Reprise d'une entreprise : loi "Florange" est votée

 |   |  664  mots
la loi Florange est issue d'une promesse de campagne de François Hollande
la loi "Florange" est issue d'une promesse de campagne de François Hollande (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La proposition de loi "Florange", inspirée d'une promesse de François Hollande durant la campagne, fait l'objet d'une proposition de loi, adoptée par l'Assemblée nationale en première lecture. Elle oblige, sous peine de pénalité, un dirigeant d'entreprise qui souhaite fermer un établissement à rechercher un repreneur.

La proposition de loi dite "Florange", inspirée par une promesse de campagne de François Hollande sur la reprise de sites industriels rentables, a été votée mardi 1er octobre à l'Assemblée nationale en première lecture.

Cette proposition de loi pour "redonner des perspectives à l'économie réelle et à l'emploi industriel", cosignée par des socialistes, écologistes et radicaux de gauche, a été adoptée par 285 voix contre 214 . En voici les principales dispositions.

Une obligation de rechercher un repreneur

- Tout dirigeant d'entreprise appartenant à un groupe de plus de 1.000 salariés et souhaitant fermer l'un de ses établissements doit rechercher un repreneur. Les salariés eux-mêmes peuvent déposer une offre de reprise. Le comité d'entreprise est informé des offres de reprise, peut émettre un avis et se faire assister d'un expert, rémunéré par l'entreprise. L'employeur doit informer le comité d'entreprise sur toute offre à laquelle il souhaite donner suite.

Si aucune offre n'a été reçue ou si aucune suite n'a été donnée aux offres, l'employeur communique un rapport au comité d'entreprise. Les actions engagées par l'employeur sont prises en compte dans la convention de revitalisation, qui est conclue par les entreprises procédant à des licenciements collectifs afin de développer l'emploi sur le territoire concerné.

- Le comité d'entreprise, ou les délégués du personnel s'il n'y a pas de comité d'entreprise, peuvent saisir le tribunal de commerce s'ils estiment que l'entreprise n'a pas respecté son obligation de recherche d'un repreneur, ou qu'elle a refusé de donner suite à une offre qu'ils considèrent comme sérieuse.

Une pénalité qui peut aller jusqu'à 28.000 euros par salarié

Le tribunal peut alors imposer une pénalité pouvant atteindre jusqu'à vingt fois la valeur mensuelle du Smic par emploi supprimé, soit plus de 28.000 euros par salarié, mais ne pouvant dépasser 2% du chiffre d'affaires afin de limiter l'impact d'une éventuelle sanction pour les plus petits groupes. Le montant de la pénalité tient compte de la situation de l'entreprise et des efforts engagés pour la recherche d'un repreneur.

La pénalité est affectée à la Banque publique d'investissement (BPI) pour financer des projets créateurs d'activité et d'emplois ou de promotion des filières industrielles, dans le territoire concerné par la fermeture de l'établissement.

Le tribunal de commerce peut demander à l'entreprise de rembourser tout ou partie des aides financières publiques versées pour l'établissement fermé en matière d'installation, de développement économique ou d'emploi lors des deux années précédant le jugement.

Des mesures contre les OPA hostiles

- Le comité d'entreprise de la société faisant l'objet de l'offre est informé et il est consulté, dans un délai d'un mois à compter du dépôt du projet d'OPA et avant que le conseil d'administration ou de surveillance ne se prononce. Il peut bénéficier de l'assistance d'un expert. Dans la semaine suivant le dépôt du projet d'offre, le CE peut procéder à l'audition de l'auteur d'une OPA sur sa stratégie et les répercussions possibles sur la société, en matière d'emploi notamment.

- Le seuil de déclenchement obligatoire d'une OPA est maintenu à 30%.

- Les actionnaires ayant acquis une quantité de capital d'au moins 1% au cours des 12 mois consécutifs avant l'entrée en vigueur de la loi ne seront pas soumis à l'obligation de déposer une offre publique. En contrepartie, ils ne pourront pas augmenter leur participation pendant un an à la suite de l'entrée en vigueur de la loi sans le déclarer à l'AMF et déposer une offre.

- Les droits de vote sont doublés pour les actions dont il est justifié d'une détention depuis plus de deux ans par le même actionnaire. Les sociétés qui ont déjà prévu un régime de droits de vote double restent régies par le régime actuel jusqu'à une éventuelle modification de leurs statuts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2013 à 12:49 :
Peut-on qualifier la France de pays industrialisé ? L automobile est un secteur industriel, les français sont-ils condamnés par l Etat à la voiture à 5000 euros ? Ainsi Peugeot ferme une usine, le dirigeant a-t-il été menacé ? On parle du PIB on oublie le PMI. L industrie c est le Mittelstand allemand que nous n avons pas et les traités non appliqués, ça sert à quoi ? On dit qu on est dans l Europe mais on n applique pas les décisions ? Ainsi selon les données de la Banque Mondiale, communément publiées, notre part industrielle dans le PIB est en 2008 de : France 19, Allemagne 28, Lettonie 22, Italie 25, RU 22. Le PIB des pays considérés est Allemagne 3,4 milliards en $ courant, France 2,6, It 2,0, Lettonie 0,3, RU 2,44. Ainsi on pourrait dire que nous sommes moins industriels que la Lettonie. Mais le PIB global du pays est plus faible. Alors le résultat de la production industrielle est dans l ordre Allemagne 0,67 pour RU 0,54 pour Italie 0,5 pour France 0,494. Donc la France est MOINS INDUSTRIALISEE que l Italie, l Angleterre et l Allemagne. Peut-on expliquer pourquoi on compare l économie française et l économie allemande ? nous sommes un pays moins industriel que les autres, c est de l archaïsme de bureauland. Est-il d utilité publique de soutenir l industrie qui permet des hauts salaires sur les bas salaires des services ? Pourquoi la France en refusant l innovation a-t-elle une politique de bas salaires alors qu on parle pouvoir d achat et emploi ? On fait bien dans le social traitre à l industrie et au travail ! Pas d autre question !
a écrit le 02/10/2013 à 11:47 :
bof je vois déja le diable dans le detail, attendons les amendements..
le gouvernement n est pas fou, il ne gouverne que par symbole,prenant de mesures electoralistes de facade mais qui pourront etre contournés dans la pratique.
c est sur que le choc de simplification c est pas pour deman
a écrit le 02/10/2013 à 9:24 :
Quelle connerie, cette loi ...
a écrit le 02/10/2013 à 9:01 :
autrement dit,plus aucun groupe de 1000 salariés et + ne viendra s'implanter en France.
a écrit le 01/10/2013 à 22:32 :
Florange va nous coûter beaucoup plus qu'on ne le croit..............ne serait ce que dans les décisions d'implantation des grands groupes, justement ceux qui ne font pas que supprimer des emplois mais aussi en créer, ailleurs et par centaines !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :