Michel Sapin : "Retraite et emploi, tout est lié"

 |   |  915  mots
Le ministre du Travail, Michel Sapin / Reuters
Le ministre du Travail, Michel Sapin / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans l'entretien qu'il a accordé à la Tribune, le ministre du Travail considère que pour réduire les injustices face à la retraite, il faut commencer par réduire celles qui jalonnent les parcours professionnels. Optimiste, il assure que la hausse du chômage sera enrayée en fin d'année. Enfin, Michel Sapin s'oppose clairement à une réouverture du dossier des 35 heures.

La Tribune. Le programme de la seconde conférence sociale des 20 et 21 juin s'annonce chargé. Le thème des retraites sera-t-il au centre des débats ?
MIichel Sapin.
La première préoccupation des Français, c'est l'emploi. La question de la mobilisation générale contre le chômage sera donc au centre de cette conférence. Mais, bien entendu, celle des retraites sera aussi abordée. Les deux sont d'ailleurs liées : on ne peut pas aborder ce sujet si l'on ne rééquilibre pas le marché de l'emploi. Pour réduire les injustices dans le domaine des retraites, il faut commencer par supprimer celles qui jalonnent les parcours professionnels, du fait du travail précaire et des carrières en pointillé. Les femmes sont les premières victimes de ces parcours hachés. Ce sont aussi elles qui partent à la retraite dans les conditions les plus défavorables.

Comment comptez-vous vous y prendre ?
Retraite et emploi, tout est lié. Il y aura plusieurs tables rondes consacrées à ces sujets. Une sur les retraites et plusieurs sur l'emploi où seront abordées les questions de la lutte contre le chômage d'aujourd'hui, mais aussi pour l'emploi de demain, qui va nécessiter une réflexion sur les qualifications. Enfin, il y a la formation professionnelle. Le président de la République l'a dit, il faut qu'un plus grand nombre de demandeurs d'emploi accède plus rapidement à une formation. Il revient aux partenaires sociaux de trouver un accord sur ce point. Sur la base d'un document d'orientation élaboré après la conférence, à l'instar de ce qui s'était passé pour la sécurisation de l'emploi, ils auront trois mois pour négocier.

Vous voulez que les entreprises participent davantage à la formation des chômeurs... Cela signifie-t-il la fin de la loi Delors, qui obligeait les entreprises à financer la formation des salariés ?
La loi Delors a permis d'aider les salariés à progresser dans leur carrière. Mais, aujourd'hui, ce sont les plus précaires, les moins qualifiés, les chômeurs, qui doivent bénéficier de davantage de formation. Aux partenaires sociaux de définir comment, en suivant la piste de l'instauration du compte personnel de formation, prévu par l'ANI [accord national interprofessionnel, ndlr] du 11 janvier. Ce compte, attaché à la personne et non au poste de travail, une fois alimenté, devrait permettre à des salariés perdant leur emploi de suivre une formation.

L'Unedic table sur une hausse du nombre de demandeurs d'emploi jusqu'en 2015, mais, pourtant, vous croyez toujours que la courbe du chômage s'infléchira à la fin de l'année. D'où vient cet optimisme ?
Actuellement, penser que « tout va mal » est devenu un sport national. Optimiste par nature, je pense sincèrement que la conjoncture se redressera au deuxième semestre, permettant d'enrayer enfin l'augmentation du nombre de chômeurs. La montée en puissance des contrats aidés, des emplois d'avenir et des contrats de génération ainsi que le début de mise en ?uvre de mesures de la loi de sécurisation de l'emploi doivent également participer à l'inversion de la tendance. Nous devons parvenir à stabiliser le chômage à la fin de l'année. Mais il faut que cela soit durable. C'est pour cela que je souhaite pour l'année prochaine une mobilisation pour l'emploi au moins au niveau de celle de 2013. Je redemanderai de nouveau le financement d'environ 450.000 contrats aidés dans le budget 2014.

Cependant, les dispositifs lancés par le gouvernement semblent avoir du mal à monter en puissance...
Nous tiendrons nos objectifs. Nous avions prévu de créer un tiers des emplois d'avenir au premier semestre. Nous y serons quasiment. Nous en avons déjà créé 22.000. Au deuxième semestre, et tout particulièrement à la rentrée, le dispositif montera en puissance dans les secteurs scolaire, périscolaire et associatif, où les besoins sont énormes. Les préfets ont reçu la consigne d'ouvrir davantage ces emplois d'avenir au secteur marchand. Mais nous serons vigilants, car il ne faut pas qu'il y ait un effet d'aubaine et que le recrutement permis par ce dispositif se substitue à une embauche déjà programmée par l'entreprise.

Le contrat de génération, qui cible à la fois les jeunes et les seniors, est-il bien accueilli ?
Le contrat de génération est plutôt un accélérateur d'embauche lorsque soufflera la première brise de reprise. Ce sont les entreprises qui ont la main. Pour renforcer l'information des chefs d'entreprise de moins de 50 salariés, une nouvelle campagne d'information directe des entreprises est d'ores et déjà programmée.

Les candidats à la présidence du Medef réclament tous d'aller déjà plus loin dans la réforme du marché du travail. Avec un ANI 2, en fait ? Ils veulent notamment que chaque entreprise puisse fixer par accord sa propre durée du travail...
D'abord, cela veut dire qu'ils valident tous la méthode du dialogue social. Tant mieux. Ensuite, laissons le temps aux entreprises et aux partenaires sociaux dans les entreprises de digérer le premier ANI. Certaines dispositions sont applicables dès le 1er juillet, d'autres en 2015 et d'autres encore en 2016. Sur le temps de travail, je vais être très clair : le gouvernement ne considère pas qu'il faille rouvrir cette question. D'ailleurs, pratiquement aucune entreprise ne l'a fait dans les années Sarkozy où la loi avait ouvert des possibilités de remise en cause : il y a certainement une bonne raison !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2013 à 19:18 :
A croissance nulle,le total chomeurs plus retraités est constant,la différence entre les deux dépend de l'age;il faut de la croissance,ce qui nécessite de réduire le cout du travail.Alors,vous avez la solution?Et si on taxait l'énergie?
a écrit le 04/06/2013 à 17:53 :
il parle comme ça car le ps a les pleins pouvoir a l'assemblée et au sénat c'est un inconscient grave !! ce Sapin , car si Ps n' aurait pas la moitié des voix l'autre moitie se retire du gouvernement et on aurait eu les élections a refaire, le PS sera oblige de revoir la loi sur les 35 h qui font du tort aux entreprises et aux contribuables , on va être oblige de changer cela car nous ne sommes plus compétitif !!!ce gouvernement ne peut pas laisser la France crever a petit feu ou alors ils sont tous fous....
Réponse de le 05/06/2013 à 18:55 :
Il faut pas être négatif. Pour lui, cela change quoi?
a écrit le 02/06/2013 à 19:28 :
Comme les retraites sont liées à l'emploi , alors il serait bon d'attendre le début de l'année prochaine pour avoir une approche de la réforme , le contexte actuel ne permet pas de prendre une bonne décision car nous sommes en crise.Il ne sera jamais trop tard pour en faire une. Mais nous aimerions savoir où sont passés les 33 milliards bloqués pour le choc 2020.Ce gouvernement que comptent-ils en faire ?
a écrit le 01/06/2013 à 17:06 :
Dans ce discours, il est question de tables rondes et de mobilisation, mais il n'y a AUCUNE mesure concrète annoncée pour les retraites. Quant au chômage, c'est la méthode Coué habituelle: ça ira mieux à la fin de l'année, mais là aussi, AUCUNE mesure en vue à part...les "emplois d'avenir" (sic) ! Par contre, on sait qu'on ne touchera pas aux 35 heures, peut-être pour être sûr de ne pas améliorer la compétitivité des entreprises françaises ? Le ministre nous prend pour des imbéciles.
a écrit le 31/05/2013 à 22:08 :
Pour réformer les retraites dans l'équité et pour mettre le régime public à égalité avec celui du privé, il faudrait clore le régime public à partir de maintenant et gérer ce régime jusqu'à extinction du dernier membre. A partir de ce moment, on mettrait tout nouveau fonctionnaire embauché dans un régime identique à celui du privé. Une telle solution devrait être plus facilement accepté par les syndicats des fonctionnaires.Après tout, c'est bien ce qui est fait chez Orange.
a écrit le 31/05/2013 à 18:33 :
Il oublie volontairement la recette la plus simple et la plus juste:hausse de la csg sur les revenus des actifs.cette hausse reste indolore sur les petits revenus.2 points de csg en plus,et c'est tout le système des retraites qui est sauvé pour 10 ans.et je n'ai pas fait l'ENA promotion voltaire pour trouver ça tout seul!
Réponse de le 31/05/2013 à 19:41 :
Il n'est plus possible d'augmenter les cotisations ou taxes sociales sur le travail (csg = cotisation sociale généralisée) dont le niveau est largement corrélé au chômage. Plus il aura de chômage, moins il sera possible de payer des retraites.
a écrit le 31/05/2013 à 18:32 :
La phrase correcte est "Retraite emploi investissement" tout est lié. Car les calculs socialistes sur les retraites par répartition ont été faits sur la base d''une augmentation extraordinairement optimiste de la productivité grâce à l'investissement, au point que le travail devait devenir rare et donc partagé avec parcimonie, avec pour conséquence l'avènement de la civilisation des loisirs. C'était en 1997. C'est aussi avec cette espérance que les socialistes ont tapé dans les caisses de retraites pour financer le Fonds National pour l'Emploi destiné à prolonger la carrière des seniors licenciés jusqu'à leur retraite.
a écrit le 31/05/2013 à 18:31 :
1ère chose dans une société dite "égalitaire" : aligner public et privé !
Réponse de le 01/06/2013 à 20:30 :
Communiste !
Réponse de le 04/06/2013 à 19:12 :
Non,aligner le privé sur le public.Qui est contre?C'est possible.
Réponse de le 05/06/2013 à 19:06 :
En tout cas, pas pour les génération qui vont suivre. Endetter tes gamins et tes petits enfants pour assurer ton confort immédiat. C?est pas bien...Mauvais esprit.... "Possible" mais comment ? Faire payer les riches? ils sont tous parti (on ne peut pas les blâmer). Il reste qui après ? les classes moyennes. C'est un peu ce qui se passe, cotiser plus et plus longtemps pour lisser un système de retraite moribond. Soit tu a 50/55 ans et tu as intérêt à tenir ce discours soit tu as une 20taine d'année et si tu ne veux pas rembourser les dettes des générations antérieures tu fais autre chose
a écrit le 31/05/2013 à 18:30 :
Arrêtons de nous raconter des histoires. Le plus gros mal français est cette cohorte de fonctionnaires qui sont des gens qui ne créent pas de valeurs ajoutés. Ceci ne veut pas dire qu'il ne faille pas de fonctionnaires mais tout simplement que nous avons dépassé, depuis bien longtemps, le point d'équilibre. Le privé doit donc payer pour le public et ce privé se retrouve non compétitif au niveau mondial face à des pays qui n'ont pas nos charges. Depuis plus de 30 ans notre balance commerciale est déficitaire (sur ce point nous sommes les champions du monde) et nos politiques, pour la majorité hauts fonctionnaires, ne vont sûrement pas couper la branche sur laquelle ils sont assis. Que faire ? Un nouveau "1789" ?
Réponse de le 31/05/2013 à 18:56 :
come dissait qu elqu un il faut degraisse le mamouth mais en commencant par en haut 1 homme politiques 2 tecnocrates eT apres tout ceux qui sont en doublons le gros probleme c est que se sont eux qui dirige la france je dires que si les socialistes ne le font pas? QUI VA LE FAIRE?????
Réponse de le 05/06/2013 à 19:22 :
Ben ils votent les lois, ils ne vont quand même pas se tirer une balle dans le pied
a écrit le 31/05/2013 à 18:29 :
La courbe du chômage baissera avant la fin de l'année, les emplois aidés payés à 75% par l'état rentreront en action, de la main d'oeuvre à bas prix, corvéable et mise à la porte dès la fin des subventions gouvernementales réglées avec nos impôts!!! Toujours les mêmes recettes contre le chômage...Le déficit de l'état s'aggravera et la croissance restera dans le garage... Diminuez les charges pesant sur le coût du travail, réduire le coût des rémunérations versées aux politiques trop nombreux souvent inutiles, cumulards et magouilleurs là il y aurait du sens à l'action politique!!! Au niveau Européen pourquoi
subventionner les délocalisations menées par les grands groupes au détriement de l'emplois en Europe, Renault aidé par l'Europe pour implanter son usine au Maroc etc etc...
a écrit le 31/05/2013 à 18:20 :
il faut arrêter la fumette et surtout l'alcool j'aimerai bien lui préconiser une prise de sang!!!
a écrit le 31/05/2013 à 18:16 :
« Les femmes sont victimes, au travail, du différend de salaire. » C'est quelque chose de vrai. Les Gouvernement peuvent le prétendre, mais les femmes ne sortiront pas de sitôt de cette situation. C'est un excuse tirée des politiques d'Afrique ou d'Asie, pour stopper les révoltées. La réouverture du dossier des 35 heures est une chose volée aux pouvoir d'achat pour le peuple, ceux qui travaillent dans des entreprises de moins de 20 salariés. C'est quelque chose d'injuste envers les ouvriers privés. La vérité est que, si nous touchons au dossier des 35 heures, nous pouvons considérer que les fonctionnaires sont déjà divisés, ou alors, peut-être, collectivisés, car ce sont eux les bénéficiaires, comme ils bénéficient du droit de retraite. Donc, nous ne touchons pas au dossier des 35 heures, c'est OK. Mais dans ce cas, nous pouvons nous activer sue les droits de retraite, pour fonctionnaires travaillant aux services publics, et ouvriers travaillant au privé. Les employés privés, et même les patrons, non les fonctionnaires rapportent beaucoup à l?État. Les fonctionnaires n'en auront rien à redire car c'est un droit d'égalité. Pour diminuer le chômage, il y a plusieurs plans existants. Pour les appliquer, c'est très difficile. Il faut déjà que le Parlement soit motivé, car il existe beaucoup d?entreprises cherchant des recrues, mais n?arrivent pas a en trouver. Si ça arrive, la motivations des recrutés est très limitée et ne correspond pas au poste. C'est pour cela qu'il faut leur faire comprendre que par rapport à leur capacité, une formation adéquate est faite pour les rendre motivés, pour les former. Ce qui devrait déjà être fait dans les lieux on l'on peut recevoir un diplôme. Lors du stage, ils ne désirent pas apprendre, et ne saisissent pas l'ampleur de leur responsabilité. Nous-même n'essayons pas de les encourager. Tout ça est très simple à comprendre, mais ce désintéressement, je crois, fait parti de la jeunesses.
a écrit le 31/05/2013 à 17:41 :
Le principal problème à la création d'emploi, ce sont nos énarques (comme Mr Sapin de la promotion Voltaire) et autres politiques de droite et de gauche qui n'ont jamais de leur vie créer eux mêmes d'Entreprise, de Valeur Ajoutée, donc d'Emplois réels (pas des emplois fonctionnaires financés par des prélèvements) avec des prises de risques personnelles. Autrement dit, ils ne savent pas concrètement comment ça marche. Ils ont d'autres compétences. A nous Entrepreneurs d'agir auprès d'eux avec pédagogie, mais aussi de se faire élire dans le futur.
Réponse de le 31/05/2013 à 18:20 :
Je suis aussi chef d'entreprise et suis d'accord avec vous sauf sur le dernier point. Ces énarques & Co se moquent éperdument de notre pédagogie car leur mode de pensée, élitiste et unique, ne peut s'accommoder de la contradiction ou d'une vision différente. Ces gens se comportent avec le peuple comme le Français est perçu de l'étranger, une personne arrogante.
a écrit le 31/05/2013 à 17:25 :
L'erreur de base est de considérer les retraites comme devant être la répartition des salaires;c'est en fait la répartition de l'ensemble de la valeur ajoutée,d'ou l'idée d'une TVA sociale,ou mieux,d'une taxe sur l'énergie pour financer les retraites;essayez de comprendre.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:40 :
L'erreur ça a surtout été de ne pas créer de réserves lorsque le prorata cotisants/retraités était favorable. Plutôt que de vouloir imaginer de nouvelles taxes/impôts, posez vous la question du poids des retraites sur le budget de la France.
a écrit le 31/05/2013 à 17:25 :
Il ferait mieux d'expliquer ou sont passés les sommes versés à la CSG et RDS plutôt que déblatérer sur n'importe quoi et prendre les bonnes décisions sur les retraites indécentes des "politiques" qui sont tout de même à l'origine du problème. Au moins si cela ne renfloue pas les caisses cela ressemblerait à un semblant d'égalité.
Réponse de le 31/05/2013 à 18:29 :
Pour le RDS, il me semble que quand une dette apparait, elle bascule sur le RDS, genre trou sans fond qui est alimenté en continu, et ceci perpétuellement. C'était prévu (1)5 ans pour le Crédit Lyonnais ? Si ça dure 150 ans, ça ne sera pas étonnant plus que ça.
a écrit le 31/05/2013 à 17:19 :
M.Sapin a raison;si on finance les retraites par une taxe sur l'énergie,on réduit le cout du travail et du même coup le chomage.Cela incite à investir car le travail étant moins cher,les prix de la production hors énergie seront plus faibles.Malheureusement c'est un raisonnement que M.Sapin ne pourra pas comprendre ni l'ensemble des Français d'ailleurs.
a écrit le 31/05/2013 à 16:41 :
N'obligeons pas les personnes ayant commencé à travailler à 16 ans de rester jusqu'à 60 ans après 44 années de cotisation. Cela ferait un peu de place à nos jeunes qui cherchent du travail.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:32 :
Vous avez raison;si vous augmentez le nombre de retaités,vous réduisez le chomage,c'est ce qui avait été fait avec la retraite à 60 ans;mais maintenant,ça ne marche plus;pourquoi?les économistes cherchent et ne trouvent pas la solution;et pourtant elle existe!
Réponse de le 31/05/2013 à 17:33 :
Bien d accord avec vous moi ca sera 60 et 178
trimestres cotises pas de justice dans ces lois
Réponse de le 31/05/2013 à 17:42 :
Tout à fait !
Réponse de le 31/05/2013 à 17:47 :
Étonnante votre remarque, moi qui suis né en 1947 j'ai eu la chance de rentrer en apprentissage à 13 ans (la quasi totalité de mes copains d'école communale commençait directement en usine) et j'ai travaillé comme eux jusqu'à 60 ans. Je ne vous parle pas des horaires de travail de cette époque.
Réponse de le 31/05/2013 à 19:56 :
T'as raison, et c'était pire du temps de Vercingétorix.
a écrit le 31/05/2013 à 16:26 :
La réponse c'est plus de lois oui oui.. réunionite documents d'orientation, commissions théodules, contrats de ceci, ben voyons.. pignolage sur la précarité des uns, contrat de machin.. "Optimiste par nature, je pense sincèrement que la conjoncture se redressera au deuxième semestre" avec un tel argumentaire comment ne pas croire au second souffle de l'économie française, difficile d'objecter devant une démonstration aussi brillament orchestrée... le pire c'est que M. Sapin n'est clairement pas le moins compétent ni le moins experimenté de nos ministres.. ça laisse rêveur.
Réponse de le 31/05/2013 à 16:59 :
en quoi est-il compétent ???
Réponse de le 31/05/2013 à 17:08 :
En administration.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:29 :
En enfumage.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:44 :
@Albert Acacia, même pas, ses tentatives ne trompent personne.
Réponse de le 31/05/2013 à 19:57 :
Hein ??
a écrit le 31/05/2013 à 16:16 :
Dans notre système ce sont les actifs qui cotisent et permettent de payer les retraites donc de fait emplois et retraites et retraites sont liés.
Car pas d'emplois pas de retraites payées, d?où l'intérêt quand on est retraité de la classe moyenne de réinjecter une partie de cette retraite dans le "tissu" local (boulanger, boucher, charcutier, maçons, couvreurs etc) plutôt que de s'exiler à l'étranger pour par égoïsme pour payer moins d'impôts.
Réponse de le 31/05/2013 à 16:29 :
comment peut on faire encore confiance a ce guignol ? Sapin Montebrouette et autres du gouvernement comme les politiques plus personne ne leur fait confiance ...........................................
Réponse de le 31/05/2013 à 16:59 :
@lennart : je ne savais pas qu'acheter du pain, de la viande ou faire travailler un maçon, c'était un impôt ???
Réponse de le 31/05/2013 à 17:41 :
Si ça fonctionnait comme vous le dites,il suffirait de créer de la monnaie pour payer les retraites ce qui alimenterait le circuit économique;c'est un peu vrai,et c'est pour cela qu'il ne faut pas réduire les retraites en modifiant la durée de cotisation.Mais c'est plus complexe;il faut faire intervenir le role de l'énegie;on commence à en parler dans les hautes sphères.
Réponse de le 31/05/2013 à 17:50 :
@bertrand, quand un retraité achètes du pain, de la viande ou commande des travaux à un maçon son geste permet de l'emploi en France donc des cotisations pour sa retraite et entre autre une TVA qui est un impôt.
Mais si pour payer moins d'impôts ce retraité s'exile au Maroc en générant du commerce donc de l'emploi pour des gens qui eux ne cotisent pas pour sa retraite c'est comme scier la branche sur laquelle il est assis.
a écrit le 31/05/2013 à 16:14 :
les retraitess des politiques........ des fonctionnaires d etat ou d entreprises d etat ....DIT des regimes speciaux pas concernes eux...honte a ces votre politique injuste de gauche caviars ....on nous y pendra pas 3 fois..... 81 ..2013...
Réponse de le 31/05/2013 à 16:38 :
Commentaire sans intérêt et, surtout, mensonger. Les fonctionnaires n'ont pas de régime spécial. Ils n'ont, du reste, pas de caisse du tout.
Et puis, la prochaine fois, appliquez vous sur orthographe, conjugaison et syntaxe, merci.
Enfin, c'est 81 - 2012, pas 2013 ;-)
Réponse de le 31/05/2013 à 17:31 :
ah bon !! les fonctionnaires n'ont pas de régimes spéciaux, et le fait que leurs retraires soient calculées sur les 6 derniers mois, ce n'est pas spécifiques aux fonctionnaires ???
Réponse de le 05/06/2013 à 19:19 :
Il faut pas être rageur comme ça. Il a parlé quand même de la retraite des politiques. Moi tout ce que je vois, c'est qu'un député pour 5 ans de taf, il va touché 1200 euros (Rappel: retraite médiane des français pour 40ans de cotis=1300 euros). S'il fait 10 ans, il touche 2300 euros (jack pot ?) . Les rentiers, c'est eux. Si jamais il y a une réforme des retraites soit certain que la leur ne bougera pas. Finalement, je trouve le commentaire constructif et finalement proche de ce que je pense.
a écrit le 31/05/2013 à 16:08 :
"Pour réduire les injustices dans le domaine des retraites, il faut commencer par supprimer celles qui jalonnent les parcours professionnels, du fait du travail précaire et des carrières en pointillé"
J'ai plus simples pour réduire les injustices en terme de retraites ... Qu'ils commencent à regarder les retraites des sénateurs, députés ... Et qu'ils finissent par les régimes spéciaux qui ne peuvent même pas s'autofinancer .... Mais bon, pour ça, faut s'attaquer aux retraites des petits copains ... Un pour tous, et tous pourris ...
a écrit le 31/05/2013 à 16:04 :
En 81 QUAND LA RETRAITE EST PASSEE DE 65 A 60 ANS OK BRAVO MAIS AUCUNE CONTRE PARTIE N A ETE PRISE POUR COMBLER LE MANQUE A GANIER DES CAISSES .UNE AUGMANTATION DES CHARGES SERAIS PASSEE COMME UNE LETTRE A LA POSTE. LES CAISSES DU PRIVE ONT RENFLOUE LES CAISSES EN DEFICIT LES REGIMES DU PUBLIC CEUX QUI PARTENT A LA RE TRAITE A 55ANS
Réponse de le 31/05/2013 à 16:40 :
Vous avez le droit d'écrire en minuscules et dans un français correct, cela facilite la lecture.
Réponse de le 31/05/2013 à 19:59 :
Trop vieux, il ne sait pas comment faire
a écrit le 31/05/2013 à 16:03 :
que des évidences et des paroles creuses.... c'est un spécialiste oui l'emploi est lié ou l'inverse au chomage;.. les emplois dits d'avenir "bouché" que peut on faire faire a des gens qui ne savent pas lire et écrire qui sont surement dans l'impossibilite de supporter les moindres contraintes d'un travail normal... et on va en faire quoi dans des associations ou des collectivités publiques déja sur prolatérisé;... l'école de la république les apprentis ne sont pas ou trés peu formés par la prétendue education nationale, les entreprises le font mais pas assez car on ne trouve pas des jeunes a former... parce que les parents trouvent cela dégradants (ca fait quarante ans que j'entends de refrein) comparer les salaires des ouviers avec les gratte papiers vous aurez fait rapidement le choix, mais silence....l'ouvier pouat quelle horreur mon fils sera socioloque au chomage;..ou revendeur de hash...essayez de me trouver un tourneur j'en recrute de pologne;..
a écrit le 31/05/2013 à 16:01 :
Commentaire censuré, surtout ne rien dire sur les baby-boomers, comme d'habitude...
Réponse de le 31/05/2013 à 16:24 :
faut adherer au printemps francais pour renverser ce jolie monde
Réponse de le 31/05/2013 à 16:25 :
+1
Réponse de le 31/05/2013 à 16:44 :
Oui c'est ça, défiler avec des bourgeoises sentant la naphtaline et des crânes rasés "patriotes" qui font le salut nazi devant les CRS (se dire patriote et arborer ostensiblement des signes et attitudes de l'occupant de 1940, quelle honte), ça fait rêver.
a écrit le 31/05/2013 à 15:59 :
Michel Sapin, ministre en 1991...Il y a vingt ans !!!
Réponse de le 31/05/2013 à 17:12 :
Comme quoi, il aura résisté aux termites...
a écrit le 31/05/2013 à 15:58 :
Ce type recite par coeur le manifeste socialiste... Logique vu qu'ils ont ete elus... Mais quel desastre pour la France... Et pour les milliers de nouveaux chomeurs a venir... Quel gachis...
a écrit le 31/05/2013 à 15:53 :
"Nous tiendrons nos objectifs.", effectivement, quand on les redéfinit juste avant publication des résultats c'est plus facile. cf les multiples modifications des objectifs de déficits et perspectives de croissances, cf le budget revoté en juillet 2012 qui correspondait aux résultat du 1er aout (au final on sait ce que ça a donné en décembre) ...
a écrit le 31/05/2013 à 15:53 :
Bravo Michel, retraite-emploi tout est lié ! Chômage-pas-de-retraite aussi! ça sent le sapin pour nous.
a écrit le 31/05/2013 à 15:53 :
Oui, mais pour créer du travail faut aimer les gens entrepreneurs, il faut des sous, donc des investisseurs. Hors , le flan et sa clic de malins, aiment pas les riches. Donc l'argent est partie ailleur... Et les entrepreneurs aussi.... Voir taxes, pigeons, rsi, urssaf, montebourg, sapin, le flan, Pellerin,... Bref c mort!
a écrit le 31/05/2013 à 15:50 :
nous n'avons plus de mine mais,LA SECU DES MINES existe encore avec siége somptueux dans les beaux quartiers de paris,17 pharmacies, des cliniques,des medecins? ETC
Réponse de le 31/05/2013 à 17:03 :
non ??? est-ce possible ????
Réponse de le 31/05/2013 à 17:14 :
Il n'y a peut être plus de mines, mais il reste des mineurs à la retraite...
Réponse de le 31/05/2013 à 17:24 :
@bertrand regardez sur cite internet " secu des mines" vous aurez le détail ex plus de 6000 agents
Réponse de le 31/05/2013 à 20:01 :
L'Etat est pour la traite des mineurs...(lol)
a écrit le 31/05/2013 à 15:47 :
"D'abord, cela veut dire qu'ils valident tous la méthode du dialogue social. Tant mieux." SUIVI DE "le gouvernement ne considère pas qu'il faille rouvrir cette question". Ah oui, je vois bien ce que c'est que le dialogue social maintenant ;)
a écrit le 31/05/2013 à 15:47 :
Sapin et le gouvernement viennent d'inventer l'eau chaude, la roue et le fil à couper le beurre en même temps.Des progrès significatifs en parallèle, le début du commencement tant attendu. Manque, toutefois le dahut a trouvé et ce gouvernement aura fait le taf. Super hollande!!!
a écrit le 31/05/2013 à 15:43 :
sur capital aujoud'hui allez voir le gaspillage il existe encore une sécurité sociale de la mine et voyez à quelles conditions !!!!!!!!;de meme pour les régimes spéciaux et surtout ceux de députés et sénateurs une femme de sénateur touche 100 % de la réversion etc
a écrit le 31/05/2013 à 15:36 :
Inutile de tergiverser, les baby-boomers votant en masse et détenant l'essentiel du patrimoine et du pouvoir politique (voir le non-renouvellement des classes d'âge au Parlement depuis 1968), nous savons tous que ce sont les jeunes qui vont payer l'incurie de cette génération de cigales et de spéculateurs.

[Message à La Tribune : vous parlez de la France comme championne des dépenses publiques au sein de l'OCDE, or, aux dernières nouvelles, le Danemark était devant nous. Sur quelle source vous basez-vous ? Merci :-) ]
Réponse de le 31/05/2013 à 17:05 :
Dire que les jeunes vont payer l'incurie de cette génération de cigales et de spéculateurs est simpliste. Savez vous jeune actif que nombre de personnes de notre génération ont commencé à travailler à 14 ans avec une moyenne de 55heures par semaine et de ce fait ont cotisé 46 ans sans prétendre comme il est prévu aujourd'hui à des taux majorés.
Votre commentaire mériterait de votre part de vous renseigner sur les baby-boomers
Réponse de le 08/06/2013 à 14:56 :
D'accord avec vous, et nous n'avions que 2 semaines de congés payés
a écrit le 31/05/2013 à 15:34 :
On a pas besoin d'être Énarque pour comprendre ça!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :