Le moral des patrons des PME au plus bas, que faire ?

 |   |  626  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la lecture des résultats du baromètre La Tribune-LCL, la question semble indiscutablement légitime. Le moral des dirigeants de PME est en chute libre.

Les records sont faits pour être battus. Certes. Toutefois, certains records ne méritent pas vraiment d'être salués. Dans le domaine économique par exemple, voir la confiance des chefs d'entreprises plonger à des niveaux inédits est tout sauf une bonne nouvelle. Or, en mai, le baromètre La Tribune-LCL réalisé par Ipsos, et qui mesure la confiance des dirigeants de PME, a de nouveau chuté pour atteindre à 83 un plancher inédit depuis la création de cette enquête d'opinion en 1992.

Tous les indicateurs sont désormais dans le rouge : la demande est faible, quand elle ne s'effondre pas comme c'est le cas de la consommation, et les perspectives d'investissement et d'embauches sont au plus bas. "Le nombre de salariés est en baisse pour atteindre son plus bas niveau depuis octobre 2010", constate Yves Fradier, directeur de clientèle chez Ipsos. Quant aux efforts du gouvernement en faveur des entreprises, il sont de plus en plus mal jugés.

Bénéficier immédiatement du CICE intéresse peu

Plus grave, la confiance des chefs d'entreprises est si faible qu'elle semble les tétaniser. Un exemple ? Seuls 7% des 300 dirigeants interrogés ont demandé un préfinancement du crédit d'impôt compétitivité et emploi (CICE) aujourd'hui distribué par Oseo et par la plupart des banques commerciales. Effectif depuis le 1er janvier 2013, le CICE est disponible pour les entreprises imposées d'après leur bénéfice réel et soumises à l'impôt sur les sociétés ou à l'impôt sur le revenu. Il s'applique quel que soit le mode d'exploitation de ces entreprises et quelle que soit la catégorie d'imposition à laquelle elles appartiennent, dès lors que ces entreprises emploient du personnel salarié. Il permettra à 1,5 million d'entreprises d'acquérir une créance fiscale de 13 milliards d'euros dès 2013, et de 20 milliards dès 2014. En 2013, première année de montée en charge, le taux applicable est de 4% de la masse salariale brute supportée au cours de l'année pour les rémunérations inférieures ou égales à 2,5 SMIC. Il atteindra 6% dès 2014. Ses règles sont les mêmes que celles des allègements généraux de cotisations sociales et du crédit d'impôt recherche, deux dispositifs déjà bien connus des entreprises.

Un autre exemple ? Alors qu'Euronext vient de lancer EnterNext, sa nouvelle bourse des PME et des ETI, seuls 31% des chefs d'entreprises se déclarent prêts à ouvrir le capital de leur entreprise pour accélérer son développement.

Exporter n'est pas une véritable option

Le développement à l'international peut-il être une solution ? Les acteurs regroupés sous le label bpifrance export, tels Ubifrance, Coface ou les conseillers du commerce extérieur ont encore beaucoup d'efforts à fournir pour convaincre les entrepreneurs de se lancer à l'export.

Certains clichés ont la vie dure. Et on peut comprendre pourquoi. Seuls 43% des dirigeants déclarent utiliser l'anglais dans le cadre de leurs activités professionnelles. Autre enseignement de ce baromètre, 36% des entreprises ont une activité à l'international. Résultat, si les TPE-PME-ETI constituent la très grande majorité de 115.000 exportateurs tricolores, force est de constater que leur nombre est relativement insuffisant puisque l'on dénombre 2,2 millions d'entreprises en France

" En somme, les résultats de la livraison de mai confirment le caractère toujours dégradé de la conjoncture française au deuxième trimestre. Quelques signaux d?amélioration sont perceptibles - et également observés dans les enquêtes nationales de l'Insee -, mais ils restent très fragiles et devront être confirmés ces prochains mois pour constituer une réelle embellie. Dans cette logique, nous prévoyons une stabilisation du PIB au deuxième trimestre", anticipe Axelle Lacan, économiste chez LCL.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2013 à 13:41 :
Qu'ils prennent des vacances en RTT à la Barbades ou à l'Ile Maurice comme nos politiques ou nos présentateurs-ices TV . Les 35 heures sont éprouvant que d'ennuie !
a écrit le 05/06/2013 à 17:57 :
arrête de les faire chier avec toute l administration
a écrit le 05/06/2013 à 9:25 :
helàs votre article confirme ce que j'avais observé depuis quelques décennies , nous sommes un pays frileux envers les autres , les étrangers dénigrés , leurs produits aussi dénigrés , seul le coq a le droit de chanter et d'être fier de son hexagonalité , le manque de vision sur l'international , le manque de culture et donc de connaitre d'autres peuples fait que nous avons une vision étriquée , le japon lui c'est ouvert aux autres ainsi que la corée du sud , il faudrait un sursaut , hors ce que je constate c'est que c'est tout le contraire , pas étonnant donc qu'on continue de chuter et que le moral en prenne aussi un coup , se contenter de clients hexagonaux c'est pas très productif sur le long terme , en plus cela signifie qu'avec un marché aussi étriqué on privilégie la rente nationale ou locale , pas de quoi se rassurer
Réponse de le 23/07/2013 à 13:52 :
+10000000000000
a écrit le 05/06/2013 à 0:29 :
Et si on faisait une enquête sur le pole emploi, qui nous fait bien rire vu qu?on fait du chômage. Après les études, ils ne vous proposent que des formations bidons, on se demande bien pourquoi. Pas étonnant que la moitié des jeunes veulent partir ! J?ai un ami après une licence, il fait vendeur dans un magasin, bien évidemment il vote révolte à droite, puisqu?il n?a rien. A la génération précédente, avec ce niveau on était avocat. Alors fait-on du développement économique plutôt que du suicide collectif ?
a écrit le 05/06/2013 à 0:02 :
Le ministre, est-il encore là ? Il est pas dans la charrette ? On fait dans le zéro de croissance, le boulet pour l?humanité, le progrès à la mode Dagobert ! Attrapez le bon dieu c?est une calamité ! Il est entrain de dézinguer l?industrie ! Attentat au salut public !
a écrit le 04/06/2013 à 23:43 :
Un entrepreneur a besoin de visibilité sur l'avenir pour cela le politique qui a les commandes doit être clair dans son approche globale de l'économie . Il serait aujourd'hui pour un entrepreneur extrêment risquer d'investir car il ne sait PAS ce que demain sera fait des impôts, taxes et contrat de travail.
Le gouvernement précédent comme celui d'aujourd'hui refusent de mettre en place les actions perennes pour une diminution drastiques des dépenses publiques mais égalemment de la supression d'une partie du mille feuille politique. Le gouvernement précédent avait mis en place la RGPP mais le rapport de l'IGF a montré que de 2007 à 2011 la part des dépenses liées à la fonction publique avait augmenté de 10 milliards et le nombre d'agent de 6 pour cent.
Le gouvernement actuel a commencé par augmenté les impôts et taxes avec un mensonge présidentiel de chaque action et parle d'une réflexion sur un type de RGPP mais à la sauce rose avec une assemblée complétement en dehors de toute connaissance du monde de l'entreprise et qui n' a qu'un mot à la bouche taxons les riches. On voit que les taxes sur les plus fortunés, l' impôt stupide sur le fond et la forme des fameux et fumeux 75 pour cent mais égalemment la modification du QF et autres compléments provisoires, mais en politique le provisoire, dure n' a pas modifié le déficit français donc aujourd'hui, on fait de l'idéologie bolchevique ou coréeenne du nord pour faire croire aux plus démunis que taxer les riches et la classe moyenne haute!!! va les sortir de leur misère. Les politqiues sont des manipulateurs et le plus grave nos compatriotes ceux qui souffrent croient dans ses charlatans alors que ces m^mes destructeurs des valeurs de la France REFUSENT DE TOUCHER A LEUR GATEAU qui lui n' a jamais diminué au contraire il augmente. Alors serait tant que les Citoyens ouvrent les yeux comprennent que le pb de la France n'est pas celui des riches ou autres mais exclusivement de l'incapacité des politiques de gauche mais égalmment de droite à réformer le pays en commençant à mettre à plat les dépenses de l'Etat et mais également la suppression pure et simple d'un certain nombre de branche inutile du mille feuille, revoir de toutes les niches fiscales qui s'entassent les unes sur les autres et dont plus personne ne sait à quoi elles servent,revoir ce gateau de 50 milliards qui alimente les milliers de comités Théodulequi permet comme pour le CESE de caser les anciens collboratyeurs ou certains politiques en fin de carrière mais égalmment des syndicalistes en mal de poste ou des amis qui ont répondu présent ou aux ordres type EPAD, dont le premier ministre dans une certaine forme d'hypocrisie et propagande digne d'une république bananière a osé nous dire qu'il en supprimait une centaine dont aucun avait en face un coût pour la dépense publique, encore de la propagande dont le citoyen ne veut plus.
L'Entreprise investir, le citoyen ouvrir, pour ceux qui le peuvent, leur épargne non car le politique est incapable de nous proposer et de s'engager sur des réformes de fond et dans la durée.
La crise a divers responsables mais le politique en est un et des plus important, désigner la finance et les riches que de belles drogues pour ceux qui encore une vision de compétence et de vision du politique. Le politique a réussi avec un certain "panache" à faire d'un pays qui au milieu du XX siècle était dans les pays les plus industrialisés et en excédent en un pays mendiant de juillet à décembre et cela en moins de 40 ans, belle réussite politique de la destruction de valeurs.
Réponse de le 23/07/2013 à 14:46 :
Mettre à plat les dépenses de l'état contractera encore plus la demande. Ce qu'il faut c'est garder ce grand gachis d'état en espérant qu'il favorise la production francaise et aussi que les entrepreneurs puissent remplir leurs carnets de commande. Sans commande une entreprise est morte. Comment accéder aux contrats de manière équitable
Réponse de le 23/07/2013 à 15:07 :
Non au maintien du statu quo. La CFE, plus importante que feue la taxe professionnelle, finance le torchon mensuel de l'agglo. Je me fiche que ça profite à une entreprise française. Ce que je sais, c'est que cette CFE pèse un mois de masse salariale de ma PME. Sans celà, j'investirai...
a écrit le 04/06/2013 à 19:14 :
Il parait que 90% des chefs d?entreprise sont remontés contre le gouvernement. Or le gouvernement démolit la liberté d?entreprise comme les auto entrepreneurs dont il flingue les régimes. Il flingue l?automobile de la même manière comme l?industrie, à tel point qu?on parle de désindustrialisation. Il empêche le développement d?une épargne pour financer l?entreprise. Et rien n?est réglé dans la question double de la compétitivité-déficit et dette-récession. Si on déclare la guerre à l?entreprise, alors que le niveau des prélèvements sur l?activité disqualifie la France, c?est contraire au bon sens et à la vie de la société, c?est une logique de crime contre la population. L?étouffoir fait exploser le chômage qui va encore continuer longtemps. On assassine la société française par l?étatite maladive. Pas un seul pays au monde ne fait cela. Alors qu?on fasse la guerre au gouvernement pour le salut public. Ne parlons pas de sa popularité? C?est Laurel et Hardy dans un magasin de porcelaine entrain de tout écraser !
a écrit le 04/06/2013 à 18:26 :
Le jour ou nos énarques et autres avocats-médecins-enseigants qui nous gouvernent auront compris qu'il est normal qu'un chef d'entreprise assume les risques de son business mais ne peut en aucun cas assumer un risque NON DEFINI et donc imprévisible du type fiscal, social, règlementaire, on aura fait un grand pas. Il est vrai que je ne connais pas un seul d'entre eux qui n'ai jamais engagé ses finances personnelles et créé et développé quoi que ce soit autrement qu'avec l'argent... du contribuable !
a écrit le 04/06/2013 à 16:36 :
Attendre pour couler, revolutionner pour le futur, s'expatrier pour le moment!
Réponse de le 04/06/2013 à 16:48 :
+1
a écrit le 04/06/2013 à 15:48 :
Sur le fond c'est très simple, mais évidemment impossible pour ce gouvernement qui semble l'otage de ses clientèles et de leurs dogmes. Reprenez une pyramide de Maslow basique: besoins physiologiques, sécurité et stabilité, appartenance, estime et accomplissement de soi. Que l'état cesse donc ponctionner les entreprises de manière aussi forte, qu'il leur donne une stabilité et une visibilité fiscales, sociales et réglementaires, qu'il dise et assure leur place au sein de la société, qu'il cesse de les diaboliser et reconnaisse leur contribution et leur importance autrement que dans les mots. Voila qui redonnera du coeur à l'ouvrage des patrons. Évidemment, je ne parle pas du glacis des entreprises proches de l'état, mais bien des PME/PMI qui sont les seules capables par l'engagement de leurs animateurs et créateurs de relancer notre économie. Entendre les campagnes de pub des un et des autres, comme la dernière de la Commission Européenne, sur des fonds à destination des PME devient pénible. Que tous ces gens s'occupent de gérer leurs domaines de compétence avec la même rigueur que lesdites PME et s'abstiennent de leur rendre la vie impossible par toujours plus de réglementation et d'impôts. Il est facile de vouloir redistribuer l'argent de ceux qu'on épuise à force de prélèvements iniques.
Réponse de le 04/06/2013 à 18:08 :
+1 : La messe est dite. Cependant, elle ne cadre pas du tout avec le besoin de satifaire un fond de commerce electoral, protéger les copains et le mille feuille qui va avec, et pour finir, cet appétit insasiable de prélevements (au méchants riches) pour redistribuer (aux malheureux dans le besoin et préserver la caste politique et autres fonctionnaires), visiblement le seul moyen pour nos gouvernants de de sentir utile... Si on ajoute qu'actuellement notre train de vie est toujours pour une bonne partie à crédit (l'addition sera pour nos enfants...) je suis de plus en plus pessimiste !
a écrit le 04/06/2013 à 15:07 :
Rendre aux entreprises leur trésorerie pour qu'elles puissent s'autofinancer et investir, lancer de grands projets industriels novateurs et moteurs avec la BPI-grandemprunt, affecter l'épargne des ménages au financement des entreprises en restaurant les banques de détail et en les découplant de la spéculation, diminuer les charges sociales sur la marge de croissance pendant deux ans, etc. Il ya des milliers de solutions offertes par l'expérience passée et la théorie économique. Mais le gouvernement est sourd et ne sait rien faire à part augmenter les impôts et les contraintes administratives.
Réponse de le 23/07/2013 à 16:24 :
quand les grands donneurs d'ordres imposent des baisse de prix à leur fournisseurs parce qu'ils peuvent bénéficier du crédit d'impôt compétitivité... ça... ce n'est pas l'état...... c'st aussi la manière de tuer ses fournisseurs, tout en disant qu'on a besoin d'entre^prises solides....

c'est le modèle de collaboration français qui a du plomb dans l'aile.....

exporter, c'est bien.. mais ça ne se fait pas en un jour..... les chambres de commerces sont d'une nullité crasse......et mon avis est qu'il faudrait, par pays, recenser les grandes entreprises qui y sont implantées, et trvailler avec elle pour qu'elle propose leur expertise du pays.... à des groupes de PME potentiellement exportatrice....;

l'avenir est clairement au collaboratif........

je ne suis pas un fan absolue de l'allemagne, elle fabrique des pauvres...... mais il y a une chose de certaine.....forte collaboration entre grands, moyens... et petits.... les grandes entrainant les autres dans leur sillage, plutôt que de les piller.....

il est urgentissime que les fédérations proposent des outils collaboratifs à leur adhérents.... seuls les regroupements permettront de sortir la t^te de l'eau......

arrêtons de gémir sur les taxes.. impôts et consorts..... même si.... ça n'est pas innocent... l'avenir est aussi dans d'autres modèles à inventer.... dans l'innovation.... (pas forcément technique....).. mais d'usage.... de modèle commerciaux etc.......

quant aux structures... institutionnelles... regroupement obligatoire... il y a trop de gens qui s'occupent mal... de bcp trop de choses et qui font redondance......

il faut recréer une économie conquérante... en particulier industrielle, grande ou petite........



a écrit le 04/06/2013 à 15:06 :
Le gouvernement n?arrêtera jamais de taxer, réglementer et diriger.
La seule solution est la gréve des cotisations. Si tous les patrons de PME ne payaient plus les cotisations Urssaf et retraites ne serait ce qu'un mois, le pays s?arrêterait net.
Le Lider Maximo ne pourrait plus rien faire. Ce serait un peu comme une gréve générale SNCF mais à l'envers.
a écrit le 04/06/2013 à 14:37 :
Les PME se rendent compte pour la plus grande partie que leur production est obsolète comme l'est une majeure partie de celle des allemands. Ils ne souhaitent même plus se financer, ayant abandonné depuis longtemps (leurs dirigeants) l'entreprise et la recherche pour l'immobilier. Ces PME devront disparaître, poussins, ou pigeons pour laisser place aux rapaces. Comme pour l'agriculture, l'argent aura fait son oeuvre.
a écrit le 04/06/2013 à 13:40 :
Que faire ????
Récompenser le travail et l?excellence au lieu de d?encourager la médiocrité et l?assistanat?
Réponse de le 04/06/2013 à 18:12 :
Bonne idée, mais hélas, pas du tout d'actualité.
a écrit le 04/06/2013 à 13:31 :
Et le RSI qui fait de la pub !!! Ils viennent d'augmenter leur taux !!! Le RSI ferait mieux de revoir sa gestion . Pigeons vous avez dit pigeons Allez courage on s'accroche encore 4 ans, peut-être qu'après (pour les survivants) on verra une petite amélioration.... mais la sté française risque d'avoir pris un sacré coup quand même.
Réponse de le 04/06/2013 à 16:12 :
Oui l'augmentation du RSI est une folie pour le petit dirigeant. Plus de 50 % de taxes en plus sur des bénéfices déjà très faibles !

Je n'attendrai pas 4 ans. Je suis prêt à descendre dans la rue.
Réponse de le 05/06/2013 à 9:36 :
a Laurent , le RSI était au départ plusieurs caisses de retraites différentes par leurs secteurs d'activité , mais aussi ce régime était déjà déficitaire dès le départ , en france ce qui ne marche pas non plus c'est ces caisses de retraites éparpillées , certaines sont très riches par leurs cotisants , d'autres comme le RSI sont pauvres car elles n'ont pas de manne venant d'autres secteurs économiques , cela est du au refus de la CGT dans les années 40-50 a propos des professions libérales et indépendantes d'être dans un régime mutualiste universel , du coup ce système est devenu fou , beaucoup de petits patrons dans les années 60 cotisaient a minima car c'était déjà hors de prix a l'époque , le conjoint qui travaillait avec le patron n'avait aucun revenu ni meme de retraite une fois l'échéance arrivée , la surprise fut donc de taille , on a jamais résolu ce problème de plus le corporatisme du secteur a rendu le système obsolète , l'indépendance a tout prix cela se paie fort très fort , il faudrait un vrai courage mais on est loin vu la pléthore de candidats pour gérer ce fond de retraite ( l'an dernier ) un summum , quand aux auto-entrepreneurs c'était assuré de finir ainsi , la concurrence déloyale envers les artisans qui eux paient des cotisations plein pot , les assurances aussi envers les clients lésés , ce qu'un auto-entrepreneur ne cotise pas , ce concept était crée pour masquer le chômage ni plus ni moins , réussite totale , aujourd'hui on a des sociétés a 5 vitesses différentes , bonjour l'angoisse
a écrit le 04/06/2013 à 13:11 :
Le problème c'est: les impots, les charges et l'administration. Pour ceux qui ne savent pas un patron d'une petite entreprise recupère seulement 30% de son bénéfice!!! Vive les impots et les charges! Et je ne vous parle pas de toute la paperasse.
Un conseil: Fuyez la France. Créer votre entreprise à l'étranger. C'est votre seul chance de réussir.
a écrit le 04/06/2013 à 12:44 :
Small Business Act
a écrit le 04/06/2013 à 12:43 :
vivement qu'on soit tous fonctionnaires !!!!!!!!
a écrit le 04/06/2013 à 12:38 :
Les impots !!! ,
Vous oubliez les complexités administratives et de gestions, je ne fais plus mon métier , ce que j'aime.
Aprés avoir créé ma boite il y a maintenant 17ans, je passe mon temps avec des avocats, des comptables, des juristes ça m'emmerde.
Estes vous informé de la nouvelle loi qui se prépare autour de l'economie solidaire et sociale.
Elle prévoit de mettre des marchés réservés à l'ESS, passer l'aide de 9900?/an/personne à 14000 !!! ???.
Une modification du code du travail ou en cas de vente de l'entreprise une information préalable des salariés doit être faite, mieux leur proposer en priorité.etc.
ils ne se rendent pas compte qu'ils pérennisent de la précarité au détriment de CDI.
Mais se lever contre du social .. qui va oser le faire ???? Le MEDEF à d'autres préoccupation en ce moment.
Réponse de le 04/06/2013 à 16:14 :
Oui vous avez raison. On passe plus de temps dans la paperasse que dans son vrai boulot...C'est de pire en pire chaque année. Avant il fallait être comptable et juriste, maintenant il faut être fiscaliste même dans une TPE !
a écrit le 04/06/2013 à 12:33 :
Le moral des dirigeants de PME est en chute libre..... comme la trésorerie !!!!!!!!!!!!!
a écrit le 04/06/2013 à 12:32 :
Plus aucun avenir, enfer fiscal, pression permanente de l'administration, salariés démotivés, lâcheté et bêtise des politiques. Cela ne peut pas en être autrement, bienvenue en Bolchevie.
a écrit le 04/06/2013 à 12:21 :
Videz ces comptes, vendre sa voiture, fermer son entreprise, moi c'est fait !
Nourrir des banquiers, des fonctionnaires et des chômeurs plus une immigration massive hébergée à coup de RSA pour qu'il puissent dépenser 200 euros par mois dans la grande distribution sur le dos de tous les travailleurs, dont les patrons vivent en Belgique depuis 20 ans, Gérard DEPARDIEU doit bien rigoler..
Réponse de le 04/06/2013 à 12:45 :
@SteMICRO : Toutes les guerres ont leur lot de lâches et de déserteurs. Rien de nouveau. La France, on l'aime ou on la quitte. Je conserve mon entreprise en France.
Réponse de le 04/06/2013 à 13:03 :
Quelle guerre??je doute que vous ayez une entreprise en France. Je ne connais pas un chef d'entreprise PME TPE qui n'est pas eut la même réflexion que SteMicro.
Réponse de le 04/06/2013 à 13:12 :
Ton entreprise à deux balles je n'en ferai qu'une bouchée de pain quand les bolcheviques quitterons la France et que le déserteur rentrera gavé de tunes
Réponse de le 04/06/2013 à 13:17 :
Faut s'ouvrir. Aujourd'hui, le mondre est notre pays. Si un quartier est rempli de voleur et que les autorités sont incompétentes, qu'est ce que vous faites ? Vous déménagez dans un quartier plus calme et plus accueillant. Rien de plus normale. Ya que les pigeons qui restent, ils comprendront leur douleur quand ils n'auront plus de plume.
Réponse de le 04/06/2013 à 13:24 :
@mecatroid c'est vrai ça, traiter de lâche et de déserteur une personne lucide me parait pour le moins provenir d'une personne qui est peut-être fonctionnaire et non chef d'entreprise?
Réponse de le 04/06/2013 à 14:47 :
Macatroid doit avoir une société de fourniture de formulaires administratifs.
Réponse de le 04/06/2013 à 16:15 :
Parfois il vaut mieux battre en retraite pour mieux réattaquer par la suite. Ceux qui peuvent partir doivent le faire. Il faut donner une bonne leçon à ce gouvernement qui pense pouvoir faire sans les entreprises.

Moi j'ai tout mis en sommeil et j'attends l'après Hollande...
Réponse de le 23/07/2013 à 16:30 :
heu... la situation actuelle est la résultante de 30 ans d'abandon d'ambition... et d'une très mauvaise organisation pour accompagner les entreprises.... en partie de leur fait, d'ailleurs....

donc hollande n'est que le dernier de la liste...... mais on était déjà genoux à terre avant..... ne vous faites aucune illusion........c'est bien là d'ailleurs le problème de fond.......

ce pays n'a plus de vision...... cohérente...

je connais une toute petit boite qui fabrique un dispositif médical... permettant sur les gens à risque d'anticiper le risque de déclenchement de diabète... (bien avant qu'une prise de sang ne puisse le faire)......

aucun matériel vendu en france.... leurs clients.. chine... asie.. allemagne..;

enjeux en france: coût du diabète... 1 milliard de plus par an..... coût actuel annuel pour la séccu... + de 10 milliards....

la médecine du travail a répondu au patron de cette boite qu'il ne se sentait pas concerné, lui, ce sont les maladies professionnelle qui l'intéresse......

tant qu'on raisonnera de cette manière.... on va droit dans le mur......
a écrit le 04/06/2013 à 12:19 :
c'est sur qu' à force d'entendre nos énarques conjuguer le verbe taxer à tous les temps, ce qui préfère le verbe entreprendre, créer, innover, risquer ont un blues certain. Tant vas la cruche à l'eau qu'elle casse. Encore que les cruches c'est pas ce qui manquent de nos jours!
Réponse de le 04/06/2013 à 12:50 :
Oubliez le verbe "innover". Les patrons français ne savent pas faire et les banquiers français ne veulent pas financer. Il n'y a que Free, Renault et Tefal qui innovent en France. Les autres, rien. Le problème de la France ne vient pas des taxes, mais du manque de compétence de ces soit disant chefs d'entreprise, incapable de produire des business rentables. Ce qui est important pour une DRH française, c'est d'embaucher des profils dociles et pas chers. Forcément, ils se fondent dans le moule, ne font pas de vague et n'apportent rien. Continuez comme ça, bravo ...
Réponse de le 04/06/2013 à 13:21 :
Encore un qui ne comprend rien. Surement un gauchiste qui n'a jamais créé une entreprise.
S'il vous plait, créez votre entreprise! Et au bout de 5 ans , on en reparle. Vous verrez vous aurez un autre discours.
Réponse de le 04/06/2013 à 14:34 :
ft etre un c... pour innover en france, et soit perdre tte sa mise ( en plus d'avoir sacrifie vie de famille, vacances, loisirs, etc) si ca marche pas, soit se faire confisquer 75% pour financer des gens ' qui n'ont pas la chance d'avoir envie de bosser' ... cameron a deroule le tapis rouge aux entreprises francaises, pas la peine de perdre son temps...
a écrit le 04/06/2013 à 12:16 :
Les crédits d'impots, c'est de la merde. Ca sert uniquement à justifier le salaire et le peu de travail qu'ils réalisent. C'est si simple de baisser directement les prélèvements mais non, trop simple, pas assez énarque.
Comme disait coluche, les énarques, tu leur donne le sahara, au bout de 2 ans ils sont obligé d'acheter du sable ailleurs.
Réponse de le 04/06/2013 à 12:37 :
+10000000000000000000 !
Réponse de le 04/06/2013 à 12:40 :
C'est si simple de baisser directement les prélèvements mais non..." pas assez arnaque"
a écrit le 04/06/2013 à 12:14 :
La solution : émancipez-vous de l'Etat comme les multinationales ,créez des filiales dans les paradis fiscaux (une boîte aux lettres suffira ) et ainsi ... ne payez plus d'impôts en France ,ce pays exécrable qui veut maintenir coûte que coûte un Etat providence (qui profite autant aux riches qu'aux pauvres d'ailleurs mais là n'est pas le sujet) avec des impôts ,des taxes ... Votre honnêteté (fiscale) confine au sublime mais il est temps pour vous de devenir moderne et de suivre la voie des grands patrons ! Demandez conseil à votre banque qui vous guidera sur le chemin qui mène au paradis ! Amen !
a écrit le 04/06/2013 à 11:38 :
dans ce moment et avec ce gvt il reste aux PME de jouer au PMU......triste réalité.
a écrit le 04/06/2013 à 11:33 :
Vous n imaginez pas l'effet devastateur sur les gens concernés de la modification douloureuse des cotisations RSI et du régime des dividendes des gerants majoritaires de SARL. En periode de guerre economoqiue c est un coup de poignard dans le dos qui a été porté fin 2012 dans l indifférnec générale Il est maintenant suivi par tous les impots "justes" que le dirigeant se prend sur la tete car il est parfaitement dans la cible des classes tres moyennes visées par les impots et taxes.
Rajoutez à ceci un climat economique morose et un vent de laisser aller generalisé dans toutes les structures plus ou moins protégées ( administrations , grands groupes quasi monoplistiques.... ) et l'ambiance est franchement pas motivante.
Réponse de le 04/06/2013 à 12:15 :
On en reparle dans quelques semaines quand pépère aura refait ses comptes et constatera que le rendement de l'IS s'effondre, que la TVA ne rentre pas comme prévu etc. On a pas fini de payer pour les rentiers du public et du privé ...
Réponse de le 04/06/2013 à 13:24 :
Tout à fait titou, +30% d'impot dans les dents cette année. Et apres on nous demande d'embaucher. La je vais surement virer 2 personnes pour pouvoir payer les impots. En France, on investie pour gaver l'administration et les assistés.
a écrit le 04/06/2013 à 11:31 :
C'est toute une culture de société qui a fait son temps : Nous vivons en autarcie car nous produisons ce qui nous suffit (si peu et de moins en moins d'industrie, surtout du commerce et des services (non créateurs de "richesse" avec le peu d'argent "produit", en circulation), en prélevant des taxes, impôts et contributions aux acteurs, pour les utiliser et en redistribuer une partie aux non-acteurs (de plus en plus nombreux qui deviennent de vrais assistés....C'est normal...).
2000 Mds d'euros de PIB c'est je crois, arriver au bout de ce système, qui nous rend dépendant des autres (importations), non motivant (on s'auto-suffit...) et engendre un déficit "chronique" que l'on doit résorber en prélevant de plus en plus d'impôts ou taxes... ?
Je ne vois pas comment, sans changer de "mode de fonctionnement" nous arriverons à créer de la croissance, à créer des emplois....
Je pense ainsi, que l'exportation est une des clefs pour sortir de cette spirale infernale...
Réponse de le 04/06/2013 à 12:17 :
Justement ,l'immigration est cette chance qui nous permet de redynamiser notre tissu industriel et productif!Vouloir vivre replié sur soi c'est ce suicider!
Réponse de le 04/06/2013 à 13:59 :
Suivant votre réflexion vous avez surement dû, pour assurer la transparence de vos chefs: publier votre patrimoine, qui soit dit en passant n'intéresse personne, alors que publier vos impôts payés sur les 3 dernières années, en IRPP, en taxes foncières et d'habitation aurait beaucoup plus de sens et serait plus instructif.
a écrit le 04/06/2013 à 11:26 :
la confiance est a zero depuis les mesures 'justes' de septembre; le pb des chefs d'entreprises, c'est de reduire la voilure copieux, pour diminuer les risques, ainsi que leurs salaires, afin d'etre plus egalitaristes et de tirer tt ca vers le bas; croire qu'ils font se mettre a faire de l'export pour rigoler et rendre service ' a la nation france reconnaissante', c'est une elucubration d'enarque... on recolte ce qu'on seme
a écrit le 04/06/2013 à 11:14 :
Il faut augmenter la CFE pour pouvoir mieux aider ceux qui en ont le plus besoin:plus les collectivités locales auront de puissance de feu,plus elles pourront dynamiser le développement économique.cqfd
Réponse de le 04/06/2013 à 11:42 :
Mais bien sur, de la théorie, encore de la thérorie. Dites voir Mr ELUPS, combien d'emploi avez vous creer avec votre PROPRE argent ? ( je ne parle pas de pseudo emploi, payé avec l'argent des autres, mais de vrais emploi avec création de valeur. ). Il faut de la simplication administrative a outrance et UNE stabilité FISCALE, qui permet d'avoir des hypothèses FIXES pour créer un BUSINESS PLAN qui tient la route. A defaut, je conseille a tout le monde reduire la voilure et les risques. Les conseilleurs ( et dieu sais que nos amis elus PS en creer tout les jours n'ont jamais été les payeurs.
Réponse de le 04/06/2013 à 12:02 :
Elu PS c'est du second degré je crois...La CFE a contribué à couler beaucoup de TPE PME ! C'est encore un impôt en plus ! La réforme de la TP a été une vraie arnaque pour les TPE PME qui ont payé plus au final !
Réponse de le 23/07/2013 à 16:35 :
vrai bénéfice pour les entreprises industrielles..... cata complète pour les services, c'est très clair.....

encore une mesure décidé un premier janvier par sarko, sans penser plus loin que sa lorgnette...... il n'y a pas que hollande qui ne comprend rien.......
a écrit le 04/06/2013 à 10:58 :
Que faire ? J'ai reçu l'avis de payer 50% de la CFE de 2013 alors que la dernière mensualité de la CFE 2012 venait d'être prélevée. CFE = un mois de masse salariale.
Que faire ? Simplifier l'état, les obligations légales des entreprise (rien que le lundi de Pentecôte est une usine à gaz), réduire charges et impôts, en supprimant la moitié d'entre eux.
Bref : retirer les énarques du pouvoir !
Réponse de le 04/06/2013 à 12:08 :
L'augmentation de la CFE devrait être plafonnée, c'est une folie comme le reste, on se prend des augmentations a deux ou trois chiffres, c'est fou.
a écrit le 04/06/2013 à 10:45 :
A quoi fallait-il s'attendre avec cette magnifique crise actuelle..?? Voyez les US qui déversent 4 milliards de dollars par jour pour soutenir à bout de bras leur système. Pour l'international, il vaudrait mieux exporter vers l'Inde ou la Chine : leurs économies ralentissent nettement :-)
Réponse de le 04/06/2013 à 12:06 :
Le problème ce n'est pas la crise. Pour nous, tout allait très bien, on s'est déjà pris la crise de 2008/2009 dans la gueule, on a perdu beaucoup de CA et de bénéfices mais on était encore bénéficiaires, on arrivait à garder la tête hors de l'eau.
Mais avec les dernières mesures Sarkozy et Hollande, nous avons fini en perte et on a dû fermer notre société !
Le business est dur depuis quelques années mais on se battant, on y arrivait encore. Là avec les dernières lois fiscales et encore plus depuis 1 an, c'est terminé ! Il vaut mieux être salarié et mettre son argent dans l'immobilier, on gagne autant sans prendre aucun risque et en profitant des RTT etc. :(
a écrit le 04/06/2013 à 10:42 :
Pourquoi le CICE intéresse peu ? Parce que pour en profiter il faut payer un prêt avec un pourcentage élevé ! Donc quel intérêt ? Autant aller demander un prêt à sa banque surtout que le montant est ridicule pour une TPE PME, ça ne compense pas les pertes sur la suppression des heures sup exonérées et le reste.
a écrit le 04/06/2013 à 10:41 :
Il faut d'urgence un plan Small Business Act. Tout est fait pour les grands groupes du CAC 40 et dans le même temps on plume les TPE PME, ça ne peut plus durer !
a écrit le 04/06/2013 à 10:39 :
Que faire ? Le contraire de ce qu'ils font !

On a besoin de simplification et de stabilité fiscale. Donnez nous ça et on créera des emplois et on fera baisser le chômage. Ne faites pas l'inverse comme vous le faites depuis un an, c'est en train de détruire beaucoup de choses dont l'esprit d'entreprendre.
a écrit le 04/06/2013 à 10:30 :
Et quand la saigneedes nouveaux impots se fera sentire, on constatera alors, avec consternation, l'explosion des faillites et l'ecroulement de la consommation...... Bravo les rouges!... La reussite sera bientot complete
a écrit le 04/06/2013 à 10:22 :
Normal, ils subissent de plein fouet la crise économique, l'augmentation des charges, de la fiscalité, la bureaucratie étatique, et le mauvais temps (au diapason de l'économie). Et dire que le gouvernement compte sur eux pour relancer la croissance...Doivent-ils avaler la pilule (d'antidépresseurs!!) pour aller mieux , Ils semblerait que oui si l'on en croit l'image publiée en tête de l'article....
a écrit le 04/06/2013 à 10:21 :
Mon entreprise réalise 6 millions d'euros de CA. J'ai demandé à mon expert-comptable combien je pourrai récupérer avec le Crédit d'impôt. Réponse : moins de 8 000 ?...
Il semblerait que je paye trop mes salariés, dixit mon expert-comptable.
Ces 8000 ? sont déjà consommés par les hausses d'impôts et de cotisation depuis un an. Le grand plan de "compétitivité" signé entre le MEDEF et les syndicats va également au final augmenter les charges. Sans compter les nouvelles hausses de cotisations retraites qui seront annoncées à la fin de l'année.
Ce qui est irritant, ce n'est pas seulement de voir les charges des entreprises faire un bond en avant alors que tout le monde est d'accord pour dire que les entreprises françaises sont surimposées, mais la capacité des hommes politiques à mentir ou ?pire encore? à se mentir en prétendant faire quelque chose pour renforcer la compétitivité des entreprises.
Réponse de le 04/06/2013 à 10:43 :
Exactement. C'était la même chose pour nous. Le CICE ne paie même pas la parte des heures sup exonérées et les dernières augmentations d'impôts ou taxes !
Réponse de le 05/06/2013 à 9:50 :
a Julienparis , je savais que cette aide allait encore profiter aux entreprises qui se gavent des aides sociales sur les bas salaires , c'est une trappe a pauvreté qui est entrenu sur le dos des chômeurs et du chômage en général , vous avez raison sur le grand plan quand ces memes groupes qui se comportent comme des sangsues font pressions sur leurs filiales a réviser leurs prix vu le cadeau public , les politiques sont teleguidés par les grands groupes qui vivent de la rente , des marchés publics et de l'optimisation fiscale tous azimuts , ils se moquent totalement des PME qui sont pour eux que des variables , vu qu'on peut trouver moins cher ailleurs pour X raisons , donc on fait tout pour avoir des bas salaires qui sont payés par l'état et qui se dernier sermonne le chef d'entreprise qui joue le jeu correctement en payant ses salariés plus que smic , plus ils sont gros plus ils sont voraces , plus ils sont dangereux et les politiques sont comme les rémoras , ils suivent et les conseillent
a écrit le 04/06/2013 à 10:20 :
virer François

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :