Les assureurs choisissent Pierre Gattaz pour prendre la tête du Medef

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La fédération française des sociétés d'assurance vient de donner son soutien à Pierre Gattaz en vue de l'élection du successeur de Laurence Parisot pour la présidence du Medef.

La puissante fédération française des sociétés d'assurance tourne casaque. Après avoir soutenu, comme la fédération de la banque, l'accession de Laurence Parisot à la tête du Medef, la FFSA a choisi cette fois... le candidat de l'UIMM, dans un renversement d'alliance qui fera date. La FFSA a ainsi annoncé lundi par communiqué son soutien à la candidature de Pierre Gattaz pour la succession de Laurence Parisot à la tête du syndicat patronal. 

"Le Bureau de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), après avoir auditionné les différents candidats à la présidence du Medef, a décidé d'apporter son soutien à la candidature de Monsieur Pierre Gattaz", précise le communiqué. 

Pour Pierre Gattaz, ce soutien est un nouveau pas vers la présidence du Medef. Il avait déjà reçu le soutien de l'UIMM, la fédération de la métallurgie, la plus influente des fédérations patronales lors des scrutins internes du Medef. Le patron du fabricant de connecteurs électroniques Radiall conforte ainsi sa position de favori.

Un de ses principaux challengers, Geoffroy Roux de Bézieux avait toutefois reçu, la semaine dernière, le soutien de Pierre Bellon, PDG de Sodexo, membre influent du conseil exécutif du Medef depuis 37 ans, et soutien inconditionnel de Laurence Parisot.

Jeudi, le conseil exécutif du Medef audtionnera les cinq candidats, et se prononcera le 3 juin avant l'élection qui doit se tenir le 3 juillet.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2013 à 16:37 :
C' EST GATTAZTROPHIQUE !
a écrit le 21/05/2013 à 16:58 :
Pour la place au MEDEF il va y avoir une grande bataille que je vais suivre avec une grande joie car il va y avoir des gens qui vont etre frustrés c'est pourquoi je pense que le fait d avoir éloigné PARISOT me parait etre un peu trop dur car il n y a que des hommes et que si elle était resté ils l auraient peut etre mieux reçue que des hommes en bataille.;a tout prendre il serait bon de prendre un homme a poigne car avec les syndicats cela ne sara pas du gateau;
a écrit le 21/05/2013 à 10:51 :
Le Medef est aussi indispensable à la vie économique et politique française que les syndicats ouvriers.Tout l'intérêt de la présence des uns et des autres réside dans les idées qu'ils défendent. Et aussi dans la conception qu'ils ont de l'avenir des relations sociales dans les entreprises d'aujourd'hui et surtout dans celles de demain. C'est donc un débat d'idées et non d'idéologies du passé.
a écrit le 21/05/2013 à 7:57 :
... et l'avenir pour ces gens qui ont toujours une mentalité du XIX° siècle.
Continuité, quand tu nous tiens....! ;-)
a écrit le 20/05/2013 à 20:51 :
"Les assureurs choisissent Pierre Gattaz pour prendre la tête du Medef"
très bonne initiative!, les Gattaz sont fait de bois dont on fait les bons dirigeants intelligents et visionnaires!.
a écrit le 20/05/2013 à 18:42 :
Après le père...le fils ! Même ambition, même combat, dans lequel les salariés ne comptent que pour la portion congrue . Pourtant il faudra bien que le Medef comprenne que les normes d'hier ne s'appliqueront pas demain, que la France d'en bas, finira par réagir, mais alors ce sera bien tard pour penser autrement, penser non seulement avec les actionnaires, mais aussi avec les salariés. je rêve que demain il n'y ait plus de patronat à faire du lobbying auprès des députés pour empêcher toute modernisation qui serait moins favorable à l'entreprise mais qui in fine serait favorable à tous!
Réponse de le 20/05/2013 à 19:21 :
Ben pourquoi les salariés ne créent-ils pas leur boite pour penser autrement eux-mêmes? Au lieu de pleurnicher comme dab?

Quand on voit les ouvriers d'Aulnay, on se dit qu'effectivement vous rêvez de lendemains qui chantent... malheureusement ce seront des lendemains qui pleurent.

Regardez une sortie des employés de l'usine anglaise de Nissan qui produit à elle seule autant que les cinq usines française de Renault, et comparez avec une sortie des ouvriers d'une usine française et vous aurez tout compris.

La CGT a pleinement réussi son travail de sape de l'industrie française.

Il ne reste qu'à mettre la clé sous la porte en France et à construire des voitures en Inde et en Chine, ce qui est la stratégie de survie des entreprises automobiles françaises.
Réponse de le 20/05/2013 à 23:38 :
C'est vrai que si les salaries etaient des employeurs et les employeurs des salaries, la perspective de ne serait plus la meme. Remarquez avec un peu de chance peut etre qu'au 22eme siècle on se rendra compte qu'il y a des salaries employeurs et des employeurs salaries.
Réponse de le 21/05/2013 à 9:02 :
Facile!!! de mettre tous les salariés dans le même sac. Des millions de salariés travaillent toute leur vie en fermant leur gueule avec le smic comme seul revenu. La CGT n'est pas la seule organisation syndicale que je sache? Il y a aussi les syndicats réformistes qui se donnent beaucoup de mal pour faire avancer les choses, et ils représentent aussi tous ses salariés qui ne disent rien et qui baissent continuellement l'échine, pour des actionnaires qui font peu de cas des conditions de travail des salariés. Penser que des patrons "de bois" vont permettre à la France d'aller mieux c'est rester sur le schéma du management des années trente. Heureusement il y a des chefs d'entreprises qui agissent autrement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :