Sauver Petroplus et Florange ? Pas un "bon business" pour la BPI

 |   |  340  mots
DR
DR
Le directeur général de la banque publique d'investissement a expliqué lors de la première réunion du comité national d'orientation de la banque, à Caen que l'agenda, "c'est la France de 2030. Petroplus, est-ce la France de 2030 ?", a-t-il demandé.

La Banque publique d?investissement ne sauvera ni Petroplus ni Florange. Et c?est une bonne chose, a indiqué son directeur général, Nicolas Dufourq, lors de la première réunion du comité national d?orientation de la banque, à Caen.

"La BPI a étudié le dossier" de l'usine ArcelorMittal de Florange mais a rendu un "arbitrage business" selon lequel "on aurait perdu beaucoup d'argent et ce n'aurait pas été un bon business", a confié M. Dufourcq, interrogé en marge de la première réunion du comité national d'orientation de la banque, à Caen.

De même, la BPI ne s'est pas engagée dans le dossier de la raffinerie Petroplus, préférant consacrer ses fonds à des projets jugés plus porteurs d'avenir, a-t-il indiqué. "Notre agenda, c'est la France de 2030. Petroplus, est-ce la France 2030?", s'est-il interrogé.

?Pas une décision politique?

La BPI a précisé que la décision de ne pas investir dans ces deux dossiers n'est "pas une décision politique" mais "une décision économique par le fait qu'aucun repreneur privé" n'a investi dans l'une des deux entités et qu'elle ne peut intervenir qu'en qualité de co-investisseur au côté d'un repreneur privé.

La fin des hauts-fourneaux de Florange, actée la semaine dernière par ArcelorMittal, et la cessation d'activité de la raffinerie Petroplus, décidée mardi par le tribunal de commerce de Caen, ont été dénoncés ces derniers jours comme deux nouveaux échecs des pouvoirs publics face à la désindustrialisation.

Dotée d'une force de frappe financière de 42 milliards d'euros, dont 10 pour des investissements en fonds propres dans des entreprises, la BPI a été mise en place en février par le gouvernement et présentée comme le nouveau bras armé de sa politique économique, conformément au premier engagement du président François Hollande. Elle souhaite privilégier les filières "porteuses d'avenir" et rentables à long terme, telles que les biotechnologies et celles liées à la transition énergétique, a souligné M. Dufourcq.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2013 à 14:32 :
Nos politiques sont incapables d'imaginer le début de commencement d'une stratégie industrielle qui ne s'apprend pas sur les bancs de l'ENA, il faut simplement du bon sens paysan.
L'aciérie, la métallurgie, la raffinerie, ces industries de 1ère transformation sont indispensables, le marché est énorme, les perspectives à long termes forcement bonnes. Maintenant il faut se poser la question de la compétitivité des filières françaises, pas forcement gagné, mais cessons de dire que les marchés innovants vont nous sauver. Ils sont nécessaires, mais que diable, maintenons des activités primaires, les succès de Total ou de Mittal en sont de beaux exemples
a écrit le 18/04/2013 à 15:35 :
Il est évident que pour ces deux usines c'est la fin car je ne vois pas ce qu on peut encore les en sortir car on aura tout fait pour qu ils pouissent garder leurs boulots mais les gens qui ont été la bas ont bien vus qu il n y avait plus rien a y faire;
Réponse de le 18/04/2013 à 18:30 :
Les élus français ne sont que des amateurs invétérés, et ces amateurs politiques prennet conseils auprès de faux ingénieurs désoeuvrés frustrés de leurs incapacités et de prétentieux inexpérimentés énarques .. alors évidemment aucun d'entre eux n'a su percevoir l'intérêt de conserver le chaud à Florange ... demain la filière froide va devenir glaciale alors que les opérateurs privés européens dans le froid s'en mettent plein les poches ... Depuis le scandale de la main basse faite par Mittal sur l'acier Arcelor et depuis le scandale de la main basse faite par Alacan Rio Tinto sur l'aluminium Péchiney les poliTOcards se trompent lourdement ... pendant ce temps Mittal est devenu une des plus grosses fortunes du monde avec de l'acier dont nos poliTOCARDS ont expliqué que l'acier et l'alu étaient des filières dépassées !!! qu'ils sont risibles ces clown poliTOCARDS français !!!!
a écrit le 18/04/2013 à 15:20 :
La BPI affublée de Oseo ex anvar est bien mal affublée ... pour l'innovation... la est le problème, Hollande AYRAULT ont voulu faire du neuf avec du vieux bazar orchéstré par Sarkozy RAFFARIN-FILLON ... la France était enfoncée 64ème mondiale et 27ème européenne en 2011/2012, et donc ... d'une BPI affublée d'oseo ex Anvar qui porte le lourd passif de ce classement précité, alors dans ces conditions la France n'est pas prête d'arriver en 2030 en bonne santé ... à l'évidence, cela continue comme avant avec les mêmes machins trucs bidules foutraques déguisés avec leurs faux nez et la France va donc alle de MAL en PIRE... Pour le classement minable de la France Rapports OMPI/INSEAD Page 23 du Rapport ?Table 5a: Innovation Efficiency Index rankings (high-income countries/economies)?
Colonne Efficiency Rank : La France 64ème - // -
Colonne Region/Group : La France EUR 27ème - // -
Tristes perspectives après ce triste bilan - // - les Rapports OMPI INSEAD (et Europa) qui sont regroupés et accessibles en intégralité vis le lien suivant :
http://www.sylevra.com/la-france-a-mal-a-son-innovation.htm
a écrit le 18/04/2013 à 12:40 :
La sidérurgie c'est plié,le raffinage il faut baissé la voilure,l'automobile ça coute trop cher en France,la liste est longue des activités qui n'ont plus droit de cité sur le ratio économique.
Comme Business Angel la BPI ce pose là.
Réponse de le 18/04/2013 à 15:20 :
c?est pas que ce soit plié.. c'est juste que quitte à mettre des sous dans de l'acier, c'est peut être plus dans leur transformation pour des usage pointus que coulée de fonte qu'il faut mettre des sous. si on met 600 millions dans Florange , on gardait 400 emplois (en fait moins, puisque la majorité à ete redéployée : ils n?ont pas perdu leur job). et on avait une aciérie "de base ", soumise à la compétition d?un marché mature.et sans espoir de récupérer le capital investi. En permettant à 300 PME de créer 2 postes chacune sur des marchés en devenir, on crée autant d?emplois. et si dans 3 ans , elle ont crées 2 poste de plus, on aura doublé...et si vraiment t elle grandissent, elle en créeront bien plus chacune, et en revendant les parts, on pourra ré-amorcer d'autres projets . ailleurs. c?est ça, le dilemme..
Réponse de le 18/04/2013 à 15:44 :
tout à fait d'accord avec sherpa, le pouvoir court après es faillite set tente de renflouer ce qui n'est plus rentable, tout comme le sélus pensent sauver l'emploi en faisant des ronds points .... c'est financer à prix maximum des emplois en perdition, et on plombe par les impôts les autres acteurs et pendant ce temps on ne fait rien contre notre dépense publique monstrueuse et inefficace qui tue l'emploi par les impôts et charges....tout faux et tout à l'envers, il faut dégager des ressources par la réduction drastique des dépenses publiques pour aider les pme à se développer, l'effet de levier est infiniment supérieur au financement permanent de faux chomeurs qui ne créent pas de richesse
Réponse de le 18/04/2013 à 17:44 :
Ce que l'on demande à un gouvernement ,c'est de définir un cap économique et non pas d'attendre les directives bruxelloises.De ce coté là il n'y en aura pas,comme dit Angéla
chacun sa merde.Mais bon avec la mondialisation tout le monde est tétanisé,par les chinois,les us ,l'inde,le brésil.Ho mon dieu y n'ont font peur les grands méchants loups,heureusement Angéla nous protège.
a écrit le 18/04/2013 à 11:34 :
C'est une très bonne chose d'avoir mis Mr Dufourc à la tête de la BPI. Son analyse est saine, et il ne sera pas facilement influençable par les politiques. Cette banque a donc ses chances d'être une réussite, et de contribuer au financement de l'innovation en France.
Réponse de le 18/04/2013 à 12:23 :
Les politiques vont bien s arranger pour qu il donne sa démission et le remplacer par une vicieuse presidente
Réponse de le 18/04/2013 à 15:21 :
@gégé: t'es un peu naïf, en France ils sont tous nommés par le pouvoir. Et quand le bateau coule, on fait quoi, on essaie de réparer les brèches ou on dit "bah, de toute façon, le bateau va couler" ? Ce type est un incapable et il le sait, c'est la raison pour laquelle il dit 2030 parce que son échec sera de la responsabilité d'un autre !!!
a écrit le 18/04/2013 à 10:43 :
Pétroplus, ce n'est (ou plutôt n'était) pas la France de 2030, mais la France de 2013 !
a écrit le 18/04/2013 à 10:43 :
Le rôle de cette banque est de fournir les moyens pour investir dans des projets qui auront un avenir économique.
L'expertise de mr Dufourq me semble crédible dans les sens qu'il n'y a pas d'avenir à Florange et Petroplus. La qualité de cette analyse contraste avec les interventions de Montebourg qui sont incompréhensible pour ces dossiers si l'on prend en compte l'avis de la BPI. "Ce n'est pas une décision politique": La politique de Montebourg serait alors dispensée de toutes réalités économiques? Bientôt, nous allons le voir traverser le rhin et puis la manche à pieds pour donner des leçons économiques à nos voisins?
a écrit le 18/04/2013 à 9:20 :
T'as raison, cher haut-fonctionnaire, il n'y pas d'urgence vu la situation actuelle On peut largement attendre jusqu'en 2030 ! En attendant, n'oublie pas une chose : ce sont les français qui te payent !
Réponse de le 18/04/2013 à 10:31 :
Justement ce n'est pas un haut fonctionnaire. Il vient de la société civile (DAF Cap Gemini). il a une vision business .. On n'investit pas dans tout et n'importe quoi (Pour ça on a les conseils régionaux qui se chargent de dilapider les deniers publics dans des projets bancals). Mais une chose est sûre : en refusant de se plier aux directives politiques (Cf Montebourg qui l'a je cite "réprimandé), il ne va malheureusement pas faire long feu aux commandes de la BPI ..
Réponse de le 18/04/2013 à 10:42 :
J'ai la désagréable impression qu'il a surtout son plan de carrière en ligne de mire...
Réponse de le 18/04/2013 à 10:58 :
@ Jul: J'espère que c'est Montebourg qui va devoir démissionner et ceci très bientôt; à condition qu'il demeure une lueur d'activité cérébrale parmi l'entourage de notre président et au sein du gouvernement. Dire que Montebourg aurait perdu toute sa crédibilité, c'était encore possible au début de son parcours de ministre , mais aujourd'hui une seule question se pose: Comment est-ce-t'il possible qu'il soit toujours ministre? Il doit avoir une confusion totale et un laxisme infine parmi les acteurs présidentielles et gouvernementaux!
a écrit le 18/04/2013 à 8:23 :
Banque co-dirigée par l'ex de notre Président et qui vient de faire perdre à sa région plusieurs dizaine de millions d'euros dans un secteur de 2030 : la voiture électrique !!!!
Malheureusement ce ne sont pas les secteurs de 2030 qui vont résorber le chomage d'avant 2017 !!!! ...et ce qu'il faut savoir c'est que les secteurs de 2030 seront les plus délocalisable.... Donc aujourd'hui ont veux une nouvelle fois investir massivement l'argent du contribuable dans l'économie des autres pays pour 2030 ! Remarquez ont le fait bien pour l'éduction nationale : ont investi énormément pour des diplomés qui n'ont que des débouchés dans des pays moins jaloux et qui récompensent la réussite. LA FRANCE NE RECOMPENSE QUE L'ECHEC.... la preuve nos dirigeants actuels n'ont jamais rien créé, rien vendu, rien développé.... ils profitent d'un système qu'ils ont mis en place.
Réponse de le 18/04/2013 à 11:27 :
Un peu de réflexion vous aurait amené à la conclusion que c'est au contraire en n'investissant pas dans ces secteurs de 2030 que nous verrions tous les emplois concernés se créer dans d'autres pays, car tous les autres pays industriels y investissent massivement. Quand à ce que vous dites sur le chômage, je suis pour ma part bien content que la BPI ne dilapide pas notre (et votre) épargne dans des entreprises en faillite pour sauver quelques centaines d'emplois en 2013. Emplois qui de toutes façons disparaîtront à moyen terme. La BPI est effectivement là pour faire grossir en France des sociétés porteuses d'avenir, et c'est très bien comme ça.
Réponse de le 22/04/2013 à 19:19 :
Malheureusement, et vous l'apprendrez bientôt....la BPI n'est que le bras armé, non pas de la l'Etat Francais pour l'investissement, mais du Parti Socialiste. Ainsi, le PS vient de VOLER 41 Milliards d'Euros aux Francais ! La plupart des dirigeants et responsable de cette banque (improductive) sont socialistes.... Ils viennent de mettre en place la plus grosse escroquerie de tout les temps....
Concernant les investissements massifs que font les autres pays.... un peu de notion d'économie et un suivi de l'actualité internationale, plus un zest de jugeote, vous aurais permis de voir qu'ils se font massivement sur les emplois non délocalisable, industriel, et peu sur les emplois de 2030 ! Mes 2 fils diplomé en France, l'un d'une école de commerce et l'autre docteur en robotique, n'ont eu que des débouchés aux Etats Unis, ma fille vient de créer sa boite à Londres..... (Les investisseurs Francais ne financent plus de start up en France depuis l'arrivée d'Hollande et ses lois confiscatoires....) ou elle a déjà embauché 16 personnes (dont 11 diplomés francais.....délocalisé).
Vous l'aurez de toute facon notez.... je ne suis pas socialiste, j'ai trop de respect pour le travail, l'intelligence (pas seulement artificielle!), le courage et l'honneteté. Je laisse la jalousie, la haine des autres, le mensonge, l'incompétence et la fainéantise au PS et ses soutients/ militants. Quand on voit l'actualité francaise ....il ne faut pas avoir bcp d'estime de sois pour être encore socialiste (DSK, Cahuzac, etc....)
a écrit le 18/04/2013 à 7:45 :
Economiquement, normal de ne pas accompagner des dossiers sans aucun avenir, mais ce n'est quand même pas ce que le président normal a dit et redit avec force durant la campagne électorale et les premiers mois de son mandat. Inconscience, incompétence, ou promesses électorales démagogiques...
Réponse de le 18/04/2013 à 11:29 :
Incompétence que de refuser que la BPI ne soit un Crédit Lyonnais bis ? Autant dire que là dessus je ne vous suit pas. C'est fou ce besoin de critique permanente, qui amène des gens à dire des idioties en dépit de tout bon sens. Car ce que dit Mr Dufourc est du simple bon sens.
a écrit le 18/04/2013 à 3:00 :
en 2030 ???...déjà qu'en 2007 ils ne savaient pas qu'on allait avoir le crash financier de 2008 qu'en 2005 ils ne savaient pas qu'Apple sortirait son iPhone alors qu'Alcatel le champion hexagonal refourguer ces mobiles moches et médiocres...La France des technocrates "bobos", des privilèges et du compérage nous tuera bien avant la fin de la crise...Les Français doivent rentrer en défiance de ce système nauséabond au service d'une petite bande d'escrocs en cols blancs.
Réponse de le 18/04/2013 à 11:31 :
Ah parce que vous pensez qu'avant 2005 personne n'a aidé Apple à grossir, à se financer, pour finalement créer l'iPhone ? Cessez donc de critiquer dans le seul but de critiquer. Il est bien évident que tout ce qui permettra d'aider au financement des entreprises innovantes est le bienvenu.
a écrit le 18/04/2013 à 2:14 :
Bravo à ce PDG, il débute bien!!! 2030.....faut le faire......encore un technocrate qui va vivre aux frais de nos impôts Coup de chapeau à Hollande pour cette sinistre création qui ne résorbera pas le chômage
a écrit le 18/04/2013 à 1:37 :
c'est pas ce que font deja les autres pays?
a écrit le 18/04/2013 à 0:41 :
A mourrir de rire, outre le fait la Banque Publique d'Investissement soit un contre sens technocratique (personne n'a besoin d'un banque de plus sur un marché déjà très intermédié) notre nouveau petit PDG bancaire balade ses interlocuteurs. 10 Md? dédié aux PME pour constuire la france de 2030, ca ne compte pas d'un point de vue macro économique. Les seuls investissements étrangers en France sur l'année 2012, s'élèvent à plus de 65Md? ...Par ailleurs, il faut se rappeller que la france compte plus de 2,6 milions de PME et que, si l'on considère un ticket d'investissement unitaire de de 5 milions d'euros par PME accompagnées, notre petit président bancaire ne pourra accompagner que 2000 entreprises soit, moins de 1% du tissu industriel français. Il n'y a que les fonctionnaires, les politiques et les journalistes pour croire que c'est comme cela que l'on construit la France de 2030.
Réponse de le 18/04/2013 à 4:36 :
Démonstration imparable : 100% d'accord...
Réponse de le 18/04/2013 à 10:27 :
non, pas imparable, faux. parce que macro économique justement : . l?objectif, c?est de faire des ETI toutes les PME n'en on pas le potentiel, et c'est pas grave. Mon garagiste est un PME , et il ne sollicitera jamais la BPI pour s?implanter en chine. Ensuite, 5 million de ticket, c?est déjà beaucoup pour commencer. Les demandes sont généralement bien inférieures. l?intérêt n?est donc pas de pouvoir saupoudre à toutes les PME de France, mais de pouvoir concentrer sur celles qui ont un certain potentiel. L?équation n'est plus du tout la même. la ou on le gouvernement abuse les gens , c?est effectivement de laisser croire que ça changera tout : comme vous le dite, ça n?est qu'un acteur de plus dans un environnement bien plus vaste. et comme en plus une énorme partie des fonds de la BPI sont en fait des fonds déjà existant, il ne vont rien créer de plus...
a écrit le 17/04/2013 à 23:55 :
Bon certaines parties des commentaires sonne juste comme par exemple le "financer les copains" ou "Royal VP" mais pour le reste il semble qu'il faille continuer a verser des fonds dans un puis sans fond au grand cris du "savons des emplois". Mais comment sauver des emplois sur le long terme.... plus d'impôts pour financer les emplois?
a écrit le 17/04/2013 à 23:00 :
Il est incroyable que Mme Royal ait été nommée vice-présidente de cette banque lorsqu'on connaît le résultat de ses interventions dans des groupes comme Heuliez.
a écrit le 17/04/2013 à 22:56 :
Cette "Banque Publique" de ne je sais plus quoi semble être un outil du passé.
Elle ne trouvera pas de projets d'avenir à financer si il n'y a pas de projets de présent.
Si Pétroplus n'est pas selon eux la "France de 2030" c'est peut-être Pétromoins qui est la France de 2030.
Une France sans industrie, qui ne raffine plus son pétrole, qui ne produit plus son acier, qui ne produit plus de bagnoles, qui ne plus rien d'autre que détruire ses emplois sans jamais les remplacer par quoi que ce soit et qui n'est même plus un "pays de services" de bas de gamme.
La France de 2030, un pays du tiers monde.
Réponse de le 18/04/2013 à 9:00 :
Pauvre France ! et quel avenir pour nos enfants. En attendant 1500 personnes mini sans emploi en Normandie et que de souffrances
a écrit le 17/04/2013 à 22:51 :
Oh la gueule de winner ! le bon fonctionnaire des familles ... à pleurer ..
Réponse de le 18/04/2013 à 10:39 :
Oups, Dufourcq n'est pas fonctionnaire... Dommage! Une autre critique constructive?
a écrit le 17/04/2013 à 22:32 :
Une belle poignee de vainqueurs qui va reediter le Credit Lyonnais mais multiplie par 10
Réponse de le 18/04/2013 à 4:32 :
Les VRAIS winners, ce sont les gens qui jugent sur "la gueule" comme ils disent... Au fait, Warren BUFFET aurait-il la "geule" qu'il faut ? Et la leur, leur a-t-elle permis d'être de VRAIS winners ? ?
Réponse de le 18/04/2013 à 8:06 :
Parler de 2030 alors que les PME francaises ont une visibilite de 3 mois maximum actuellement et que les politiques vont de la politique sur Twitter et Facebook avec leur sacro saint "buzz", c'est vraiment une belle remarque de technocrate. Il aurait mieux fait de rester silencieux et d'agir. Mais les egos surdimensionnes aiment bien voir leur bibine dans les journaux, ca fait plaisir a leur famille.
a écrit le 17/04/2013 à 21:53 :
@xenesys, c'est le propre de toute entreprise de ne pas être dans le rouge, les boites qui font dans le social on sait comment elles finissent. La seule solution est de se spécialiser dans des domaines a fortes valeurs ajoutées. Et surtout accepter la destruction créatrice.
Réponse de le 18/04/2013 à 21:56 :
@jerem : oui je suis d'accord avec toi. le souci c'est qu'il faut faire la part des choses : certaines industries sont importantes dans le principe (métallurgie, sidérurgie, chimie, textile et tant d'autres). Elles font partie de la base de tout ce qui suit (me suis je bien fait comprendre? si pas d'acier >> pas de voiture ou bâtiment ou etc.) Le souci c'est qu'on veut sacrifier trop de ces industries. Le jour ou on aura plus rien (les usines et les connaissances), je me dis que ca va etre difficile de continuer a évoluer si on ne sait même plus faire les choses basiques. OK pour les domaines a valeurs ajoutées mais sur quelle base ? et pour le moment rien ne me dit que ca va dans le bon sens tout ca.....
a écrit le 17/04/2013 à 21:30 :
Entierement d'accord avec Patrickb: comme on n'a pas (ou plus du tout) confiance en ce gouvernement, la BPI ca sent franchement l'organisation opaque pour financer les copains. Avec l'argent de qui? Cherchez pas trop longtemps. En tout cas, il y en a qui seront bien au chaud jusqu'en 2030...
Réponse de le 18/04/2013 à 4:38 :
100% d'accord !
a écrit le 17/04/2013 à 21:28 :
ce n'est pas qu'avec des societes de services qu'on ira loin..... si pas d'industrie la france est morte. Arcelor ne veut que des usines a fric. Si t'es pas dans le vert tu sors du groupe ou je te ferme. Un fasciste industriel ce Mittal.
Réponse de le 20/04/2013 à 10:33 :
Quelles opportunités pour vous!!! Allez y achetez toutes les usines qui perdent de l'argent. Vous remplacerez le parti socialiste qui n'ose pas les acheter avec l'argent des autres (faut pas demander!!!).
a écrit le 17/04/2013 à 20:25 :
2030, pourquoi pas 2100 ? demain, on rase gratis, ce type n'a aucun plan c'est évident. Pour arriver à 2030, il faudra passer par plusieurs années au cours desquelles il faudra que l'économie se redresse. Certes les Petroplus et autres Florange semblent voués à la mort, mais dans son discours, le blaireau ne cite aucune entreprise :-) et si on en déduit qu'il n'y a aucune entreprise viable en France, comment va-t-on arriver à 2030 :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :