Affaire Findus : sur la piste de la viande de cheval suspecte

 |  | 779 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le dénouement de "l'affaire Findus" se rapproche. Avant la remise des conclusions de l'enquête menée par la Direction de répression des fraudes attendue ce jeudi, plusieurs journaux ont déjà fait des révélations sur l'orgine supposée du scandale. La Tribune remonte le fil.

Qui a vendu la fameuse viande de cheval pour du boeuf? A quelques heures de l'annonce des résultats de l'enquête de la DGCRF (Direction générale dela concurrence, de la consommation la répression des fraudes), de nouveaux éléments ont été avancés par plusieurs journaux européens. De quoi remonter quelques pistes.

La transaction entre l'entreprise française Spanghero et le trader chypriote Draap

Selon le Parisien, l'entreprise française Spanghero aurait acheté 42 tonnes de viande de cheval au trader chypriote Draap Trading Ltd. Pour étayer cette affirmation, le quotidien dit avoir pu consulter une facture obtenue de la part les autorités roumaines. Sur ce document, il serait indiqué un code international "0205 0080" qui signifierait "viande de cheval congelée".

Pour rappel, selon les premiers éléments de l'enquête menée par la DGCRF, la fameuse viande de cheval retrouvée dans des lasagnes et d'autres plats cuisinés vendus par Findus, Picard et sept autres distributeurs dans plusieurs pays européens provient de Roumanie. Un trader situé au Pays-Bas l'aurait commandé pour un autre trader, qui, lui est situé à Chypre. Celui-ci a ensuite vendu ce "minerai" (des bas morceaux de viande hachés et congelés) à Spanghero qui a fourni une autre entreprise française, Comigel, chargée de le transformer. Son usine luxembourgeoise, appartenant au groupe Poujol, a ensuite alimenté les différents distributeurs impliqués. Donc, si l'on en croit les informations du Parisien, au moment de la transaction entre le courtier chypriote et Spanghero, le fait que ce minerai contenait non pas du boeuf mais du cheval était connu. Reste à savoir par qui.

Au Parisien, un représentant de l'entreprise a déclaré qu'elle n'avait "jamais reçu de factures de Draap Trading relatives à de la viande de cheval" et qu'il ne "s'explique pas le document cité". Le 11 février, l'entrepise avait annoncé avoir porté plainte contre X pour tromperie. "Nous n'avons pas acheté ni vendu de la viande de cheval", avait en outre affirmé à l'AFP le 9 février le patron de l'entreprise située à Castelnaudary dans l'Aude.

Le passé du patron de Draap

De son côté, l'intermédiaire chypriote, Draap, fait l'objet d'interrogations. Son nom n'a pas été cité dans les communiqués de la Direction générale de la répression des fraudes, mais son directeur affirme bien avoir entrenu des relations commerciales avec le français Spanghero. L'entreprise est enregistrée à Chypre et détenue par une holding baptisée Hermes Guardian située dans les îles Vierges britanniques et dirigée depuis la région d'Anvers par Jan Fasen, un entrepreneur belge. Ce même Jan Fasen a déjà été condamné par le passé pour des faits similaires en janvier 2012, selon la chaîne de télévision néerlandaise NOS  et le Financial Times. La cour de justice de la ville de Breda, aux Pays-Bas, l'ont condamné à 9 mois de prison dont trois ferme pour avoir remplacé des étiquettes. Il s'agissait de viande de cheval achetée en Amérique du Sud et revendu comme s'il s'agissait de boeuf allemand. Cette viande a ensuite été commercialisée en France sous le nom de "boeuf halal". La presse néerlandaise évoque aussi le nom de Hans Windmeijer, qui dirige une autre entreprise spécialisée dans le négoce de viande: Meat Trading BV. Selon De Telegraaf, Hans Windmeijera, lui aussi été condamné à Breda, pour les mêmes faits que Jan Fasen et serait injoignable depuis mardi.

Jan Fasen a accordé une interview au Guardian dans laquelle il confirme avoir acheté de la viande de cheval dans des abattoirs roumains. "J'étais sûr à 100% que j'achetais du cheval. Nous l'avons vendu à Spanghero en France ainsi qu'à d'autres client en Belgique et en Hollande. Tout à été vendu comme du cheval. Il n'y a pas de doute sur cette question. Quelqu'un a fait une erreur et ce n'est certainement pas nous".

Une enquête suivie de près par l'UE

Ce jeudi encore, de nouveaux cas ont été signalés en Allemagne où les supermarchés Real (316 magasins) ont détecté la présence de viande de cheval dans des produits à bas prix dans des produits dont les étiquettes ne mentionnent pas la présence de cette viande. Dans ce contexte, les résultats de l'enquête menée par la DGCRF sont particulièrement attendus, notamment à Bruxelles. L'Union européenne a indiqué avoir lancé une campagne de vérification à grande échelle avec des tests ADN et une réunion doit avoir lieu vendredi pour prendre de nouvelles mesures.

________

Pour en savoir plus

>> DIAPORAMA 10 exemples qui ont fait mal à la filière agroalimentaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2013 à 3:00 :
moi jtrouve pas sabot
a écrit le 15/02/2013 à 18:31 :
En même temps c'est plus facile pour l'Etat français de s'attaquer à une société française pour remplir ses caisses que de s'attaquer à une société hors hexagone. Voilà pourquoi nombreux sont les candidats à la délocalisation. Attendons de voir la conclusion de la DGCRF si un scandale européen sera déballé au grand jour au risque de fragiliser l'union et ses entreprises sur les marchés internationaux.
a écrit le 14/02/2013 à 19:24 :
Ah! l'Europe! c'est cool, c'est chouette, ça déglingue tout , c'est génial, chacun fait ce qu'il veut, n'importe comment, et cerise sur le gâteau, ça nous mène à notre ruine! que du BONHEUR ! tout coule, mais tout va très bien, Mme la Marquise..!!
a écrit le 14/02/2013 à 18:03 :
Faite confiance au marche et espérons une faillite de findus c est la seule chose qui fera peur à la filière agro alimentaire qui nous prend pour des gogos. Le reste c est du baratin
Réponse de le 14/02/2013 à 18:41 :
@Pierre: faisons confiance à un autre emberlificoteur pour démêler l'embrouille :-) un peu comme légaliser la présence du renard dans le poulailler, non :-)
Réponse de le 14/02/2013 à 19:16 :
Cela va commencer par la fermeture de Spanghero ( Groupe Lur Berri) avec à la clef la suppression de 500 emplois sur la ville de Castelnaudary.
Réponse de le 14/02/2013 à 20:06 :
L'hémorragie continue...
a écrit le 14/02/2013 à 17:46 :
après vision des compte-rendus de hamon et le foll,c'est beau l'europe qui coopère
a écrit le 14/02/2013 à 17:31 :
Tous coupables...Findus, il n'est plus aveugle que quelqu'un qui ne veut pas voire...et nos services vétérinaires,
douaniers ils faisaient quoi? pendant ce temps là.....à part toucher leur salaire . Nos politiques..et leurs
mariages...bref la gabgie mais organisée
a écrit le 14/02/2013 à 17:19 :
42 tonnes (pour un trader le ticket d'entrée est à 24 T) pour de la viande achetée à l'abattoir à 1 euro, même à 0,5 euro de marge par trader, nos deux compères hollandais et "chypriote belge" ont encaissé chacun 21.000 euros pour 3 fax échangés.
a écrit le 14/02/2013 à 16:30 :
Coïncidence "amusante" : tuer des personnes est puni en fonction que vous soyez riches et puissant : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Legionellose.-Amendes-pour-les-filiales-d-Exxon-et-General-Electric_6346-2164035-fils-tous_filDMA.Htm . Soit, pour des sociétés, ... rien.
a écrit le 14/02/2013 à 16:23 :
le trader chypriote est dans de sales draap .. lui !
a écrit le 14/02/2013 à 15:57 :
et pour mes croquettes au boeuf qu'en est-il?
Réponse de le 14/02/2013 à 16:27 :
et nos yaourts, plus rien de sûr !
Réponse de le 14/02/2013 à 17:06 :
@ ouah ouah: pour toi, c'est du filet de boeuf Angus !
a écrit le 14/02/2013 à 15:50 :
à toutes choses malheur est bon !!!! fifi et nini les plats préparer... (que je ne peux manger.... raison de santé)... je ne vois personne crier au scandale.. de l'huile de palme présente dans un tas plats préparés !
a écrit le 14/02/2013 à 15:42 :
En delà du scandale ... personne n'a été intoxiqué !
a écrit le 14/02/2013 à 15:36 :
"De la viande de cheval britannique contient du phenylbutazone"... normal c'est du cheval de course !!!
a écrit le 14/02/2013 à 15:36 :
Le soit disant trader chypriote est un belge dont la société est domiciliée aux Iles Vierges. Le trader hollandais doit être du même acabit...
a écrit le 14/02/2013 à 15:09 :
On se fiche vraiment du monde. Cette histoire de suspicion n'est que complicité de faux culs avec le jeu de mistigri qui règne souverainement pour faire tourner les affaires.Le business, c'est pas pour les enfants de coeur et c'est pas pour rien que l'on échafaude les pyramides de sociétés gigognes comparses mais camouflées avec les opérations de défausse par l'hyper segmentation du marketing et de la gestion, pour perdre le chaland dans le maquis des réseaux et filiaires. Courtiers et traders ne sont que les croupiers du Casino des affaires et parler d'immoralisme est stupide puisqu'il ne s'agit que d'amoralisme. Les accidents mortifères sont suspectés des dizaines années pour aboutir à une conjonction de hasards malencontreux. C'est justement pour cela, que malgré, un temps seulement, d'épiques virulences à Davos et l'affirmation de réglementation des marchés financiers , rien d'autre n'a été fait et ne sera fait que des leurres pour enfariner l'opinion.
a écrit le 14/02/2013 à 15:04 :
c'est si les commandes de boeuf passant par les traders en question aboutissent fréquemment en Roumanie ou pas. Laquelle Roumanie a d'importants stocks de carcasse de chevaux à mettre sur le marché... Les abattoirs roumains sont peut-être en cheville avec les traders pour écouler leur stock.
Réponse de le 14/02/2013 à 15:16 :
Précision : le trader avait déjà été condamné en Hollande un 1 mois de prison pour avoir vendu du cheval pour du boeuf "hallal". Vous saisissez mieux la constitution du réseau de mafieux, là..??
Réponse de le 14/02/2013 à 15:51 :
Il faut bien dire que le marché de la viande est un serpent de mer chez la mafia. Déjà au USA en 1950-1960 elle trafiquait du porc voir du "divers" sous étiquette "boeuf". Un trafic secondaire, mais peu risqué et facile (un peu moins de nos jour avec les progrès sur l'ADN). Pour se trafic il suffit de s'introduire dans un maillon de la chaine d'approvisionnement. Prendre du bas de gamme et l'étiqueter haut de gamme. Encaisser la différence. D'autant plus intéressant que ça peut aussi servir a blanchir du cash d'autres activités.
a écrit le 14/02/2013 à 15:02 :
c'es bon l'Europe !
a écrit le 14/02/2013 à 15:02 :
Du cheval argentin vendu pour du boeuf "hallal". La soi-disant traçabilité n'empêche pas de faire valser les étiquettes au propre comme au figuré. Je dénonce à longueur de commentaires la mondialisation et je vais continuer à acheter auprès des producteurs locaux que nous connaissons, la viande et divers produits bio qu'ils élaborent. C'est plus cher, mais on en mange moins et c'est très bon pour la ligne.Vivement le printemps et les légumes au jardin.C'est du boulot, mais on n'a rien sans rien.
Réponse de le 14/02/2013 à 15:17 :
JB38. Clair que vous avez les moyens. Mais je vous rassure : ça va pas durer.
Réponse de le 14/02/2013 à 15:57 :
je n'ai pas d'écran plat pour la TV, ni ni canal + etc .... mais la bouffe de qualité ça se paye, fini de croire que l'on va manger pour rien ! Yvan (ma passion la cuisine)
Réponse de le 14/02/2013 à 15:59 :
Yvan : "la présence de viande de cheval dans des produits à bas prix ".
Réponse de le 14/02/2013 à 16:11 :
JB38: j'ai un ami producteur de viande bovine (filière ultra-courte, donc). Il m'a indiqué qu'il n'a aucun moyen de savoir si la viande que lui remet l'abattoir est bien celle de la vache qu'il a amené (et il est obligé de passer par l'abattoir).

Certe, si je lui prend de la viande, je suis sûr d'avoir de la vache... mais pas forcément la sienne qui a broutée l'herbe, mais peut-être celle élevée aux hormones...
Réponse de le 14/02/2013 à 16:50 :
Alors là Wally, celà fait encore plus peur parce que celà signifierait-il qu'on achète de la viande Bio qui ne le serait pas forcément?A moins que les abattoirs bio existent mais je l'ignore...Donc si j'achète un steak bio , rien ne me dit que celà est le cas sauf le prix 10-15% plus cher? !!!
a écrit le 14/02/2013 à 14:55 :
il est fort ce walter, en plus d'avoir passer sa jeunesse a taper sur les rossbeef, maintenant il leur fait manger de la viande de cheval, et bientot des cuisse de canard confites a partir de viande de grenouilles !!! trops fort !!! blagues à part, à quand la réouverture des petites boucheries dans les villes et campagnes, avec un élevage de proximité !! Les consommateurs veulent des produits moins cher, certes, mais par ce biais on favorise toutes les magouilles et companies !!! tous complices, et pas vu pas pris !!!!
a écrit le 14/02/2013 à 14:40 :
à mon bouché : " mettez moi un morceau de 0205 0080 " 800 grs ça vous va !! on code encore en europe , c'est malsain suspect source de camoufflage etc . de plus en lisant pour faire des lasagnes pas bonnes ! : chypre , le luxembourg , holding , îles vièrges , condanné , amérique du sud , tests ADN , trader , dgccrf , halal !! juste en lisant çà.. là vous vous dites " on a flairé le gros coup fourré " . findus par négligeance et en prenant uncheval pour un boeuf sera le dindon farçi .. à quand les produits dopants dans la viande de cheval ?
Réponse de le 14/02/2013 à 14:52 :
Les produits dopants sont déjà dans tous les viandes. Même "bio". Et c'est sans parler des 42 tonnes annuelles d'antibiotiques données à "titre préventif". Manger du Amstrong sera bientôt moins nocif.
Réponse de le 14/02/2013 à 15:30 :
Le fameux bifteck dopé de Contador devait être du cheval !
a écrit le 14/02/2013 à 14:24 :
La véritable question c'est la conformité du produit commandé, ceci n'est pas vérifié, on s'attarde de qui est responsable et de traçabilité et qui doit etre condamné et cela est juste mais alors quelle est la responsablité des services de la consommation et de santé car ces dernier vont vérifier dans les restaurants mais pas dans les importations est-ce normal ?
Que ce soit du boeuf ou du cheval ou encore un autre animal personne ne s'inquiéte de la qualité des produits receptionnés qui peuvent etre source de maladie, il nous faudrait peut-etre de la viande d'elevage provenant de Tchernobyl pour agir
Réponse de le 14/02/2013 à 14:47 :
Rassurez-vous, Demo, ça va venir. Non seulement il n'y a pas de contrôles, mais EN PLUS les EVENTUELLES amendes ou plus (maxi : 2 ans de prison pour empoisonnement) ne sont PAS appliquées. Pourquoi arrêteraient-ils, de ce fait..??
a écrit le 14/02/2013 à 14:21 :
On a retrouvé la piste du cheval. Elle est encore chaude. Il faut la suivre en faisant le plus de bruit possible. Après il faudra parler du carnaval, des vacances de ski, revenir sur le mariage pour tous, et les mesures économiques d'austérité auront été prises. C'est difficile d'être politicien, mais finalement les journalistes nous aident bien.
a écrit le 14/02/2013 à 14:13 :
Je commence à comprendre pourquoi les saucisses de Toulouse "Reflets de France", marque de Carrefour, avaient changées de goût. Elles sont fabriquées par Spanghero !
Réponse de le 14/02/2013 à 14:41 :
Idem pour les cuisses de confit de canard "A LA TABLE DE SPANGHERO" !
a écrit le 14/02/2013 à 13:31 :
Parions que l'enquête du ministère de l'agriculture va charger le trader indélicat et faire reposer toutes les responsabilités sur ses épaules. Ce qui arrangera les entreprises de l'agro-alimentaire en France qui ont sans doute déjà signifier aux autorités qu'il est hors de question de les mettre en cause. Le chantage à l'emploi étant un argument décisif par les temps actuels, ils ont sans doute été entendus.
Réponse de le 14/02/2013 à 14:33 :
En effet, Spangero n'est une société bien claire....La justification économique de cette société est discutable quand on étudie de près le circuit de la production à l'assiette des consommateurs.Quelle est sa valeur ajoutée?une commission d'intermédiaire pour vérifier du néant....
Réponse de le 14/02/2013 à 14:56 :
Désolé Paris51, quand j'achète à titre professionnel, je me déplace généralement chez mon sous-traitant et j?envoie des inspecteurs en cours de fabrication. Sans parler des contrôles à réception, bien sûr. Et pourtant, rien de comestible...
Réponse de le 14/02/2013 à 18:33 :
@yvan: et t'as pas de marge bénéficiaire. Tu travailles sans profits pour glorifier le vrai capitalisme. Tu nous prendrais pas pour des billes par hasard ? Je pense que Spanghero n'est pas le seul dans la combine, mais on va nous dire que cela coûte trop cher de contrôler tout le monde (ce qui contredit tes soit-disants pratiques exemplaires) :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :