Pierre Gattaz profite de l’Université d’été pour lancer le programme « France 2020 »

 |   |  488  mots
(Crédits : Reuters)
Parmi le plan d’action du nouveau Président du Medef, figure une vaste consultation des entrepreneurs à travers la France. Objectif : répondre à la question : « Quelle ambition pour la France demain ? »

« La stratégie économique de notre pays doit être impulsée par les entrepreneurs et leurs équipes et accompagnée par notre Gouvernement, pas l'inverse. » Ce sont les mots de Pierre Gattaz dans un courrier adressé aux adhérents du Medef en mai dernier. Il y introduisait l'un des projets phares de son « quinquennat » : le programme « France 2020 ». Mercredi 28 août, à l'occasion du discours d'ouverture de l'Université d'été de l'organisation patronale, le président fraichement élu a insisté sur le lancement officiel de ce projet. La première étape, qui s'étendra sur neuf mois, consiste en une vaste consultation des entrepreneurs français afin de recueillir leurs idées pour ensuite dégager un plan d'action dans des domaines comme la formation, l'apprentissage, la règlementation, la fiscalité…

Sur le campus d'HEC Paris, le projet a évidemment un stand dédié. Code couleur bleu et blanc, bracelets promotionnels, imprimante 3D, et même Videomaton « spécial 2020 »… Le décor est planté. « L'idée c'est de rendre les gens adhérents au projet en les faisant participer », explique Jean-Pierre Letartre, patron d'Ernst & Young et responsable de cette réflexion. Justement, David Butet, Président de Strategic Event (qui organise l'Université)  s'est approché des tablettes mises à disposition sur le stand pour apporter sa pierre à l'édifice.

"Il est temps que tous les acteurs économiques, institutionnels, associatifs... ouvrent leurs data totalement, afin de favoriser le développement des possibles. Les nouvelles solutions, les nouveaux business viendront de cette ouverture. Il y en a marre de l'attitude : c'est mon fichier !...", vient-il de poster. Son commentaire, comme les 150 autres posté en 3 heures, s'affichent en temps réel simultanément sur les grands écrans sous le stand et sur le site dédié au projet. "Il faut jouer l'Open Data au maximum, partager tous les fichiers et les solutions", insiste-t-il auprès de La Tribune. Autre suggestion de sa part : il faudrait que les PME forment les acheteurs publics aux métiers qu'elles sollicitent, afin que les cahiers des charges soient davantage en phase avec la réalité.

Sur le site, tout internaute se voit la possibilité de réagir, en postant son propre commentaire ou en cliquant sur « j'aime » pour soutenir telle ou telle idée. Mercredi soir vers 20h, celui qui emporte le plus de succès est sans surprise le post de Pierre Gattaz "Confiance : que le gouvernement fasse le choix définitif de l' entreprise , et donc de la croissance et de l'emploi".

Au terme des neuf mois de consultation générale, y compris par le biais des Medef régionaux, un recueil général sera publié. "Ce document nous servira de base de discussion avec les partenaires sociaux et le gouvernement", considère Pierre Gattaz. L'université d'été de 2014 sera un point de départ à des actions concrètes à partir de cet ouvrage. Un premier bilan à mi-parcours est attendu pour la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2013 à 12:49 :
Quelle ambition pour la France demain ? Monsieur Gattaz...les patrons n'investissent pas dans l'industrie ou les services . Les ministres eux-mêmes les imitent dans cette voie. Ils préfèrent placer leurs capitaux dans l'immobilier de rente ou la finance spéculative. L'investissement productif en actions vers des entreprises françaises est découragé par une fiscalité confiscatoire contre laquelle votre organisation elle-même ne s'est jamais opposée frontalement...c'est dire votre incurie et votre manque de lucidité et de responsabilité. L'avenir de la France , monsieur Gattaz ? Vous et les incompétents de votre sorte l'avez TUE. Les générations qui viennent le savent déjà. Il n'est de pire imbécile que celui qui prend les autres pour des imbéciles.
a écrit le 29/08/2013 à 20:37 :
je souligne que seulement 18000 entreprises en france exportent , 100.000 essaient de s'y mettre c'est trop peu , bien trop faible et tous les arguments y passent , mais c'est tellement plus facile d'aller chercher son cheque au trésor public en faisant la pleureuse , il faut donc se remuer énergiquement et chercher des clients et non pas l'état qui lui compense par des impôts et taxes sur le contribuable , certaines grandes entreprises françaises font plus de chiffre a l'année a l'export que dans l'hexagone c'est un fait , j'en ai assez des pleureurs et des moi j'ai pas ma subvention , moi j'ai ceci moi j'ai pas cela .. on a des diplômés en plus en langues étrangères et de cultures étrangères diverses prêts a s'investir sérieusement , enfin la RetD , ouvrir un tel centre permet d'être compétitif dans le temps , mais en france la RetD est parent pauvre , très pauvre , on a une économie assistée et des pleureurs en permanence car ils pensent trop petit une fois leur activité qui marche bien sur le plan local ou régional voir hexagonal , il faut voir plus grand c'est ainsi que les grands sont grands et qu'ils permettent a ce pays de payer des taxes et impôts , il faut changer le raisonnement et cela commence a peine au medef , il était temps , mais que de gâchis et de perte de temps ..
a écrit le 29/08/2013 à 14:31 :
"La stratégie économique de notre pays doit être impulsée par les entrepreneurs et leurs équipes et accompagnée par notre Gouvernement, pas l'inverse."

"En 2017, si je suis élu, vous verrez ce que vous verrez, dès le début je ferai un choc et on rasera gratis en France."

"En 2017, je laverai plus blanc que blanc, même si j'ai lavé pendant cinq ans et ce n'était pas aussi blanc car j'étais empêché."

"Pour laver plus blanc, je lance une pétition. "

"Pour que cela reste blanc, nous mettrons le plus de monde dans la rue."

"Le blanc a déteint sur certains."

"Pour que le linge soit ultra-blanc, il faut trier et faire des tas."

"Pour que que le linge reste blanc, il faut juste être arbitre comme avant et attendre même si ceux qui lavent maintenant sont des nôtres."

Assez,assez,assez :
La France a le dos au mur (des millions de gens souffrent en France).
Tout le monde ne doit penser qu'à une seule chose: le redressement de la France.
Consulter et récolter les propositions de la base est une excellente chose et j'espère que cette démarche sera suivie par tou les partis,syndicats......et que le Président créera un ministère du redressement de la France et de la transition écologique avec à sa tête un ministre d'état.
Et que ceux qui disent que l'on va perdre ou gagner les prochaines élections mettent le redressement de la France avant toute tactique électorale ( il y a toujours des élections ).

Je terminerai plus tard ce commentaire.
a écrit le 29/08/2013 à 14:15 :
Ben voyons, et tant qu'on y est, on en revient aussi au suffrage censitaire afin que les pauvres heu pardon, les assistés chômeurs fainéants ne votent plus et que l'on soit sur que ce soit des act..heu des entrepreneurs qui gouvernent.
a écrit le 29/08/2013 à 9:21 :
Bien sûr, le MEDEF est le seul à savoir ce qui est bon pour la France. Ça nous promet quelques belles années et une chaude ambiance de collaboration fructueuse avec les salariés ! Merci Monsieur Gattaz, vous êtes au moins aussi constructif que votre prédécesseur.
Réponse de le 29/08/2013 à 9:40 :
Le rôle des entreprises est de faire croître la taille du gâteau. Il semble souvent que la gauche, au prétexte de mieux partager le gâteau, soit prête à le rendre immangeable, voire même à le jeter à la poubelle pour que personne ne l'ait...
Réponse de le 29/08/2013 à 14:09 :
Trois choix sont possibles : 1) être à son compte pour bâtir et réaliser 2) se faire embaucher parce que l''on n'a pas les compétences pour se mettre à son compte 3) aller dans l'administration pour regarder les autres travailler...
Réponse de le 29/08/2013 à 14:16 :
Un fils à papa riche à million...que voilà un exemple parfait du self made man qui va aider les PME.
a écrit le 29/08/2013 à 8:58 :
objectifs du patronat :
faire travailler les salariés plus longtemps en les payant de moins en moins pour engranger de plus en plus de bénéfices
c'est l'intérêt d'une toute petite minorité de français contre une large majorité de nos compatriotes
Un recul historique avec un retour au 19e siècle voila le rêve des patrons
Réponse de le 29/08/2013 à 9:20 :
Et pour se croire dans la catégorie des puissants beaucoup de miséreux répètent leurs arguments.
Réponse de le 29/08/2013 à 9:24 :
à mettre en regard avec les objectifs des fonctionnaires: travailler le moins longtemps possible en étant payé le plus possible !!! Un prolongement du fantasme des 30 glorieuses sur le dos des générations actuelles et futures!!! lequel vous préférez???? perso, aucun des 2!!!!
Réponse de le 29/08/2013 à 9:42 :
Tout converge alors : les méchants patrons veulent exploiter les pauvres salariés, et la gentille gauche veut ruiner les entreprises en augmentant les distributions gratuites à sa clientèle sur le dos des entreprises. Bientôt, nous serons dépassés par la Turquie...
Réponse de le 29/08/2013 à 10:01 :
@boaf Ils laissent le champ libre aux entrepreneurs et deuxio les générations actuelles devraient réfléchir au bon fonctionnement d une inflation maitrisée . J espère que ce soit la solution que vous préconisez. Mais ce n est pas celle de Mr Gattaz. Vous vous en doutez surement.
Réponse de le 29/08/2013 à 10:09 :
Son papa,président du CNPF - Le fiston président du MEDEF- bientôt le fiston du fiston?
avec 200 milliard d'aide annuel depuis des décennies,ces gens qui vocifèrent a l'assemblée,trouvent normal,de placer les sommes touchées dans les paradis fiscaux....Puis embauchent des travailleurs,techniciens,etc...a cout reduit en France ou ailleurs.Afin de mettre a genoux l'état français!!!! ils nous font chanter la Marseillaise, alors qu'ils bradent le pays??
Avec mes 80 ans,et ma petite formation,je suis las d'entendre ces gens qui mettent le pays en faillite.
Réponse de le 29/08/2013 à 10:13 :
@phil Il y a du vrai dans votre remarque . Mais la Turquie ne nous dépassera pas .Sauf si on se plie au désidérata de Mr Gattaz.
Réponse de le 29/08/2013 à 10:56 :
Allez allez, salariés de France : puisque vous êtes exploités par les méchants patrons, montrez leur qu'ils ne servent à rien, créez et gérez vos propres activités qui vous permettront 1) de travailler moins 2) d'être mieux traités 3) de ne plus être exploités 4) de gagner plus !
Réponse de le 29/08/2013 à 11:16 :
@au faux. Votre énumération est digne . Par contre les sous entendus démontre que tout n est pas faux chez vous.
Réponse de le 29/08/2013 à 12:41 :
@Phil: pour qu'il y ait du gâteau à partager, il faut déjà qu'il y ait un type qui achète la farine et les ?ufs, qui le confectionne et qui le vende. Pas de production: pas de redistribution. Pas d'entrepreneurs: pas de salariés.
Réponse de le 29/08/2013 à 12:54 :
Remarque pleine de bon sens mais de nombreux français ne savent plus ce que veulent dire ces mots. C'est la raison pour laquelle la France est cuite..!
Réponse de le 29/08/2013 à 15:34 :
@pitcho etTH. Remarque de bon sens à une condition que celui qui vend le pain ne se prend pas pour un dieu devant qui il faut se prosterner et amnistier ses écarts de conduite démocratique républicaine et laique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :