La dette de l'assurance chômage s'établirait à 17,9 milliards d'euros à la fin de l'année

 |   |  291  mots
L'Unedic s'attend à 29.500 demandeurs d'emploi indemnisés en plus pour 2014
L'Unedic s'attend à 29.500 demandeurs d'emploi indemnisés en plus pour 2014 (Crédits : Reuters)
Selon le bureau de l'Unedic qui gère l'assurance chômage, la dette du régime atteindrait 17,9 milliards à la fin de l'année contre les 18,6 milliards d'euros attendus.

Les  finances de l'Unedic, l'organisme paritaire qui gère le système d'assurance chômage, vont mieux... Si l'on peut dire!

Le bureau de l'Unedic, qui s'est tenu ce 26 septembre, constate que la croissance de 0,5% enregistrée au deuxième trimestre a fait du biûn. Ainsi, les prévisions de dépenses de l'assurance chômage constatées jusqu'à fin aout sont inférieures au niveau anticipé par les précédentes prévisions de mai 2013. Et cette tendance se prolongerait jusqu'à la fin de l'année, du fait d'un accroissement moindre du nombre de chômeurs indemnisés: + 15.500 au lieu des + 77.000 prévus en mai.

Ainsi, le déficit annuel de l'assurance chômage s'établirait à 4,1 milliards d'euros pour 2013, portant la dette globale du régime à 17,9 milliards d'euros, contre les 18,6 milliards attendus. Une amélioration très relative donc.

Une dette cumulée de 22,3 milliards d'euros fin 2014

Pour 2014, à règles d'indemnisation inchangées - or, on sait que les partenaires sociaux vont en négocier de nouvelles  au cours du 1er trimestre 2014 -  et en tenant compte du redémarrage progressif de la croissance (progression du PIB attendue de 0,8%), les demandeurs d'emploi indemnisés progresseraient de 29.500 personnes, contre les 65.000 en plus prévues par les précédentes estimations.

Si cette prévision se réalise, l'Assurance chômage connaitrait alors un déficit de 4,4 milliards d'euros et sa dette cumulée atteindrait 22,3 milliards d'euros, au lieu des 25 milliards attendus.

Il n'en reste pas moins que l'Unedic est forcée d'emprunter sur le marché obligataire pour assurer son financement.  A des taux intéressants certes, du fait de la garantie de l'Etat. Mais sans reprise drastique de l'emploi, la situation du régime va devenir très préoccupante.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2013 à 0:28 :
3% des effectifs : les intermittents du spectacle, coût : 30% du déficit chômage, des abus inommables, .les techniciens qui en profitent...., il faudrait peut être s'attaquer aux vrais problèmes et aux vrais priorités plutôt que baisser les prestations et laisser la gabegie se poursuivre et la remarque vaut pour toute la dépense publique, au moins 30% de gains tout en apportant plus de services
Réponse de le 28/09/2013 à 17:46 :
+1, aucune gestion publique, ça n'existe pas, les nouveaux gaspillages s'empilent sur les autres gaspillages, aucune rationalisation, réorganisation, arbitrage de dépenses.. aucune mesure de performance... c'est roue libre totale.. un laxisme incroyable, aucun pays n'est nul à ce point, ils nous ruinent et détruisent la société
Réponse de le 30/09/2013 à 17:45 :
+1 aussi. Chasser le moustique pour laisser passer le chameau. Faites nous de beaux rapports (cour des comptes, Igas, Sénat, Ass Nat) et laissez-les dormir dans la bibliothèque de la cave. "Tant que ce n'est pas paru dans la presse (La Tribune ;-) ou Médiapart, le Canard Enchainé...) vous pouvez continuez: rien vu, rien entendu, rien dire"
a écrit le 27/09/2013 à 17:00 :
open bar du systeme français..les jeunes generations vont payer un max le laxisme de la gauche
a écrit le 27/09/2013 à 14:38 :
Fin des 165 exonérations de charges patronales induisant une égalité disfférentre entre patrons et donc entreprises?
a écrit le 27/09/2013 à 8:40 :
dérégulé les services (transports, énergie, télécommunications?) et surtout instauré des règles strictes sur les finances publiques en imposant 1% d'excédent budgétaire.Pour ne citer que certaines d?entre elles, la flexicurité, souvent à moitié comprise, la capacité à se spécialiser sur des niches exportatrices (éolien et technologies vertes par exemple), l?introduction de la TVA sociale, les solutions numériques la gestion des ressources humaines, le lancement régulier de plans de prospective (« plan économie 2020 »)?Accéder à son service de banque en ligne, à ses informations personnelles dans ses échanges avec le secteur public (retraite, impôts, déménagements?), procéder à des achats en ligne, commander des médicaments, jouer à la loterie nationale, vendre aux enchères, réserver des livres à la bibliothèque?à l?aide d?une seule solution électronique ? Le succès de met une nouvelle fois en lumière les capacités d?appropriation par la population
a écrit le 27/09/2013 à 8:40 :
dérégulé les services (transports, énergie, télécommunications?) et surtout instauré des règles strictes sur les finances publiques en imposant 1% d'excédent budgétaire.Pour ne citer que certaines d?entre elles, la flexicurité, souvent à moitié comprise, la capacité à se spécialiser sur des niches exportatrices (éolien et technologies vertes par exemple), l?introduction de la TVA sociale, les solutions numériques la gestion des ressources humaines, le lancement régulier de plans de prospective (« plan économie 2020 »)?Accéder à son service de banque en ligne, à ses informations personnelles dans ses échanges avec le secteur public (retraite, impôts, déménagements?), procéder à des achats en ligne, commander des médicaments, jouer à la loterie nationale, vendre aux enchères, réserver des livres à la bibliothèque?à l?aide d?une seule solution électronique ? Le succès de met une nouvelle fois en lumière les capacités d?appropriation par la population
a écrit le 26/09/2013 à 22:24 :
On va bientôt avoir la reprise!
Adieu Sarko! Adieu UMP!!!
Vive la République!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :