Comment interpréter la résistance de la consommation des ménages ?

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon l'Insee, elle a progressé de 0,5% entre avril et mai, stimulée par l'absence de réelles tensions inflationnistes. Est-ce une réelle bouffée d'air pour les entreprises ? Ce n'est pas si certain.

C'est à n'y rien comprendre ! On dit les Français inquiets quant à leur niveau de vie futur, stressés par la montée du chômage et pourtant ils continuent de consommer. En mai, leurs dépenses ont augmenté de 0,5% par rapport à avril selon l'Insee . Sur un an, elles affichent une progression de 0,6%. Certes, cette dynamique sur douze mois s'explique en grande partie par les aléas climatiques qui ont fait bondir de 7,4% les dépenses en énergie.

Mais il faut bien admettre que le comportement des ménages déjoue les pronostics actuellement. Entre avril et mai, les dépenses alimentaires ont augmenté, de 1,4% précisément, comme les achats d'automobiles (+0,9%), les biens fabriqués (+0,1%), les autres biens fabriqués (+0,8%), les produits manufacturés (+1%). L'amorce de reprise espérée par le gouvernement au second semestre est-elle en train de se déclencher ?

Un moral en berne

Peut-être. Pourtant, le contexte n'est guère favorable. Selon l'Insee, le moral des ménages n'a jamais été aussi bas, en raison de l'absence de reprise sur le marché de l'emploi.

Quant aux mesures de rigueur déjà annoncées par le gouvernement, en attendant les prochaines qui seront intégrées au projet de loi de finances 2014, elles ne sont pas de nature à réchauffer l'atmosphère.

Pas de tensions inflationnistes

Comment expliquer cette résistance de la consommation des ménages. Selon l'Insee, le pouvoir d'achat du revenu disponible brut des ménages devrait progresser de 0,2% cette année. Est-ce suffisant pour inciter les ménages à troquer leurs costumes de fourmi pour celui de cigale ? Eventuellement. Mais si telle est l'explication, la résistance de la consommation ne serait pas due à une augmentation des revenus ou à un bond des prestations sociales mais plutôt à la faiblesse actuelle de l'inflation. Toujours selon l'Insee, l'indice des prix à la consommation n'a progressé que de 0,8% en mai sur un an.

Une bonne nouvelle pour les entreprises ?

Pour les entreprises, la progression de la consommation est une bonne nouvelle. Vraiment ? Comment expliquez-cette cette absence de tensions inflationnistes ? Parce que le prix de la plupart des matières premières est actuellement dans un cycle baissier ? Parce que les prix des produits industriels enchaînent les mois de hausse ? C'est une partie de l'explication. Celle-ci réside aussi dans le fait que les entreprises sont engagées dans une lutte sans merci avec leurs concurrents français, européens et internationaux pour conserver leurs parts de marché. La plupart d'entre elles n'étant pas en mesure de dicter leurs prix aux marchés, elles doivent se battre pour conserver leur compétitivité-prix, quitte à voir leurs marges diminuer et à se trouver rapidement dans l'incapacité d'embaucher et d'innover.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2013 à 17:52 :
Consommateurs!! Sachez que c'est de votre faute si tout va mal! Vous garder l'argent au lieu de le dépenser dans des choses inutiles alors que beaucoup d?énergie a été utilisé pour vous plaire! Vous ne représentez plus ce que l'Europe avez promis:: le Centre de la dynamique économique...!
a écrit le 28/06/2013 à 16:30 :
Qui consomme ? Eh bien ceux qui ne payent rien, bien sûr ! les socialistes leur ont redonné du pouvoir d'achat ! Nous on paye, et quant on a tout payé, il ne nous en reste moins qu'eux ! Et en plus on s'est levé pour aller travailler !
a écrit le 28/06/2013 à 15:08 :
Trop de taxes et trop d' impôts tuent l' envie d' entreprendre et de consommer......et nous n' en sommes qu' au début car en janvier 2014, les taux de TVA augmentent encore comme la CSG : MERCI LE SOCIALISME ET TOUS AU CMU ET AU RSA !!!
Réponse de le 28/06/2013 à 16:39 :
Le Président précédent avait aussi prévu d'augmenter la TVA de façon dite vertueuse. Il faudrait faire une liste de ce qui diminue, ça irait plus vite. Au lieu de dévaluer comme dans le temps, les revenus "finaux" diminuent, ça revient au même mais ça se voit plus.
a écrit le 28/06/2013 à 12:05 :
Et si on parlait un peu de l'inflation sur toutes les dépenses obligatoires, y compris les taxes et les impôts ?
Il n'y a plus que l'INSEE pour croire qu'il n'y a pas d'inflation.
a écrit le 28/06/2013 à 11:52 :
Ce n'est pas moi qui paie de + en + d'impôts, qui consomme et qui peut consommer avec l'arrivée des TAXES FONCIERES qui sont les plus chères de France !
a écrit le 28/06/2013 à 11:41 :
l'hiver a été long,la facture de chauffage a explosé,pas besoin d'une étude de l'insee...
Réponse de le 28/06/2013 à 12:42 :
Il me semble que vous avez besoin d'une deuxième lecture de cet article pour en avoir une bonne compréhension.
Réponse de le 28/06/2013 à 13:20 :
Insee se garde bien de preciser si l'augmentation de la consommation est en volume ou en valeur, l'analyse serait alors tres differente selon qu'il s'agisse d'une hausse en volume (croissance) plutot qu'en valeur (inflation et pas de hausse de volume de consommation, voire meme baisse car les prix augmentant, on paie plus cher pour avoir moins dans son panier)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :