphant, assèchement de toute idée même d'alternative autre que cette "austérité" imposée, dans une forme de totalitarisme qui ne dit pas ce qu'il est. Vivement le mur...? Et en plus une guerre, qui va la payer celle-ci, alors que la Lybie pèse encore sur nos comptes! Est-ce que sarkozy à donné une partie des sommes prises dans ses conférences pour rembourser sa guerre? Ce serait légitime puisque ayant tué Khadafi, il en à installé plein d'autres ...
a écrit le 14/01/2013 à 21:31 :
87 milliards d'euros de déficit, cela fait combien en % par rapport aux recettes (268.4 milliards) ? presque 30%
avec un tel déséquilibre, le fameux modèle français "que tout le monde nous envie" est mort, déficit totalement intenable dans une famille ou dans une entreprise, la création permanente d'une dette a rembourser par nos enfants et petits enfants créée par une génération irresponsable depuis 1973 et intrinsèquement égoiste.
a écrit le 14/01/2013 à 20:45 :
On se réjouit pour 300 millions d'euros, pour un budget annuel de l'état de 198 milliards en 2011 et un déficit de 92 milliards en 2011
Il va en falloir des petits ruisseaux de 300 millions
http://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_l%27%C3%89tat_fran%C3%A7ais_en_2011
a écrit le 14/01/2013 à 20:06 :
Moi je rêve qu'un jour on nous dise qu'on doit payer X en impôts et qu'on nous laisse répartir le montant sur les différents ministères/corps de l'État. Et qu'ensuite, le budget de l'État et prévisions de dépenses soient votés en conséquence.
a écrit le 14/01/2013 à 19:58 :
L'électorat de Sarkozy = les vieux et les petits commerçants et artisans
a écrit le 14/01/2013 à 18:35 :
les dépenses ont baissées de 300 millions au final mais grâce à une baisse des dépenses d'intérêt de 2,5 milliards. Donc sans la baisse des taux, les dépenses auraient augmentées de 2,2 milliards...
Réponse de le 14/01/2013 à 21:32 :
2,2 milliards, c'est moins que l'augmentation liées à l'inflation. les budgets sont donnés en francs courants.
Conclusion en francs constants, les dépenses seraient quand même en baisse, même sans la baisse des taux d'intérêt.
Réponse de le 15/01/2013 à 8:27 :
@ rryv: en anciens francs ou en nouveaux francs ?
a écrit le 14/01/2013 à 17:50 :
on se contente de peu!!!!!seulement un
milliard de déficit de plus!!!!
il faudrait faire plus que de l'homéopathie ....mais le Président ne
veut pas faire de peine aux millions
d'électeurs de gauche ....gros bataillons
de la fonction publique !!!!!
Réponse de le 14/01/2013 à 18:14 :
Vous apprendrez que Hollande a certes recu le vote de 65% des électeurs travaillant dans la fonction publique mais aussi de 53 % de ceux travaillant dans le privé. Alors vos idées recues...
Réponse de le 14/01/2013 à 19:35 :
Il aurait suffit que les bulletins blancs soient comptabilisés pour que nous n'ayons pas de président, aucun des deux candidats ne réunissant la majorité des bulletins présents dans les urnes. Voila comment la 5e organise la dictature d'une minorité sur une majorité tout en vous martelant qu'elle est légitime.
Réponse de le 14/01/2013 à 21:29 :
C'est faux : pourquoi on compterait tous les bulletins blancs pour Sarkozy ?

Ce n'est pas forcément dans les fiefs électoraux de la droite que les gens ne votent pas, c'est même plus souvent dans les fiefs de la gauche, d'où d'ailleurs un écart assez faible au 2ème tour finalement.

Aussi pour exemple :
- taux de vote dans l'ouest lyonnais massivement à droite : 5-10 % au-dessus de la moyenne.
- taux de vote dans l'est lyonnais (Venissieux, Vaux en Velin, ... et plus peuplées que l'ouest lyonnais) nettement à gauche :
5-10 % au-dessous de la moyenne.

Certes, ceci n'est qu'un exemple, mais ne croyez pas qu'il s'agit de cas isolés. il suffit de reagrder le taux de vote en Seine Saint Denis aussi.
Les gens ne votant pas (comprenant les bulletins blancs) auraient plutôt tendance à voter à gauche si elle ne les décevait pas.

Donc vous dites n'importe quoi (surtout par rapport à la répartition des bulletins blancs !) et vous prenez vous rêves pour des réalités.
Réponse de le 15/01/2013 à 6:07 :
@Clovis : D'où sortez vous vos chiffres. Vous avez fait un sondage ? L'anonymat est la règle lors d'élection.
a écrit le 14/01/2013 à 17:44 :
on attend les commentaires de la droite sur ces excellents chiffres?a moins qu'ils ne préfèrent s'exprimer sur la PMA?
Réponse de le 14/01/2013 à 18:13 :
Baisse des taux d'emprunt inespérée + baisse des rentrées de TVA en recession = "grand" succès budgétaire en 2012. Mais augmentation du déficit = hausse des taux + baisse des recettes fiscales due au matraquage en pleine recession = grand dérapage en 2013, à moins que le PS compte sur le mariage homosexuel pour améliorer les choses...
Réponse de le 14/01/2013 à 18:21 :
@elu ps
Vous avez loupé le chapitre sur le trou dans les recettes ou vous faites exprès...
Réponse de le 14/01/2013 à 18:47 :
Excellent chiffre ! Nous n'avons vraiment pas la même notion de l'excellence....
Réponse de le 14/01/2013 à 19:31 :
@eluPS : C'est votre collègue Georgina Dufoix qui a été interdite de s'exprimer sur la PMA et le mariage gay.
Et par qui? Par les nervis d'Act Up que subventionne la mairie de Paris (et le conseil régional).
Réponse de le 14/01/2013 à 20:09 :
+1 pour fred. L'Etat fait penser à ce vieux dessin de Reiser, ou une énorme femme sur une balance sautait de joie pour avoir perdu 3 grammes grâce à l'ablation de son clitoris.
Réponse de le 15/01/2013 à 9:44 :
hou!hou houlà, vous parlez d'une affaire, " pôvre femme"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :