Les collectivités locales bientôt au pain sec et à l'eau

 |   |  2011  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
En additionnant leur contribution à la réduction du déficit public au financement du crédit d'impôt compétitivité emploi, les collectivités vont voir baisser leurs dotations de 4,5 milliards entre 2013 et 2015. Dans la ligne de mire de Bercy, les communes et les intercommunalités dont les effectifs croissent trop. Mais peut-on couper les vivres à des structures qui assurent 75% de l'investissement public"?

Vues de loin, de Bercy, de la Place Beauvau ou de la Rue Cambon, les communes françaises sont des anachronismes de gestion, des îlots de gabegie dans un monde de rigueur. Donc, depuis que l'on sait qu'il faut trouver 3 milliards d'euros supplémentaires d'économies en 2014 et 2015 dans les collectivités, le bloc communal (les communes, les intercommunalités et les villes petites, moyennes et grandes) est devenu la cible idéale. Avec sa manne de 220 milliards d'euros, il est, de toute façon, dans la ligne de mire de Bercy depuis belle lurette.
Depuis 2005, par exemple, la Cour des comptes souligne avec une régularité métronomique des carences du système intercommunal : depuis la loi Chevènement de 1999, les communes engagées dans une intercommunalité devraient, avec les économies d'échelle induites, gérer bien mieux leurs investissements et leur masse salariale. Or rien n'arrive. Les magistrats de la Rue Cambon dénoncent « une mutualisation [qui] demeure encore embryonnaire, très sectorisée [...]. Un constat d'autant plus préoccupant que le mouvement intercommunal s'est traduit par une forte progression des dépenses de personnel communautaires sans diminution des dépenses des communes membres ».

Depuis 1999, il n'y a eu que des embauches

Non seulement le mouvement vers l'intercommunalité est lent (près de 3 millions de Français ne sont toujours pas dans une intercommunalité début 2013 alors que le territoire devrait être couvert début 2014 en dehors de l'Île-de-France), mais il est inflationniste en termes d'effectifs. Les intercommunalités créent des emplois, et c'est logique puisque les communes leur transfèrent des compétences. Les communes, elles, ne suppriment pas forcément les effectifs correspondant aux compétences transférées et parfois même elles embauchent, pour la plus grande exaspération de Bercy!
C'est simple, bon an mal an, les effectifs de la fonction publique territoriale ont augmenté de près de 35000 personnes chaque année, de 2008 à 2010 (en dehors des transferts de personnels liés à la décentralisation du gouvernement Raffarin). Pas une seule structure publique locale n'a, selon l'Insee, perdu d'employé depuis 1999. Toutes ont embauché. Certes, on note que, dans les intercommunalités, la progression en effectifs est moins forte que dans les communes qui sont restées isolées et que la part des salaires dans les premières est nettement moins élevée que dans les secondes (21% contre 54%).Mais les maires et présidents des intercommunalités ou des communautés de communes vont devoir faire un gros effort car il est incompréhensible que lorsque les dépenses des intercommunalités augmentent, celles des communes le fassent également, comme c'est le cas depuis 1999.Comme le dit un le patron d'une association d'élus, « on a un peu de retard à l'allumage, mais on ne mérite pas forcément d'être couvert d'opprobre : le niveau des dépenses communales est resté constant depuis le début des années 1990 et nous sommes dans un monde de normes de plus en plus lourdes, dans un monde de dépenses contraintes ».J

acqueline Gourault, sénatrice centriste (Modem), l'une des meilleures spécialistes du monde touffu des collectivités locales, l'explique très bien. Elle est maire de La Chaussée-Saint- Victor (Loir-et-Cher) depuis 1989 : « Lorsque j'ai été élue, il y avait 48 personnes à la mairie. Aujourd'hui, il y en a toujours 48. Pourtant, nous avons fait la communauté de communes, puis une intercommunalité en 2001. On a énormément mutualisé, mais le personnel n'a jamais diminué à La Chaussée-Saint-Victor. La population est en effet passée de 3200 à 4400 habitants sous mon mandat, nous avons ouvert trois classes de plus, la polyclinique de Blois s'est installée sur notre territoire, ce qui suppose des infrastructures et du personnel - rien que pour cela j'ai deux personnes de plus à l'état civil -, nous avons à nous occuper de la jeunesse, etc. Les besoins de la population ont augmenté, on ne peut pas supprimer d'effectifs, impossible, on peut juste stabiliser! »

« On est obligé de créer des emplois ! »

Les crèches, la petite enfance, c'est de la compétence des communes. Les maires, les présidents d'intercommunalités reconnaissent que, s'ils en ont trop fait avec les ronds-points ou les gendarmes couchés, ils ne peuvent baisser les investissements pour les enfants ou les personnes âgées, bien au contraire.
Loïc Cauret, le maire socialiste de Lamballe, est un précurseur puisqu'il est à la tête de la seule intercommunalité des Côtes-d'Armor (et l'une des rares de Bretagne). Dix ans d'avance sur tout le monde. Mais il est passé de 250 à 480 emplois (à peu près 400 équivalents temps plein), « tout simplement parce qu'il y a 100 personnes du centre d'action sociale pour s'occuper de l'aide aux personnes âgées sur le territoire de toutes les communes et sur leur maintien à domicile, explique-t-il, avant de souligner : Il faut bien comprendre que les premières vagues de communautés de communes puis d'intercommunalités n'avaient pas pour but de faire des économies, mais de répondre à de nouveaux besoins. On est obligé de créer des emplois, car il faut répondre à des besoins qui ont changé et qui augmentent. Nous avons une population vieillissante dont il faut s'occuper. »

L'interrogation : comment les maires et les présidents des intercommunalités vont-ils s'adapter à la nouvelle donne? Tomber dans la facilité est une hypothèse possible. « Trois milliards supplémentaires [d'économies] sur deux ans, c'est énorme. On est encore tétani-sés par l'annonce, explique un élu qui était à la réunion avec Jean-Marc Ayrault lors du lancement du pacte de confiance États-collectivités, le 12 mars dernier. J'ai peur que les maires réagissent mal : ils ne couperont jamais dans les effectifs, surtout avec des élections municipales l'année prochaine, et pas plus dans les dépenses sociales ou éducatives auxquelles l'électeur est sensible. Ils vont couper dans les subventions aux associations qui souffrent déjà terriblement, en particulier dans la culture depuis le début de l'année; ils vont économiser 5% sur leurs frais de gestion, mais surtout, ils risquent de couper dans ce qui ne se voit pas immédiatement, les investissements. C'est le plus facile, le plus tentant. Tout le monde est en fin de mandat, chacun va attendre 2014 sagement en se disant que, dans un an, on verra s'il faut éventuellement relancer les investissements... »

« Le problème est dans le timing »

Et là, comme le dit Jacqueline Gourault, on plonge dans l'ubuesque : « Les économies supplémentaires qu'on nous demande sont faites pour financer le crédit d'impôt aux entreprises. Mais à quoi cela rime-t-il de financer ce crédit d'impôt en fermant le robinet des investissements? 75% de l'investissement public vient des collectivités, mais 80% de ces 75% viennent du seul bloc local, il ne faut pas y toucher. »Michel Destot, député et maire socialiste de Grenoble, va plus loin. « J'ai calculé, explique-t-il, l'impact sur les investissements si le gouvernement donnait le même coup de rabot sans modulation de la baisse des dotations selon le niveau de collectivité. Près du tiers de la capacité d'autofinancement de la ville de Tourcoing (31,3%) disparaîtrait, la perte serait de près de 15% des dépenses d'investissement pour la ville de Nancy, ou un montant équivalant à 13% du rendement de la taxe d'habitation manquerait à la Ville de Paris. Ce serait vraiment stupide, il faut absolument préserver nos capacités d'investissement. Je sais que le calcul peut mériter un peu plus de précisions, mais si le coup de rabot était donné de manière uniforme, on perdrait immédiatement 10000 emplois dans le bâtiment, alors que les 3 milliards supplémentaires que l'on nous demande doivent stimuler l'emploi.

Le souci est dans le timing : l'effort de mutualisation des services lié à l'intercommunalité n'a des effets sur l'emploi que très lentement, mais on nous demande une économie immédiate. On ne peut virer personne dans la fonction publique territoriale et on ne supprimera pas non plus de services à la population à la veille des municipales. Alors il va falloir être fin, prendre l'effort fiscal en compte et bien comprendre que toutes les collectivités ne jouent pas le même jeu, que cela doit être pris en compte pour le calcul du coup de rabot. Il y a par exemple des communes qui investissent et d'autres qui font du résidentiel... La possibilité de recourir à des emprunts à trente ou quarante ans pour financer nos investissements est une très bonne chose, puisque l'on va pouvoir réduire l'impact de ceux-ci immédiatement dans nos budgets. Mais combien de maires vont-ils le faire? »

Le chantier vital de la péréquation financière

En fait, après la charge au canon de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, annonçant la baisse non négociable des dotations aux collectivités, devrait succéder une période de broderie à l'ancienne. D'abord avec un gros effort de l'État. Gilles Carrez, le président UMP de la commission des finances de l'Assemblée nationale, a demandé à Jean-Marc Ayrault que « les ministères arrêtent de stimuler la dépense publique locale : depuis vingt ans, ils savent que les collectivités ont des marges et ils vont les trouver pour financer leurs politiques. Mais là, celles-ci n'en peuvent plus ».Les collectivités sont de moins en moins maîtresses de leurs dépenses et sur chacune d'elles tombent chaque année des normes nouvelles. Les ponctionner encore plus risque de les priver de toute capacité de rebond d'ici deux ans, si jamais une brise de croissance se levait. Mais les élus vont aussi devoir forcer leur nature et, dans les quelques mois qui viennent, beaucoup dépendra de leur capacité à s'entendre sur un chantier vital pour eux, la péréquation financière. Le système actuellement en vigueur prend l'eau de toutes parts, et Jean-Marc Ayrault l'a mis sur la table des négociations.
Le bloc communal est en effet fortement dépendant de ce système car, sous des formes diverses, un peu plus de 9 milliards d'euros lui reviennent actuellement. C'est considérable, mais les maires ruraux ne demandent pas les mêmes critères que les maires urbains : ces derniers sont divisés entre eux en fonction de l'effort fiscal de leurs communes, et les élus ne sont pas forcément unanimes entre les différentes strates. Pas facile. Mais pas autant que la réduction de la masse salariale, sur laquelle le gouvernement ne va pas les lâcher. Dès que les municipales seront passées...

___

41,505 milliards de dotations en 2013
Le montant total des dotations aux collectivités est de 41,505 milliards d'euros en 2013, dont 23,78 vont au bloc communal, 12,25 aux départements et 5,44 aux Régions.
Réduire les dépenses? Les Régions n'ont guère à donner; les départements, qui assurent des dépenses sociales comme le RSA ou la dépendance, sont en majorité exsangues; seules les communes, quel que soit leur niveau, ont encore « un peu de gras ». Mais le gouvernement avance avec une boussole dans le brouillard. D'ici peu, il va y voir un peu plus clair sur les effectifs, l'Insee devant enfin être capable de publier tous les trimestres un tableau des effectifs et de leur évolution dans les trois fonctions publiques. Des comparaisons public-privé seront enfin possibles.
Pour les questions financières, c'est en revanche très flou. L'Inspection générale des finances et l'Inspection générale de l'administration ont été chargées d'une mission sur « la transparence financière des collectivités locales ».L'idée était de faciliter l'échange entre l'État et les collectivités, entre un État qui ne comprend pas les procédures en particulier budgétaires des collectivités et ces dernières, qui se méfient du contrôle de Bercy ou de l'Intérieur. Le rapport et les propositions ont été rendus fin 2012, mais pour l'instant personne n'en a encore vraiment tenu compte. Quelques lignes dans l'acte de décentralisation, c'est tout. On se regarde toujours en chiens de faïence entre État et collectivités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2013 à 17:40 :
les propriétaires qui n'ont pas de loyer à payer vive très largement par rapport aux autres...Surtout les retraités et les rentiers.
Réponse de le 14/10/2013 à 18:22 :
Peut etre que les propriétaires ont travaillé pendant des années en se privant pour pouvoir payer un bien immobilier? donc comme il faut être juste? je propose des taxes d'habitation au même taux d'augmentation.
a écrit le 29/03/2013 à 15:08 :
je dirai on se gave de millefeuille .....entre copains ....
Réponse de le 29/03/2013 à 16:34 :
C'est bon le mille feuille, surtout avec un bon glaçage sur le dessus.
a écrit le 29/03/2013 à 13:16 :
Une décentralisation facteur de gaspillage, d'inégalité, de desertification territoriale, imposé par l'Europe pour affaiblir les Etats nation. Une recentralisation s'impose par économie...
Réponse de le 29/03/2013 à 13:30 :
Un retour à la monarchie serait encore mieux.
Réponse de le 29/03/2013 à 14:00 :
verité a sans doute raison ,à quelques exceptions prés,les monarchies ont souvent une éthique que n'ont plus nos politiques ,,,,,
Réponse de le 30/03/2013 à 3:55 :
La décentralisation est voulue, demandée, désirée par presque toutes les régions car elles n'aiment pas paris et n'aiment pas recevoir des ordres de parisiens ou de bureaucrates, les régions tiennent a leur indépendance totale.
a écrit le 29/03/2013 à 12:22 :
Tu parles, les milliards , elles vont les récupérer en augmentant les impôts locaux e.
Ils pourront ainsi continuer à embaucher des fonctionnaires et faire des ronds-point.
Comment imaginer qu'ils puissent gérer l'argent des contribuables correctement.
Et puis, il y en a assez d'entendre que l'État va faire des économies. En réalité, il se défausse sur les collectivités locales.Les politiques prennent vraiment les gens pour des ...
a écrit le 29/03/2013 à 11:08 :
Le cumul externalisation et embauches c'est mener grande vie.
a écrit le 29/03/2013 à 10:18 :
ce sera plus facile pour fh de faire des coupes sombres dans l'aide aux collectivitées locales quand elles ne seront plus roses
a écrit le 29/03/2013 à 8:20 :
et vu l'ecroulement prevu des recettes liees aux droits de mutations, ca va envoyer du lourd!!! le francais ne va pas etre content de recevoir ses impots locaux solidaires et citoyens!!!
a écrit le 29/03/2013 à 0:44 :
Fusion des communes pour atteindre la taille minimale de 10 000 habitants. Suppression du département.
Nos élus disent que les Français sont attachés au département, mais ce sont surtout eux qui sont attachés à leurs postes de conseillers généraux.
Réponse de le 29/03/2013 à 7:26 :
+ UN
Réponse de le 29/03/2013 à 10:14 :
+1.
Réponse de le 29/03/2013 à 11:16 :
+1 bien évidement...

mais ne pas oublier l'incroyable pataquès pour maintenir le n° du département sur la plaque d'immatriculation des voitures...
Réponse de le 29/03/2013 à 11:34 :
Il est évident qu'il ya trop d'échelon et qu'il faut en supprimer. mais il faut faire attention à la représentativité et à lidentification des élus. Si les citoyens connaissent leurs conseillers municipaux, leur conseiller général et leur député qu'ils élisent au suffage direct. il ne connaissent pas les élus qui siègent dean les CDC (désignés par les conseils municipaux) les élus régionaux (élus sur des listes) et cerise sur le gateau les élus européens où l'on attent le summum de la non représentativité ou l'on a des circonscription aberrantes et des têtes de liste qui une fois élus ne siègent pas.
Or tout ce que l'on veut garder ce sont les échelons le splus éloignés des électeurs. il y adanger pour la démocratie . mais vous avez raison il faut supprimer des échelons reste à savoir lesquels.
a écrit le 28/03/2013 à 20:02 :
Réduire les financements des collectivités n'est pas une solution; Il faut directement réduire ce millefeuille territorial. Pourquoi garder les départements ? Pourquoi ne pas obliger les municipalités à fusionner ?

Pour la petite anecdote, j'habite dans une station balnéaire du sud de la France. En hiver, nous sommes un peu moins de 8 000 h. En été, le nombre est multiplié par 10. Et, le maire (UMP) qui s'approche des 80 ans et qui est en poste depuis des décennies, fait construire une nouvelle mairie. Pourquoi pas ! Sauf que cette nouvelle mairie (pour 8 000 ha) fait 4 étages et est digne d'une mairie d'une commune de 50 000 ha.

Alors, pourquoi avoir construit cette gigantesque mairie qui plombe les comptes municipaux ? Tout simplement parce le député-maire veut laisser son empreinte. De plus, cela permet de justifier qu'il est nécessaire d'avoir un nombre exagéré de fonctionnaires (trop souvent, issus de copinages).

Cet exemple n'est pas exceptionnel. Là, c'est une mairie UMP. Cela aurait pu être une mairie PS. Reste que ce bricolage est aberrant. Reste qu'entre temps, la communauté de communes stagne : chacun veut garder son pouvoir.

Quant aux préfectures, il y aurait aussi à dire.

Bref, il faut cesser ces abus et ces millefeuilles territoriaux qui sont lourds, incompréhensible, abusifs et onéreux !
a écrit le 28/03/2013 à 19:35 :
4,5 milliards sur 220 c'est un effort de 2% a faire en deux ans, soit moins de 1% par an.
a écrit le 28/03/2013 à 19:31 :
Divisons le nombre des élus par 2 voir 3 et le reste suivra
Par exemple 1 président conseil général 50 vices présidents dont la plupart ne savent pas de quoi retourne leur vice présidence mais cela fait un gros complément de salaire payé par la collectivité
sans parler des officines dédiées aux collectivités uniquement inventées pour collecter des subsides qui seront redistribuées selon le bon vouloir des potentats locaux (département versus région)
Mais de cela rien n'est grave puisque les manants paieront sans pouvoir ou vouloir se révolter.
Nos édiles oublient qu'ils sont nos employés que nous les payons pour bien gérer l'argent que nous leurs confions.
mais cet argent n'est pas destiné à acheter des voix ,ni pour construire des palais afin de satisfaire leur ego ,ni pour construire des supers médiathèques à l'heure d'internet , ni a faire des partenariats public privé sachant qu'aucun élu est capable de lire un contrat qui dit entre les lignes vous allez payer pas cher mais longtemps et 3 x plus cher que l'emprunt simple .
Alors que nous Sté privée nous allons nous gaver. ces termes subliminaux sont dans tous les contrats public privé
cet argent est destiné au bien être de tous en impliquant la population pour chaque grande décision cela grandirait la démocratie et supprimerait notre monarchie participative(en tant que payeur de dimes gabelle et autres plaisanteries
Je voudrais que nos élus soient lâchés dans la nature pendant six mois avec 1500 ? pour vivre (loyer impôt transport .....) et seulement si sur ces six mois ils sont toujours sans découvert avec banques ou autres ils pourront se présenter devant nous pour solliciter nos voix.
Mais ce n'est qu?un rêve
a écrit le 28/03/2013 à 19:19 :
on ne dit pas communautés de communes (CDC) mais compagnie dubonnet cinzano chez moi du moins nous payons les grosses bouffes et le reste
a écrit le 28/03/2013 à 18:53 :
Région, département,commune, communauté de commune, inter communalité... et pourquoi pas une une interdépartementale régionistique de districts intercommunaux, avec les fonctionnaires, les textes et les normes qui vont avec. Trop de niveaux, trop de fonctionnaires, trop de tracas administratifs, trop d'augmentations d'impôts. Un coup d'arrêt pour revenir à des gestions plus économes est plus que nécessaire.
a écrit le 28/03/2013 à 18:43 :
Ben qui sait qui va nous trouver du pognon pour la kermesse du club de boules alors ?
Réponse de le 28/03/2013 à 19:17 :
Posez nus pour un calendrier des boulistes. C'est un peu tardif en avril mais vous en vendrez peut être quelques uns.
a écrit le 28/03/2013 à 18:33 :
Avec cette mesure idiote de passer les plus- values taxables sur les résidences secondaires de 15 ans à 30 ans, les propriétaires ne vendent plus et vont attendre des jours meilleurs. Résultat, baisse massive des droits de mutation. La bonne nouvelle, c'est que les collectivités locales vont peut-être arrêter de faire des ronds-point. A moins qu'ils augmentent encore les impôts locaux. Ce qui est probable , les politiques ne connaissant que cette méthode.
Réponse de le 28/03/2013 à 18:47 :
Si on comprend bien votre propos : ils préfèrent payer des impôts locaux pendant des années et des années (qui ne vont faire que monter, sans parler des charges, des réparations, des mises aux normes etc. ) au lieu de fourguer leurs baraques avant que les prix se pètent la tronche (personnellement j'ai revendu une RS avec - 25% par rapport au prix que je pouvais en espérer en 2007) tout ça pour ne pas payer d'impôts sur une plus value ! On rêve ! Je savais que les français étaient fâchés avec les chiffres mais à ce point, ça laisse rêveur...
Réponse de le 28/03/2013 à 19:58 :
Je louerais à des touristes étrangers pour les périodes de vacances.
Réponse de le 28/03/2013 à 22:42 :
c'est tres drole !

vous croyez vraiment qu au bout de 30 ans, vous n'aurez pas d impots à payer sur les Plus values ?
vous croyez que vu l'etat de nos finances publiques la loi ne va pas encore changer ?
pour votre information, meme fillon voulait supprimer l'exoneration au bout de 30ans....ce n'est qu une question de temps !
en tout cas elle etait bien bonne celle là !
Réponse de le 29/03/2013 à 9:05 :
J irais meme plus pour les proprio et autre beneficiaire de toutes les niches fiscales et sociale si TOUS payaient sans aucune disctinction ou passe droit et ce des le premier euro le poid global pour le communaute serait peut etre moins lourd! Il est la le probleme tout un tas de taxes et impots mais le double de "tactiques" pour y echapper..... Avec son corrolaire necessaire: mulitplication par 3/4 du nombre de fonctionnaires, elus... pour mettre en place et controller tous ca......
a écrit le 28/03/2013 à 18:33 :
Devant un tel constat, soyons un élu responsable : je stoppe tout recrutement dans ma collectivité qui est déjà surdotée, pléthore et non productivité; j'examine avec mes collègues tous les doublons....conséquence de l'addition des niveaux de collectivités territoriales inutiles et coûteuses; je réexamine toutes les dépenses pouvant avoir un caractère "clientéliste" voir démagogique (clubs,associations, action sociale purement clientéliste....etc; je stoppe toutes les dépenses d'investissement de type "éléphants blancs" (hôtels de ville, de département....luxueux à charges récurrentes mal appréciées, trucs divers en "thèques"....!!!, machins de "mon" prestige....!!! ronds points s'il en reste à faire...!!! je réexamine drastiquement mon train de vie d'élu au quotidien et celui de tous "mes fonctionnaires" qui du fait des non remplacements à 100% des départs à la retraite devront faire preuve d'imagination et de productivité...etc...etc....En d'autres termes, j'économise, j'économise et j'économise. Si je suis un élu socialiste copain de "mon" pingouin/manchot j'augmente les impôts locaux en expliquant que c'est la faute à la crise qui n'existait pas jusqu'à il y 10 mois. Vu le nombre d'élus locaux socialistes.......!!! plus les irresponsables....(souvent les mêmes), les feuilles d'impôts des années à venir (pas 2013 car élection en 2014) vont faire très mal.
a écrit le 28/03/2013 à 18:22 :
La politique doit être intelligent, tout comme les coupes.
Ce n'est pas dans les crèches qu'il faut réduire mais plutôt dans les services redondants et peu utiles au quotidien genre centre des impôts, CAF, CNAV etc. Il faut tout réunir en un seul endroit, concentrer un peu plus.
En France, on a trop de services identiques dans des petites villes qui se trouvent à 5 mn alors que la proximité pour un service où l'on ira une fois tous les 5 ou 10 ans a peu d'importance, ce n'est pas l'école ou la crèche où là la proximité est importante.
Sarkozy avait commencé à le faire avec les tribunaux, il faut continuer.
a écrit le 28/03/2013 à 17:55 :
avec la diminution de la dotation globale il faut interdire l(augmentation des impots locaux sinon ce ne sera qu'un transfert de charges avec comme excuse ce n'est pas moi mais les autres ??,,,un exemple dans ma communauté de commune proche du mans seulemnt 13000 habitants mais 5 maires 25 adjoints,un président 5 vices soir 36 indemnisés ?????
Réponse de le 28/03/2013 à 18:22 :
+ 1
a écrit le 28/03/2013 à 17:48 :
non ils ne couperont pas dans les investissements:ils augmenteront l'endettement et les impots,c'est déja en train.le pouvoir d'une collectivité se tient par les travaux publics,cela permet d'assoir son pouvoir en qualité de décideur et de toucher des rétrocommissions.il n'y aura aucune économie dans les gaspillages
a écrit le 28/03/2013 à 17:43 :
il y a du gras
a écrit le 28/03/2013 à 17:40 :
Les collectivités locales Région Départements Agglomérations Communes ET LEURS Agences blas blas banquets ont gaspillé des fonds publics de façon faramineuse en ronds points aménagés comme jardins du luxembourg et en ruelle aménagées comme l'avenue desChamps Elysées ou de Versailles ... si les Régions avaient investit en fonds propres dans les entreprises innovantes, l'économie indsutrielle se porterait très bien ... et les recettes fiscales rentreraient ... ET d'AJOUTER leurs dépenses somptuaires en BANQUETS ruineux répétitifs .../... In finé les élus des collectivités locales Région Départements Agglomération Villes ET les Directeurs de LEURS Agences blas blas banquets sur dépensières devraient être poursuivies en Justice par les collectifs de citoyens pour leur demander de payer sur leur deniers personnels leurs abus de biens publics
a écrit le 28/03/2013 à 17:24 :
d'où l'impérative nécessité de supprimer quelques strates du mille-feuilles...
a écrit le 28/03/2013 à 17:22 :
Un peu d'ordre et d'organisation ne peut pas faire de mal en la matiere. Franchement, je ne vois pas le papallele entre economie et emploi. Si l'emploi des collectivites doit etre affecte c'est simplement en raisons de ces conpetences, financements decisons, croises, juxtaposes, complementaires et je ne sais trop quoi. il y a la une mine d'economies sans retirer quoi que ce soit en termes de services aux usagers.
a écrit le 28/03/2013 à 16:59 :
Pour quand la refonte totale : 6 grandes régions et uniquement les comcoms ?
Réponse de le 28/03/2013 à 18:23 :
c'est prévu en 3013!ce soir hollande va nous expliquer comment il va faire.
Réponse de le 29/03/2013 à 18:12 :
En 3013, si la crise n'est pas finie!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :