Le fondateur de JCDecaux laisse la présidence du conseil de surveillance

 |   |  249  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Jean-Claude Decaux, 75 ans, va passer la main à Gérard Degonse, 65 ans, le directeur général du groupe, à l'issue de l'assemblée générale des actionnaires du 15 mai.

Passage de relai. Jean-Claude Decaux, 75 ans, qui a fait du groupe portant son nom le numéro un mondial de la publicité extérieure, va abandonner la présidence du conseil de surveillance de l'entreprise qu'il a fondée, à l'issue de l'assemblée générale des actionnaires du 15 mai. Jean-Claude Decaux sera remplacé par Gérard Degonse, 65 ans, actuel directeur général délégué du groupe et ancien responsable de ses finances.

La troisième génération sur le devant de la scène

Dans un communiqué, le groupe indique que Jean-Claude Decaux, qui était à ce poste depuis 2000, avait fait cette annonce lors d'une réunion du conseil de Surveillance tenue le 5 avril dernier. Il y avait rappelé la "dimension familiale" du groupe coté depuis 2001 à Paris et émis son souhait de voir s'investir la troisième génération.

Dans cette optique, Alexia Decaux-Lefort, 27 ans, l'aînée des petits-enfants, devrait être élue au conseil de Surveillance lors de l'AG. Elle travaille actuellement dans le groupe de luxe suisse Richemont et occupe le poste de chef de produits horlogerie chez Piaget. De son côté, Jean-Sébastien Decaux, le benjamin des trois fils de Jean-Claude Decaux, et directeur général Afrique-Israël, rejoindra le directoire du groupe. Mais sa nomination devra encore obtenir l'approbation du conseil de Surveillance qui se réunira à l'issue de l'AG du 15 mai, est-il précisé.

Pour aller plus loin: Affichage: CBS en vente, le rêve de JCDecaux exaucé?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2013 à 18:52 :
Le vrai secret de cette famille, c'est qu'il y a non pas 3 héritiers, mais 4! Jean-François, Jean-Charles, Jean-Sébastien et le second fils d'une collaboratrice toujours en poste au siege de Neuilly/Seine (92). J'espère pour le dernier cité qu'il le sait: il vaut au moins 1 milliard d'euros....
a écrit le 08/04/2013 à 18:50 :
Au fait, où est la liste des 130 français évadés fiscaux? Quand donc la Tribune va t-elle faire son boulot? Je vous fiche mon billet que le nom DECAUX est dedans. Jean-Charles ou Jean-François émargent dans leurs filiales, ils ont donc des comptes off-shore, ce qui n'est pas illégal, mais déclarent-ils ces comptes au fisc?
a écrit le 08/04/2013 à 18:48 :
Excellent "business model": installer du mobilier urbain (abribus, vélib',...) qui coûte au maximum 1,200 EUR pièce (un vélib', fabriqué en Hongrie, coûte 500 euros max livré en France) et dure 20 ans (l'acier galvanisé dure plus que 20 ans), demander l'exclusivité (et l'obtenir on ne sait comment, même si l'on se doute), puis vendre l'espace publicitaire ainsi créé 1,200 EUR pièce..... par mois. Et les villes, sous hypnose après une visite au siège de Plaisir (78) et la remise d'un petit pot de miel fait maison (plein de cash, le pot de miel?), laissent sur la table chaque année plus de 300 millions d'euros de "Free Cash Flow" (voir le rapport annuel pour le détail, ainsi que les rémunérations des DECAUX...). Question: pourquoi les villes sont-elles si naïves?
a écrit le 08/04/2013 à 15:22 :
J éspère que ce monsieur n a pas d argent caché en suisse ou a singapour car cela lui sera compté quand il aura pris la place de son prédecesseurs il faudra qu il fasse attention de ne pas donner l impression d etre dans les riches qui sont les "abominations" d HOLLANDE.
Réponse de le 08/04/2013 à 18:40 :
"Le vrai visage de l'évasion fiscale française n'est pas forcément celui de personnalités comme Jérôme Cahuzac ou Gérard Depardieu, mais aussi celui de notables de province et d'entrepreneurs, comme la famille Decaux, propriétaire de la société éponyme. Le Monde se penchera sur ces personnes dans sa prochaine édition."
Réponse de le 14/12/2015 à 19:24 :
"les associations sont montéEs au créneau" et "ELLES ont manifesté", non? si on ajoute à cela la phrase d'ouverture du corps de l'article qui ne veut rien dire, cela ressemble à un papier écrit du pied gauche?! A moins que vous ayez débauché votre correctrice du journal Le Monde?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :