Voici la prochaine équipe dirigeante du Medef sous la présidence de Pierre Gattaz

 |   |  645  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Fin de suspens au Medef, Pierre Gattaz sera le prochain président de l'organisation patronale après le ralliement de ses deux principaux adversaires, Geoffroy Roux de Bézieux et Patrick Bernasconi. La Tribune explique les raisons qui ont conduit à cette union sacrée et dévoile la composition de la prochaine équipe dirigeante du Medef

Coup de théâtre dans la course à la présidence du Medef : les trois principaux candidats ont décidé de jouer l'union sacrée et Pierre Gattaz, PDG de Radiall, sera le prochain président de l'organisation patronale. Ses deux concurrents les plus importants, Geoffroy Roux de Bézieux (patron de Virgin Mobile) et Patrick Bernasconi (président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) ont donc décidé de jeter l'éponge, laissant ainsi la place à Pierre Gattaz, chef d'entreprise et président du Groupe des fédération industrielles (GFI).

"GRB" sera vice-président délégué et trésorier, en charge de l'économie, de la fiscalité, de l'innovation, et du numérique tandis que Patrick Bernasconi occupera la fonction de vice-président délégué en charge des mandats, ainsi que des branches et des territoires. 

Les raisons de ce ralliement

Selon nos informations, cette équipe sera également composée de Jean-Claude Volot, l'ancien médiateur national inter-entreprises, qui s'occupera de l'exportation et de la structuration des filières. Thibault Lanxade prendra en charge le dossier PME et start-up, c'est-à-dire toutes les questions qui embrassent l'entrepreneuriat.

Jean-François Pillard, qui fait déjà partie de l'équipe de Laurence Parisot, la présidente sortante du Mouvement, est conservé dans la nouvelle équipe. Il continuera de suivre les questions sociales. Le futur Medef sera donc bel et bien présent lors de la seconde conférence sociale qui se tiendra les 20 et 21 juin. « Nous n'avions pas apprécié ce changement de calendrier. Initialement prévue en juillet, comme l'année dernière, cette conférence sociale a été avancée de quelques semaines, ce qui ne permettait pas à la nouvelle équipe du Medef d'être représenté. Peut-être était-ce un moyen d'affaiblir la voix du patronat », expliquait mercredi Pierre Gattaz lors d'une visite à l'un des sites de son groupe à l'Isle d'Abeau. Le nouveau président du Medef sera connu le 3 juillet.

 


Le bâtiment a laché Bernasconi

Comment expliquer ce coup de théâtre ? « Nous avons convenu dès octobre que chacun d'entre nous se désisterait au profit de celui qui ferait la course en tête. Le coup fatal est intervenu mercredi 12 juin dans l'après midi quand la Fédération du bâtiment a lâché Patrick Bernasconi au profit de Pierre Gattaz. Selon nos informations, Martin Bouygues aurait joué un rôle essentiel dans ette opération.  Le président dela FNTP n'avait plus aucune chance, il a donc préféré se rallier. Résultat, Geoffroy Roux de Bézieux, qui comptait sur les voix de Patrick Bernasconi a compris, lui aussi, qu'il ne pourrait pas s'imposer le 3 juillet devant l'assemblée générale du Medef. Il a donc renoncé à son tour.  D'où cette soudaine union sacrée. "Contrairement à certains milieux politiques, nous voulions montrer un visage uni. La France est plus importante que nous », explique l'un des membres de al nouvelle équipe.

 

Thème de l'Université d'été: "la refondation"

A moins que, cas totalement improbable,  Pierre Gattaz ne perde l'élection face à Hervé Lambel, qui maintient sur Twitter sa candidature, la nouvelle équipe peut donc se concentrer sur l'université du Medef qui se tiendra fin août. Le sujet principal de l'événement sera... « la refondation ». « Laurence Parisot nous laisse un Medef désorganisé, mité, déprimé. Nous devons remobiliser toutes les énergies, assure un autre soutien à Pierre Gattaz.


  >> Retrouvez notre interview de Pierre Gattaz à la Tribune des Décideurs

  >> Retrouvez notre interview de Geoffroy Roux de Bézieux à la Tribune des Décideurs

  >> Patrick Bernasconi sera l'invité  de la Tribune des Décideurs le lundi 17 juin à 12h30, posez lui vos questions dès maintenant!
 

Et retrouvez tous les rebondissements des éléctions du Medef sur notre plateforme dédiée

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2013 à 11:12 :
Il y en a pour des sous !
a écrit le 13/06/2013 à 17:32 :
Martin BOUYGUES est l'homme le plus puissant de France.
a écrit le 13/06/2013 à 16:39 :
C'est un excellent choix pour mettre plus de gens au chômage, entre 2011 et 2012 m Gattaz a réduit ses effectifs en france, mais les a augmenté en zone europe, inde,amérique et surtout la chine cela figure dans son rapport financier de 2012
a écrit le 13/06/2013 à 15:19 :
encore un énarque !
c est pour ca qu hollande l aime bie, entre gens de caste ca ne peut qu etre arrangements, sur le dos des PME/TPE
rou de bezieux me decoit beaucoup de se rallier,il fallait aller a la confrontation avec ce politicard dans les petits papiers des hauts fonctionnaires élyséo matignéens
a écrit le 13/06/2013 à 14:27 :
Sauf erreur, ce matin à la radio, Pierre GATTAZ prenait la défense de Stéphane RICHARD, mis en examen avec raison pour escroquerie en bande organisée. Est-il intégré à la bande?
Réponse de le 13/06/2013 à 15:22 :
êtes-vous bien informé pour affirmer ceci ? car la liste est longue des mises en examens qui font pschitt !
a écrit le 13/06/2013 à 13:44 :
Dans le système français, on parle compétitivité. L industrie doit-elle se débrouiller seule ou bien l Etat a-t-il pour rôle de soutenir le secteur productif. Le nombre d emplois se réduit comme la valeur ajoutée dans l économie française. Récemment, le secteur automobile est caractéristique à -50% de production ou l immobilier qui se réduit. Les pôles n aideraient pas ? La croissance économique est-elle le but ou bien la récession ? On dit que le coût comparé à l Espagne est de 36 à 22 vu le niveau moyen technologique. Pauvre Europe qui voit le chômage exploser, comme cette Espagne avec un déficit gigantesque qui menace la société. Ils ont déjà remboursé 3 fois la dette en dix, voila du développement économique et de l apauvrissement général ! Pour la France, le déficit grandit sur un PIB qui se réduit. Les dépenses publiques sont-elles productives en terme d enrichissement national à 55 milliards d intérêts ? Les prélèvements sont annoncés disqualificatoires pour le siècle? la population est inquiète ! Va-t-on nous livrer à la misère sur la destruction économique ? Dans les déficits qu on nous fait, ce qui est latent, c est la suppression des profits, le doublement des impôts et la division par deux du salaire des fonctionnaires ? Le peuple espagnol commence à s agiter à raison !
Réponse de le 13/06/2013 à 14:24 :
Quel charabia incompréhensible....
a écrit le 13/06/2013 à 13:44 :
Dans le système français, on parle compétitivité. L industrie doit-elle se débrouiller seule ou bien l Etat a-t-il pour rôle de soutenir le secteur productif. Le nombre d emplois se réduit comme la valeur ajoutée dans l économie française. Récemment, le secteur automobile est caractéristique à -50% de production ou l immobilier qui se réduit. Les pôles n aideraient pas ? La croissance économique est-elle le but ou bien la récession ? On dit que le coût comparé à l Espagne est de 36 à 22 vu le niveau moyen technologique. Pauvre Europe qui voit le chômage exploser, comme cette Espagne avec un déficit gigantesque qui menace la société. Ils ont déjà remboursé 3 fois la dette en dix, voila du développement économique et de l apauvrissement général ! Pour la France, le déficit grandit sur un PIB qui se réduit. Les dépenses publiques sont-elles productives en terme d enrichissement national à 55 milliards d intérêts ? Les prélèvements sont annoncés disqualificatoires pour le siècle? la population est inquiète ! Va-t-on nous livrer à la misère sur la destruction économique ? Dans les déficits qu on nous fait, ce qui est latent, c est la suppression des profits, le doublement des impôts et la division par deux du salaire des fonctionnaires ? Le peuple espagnol commence à s agiter à raison !
a écrit le 13/06/2013 à 12:45 :
Excellent résultat, l union fait la force, si les syndicats dits ouvriers faisaient de même ça serait bien
a écrit le 13/06/2013 à 12:34 :
C'est Monsieur Hollande qui va être heureux, il a dit t'on, de la sympathie pour Mr Gattaz et réciproquement, ce qui n'est pas répréhensible.

Mr Hollande n'est pas homme facilement influençable mais si ça peut donner de la qualité aux débats, tant mieux.
a écrit le 13/06/2013 à 12:25 :
Juste avant les élections Pierre Gattaz en réponse au projet de réforme des AE de Pinel: "Généralisons la simplicité du statut d'auto-entrepreneurs aux artisans et très petites entreprises, harmonisons les règles, notamment fiscales, et facilitons les procédures d'embauches, voilà ce qui créera de l'emploi".!!!!! ALLEZ AU BOULOT!!!!!!
Réponse de le 13/06/2013 à 17:23 :
il ne facilite pas la tache aux A.E. il est vrai qu"'il fait parti du MEDEF !!!!!
a écrit le 13/06/2013 à 12:10 :
Visiblement les patrons préfèrent un homme du sérail, le fiston à Yvon...
Réponse de le 13/06/2013 à 14:37 :
Simple salarié, je trouve au contraire le choix de M. Gattaz parfaitement cohérent à l'heure ou l'un des plus gros problèmes de la France est son déficit commercial.

Le patronat à fait le choix de la haute technologie, de l'industrie et de l'exportation.... MM Bernasconi et MM Roux de Bézieux ne pouvait en aucun cas refléter de par leur parcours un tel choix

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :