La dette des hôpitaux a quasiment triplé depuis 2003

 |   |  370  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Depuis 2003, les hôpitaux se sont endettés au point que leur encours à moyen et long terme est passé de 9 milliards d'euros en 2003 à plus de 24 milliards en 2011, selon un rapport publié fin avril par l'Inspection générale des Finances.

Un plan de modernisation de l'offre de soins dans les hôpitaux annoncé en 2003, puis un second annoncé en 2007... Depuis dix ans, les hôpitaux investissent pour faire évoluer leur mode de gouvernance et instaurent la tarification à l'activité notamment. Mais ces mesures ne sont qu'en partie financées par l'Etat, pour l'autre partie les hôpitaux ont dû emprunter. Résultat : leur endettement a été multiplié par trois en moins de dix ans, selon un rapport publié en avril par l'Inspection générale des Finances (IGF) cité par Les Echos ce mardi. "L'encours des prêts de moyen et long terme est passé de 9 milliards d'euros en 2003 à plus de 24 milliards en 2011 sous le poids des plans d'investissement" est-il écrit dans ce document.

Les emprunts à court terme bientôt interdits?

Du coup, l'institution préconise aujourd'hui aux établissements de santé de limiter fortement le recours aux emprunts bancaires de court terme, et préconiserait même leur interdiction "à moyen terme". Pour le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux, "si les hôpitaux se sont endettés ce n'est pas pour combler des déficits qui serait dus à une mauvaise gestion". "L'endettement a été poussé par l'Etat qui a lancé de grands programmes d'investissement", estime-t-il dans une interview publiée par Les Echos.

Conséquence de la crise

Autre raison pouvant expliquer ces endettements, la crise financière de 2008. La faillite de la banque Dexia - premier financeur des hôpitaux publics - et la prudence des autres banques, auraient provoqué "un assèchement de l'offre de crédit et une dégradation des conditions de tarification qui pénalisent désormais les établissements de santé" d'après l'IGF. Furieux contre la préconisation de l'institution, le patron de la Fédération hospitalière de France, considère que "l'hôpital risque l'embolie avec la multiplication des normes".

La majorité des hôpiteux ne font pas face à des difficultés de trésorerie, néanmoins c'est le cas de certains de ceux de Lens, d'Ajaccio, de celui de Martinique et du CHU de Caen.

avec agences

LIRE AUSSI:

>> L'état des finances des hôpitaux publics suscite l'inquiétude

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2013 à 12:47 :
Pour relancer l'economie en 2007 et 2012 on a créé les plans hopital 2007 et hopital 2012. Ces deux plans fonctionnaient sur l'emprunt, et uniquement l'emprunt, avec compensation des intérêts et amortissements (et oui, sinon il aurait fallu réduire le personnel, en prime). Pas étonnant que les hopitaux qui ont profité de ces plans soient endettés : c'était le but pour soutenir l'emprunt (idem pour les collectivités). On peut aussi dire que les banques ont proposé aux hopitaux les memes emprunts "bizarres" que pour les particuliers (cap, indexé sur dollar et yen pour des petites économies).

C'est justement parce que les hopitaux ont commencé à gérer sur du court terme comme certaines entreprises qu'ils sont endettés. Les hopitaux qui ont géré en "papa" s'en sortent mieux..

Ca veut dire quoi gérer comme une entreprise ? comme Arcelor ou comme mon boulanger?
a écrit le 28/05/2013 à 22:04 :
Je pense que les hôpitaux devraient être gérés comme une entreprise, X patients le personnel qui vas avec.
Pour l'aspect comptabilité, l'informatique peu faire beaucoup plus, les logiciels ERP dans le privé ont permis
de réduire les effectifs . Mais certains pour des raisons financières ont intérêt à ce que ce capharnaüm
a écrit le 28/05/2013 à 15:53 :
Les directeurs des hopitaux vont bientôt nouer leurs cravates façon Windsor
a écrit le 28/05/2013 à 15:26 :
Si y avait pas autant d'adminstration, et plus de soignants... C'est le probleme en france, trop d'administration, peu d'actifs...
Réponse de le 28/05/2013 à 17:08 :
à personnelle entièrement d'accord avec vous les services hospitaliers en France il y à trop d'administratif le pire c'est que dans les manifestations c'est les premiers à défilés par contre les médecins, les infirmières, le personnel hospitalier est aux front ils sont en service moi même je me suis fendu l'arcade on m'a envoyé aux urgences j'ai attendu presque 8 heures avant d'être vu par un infirmier qui à bien constaté qu'il fallait qu'il me fallait des points de sutures alors j'ai attendu 2 heures de plus pour qu'on me les fasses, en France c'est le personnelle administratif qui travaillent et qui ont les yeux rivés sur l'horloge pour ne pas oublier de partir à l'heure par rapport aux personnelles soignant qui sont de moins en moins nombreux pour la masse de travail qu'ils ont quand j'étais à l'hôpital toute les heures on amenait en ambulance un patient, il faudrait que le gouvernement actuel voit si ils peuvent ce problèmes qui est d'une urgence totale à moins qu'il est mis en dessous de la pile ce dossier brûlant pour éviter de le prendre, ils préfèrent plus s'occuper de choses qui n'ont aucune importance à mes yeux (comme le mariage gay)......
a écrit le 28/05/2013 à 15:09 :
Hopitaux ultra modernes d'un côté, de l'autre le désert médical. Il manque cruellement de médecins dans les hôpitaux qui recrutent à prix d'or des médecins étrangers. Tous ces frais mal programmés, y compris la dette, doivent in fine être payés par la sécurité sociale. Heureusement la population vieillit et, l'acharnement thérapeutique aidant, tout devrait rentrer dans l'ordre, si les entreprises peuvent encore payer les cotisations. A voir.
Réponse de le 28/05/2013 à 17:19 :
A prix d'or les medecins étrangers ? Ben faites le boulot alors, si vous en etes cap. Toujours bons à critiquer les gens qui bossent en France. Ce pays fait fuir les bosseurs.
Réponse de le 28/05/2013 à 18:00 :
C'est la simple conséquence de la pénurie. Il n'y a pas de critique par rapport aux médecins qui font leur travail le mieux possible et qui sont surchargés comme la plupart des travailleurs qualifiés en France. Leur frustration peut être grande de voir débarquer des contractuels surpayés du fait de la pénurie.
Réponse de le 30/05/2013 à 2:48 :
La pénurie vient du fait que les médecins ne veulent pas aller dans les régions peu accueillantes. Alors quoi faire ? Obliger les docteurs à y aller comme certains * proposent ? Ou continuer la jalousie envers les médecins courageux des régions désertiques ? On comprend pourquoi les travailleurs fuient ce pays.
a écrit le 28/05/2013 à 13:41 :
L'objectif était bien de supprimer le Public, non..?? Hé bien ... NOUS en payerons les conséquences.
a écrit le 28/05/2013 à 13:37 :
le systeme secu est en cause ;ex chaque année les hopitaux doivent avoir un bilan en déficit pour avoir plus de dotations l'année suivantes ,,,,,,aberrant il y a aussi la mauvaise gestion de l'abilitation les normes sont tellement idiotes ;ex vous n'avez pas droit de distribuer de l'eau dans les chambres à plus de 50 mais une autre vous dit qu'il faut la maintenir à 80 pour la légionnelle
Réponse de le 31/05/2013 à 12:48 :
les dépenses de sécu de santé respectent l'ONDAM depuis 2010.. commentaire inutile
a écrit le 28/05/2013 à 13:32 :
Dans les hôpitaux, il y a plus de personnel administratif que de personnel soignant.... Cela ne vous dit rien sur la gabegie ?
Réponse de le 31/05/2013 à 12:49 :
vous avez étudié tous les bilans sociaux des hopitaux pour dire une telle betise??
a écrit le 28/05/2013 à 13:20 :
Et ce n'est la journée de carence ramenée à 1 jour qui va aider à faire des économies.
a écrit le 28/05/2013 à 12:19 :
Les hôpitaux et la sécu en général ont-ils vocation à gagner de l'argent ?

@oshe: il faut arrêter de faire des copier coller de votre propagande anti Hollande, il est spécifié dans l'article que le déficit a été multiplié par trois ces dix dernières années et à moins que ayez vécu dans une caverne pendant ce temps là il ne vous a pas échappé que c'était la droite et les libéraux qui étaient au pouvoir.
Réponse de le 28/05/2013 à 12:49 :
Si les hôpitaux n'ont pas vocation à gagner de l'argent il faudra songer à payer le personnel hospitalier en peau de bananes. Le titre est fallacieux car la majorité des hôpitaux ne sont pas endettés et ceci sous l'impulsion de la droite comme vous le dites. Le véritable problème réside dans ces hôpitaux qui ne regardent pas à la dépense.
a écrit le 28/05/2013 à 11:41 :
Pas étonnant du tout! c'était même prévisible car toutes les réformes effectuée depuis plusieurs années augmentent les dépenses sécurité sociale au lieu de les réduire. J'en prend une pour exemple , obligé de passer par un médecin généraliste pour avoir accès à un spécialiste ou dermatologue . Le médecin multiplie les visites et n'étant pas capable de résoudre le problème avec son traitement qui a coûté chère vous envoie ensuite vers le spécialiste qui lui fait de même avec d'autre examens et plusieurs visites . Total du temps perdu et surtout de l'argent pour le budget sécu et cela répété par millions de patients .
a écrit le 28/05/2013 à 11:39 :
tant qu'on mettra des fonctionnaires pour s'occuper des budgets on aura des trous partout. Les fonctionnaires pensent toujours à l'Etat pour payer la facture. Et c'est le cas.
L'Etat, c'est à dire Hollande et son gouvernement de socialos savent faire une chose, c'est la création de nouveaux impots.
Par contre meme un grand coup de balais dans l'administration française trop nombreuse et trop chere, ca il ne sait pas faire.
Hollande c'est un fonctionnaire,il a toujours été fonctionnaire, il ne sait pas gagner de l'argent autrement qu'en prenant dans la poche de tous les français.
Faire des économies sur la tete des fonctionnaires, ca jamais. C'est un président sans courage.
a écrit le 28/05/2013 à 10:57 :
" on " a sauvé les banques !! " on " fera un petit geste pour les hôpitaux !!
Une organisation " bordélique " comme en France faut y voir pour le croire ! et encore !
Réponse de le 28/05/2013 à 11:40 :
Non, les Hopitaux ne font pas parti du club des too big to fail. En plus l'elite aura toujours un acces previlegie aux cliniques privees detenues par les Cahuzac bis.
a écrit le 28/05/2013 à 10:45 :
La plus grande source de fraude qui touche la sécu viens des professionnels de la sante eux même. Exemple Dernièrement une infermière libérale a subi un contrôle aléatoire, elle avait réclamé pus de 800.000 euros en 2 ans! Un Radiologue du Nord a détourné plus de 2millions d??euros. Personnellement je connais un médecin qui se fait facilement 3000 euros en une journée dans une maison de vieux, le directeur est sont pote et lui permet de charger des actes en masse !
a écrit le 28/05/2013 à 10:38 :
jPremièrement, je ne vois pas pourquoi il faurait supprimer les crédts à court terme, qui sont des crédits de trésorerie et qui n'apparaissent pas dans la dette LT des hôpitaux ? sauf à ce que la comptabilité publique prévoit le contraire
Deuxièmement, tout un chacun sait que les 35 heures ont tué l'organisaiton et les horaires dans les hôpitaux publics, voire privés
Troisèmement, Passez une heure ou deux dans les services d'urgence des hôpitaux publics et vous serez édifiés de constater quelle catégorie de population veint se faire soigner gratuitement, alors qu'il faut payer une consultation chez un médecin généraliste...
Sur le fond : Reprenons la comparaison avec l'Allemagne : depuis 10 ans, les dépenses de santé ont augmenté de 2,5 %/an en France contre 1,7% /an en Allemagne. Les allemands sont-ils moins bien soignés que les français ?
Le personnel par lit dans les hôpitaux : 2,4 personne/lit en France, contre 1,6 personne/lit en Allemagne. soit + 50 % de personnel en France...chercher l'erreur.
LE PROBLEME MAJEUR DE L'HOPITAL PUBLIC, contrairement aux cliniques et hôpitaux privés, EST UN PROBLEME D'ORGANISATION et DE PRODUCTIVITE
Réponse de le 28/05/2013 à 23:58 :
d'où sortent ces chiffres ?? en réa,chez moi,une infirmière pour 3 lits avec une aide-soignante pour 5lits....il me semble que ça fait moins,non ?! et ds un service sensé être de pointe !!
a écrit le 28/05/2013 à 10:31 :
Ben vi mais, si il avaient pas flingué le métier de généraliste , y aurais moins de personnes obligées d'en passer par l'hosto !!
Réponse de le 28/05/2013 à 15:37 :
Les généralistes se sont flingués comme des grands en se concentrant en centre ville au foncier exorbitant (cf. bulle spéculative immobilière) et en négligeant les zones d'habitations moins denses. Se conventionner n'est nullement une obligation mais ceci peut rapporter gros aux généralistes peu scrupuleux des comptes de la sécurité sociale.
a écrit le 28/05/2013 à 10:27 :
Bravo la Droite ... vous êtes bien les champion de l'endettement ...

+600 milliards pour l'Etat ... +15 Milliards pour l'Hôpital ... quelle gestion !! quelle compétence !!!
a écrit le 28/05/2013 à 10:16 :
C'est faux...l'Etat n'a jamais poussé les hôpitaux a s'endetter. Il a même tenté de stopper la gabegie des dépenses injustifiées depuis 2007...ça s'appelle la réforme du secteur hospitalier!! Simplement, quand vous avez une masse salariale EXHORBITANTE (médecin payé environ 5500 ?uros bruts -en moyenne- avec des chefs de services rémunérés jusqu'à 10 000 ? bruts pour un mi-temps...et pratiquent en plus en cabinet!!), ça ne fonctionne pas!! Les médecins sont comme les politiciens...des parasites qui vivent aux crochets de la sécurité sociale (donc à vos crochets)...et, en plus, se prennent pour Dieu-le-Père! Pourquoi croyez-vous que les hôpitaux recrutent en Espagne, en Roumanie pour les nouvelles embauches? Quand à savoir si on arrête de soigner...non, évidemment! Mais on ne doit pas choisir des gens qui font carrière pour s'enrichir sur le dos du secteur public!! Serment d'Hypocryte...
a écrit le 28/05/2013 à 10:14 :
Il faut arrêter de s'endetter auprès des banques. l'état doit reprendre le contrôle de la monnaie.
Réponse de le 28/05/2013 à 10:32 :
Je l'ai toujours dit. Mais bon apparemment on est maso. On préfère s'endetter avec intérêts auprès d'acteurs privés qui ne savent pas quoi faire de leur fric.
Réponse de le 28/05/2013 à 14:25 :
Les plus grands détenteurs de dettes publiques sont les investisseurs institutionnels c'est-a-dire les épargnants donc nous même.
a écrit le 28/05/2013 à 10:13 :
A force de soigner gratuitement tous les malades de la planète, c'est sûr que ça ne peut pas durer..!
Réponse de le 28/05/2013 à 12:00 :
Vous avez mon approbation medoc - beaucoup de personnes viennent se faire soigner dans notre pays et repartent ensuite dans le leur , continuer ainsi et nous nous appauvrissons de plus en plus
a écrit le 28/05/2013 à 10:11 :
On ne peut soigner toute la misère du monde...c'est terrible mais c'est un fait.
Réponse de le 28/05/2013 à 10:27 :
coc 65 vous dites la vérité ,tous ces gentils !!!!!!sont des naifs
Réponse de le 28/05/2013 à 18:27 :
Des naifs ? Ou juste des gens qui prennent le temps de réfléchir ? Je vous invite à regarder sous l'UMP de combien ont baissé les subventions des hopitaux publics, et dans le même temps combien ont été donné (sous forme de subventions, crédits d'impôts, etc...) aux cliniques privés dans lesquelles vous ne metterez surement jamais les pieds (sauf à être riche ce qui confirmerait que l'argent n'aide pas à la reflexion). Si je ne vous donne pas les chiffres c'est pour vous apprendre à chercher l'information par vous même et de ne pas attendre que Mme LePen ou Mr Copé vous disent ce qu'ils veulent que vous croyez. C'est sur que ça demande plus d'effort que de gueuler devant sa télé quand on voit Bakari ou Mohamed dans un reportage de TF1.
a écrit le 28/05/2013 à 10:10 :
A partir du moment où vous dite Dexia, vous savez que c'était des prêts à taux variable. Donc les hôpitaux ne sont pas endettés plus qu'ils ne pouvaient rembourser, ce sont les taux d'intérêt qui sont montés en flèches.
Dexia n'aurait jamais dû être sauvée par la France, laissez ces banques pourries pourrir au lieu de tuer les patient pour une question de rentabilité qui n'a aucune raison d'être dans un hôpital !
Il faut faire un audit citoyen de la dette publique et de tous les emprunts dits toxiques !
a écrit le 28/05/2013 à 10:09 :
Rien d'étonnant pour une administration publique. Une hospitalisation pour la même pathologie coute 1800 euros dans une clinique contre 2400 euros à l'hôpital, un exemple parmi tant d'autres. Il serait temps de mettre un pacte de compétitivité et social dans les hôpitaux publiques (productivité, rentabilité, efficacité, évaluation..) augmentation des heures de travail, revoir le mode de calcul des heures supplémentaires tout bonnement scandaleux depuis le passage au 35 heures, contrat de droit privé, interdiction pour les médecins d'une activité privé dans le publique, etc, etc. Il faut aligner les CHU sur le mode des cliniques... Il y a urgence la France est en faillite !!!
a écrit le 28/05/2013 à 10:06 :
voir aussi l'evolution du personnel administratif (non productif, réunionite !!) qui a explosé à la hausse en 9 ans!!
Réponse de le 28/05/2013 à 11:54 :
surtout celui là d'ailleur!!!
a écrit le 28/05/2013 à 9:53 :
Donc que fait-on ? On arrête de soigner et on laisse crever les gens sur l'autel de l?austérité ?
Réponse de le 28/05/2013 à 10:11 :
Apparemment certains aiment compter leurs billets sur une montagne de cadavres.
Réponse de le 28/05/2013 à 10:12 :
Mais ouvrez les yeux. La France ne peut soigner à elle seule le monde entier. Allez dans les Hôpitaux et regardez les patients qui viennent du monde entier..! et qui n'ont jamais cotisé... Il faut vraiment être complètement abrutis pour ne pas comprendre d'où vient le trou financier. Mais continuons. Les français bientôt ne pourront plus être soignés. La Bêtise de ce Pays est incommensurable..!
Réponse de le 28/05/2013 à 10:30 :
Je ne parlais bien sûr pas des étrangers, mais des français... donc calme. Évidemment qu'il faut cesser de soigner toute la misère du monde. Quoique je pense que ce ne sera pas suffisant. Ça n'explique pas tout le problème. Il y a surtout qu'il faut arrêter de faire des coupes budgétaires !
Réponse de le 28/05/2013 à 10:47 :
@N : Exact, même les clandestins ne paient plus la franchise de 30 ? supprimée par le gouvernement actuel et le message est bien passé car il y en a de plus en plus. Voir l'article suivant :
http://url.exen.fr/77320/
Réponse de le 28/05/2013 à 12:04 :
incommensurable ,en plus c'est nous qui payons et qui ne pourrons plus se faire soigner : un grand malheur -
a écrit le 28/05/2013 à 9:47 :
les 35 h ont certainement arrangé la situation ....
Réponse de le 28/05/2013 à 9:56 :
Bienvenu au 21eme siècle et dans 100 encore ce sera la faute des 35h
Réponse de le 28/05/2013 à 9:58 :
changez de disque , il est rayé !
Réponse de le 28/05/2013 à 10:02 :
Vous devez être expert du monde hospitalier pour croire encore aux 35h à l'hosto...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :