Un début d'année catastrophique dans l'industrie

 |   |  436  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
L'indice PMI dans le secteur manufacturier s'est encore replié en janvier, indiquant une nouvelle contraction de l'activité. En Europe, seule l'industrie grecque est plus déprimée.

Pendant qu?Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif s?insurge contre le salaire de Carlos Ghosn, le président de Renault-Nissan, l?industrie française continue de souffrir. En janvier, l?Indice des Acheteurs PMI de la société Markit s?est une nouvelle fois replié. Passé de 44.6 en décembre à 42.9, il affiche ainsi son plus faible niveau depuis quatre mois. Petit rappel, au dessous de 50, cet indice indique une contraction de l?activité ; au dessus de ce seuil, l?industrie est en expansion.

Les indicateurs dans le rouge

« Cette baisse de l?indice PMI reflète un affaiblissement de ses cinq composantes en janvier. En effet, les taux de contraction de la production, des nouvelles commandes, de l?emploi et des stocks des achats se redressent tandis que l?allongement des délais de livraison des fournisseurs est moins marqué qu?en décembre », indique Markit.

Pour expliquer cette contre-performance, Markit évoque une forte diminution du volume des nouvelles commandes, le taux de contraction des ventes atteignant son plus haut niveau depuis mars 2009. Les répondants font état d?un environnement commercial très défavorable qu?ils attribuent à un manque de visibilité économique croissant. La faiblesse de la demande provient essentiellement du marché intérieur, comme en témoigne le taux de contraction des nouvelles commandes à l?export qui s?inscrit bien en dessous de celui du volume total des ventes.

« La détérioration de la conjoncture se poursuit dans l?industrie manufacturière française. Principale source d?inquiétude, le plus fort repli des nouvelles commandes depuis près de quatre ans observé en janvier fait craindre de nouvelles baisses soutenues de la production au cours des prochains mois. Parallèlement, le manque de visibilité économique croissant continue de peser sur la confiance des fabricants. Il en résulte une accélération des suppressions d?emplois ainsi qu?un renforcement des taux de contraction du volume des achats et des stocks d?intrants au cours de la dernière période d?enquête », précise Jack Kennedy, économiste chez Markit.

La Grèce fait moins bien que la France

L?industrie française est-elle un cas isolé en Europe ? « La France affiche un des PMI les plus faibles d?Europe, c?est très inquiétant », estime Steen Jakobsen, économiste en chef de Saxo Bank. En effet, à 41,7, l?indice PMI manufacturier est plus faible en Grèce. Mais il a progressé en janvier. Il atteint un plus haut de deux mois à 48,6 en Autriche, un plus haut de dix mois en Italie (47,8), un plus haut de 19 mois en Espagne (46,1)?.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2013 à 3:34 :
Il est vrai que l'euro est fort, trop fort pour la plus part des pays de l'Union Monétaire. Il n'est pas trop fort par contre pour l'Allemagne. Les multinationales allemandes ayant souvent réinvesti les bénéfices réalisés en zone euro dans des pays non Euro. Ceci fait qu'un euro fort rendra les produits Made hors Zone Euro moins chers et les produits Made in Zone Euro plus chers. Nous sommes inondés par du Made in Germany qui en fait est en grande partie Made hors Zone Euro. Le problème est toujours le même, les accords ont étés dictés aux autres pays de l'Union par l'Axe franco-allemand et ces accords favorisent les économies fortes, puisqu'il permet et favorise même le cannibalisme. De la le chômage des jeunes dans beaucoup de pays de l'Union Monétaire qui n'ont pas été en mesure d'accaparer la production du haut de gamme. Même pour un pays comme l'Italie (3me économie de l'Union) l'Euro et surtout les accordes de Maastricht ont été une catastrophe. Malgré le fait que les salaires et le coût du travail sont plus bas en Italie qu'en France et en Allemagne, la production industrielle italienne a baissé de plus de 25% depuis 2007, la baisse a été particulièrement forte surtout le haut de gamme.
a écrit le 03/02/2013 à 11:19 :
la crise continue ? , normal , les consommateurs voient tous les ans , une hausse de ceci ou de cela sans que les revenus suivent cette inflation là qui n'est comptabilisée nulle part , par contre les taux d'intérêts en baisse , il devient évident que placer de l'argent ou le consommer c'est tout faux , avec le temps on voit venir une baisse de la demande qui va faire de gros degats , la peur engendre la peur , cercle vicieux et la croissance en patie et le chômage lui galope , on est pas sortis de la peur , quand aux entreprises elles sont piégées par le contexte et aussi qu'un système général a explosé en 2008 et qu'on pas trouvé encore une solution de rechange a défaut de faire payer tout le monde , ce que peu comprennent , si on coule tout le monde coulera aussi , suicide mode d'emploi économique , on va passer une année 2013 piteuse , bon courage a tous .
a écrit le 02/02/2013 à 14:18 :
de toute façon avec les taxes, les impôts, les charges arbitrairement imposées, la prévision de réduction des revenus, il n'y a plus de sous dans les porte monnaies.
a écrit le 02/02/2013 à 10:28 :
C'est la chute finale....Nous avons atteint le point de non retour depuis longtemps. La politique "Sarkozy" qui a augmenté la dette de 40%...nous a assommé...La politique actuelle risque de nous...achever (augmentation des impôts,baisse de la consommation, augmentation du déficit .. faiblesse extrême du tissu industriel,, délocalisation, chômage et précarité...) L'économie collectiviste pratiquée depuis de plus de 40 ans (tous gouvernements confondus) porte ses fruits...amers.
a écrit le 01/02/2013 à 22:17 :
Nos gouvernants sont auto suffisants ils croient avoir des éclairs de génie en pondant des réformes tout aussi géniales qu'inutiles, en effet, ils sortent des meilleurs écoles. Le bon français moyen, cette éternelle vache à lait n'a pas d'autres choix que de travailler pour payer ses impôts et de s'appauvrir petit à petit à la vitesse d'une peau de chagrin qui se rétrécit petit à petit. La création de richesse est vues comme une spoliation du salarié, les gouvernants se sentent alors l'obligation de décourager l'esprit d'intiative . A force de taper toujours sur les mêmes, on finira par tuer la démocratie et on finira dans le sous développement. Notre France ne sera qu'un souvenir.
a écrit le 01/02/2013 à 18:00 :
Accuser les actionnaires de recevoir des dividendes au détriment de la R§D est mensonger. Le dividende n'est que la juste rémunération d'un placement à risques Les PME ,TPE souffrent effectivement d'un manque d'investissement ,ce ne sont pas elles qui versent le plus de dividendes . Ceci est du aux charges fiscales de toutes sortes qui pésent sur leur résultats ,obligeant le chef d'entreprise de réduire voir supprimer l'investissement ,un casse tête annuel. Les entreprises d'autres pays rémunérent bien leurs actionnaires tout en étant perf.
a écrit le 01/02/2013 à 16:47 :
Si effectivement la situation actuelle est essentiellement un héritage laissé par les gouvernements précédents, l'actuel doit radicalement changer de discours et de message.

Il semble urgent de renvoyer les communicants et autres agitateurs agités vers d'autre missions et de les remplacer par des gens intelligents ayant un minimum de recul et de compétences.

Il faut un vrai projet de société, une réforme du droit et des contrats de travail, une réelle politique industrielle et de grands travaux (au détriment du sacro-saint déficit public) axés vers nos besoins : le logement, les structures publiques (hopitaux, écoles, tribunaux, prisons) financé partiellement par une réforme des marchés financier.

Evidemment, il faudrait utopiquement que ces mêmes gouvernants occulte toute idée de ré-élection ou de popularité en ne gardant en ligne de mire que l'intérêt public...
Réponse de le 01/02/2013 à 17:15 :
Votre raisonnement est le bon à l'exception de la taxation des marchés financiers, car des investisseurs institutionnels à tondre fiscalement domiciliés en France, il n'y en a plus beaucoup et ça ne va pas s'arranger. C'est un miroir aux alouettes.
Réponse de le 01/02/2013 à 17:34 :
Et vos grands travaux vous les financez comment? Pour mémoire nous avons déjà 1800 milliards d'euros de dettes...Dont une partie pour financer notre fonctionement. Votre raisonnement n'est valable que dans l'hypothèse
d'une cure d'amaigrissement de notre systeme social.Bon courage.
Réponse de le 01/02/2013 à 17:58 :
Par la planche à billet évidemment... d'autant plus en période de guerre Monétaire annoncée et d'? fort. Seule la BCE peut racheter les dettes en les compensant, ce qui va à l'encontre de toute orthodoxie monétaire évidemment... mais face à une situation économiquement inédite, l'inattendu et le "supposé absurde" devraient être envisagés.

La spirale de la charge d'intérêt accumulée est sans solution cartésienne. Il semble indispensable de régler la question à grands coups de règle.... oui je vous entend déjà, c'est absurde... tout autant que l'arrêt de la convertibilité or, et que la dématérialisation. Il faut un nouveau "Breton-Bois" :)
Réponse de le 02/02/2013 à 6:37 :
des grands travaux?désolé,les collectivités locales le font depuis longtemps.le résultat?devis gonflés,projets inutiles et absurdes,hausse des impots locaux,la ruine pour tous sauf les hommes politiques et les bétonneurs.bref,ce que les espagnols ont fait,rassurez vous on y arrive
a écrit le 01/02/2013 à 15:56 :
Le désindustrialisation de la France va hélas continuer durant les 5 prochaines années, car aucun industriel de taille importante ne peut accepter le climat anti - entreprise qui règne au gouvernement.
a écrit le 01/02/2013 à 15:08 :
Il n'y a pas Montebourg sur la photo?
Réponse de le 01/02/2013 à 15:16 :
Ben non, parce que c'est lui qui l'a prise, en vue du rapport qu'il va présenté au président.
a écrit le 01/02/2013 à 15:06 :
Pour être assuré que la France SOMBRE dans un cataclysme industriel, il suffit de maintenir Oseo Innovation ex Anvar et ses pléthoriques "officines" dépendantes parfaitement DESTRUCTRICES de façon massive de créations d'emplois nouveaux exportateurs ... pour faire simple, oseo ex Anvar ce sont les missiles style SKUD pour casser, et les "officines" dépendantes sont les kalachnikov qui finissent la casse des créations d'emplois ...
a écrit le 01/02/2013 à 14:53 :
Les salariés taillables et corvéables à merci triment pour engraisser le public et ils sont gourmands, ils en veulent plus et surtout ne pas leur demander de travailler !
Réponse de le 01/02/2013 à 15:01 :
"Sophie", votre commentaire serait plutôt dans la NATURE de NKM Morano Pécresse MAM, ça fait un peu pouffde service !!!
Réponse de le 01/02/2013 à 16:22 :
Allez lire l'article de la Tribune sur Zahia lingerie, ce sera plus de votre niveau !
Réponse de le 01/02/2013 à 17:27 :
Sophie, il ne faut jamais critiquer le service public, ils deviennent hargneux.
Et quand ils ont affaire à une femme, ils se déchaînent!
Réponse de le 01/02/2013 à 18:02 :
Sophie, entierement d'accord.
il est même scandaleux de voir le Public-emploi-protégé-à-vie descendre dans la rue pour réclamer des hausses de salaire alors que le taux de chomage (du Privé) est au plus haut et que les caisses de retraite du Privé continuent à se faire ponctionner au profit du Public....
Réponse de le 01/02/2013 à 22:29 :
sans compter que le salaire median des fonctionnaires est 400? plus élevé que dans le privé...
a écrit le 01/02/2013 à 14:50 :
Le ministre est une parfaite baudruche gonflée à l?orgueil ! La production ne cesse de reculer?
a écrit le 01/02/2013 à 12:56 :
Cette situation est le résultats de la politique menée ces 10 dernières années. Les entreprises au lieu de réinvestir les gains de productivité dans la recherche, le développement (je ne parle même pas des salaires) ont privilégié le versement de dividendes aux actionnaires. De ce fait, les entreprises ont en France un appareil productif vieillissant (il suffit de regarder l'âge du parc de machines outils en France par rapport à d'autres pays) et beaucoup moins robotisés. On peut gloser à volonté sur le coût de la main d'oeuvre mais ce n'est que l'arbre qui cache la forêt.
Deuxième handicap pour notre pays, la dette. Mais d'où vient elle? il ya bien sur la crise, mais aussi la baisse massive de la fiscalité en France. Ainsi entre 2000 et 2009, le taux marginal d'imposition à baissé en France de 13,2% contre une Baisse moyenne européenne à 6,3%. Ainsi depuis 2011, l'augmentation de la fiscalité ne nous ramène même pas au niveau de celle des années 2000.
Comme le dit "cocorico les rentiers", ce sont en effet les rentiers qui ont tiré leur épingle du jeu. Ainsi le patrimoine de Français représente plus de 11 000 milliards d'Euro (pour un pays en faillite?) et 80% de cette richesse est concentrée par 20% de la population.
Le patrimoine en France n'est pas majoritairement détenu par des entrepreneurs, mais par des rentiers qui n'ont eu qu'à heriter et ne souhaite qu'une chose continuer à prospérer sans prendre de risque.
Mais je pourrai aussi parler de l'augmentation pharaonique de l'immobilier qui pénalise les entreprises et la croissance. A chaque fois que l'immobilier augmente de 10%, les entreprises perdent 1,5% de compétitivité car elle y doivent consacrer de plus en plus d'argent.
Nous sommes en France dans une société malade de cette rente improductive. Le plus grave est que cette idée se développe de plus en plus et finira si il n'ya pas mis bon ordre par détruire notre pays.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:02 :
Votre dyathribe sur la fiscalité est pour le moins farfelue. Inutile de faire un pavé si c'est pour assèner des contre-vérités. Par ailleurs fonder votre analyse (erronée) sur un impôt représentant 10% des recettes de l'état est absurde. Le taux de prélèvements obligatoires rapporté au PIB est aujourd'hui d'environ 57%, il n'a jamais été aussi élevé en France et nous placera en tête des pays de l'OCDE en 2013 s'agissant de pression fiscale. Rien à sauver dans votre commentaire mensonger d'obédience néo-marxiste.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:18 :
Les dividendes n'on pas augmentés dans des proportion qui aurait induit l'effet de sous-investissement. Les entreprises sont bien obligées de rémunérer à minima les actionnaires qui leur reste. La fuite de ses derniers (dû a la crise et aux taxes et impôts) n'a jamais été aussi forte entre 2007 et 2012. Surtout chez les petits porteurs qui ne sont pas encore revenu, il faut bien les attirer avec autre chose que des pertes et la perspective de payer toujours plus d'impôts et de taxes. Sarko à même supprimé l'avoir fiscal se qui reviens à une double taxation. Si il y a un sous investissement chronique dans les entreprises françaises c'est avant tout dû a la ponction étatique qui dépasse 56% du PIB. En gros quand le secteur privé se fait lessiver il a du mal a investir CQFD.
Réponse de le 01/02/2013 à 17:25 :
aucun de vos chiffres correspond à la réalité, +10% immo = 1.5% de moins de compétitivité; vous rendez vous compte de la bêtise de cet argument??
a écrit le 01/02/2013 à 12:48 :
Faut arrêter de se moquer du monde, le PMI est en bas depuis 3 ans, pourtant l?Allemagne elle a rétabli sa production. C?est qu?en France on n?apporte pas de soutien à l?activité. Voyez ce qu?on nous dit, la pauvreté explose et le gouvernement ne s?occupe pas des gens qui sont à la rue. A quoi servent ces gens là, ces messieurs de la politique si ce n?est semer le chaos et la désolation ? Qu?on forme des bataillons !
a écrit le 01/02/2013 à 12:34 :
Pas de panique, la croissance arrive à la fin de l'année. On ne sait pas comment, on ne sait pas d'où, mais elle arrive... Franchement, combien de temps cela peut-il durer cette histoire ? on est à la veille de gros problèmes. Le "modèle social" français ne passera pas le quinquennat de Hollande (si ce dernier va jusqu'au bout de son mandat, ce qui est loin d'être acquis).
Réponse de le 01/02/2013 à 22:36 :
la fin du modèle social français, c'est p-e la meilleure chose qui pourrait nous arriver!
et la fin définitive de la gauche au pouvoir en 2017!
a écrit le 01/02/2013 à 12:34 :
L'illustration de l'article est symptomatique. Il suffit de voir dans le nord de l'Italie les entreprises florissante au bord des autoroutes. Même chose outre-Rhin. En France ce ne sont que les centres logistiques c'st-à-dire des hangars où les camions apportent les marchandises importées lesquelles sont ensuite réparties sur tout le territoire.
a écrit le 01/02/2013 à 12:32 :
C est la faute a sarko
Réponse de le 01/02/2013 à 16:47 :
c'est la faute aux politiques depuis 1900 !!!
mais c'est aussi la faute à chacun de nous qui attend tout des autres !!!
Levez-vous bon sang et travaillez il y a assez à faire !!!!!!
n'attendez pas tout des politiques qui sont aussi nuls que les fonctionnaires et ce n'est pas peu dire !!!!!
Réponse de le 01/02/2013 à 17:17 :
Si les fonctionnaires sont nuls le niveau de votre argumentation (pardon du gros mot) montre que vous ne valez guère mieux !
François
a écrit le 01/02/2013 à 12:31 :
@ La tribune: Pourquoi un article sur le 4eme trimestre du PIB 2012 pour l'Espagne, mais la même publication 4eme trimestre du PIB 2012 (d'ailleurs très mauvais) -le même jour- pour la plus grande économie les USA ne se fait pas sur vos pages. Le PMI français s'apprécie également avec la performance de la 1ere économie de L'europe, l'Allemagne a une des plus fortes progression et le niveau le plus élevé en Europe (49.8) en janv 2013 presque sur le point de retour de la croissance à 50. Vous omettez d'en écrire. Par contre, les lecteurs peuvent compatir avec le pré-retraités allemands... Vous omettez également d'écrire à quel point le PMI est corrélé à l'évolution du PIB, comme index précurseur. 42.9 pour la France, c'est très, mauvais pour l'ampleur de la récession future. La Russie a publié aujourd'hui ses résultats du 4eme trimestre 2012. Peu développé ce pays devance la France pour la rapidité de ses publications, (Gérard n'y est pour rien); Il me semble qu'il n'y pas que l'industrie française qui tourne au ralentit.
a écrit le 01/02/2013 à 12:19 :
Le petit franchouillard a comme ambition dans la vie de devenir rentier immobilier. Il croit qu'il est un "créateur de richesses". Pendant ce temps, l'allemand, l'italien, l'espagnol même se bat pour gagner des parts de marché et conserver son rang dans la mondialisation... Le rentier français est le cousin du fonctionnaire : ce sont des insiders qui veulent à tous prix bétonner leurs rentes, quitte à asphyxier l'économie française !

Réponse de le 01/02/2013 à 12:34 :
Pour parler comme ca vous ne devez pas etre chef d'entreprise.
Vous seriez réellement ce qui étouffe les VRAIS CREATEURS DE RICHESSE.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:21 :
@ Cocorico
Vous ne devez pas avoir de locataire non plus. Le mien, ça fait 6 mois qu'il ne paye plus et il est ultra protégé par la loi. Je n'avais pas ambition de devenir rentier, juste de faire un placement.
J'ai aussi mon entreprise et là j'en ai plus que marre des cotisations, impots, taxes, reglements, bureaucratie beaucoupl plus importants qu'en Allemagne. Le français ne peut plus lutter, c'est juste fini.
Et puis en meme temps, ça ne me fait plus ni chaud ni froid. Je pense que c'est le meme type de résignation qu'il y avait dans les pays de l'est il y a encore pas si longtemps.
a écrit le 01/02/2013 à 12:16 :
normal quand on a réussi à coller un crédit immo au taquet à tant de gens, il reste plus grand monde pour consommer...Idem quand on chouchoute nos rentiers qui demandent des loyers exubérants au regard de ce que gagne un actif....on a une France de rentiers, de néo prorprios semi-miséreux pour les 20/25 ans et des entreprises qui ferment ou partent...
Réponse de le 01/02/2013 à 12:35 :
A coté de la plaque, vous avez du mal à vous trouver un logement en ce moment ou quoi?
Réponse de le 01/02/2013 à 14:37 :
@marre... : non il n'est pas à côté de la plaque. Je suis cadre dans l'industrie depuis des années, et le lien foncier haut/industrie basse est une réalité. Seul le Japon du début du XX siècle avait réussi à lutter contre ce cocktail mais au prix d'une discipline que les Européens d'aujourd'hui sont incapables de trouver, solutionner.
Réponse de le 01/02/2013 à 16:52 :
c'est simple, si vous voulez que l'immobilier baisse, dégagez les normes : un appartement loué doit être remis aux normes electriques chaque 2 années !!!! qui paie ???
a écrit le 01/02/2013 à 12:12 :
C'est plus important le mariage gay, le droit de vote des étrangers, la pression fiscale sur les revenus que de s'attaquer aux vrais problèmes de fonds de l'économie française. Attendons qu'il soit possible de mettre une le pen ou un melenchon aux manettes histoire de vraiment toucher le fond et enfin aprés repartir sur des bases réalistes et capitalistes
a écrit le 01/02/2013 à 12:11 :
On entend ça à la radio en effet. La France serait le maillon faible de l?Europe : le reste progresse et la France recule, le progrès à l?envers. C?est dommage pourtant il existe des qualifications?
a écrit le 01/02/2013 à 12:10 :
Mais non rassurez vous il y a le Montebourg
qui nous tient à hue et dia des discours
Il nous promet que tout va pour le mieux
qui du reste parmi les socialiste ferait mieux ?
Il nous rasséréne des contines comme la marquise
à coup d'idioties, de démagogie et de prosopopées
à la cantine les bambins s'amusent avec les poupées
Chez nous on a les socialistes qui veulent tuer les nantis
pour maintenir les communistes qui restent abasourdis !
car les riches s'enfuient à tout jambes comme des souris.
a écrit le 01/02/2013 à 12:05 :
La France poursuit inexorablement son déclin. Après des dirigeants comme Jospin, Chriac, Sakozy et maintenant Hollande, qui ont laissé filer les déficits sans entreprendre les réformes indispensables dont le pays a besoin. Le Canada, la Suède et la RFA ont tranché dans le vil pour leur plus grand bonheur. Après tout l'essentiel est que les ministres et parlementaires puissent continuer à mener la grande vie.
a écrit le 01/02/2013 à 12:03 :
Au lieu de passer du temps sur le mariage pour tous, nos gouvernants devraient se soucier de l'avenir de notre pays et au bien être de ses habitants. Il y a eu des négociations sur l'emploi qui ont abouti à un résultat insuffisant sans doute, mais peut-être aurait-il fallu le faire voter à l'assemblée rapidement au lieu de nous soûler avec leurs réformes sociétales qui concernent au final peu de personnes..
Réponse de le 01/02/2013 à 12:50 :
Comme les politiques n'ont aucune influence sur la reprise de l'économie, ils occupent l'opinion publique avec les questions sociétales. D'où le mariage "pour tous" (plus large que le mariage homosexuel), la PMA, la GPA et le droit de vote des étrangers qui ressort du chapeau.
a écrit le 01/02/2013 à 11:56 :
Entre les mesures prises depuis longtemps concernant la réglementation technique ( REACH, biocides, ATEX, doc Unique, revisions ICPE... ) celle du travail ( 35 heures avec et sans heures sup, loi sur les travailleurs handicapés, portabilité de mutuelles, congés paternités... ) les mesures fiscales ( RSI sur dividendes...) , le tout sur fonds de conjoncture de crise... je suis très très étonné que l'industrie ait un coup de mou
a écrit le 01/02/2013 à 11:53 :
N'avait-on pas dit il y a qq mois qu'avec Hollande et ses sbires nous aurions été au niveau de l'Espagne??? erreur colossale non, non nous sommes arrivés au niveau de la Grèce, après il n'y a pas plus bas. Continuons à distribuer, à parler de mariage pour tous, du vote des étrangers non communautaires, de la guerre gagnée à lui tout seul par Moaje. Le ridicule de ce "machin" à l'étranger commence vraiment à devenir insupportable.
Réponse de le 01/02/2013 à 12:12 :
100% d'accord, je crois que de toutes manières plus grand n'y croit,
a écrit le 01/02/2013 à 11:48 :
Si on libérait réellement les énergies en France (je sais, c'est une révolution), la France serait le pays le plus riche d'Europe. Mais voilà: les fonctionnaires ont pris le pouvoir, portés par une idéologie étatiste qui remonte à Colbert, mâtinée de marxisme depuis 1968, période à partir de laquelle la France décline, d'abord doucement grace à M. Barre puis a toute vitesse depuis. En effet les Chirac et Sarkozy ont tous été étatistes. Il faudra être totalement ruiné pour que, comme souvent, le pays se redresse, mais il faudra la poigne d'un Napoléon. On ne le voit pas à l'horizon...
Réponse de le 01/02/2013 à 11:55 :
Marine, c'est le seul et unique recours pour cette France en perdition.
Réponse de le 01/02/2013 à 12:08 :
Au niveau Economie, Marine c'est triple zéro. Désolé ! Nous deviendrions la Corée du Nord de l'Europe.
Réponse de le 01/02/2013 à 12:18 :
J'adore la débilité de ce genre de commentaire "triple 0 - corée du Nord" franchement n'importe quoi, d'abord les autres sont totalement nulles alors triple 0 contre 0 ou double 0 ça fait 0 donc pourquoi ne pas changer, et ensuite la Corée est une dictature et si je ne me trompe pas, nous aussi sur pas mal de sujet ! Traité Européen (non = oui), réglementation Européen (ogm non = oui), mariage pour tous si referendum = non mais ce sera oui, pas de proportionnel donc 20% des Français non représenté "unique en Europe ..." vous en voulez encore ... Alors je ne vois pas trop ou est la méchante Marine ? Je vous dis ça alors que ce n'est pas "encore" la personne pour qui j'ai voté comme quoi on peu être objectif tout simplement.
Réponse de le 01/02/2013 à 12:57 :
Ah!, bon!, vous nous faites découvrir aujourd'hui que Marine a participer à des gouvernements et nous avait apporté ses preuves de mauvaise gestion!.
Pouvez vous nous dire sous quel gouvernement Marine à participer déja?, par ce que nous n'en avons aucun souvenir.
a écrit le 01/02/2013 à 11:45 :
Le flash est sorti le 24... personne sauf La Tribune ne regarde le chiffre du 1er!
a écrit le 01/02/2013 à 11:36 :
Du moment que ça correspond aux graphiques d'évolution et aspirations des partenaires sociaux si chers à nos" gouvernants", y a pas de problèmes!.
Chaque jour que le bon Dieu fait apporte son lot de résultats économiques ineptiques imputables à nos "chers" élus et leurs bandes de fossoyeurs de l'emploi!.
a écrit le 01/02/2013 à 11:23 :
oui certaines regions vont devenir pilote pour le retablissement de la vignette automobile ,les elus ps du nord en revent
a écrit le 01/02/2013 à 11:18 :
Pas d'industries = chomage!
Il suffit de regarder autour de nous et le constat est amer! Le seul qui s'en sorte, c'est l'allemagne....en France, tout fout le camp....Notre gouvernement ferait bien mieux de réindustrialiser la France au lieu de taper sur les "riches" industriels... c'est eux qui investissent et nos les smicards, autres RMI et RSA!
Réponse de le 01/02/2013 à 15:35 :
"réindustrialiser la France" ? Pas possible avec l'UE. Libre circulation des capitaux et euro trop fort. Le reste c'est de la gesticulation.
a écrit le 01/02/2013 à 11:13 :
Que fait Montebourg ?? Et FH ? Nos poches se vident à grande vitesse, entre impôts et taxes supplémentaires, augmentations de tout sauf les revenus. Le résultat est là.
a écrit le 01/02/2013 à 11:11 :
cqfd
a écrit le 01/02/2013 à 11:07 :
Ces informations qui ne surprennent personne, sauf les services de la présidence et du premier ministre confirment deux choses :
1/ les décisions économiques et fiscales des gouvernantss en place vont à l'encontre des espoirs et de la confiance qu'elles suscitent
2/ Dans quelques mois la situation économique de la France sera aussi voire pire que celle de la Grèce, alors que d'autres pays européens ont eu le courage de prendre des mesures qui commencent à améliorer leur situation....;CQFD
Réponse de le 01/02/2013 à 11:22 :
Pour compléter Titou, cela signifie en effet que les ajustements réalisés dans les pays dits du Sud portent leurs fruits, même si la situation n'est pas géniale, mais avec comme corrolaire que ces pays du Sud sont en train de devenir bien plus compétitifs que la France et que donc nous risquons une chute brutale, mais surtout une période très longue et des sacrifices très importants (au niveau social) pour nous en remettre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :