Formation professionnelle : 68% des cadres en profitent... contre 37% des ouvriers

 |   |  608  mots
Les cadres sont les grands gagnants des dispositifs de formation professionnelle
Les cadres sont les grands gagnants des dispositifs de formation professionnelle (Crédits : DR)
Alors qu'a débuté la négociation entre syndicats et patronat pour réformer la formation professionnelle, une note de l'Insee vient confirmer les inégalités en la matière: mieux vaut travailler dans une grande entreprise et être cadre pour avoir davantage de chances de profiter d'un formation qualifiante.

A première vue, c'est un bon résultat : en France métropolitaine, en 2012, 55% des personnes âgées de 18 à 64 ans a suivi au moins une formation dans l'année… Mais, en réalité, seulement 39% de cette population a bénéficié d'une formation pour des raisons professionnelles. Pour tous les autres, la formation répondait à un besoin personnel, sans rapport avec leur vie professionnelle. C'est ce qui ressort d'une récente étude de l'Insee, qui confirme, si besoin était, à quel point les individus sont inégaux devant l'accès à la formation… Et ce alors que les partenaires sociaux ont débuté une négociation tendant, justement, à rendre accessible la formation professionnelle aux personnes qui en sont généralement exclues (précaires, demandeurs d'emploi, etc.).

Sans surprise, la taille de l'établissement joue un rôle essentiel.

Dans les entreprises de 10 salariés ou moins, durant les 12 mois précédant l'enquête, 34 % des salariés ont suivi au moins une formation professionnelle, contre 65 % de ceux qui travaillent dans des établissements d'au moins 250 salariés. D'autre part, l'accès à la formation dépend aussi étroitement du secteur d'activité. Dans les secteurs des " activités financières et d'assurance" et de "l'information et la communication ", les salariés bénéficient de la plus forte participation aux formations professionnelles (respectivement 69%et 62%). Certes, souligne l'Insee, les secteurs où la participation à la formation est forte sont aussi ceux où la proportion d'établissements de grande taille est importante. Mais les différences de participation entre secteurs d'activité restent toutefois marquées, indépendamment de cet " effet taille " d'établissement.

60% des Bac+ 2 ont bénéficié d'une formation, contre 25% des personnes sans diplôme

Autre phénomène connu que la future réforme attendue de la formation professionnelle est censée venir corriger, ce sont les personnes les plus diplômées qui suivent le plus de formations à visée professionnelle. Les professions qui exigent des niveaux élevés de formation initiale s'accompagnent souvent d'un important recours à la formation continue. Ainsi, chez les actifs occupant un emploi, 66 % des diplômés de niveau supérieur à bac+2 ont suivi au moins une formation professionnelle dans l'année, contre 25%des personnes sans diplôme. L'Insee confirme également que ce sont les cadres qui suivent le plus de formations : en 2012,  68 % d'entre eux y ont eu accès pour raisons professionnelles, contre 37 % des ouvriers. A noter que les différences d'accès à la formation entre hommes et femmes dépendent de leur niveau de qualification. Alors que chez les cadres et les professions intermédiaires la même proportion d'hommes et de femmes accèdent aux formations professionnelles, chez les ouvriers et les employés la participation des femmes est nettement inférieure à celle des hommes.

Selon l'étude de l'Insee, la majorité des formations suivies par les employés et les ouvriers sont vécues comme obligatoires (60 %), contre un peu plus du tiers de celles suivies par les cadres. Inversement, quatre fois sur dix les cadres ont pris l'initiative de leur formation, alors que les employés et les ouvriers ne sont que deux sur dix dans ce cas.

Un quart des ouvriers estiment que la formation peut leur éviter de perdre leur emploi

Enfin, les objectifs assignés aux formations diffèrent selon la position professionnelle de leur bénéficiaire. 25 % des formations suivies par les ouvriers visent d'après eux à leur éviter de perdre leur emploi, contre 5 % de celles suivies par les cadres. Inversement, les cadres déclarent plus souvent être en formation pour acquérir des compétences sur des sujets qui les intéressent (78 % des cas contre 63 % pour les ouvriers).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 23:06 :

Le système français, sans fonds de retraite on dit suffisant en terme officiel de l administration, soufflez donc dans une turlupine à fous, les comptes sont faux, les retraites chaque jour la valeur elle baisse, oui mais le chômage monte, fêtons donc le nouvel an de l an 2536 qui n apporterons aucun emplois et pas moins de technologies, sauf le pipo. Je m enrichis, j appauvris. L Etat c est moi et vive le gras, je ne fais rien le chômage je m en fous faites des formations après vos thèses ou bien emplois qui ne menent à rien, et je suis le roi du chômage historique, faisons donc 6 millions de retraités. A été jugé lent. Alors les thèses et citoyens qui ne mènent peut-elle s assembler pour de nouveaux partis ? Qu on rende compte de son travail ou de son non travail, c est une chose normale !
a écrit le 15/10/2013 à 22:45 :

Comme à l école tout le monde dans la meme formation, la question est de savoir à quoi ça mène, on fait dans l effet de manche pour gagner du temps. Autant apprendre aux français à ouvrir un bar et à mourir jeune comme en Europe sud. Faire du nini, certains précaires d autres pas, on peut savoir les critères ? L école classée ou pas, internationalement ou nationalement, apprendre l histoire ça sert à quoi, autant apprendre à ouvrir un commerce, faut-il un réseau ou pas et dans quelle fac on peut avoir une thèse avec un 4/20 ! Hec à 15000 c un peu cher pour le citoyen lambda ! Alors le mérité et le progrès, la justice parlons-en quelle est la règle ? Il manque une case !
a écrit le 15/10/2013 à 14:14 :
Tout le monde sait que les "sous" de la formation professionnelle sert à remplir les caisses des syndicats employeurs et salariés ! ??? .....Ce n'est pas avec l'argent qu'ils perçoivent de leurs adhérents qu'ils peuvent vivre ! ........... Tous ces syndicats sont politisés !
a écrit le 15/10/2013 à 13:28 :
C'est un problème d'ouverture d'esprit. Le DIF (droit individuel à la formation ) est ouvert à tous sans discrimination.Il suffit d'en faire la demande auprès de son employeur.
Réponse de le 15/10/2013 à 13:47 :
Précisons que le problème d'ouverture d'esprit est en grande partie de la responsabilité de la direction du patron en clair. Information, incitation?etc
Réponse de le 15/10/2013 à 16:44 :
Patron pendant 15 ans avec 40 salariés, une seule demande de DIF (bien évidemment acceptée, j'ai meme failli me fracasser le crane en sautant au plafond) Cherchez l'erreur
a écrit le 15/10/2013 à 10:33 :
Il faut surtout pour l'ouvrier revenir à une formation à caractère promotionnelle qui lui permettra d'évoluer au sein d'une entreprise ce qui n'existe pratiquement plus aujourd'hui.Si cette formation n'apporte rien en terme de changement de qualification ou coefficient pour le salarié à part des responsabilités supplémentaires sans en avoir le bénéfice un moment sur sa feuille de paie cela ne fonctionnera pas bien longtemps.
a écrit le 15/10/2013 à 10:18 :
En parlant de formation professionnelle :

La CGPME vient de publier ses comptes 2008. Il en ressort que les cotisations des adhérents progressent de 2,3%, (1,5 million d'euros). Mais elles ne représentent que 17% des recettes (sur un total de 9 millions), contre 62% au Medef. 80% des ressources de la Confédération proviennent du financement du paritarisme par les fonds de la formation professionnelle (Agefos et Fongefor) et du 1% logement.



Réponse de le 17/10/2013 à 7:42 :
Quel intérêt pour des données qui concernent les comptes 2008???
a écrit le 15/10/2013 à 9:56 :
Tant que ces syndicats croupions seront à cette table, ils ne pourront que favoriser leurs associations de formation "professionnelle".
Par ailleurs, pour apprendre, il faut avoir "appris à apprendre". Cela se fait normalement à l'école (ou plutôt se faisait). Avec 15% d'illetrés réels, il devient difficile de trouver une formation où le fait de comprendre une phrase en français et de savoir lire un texte pas ultra simple ne soit pas un prérequis. Il n'est donc pas étonnant que les formations profitent surtout aux cadres.
Seulement voilà: une bonne aprtie de ces formations sont plus ou moins à caractère psycho-sociologique. La formation technique et technologique est cruellemnt absente de la plupart des packages proposés.
a écrit le 15/10/2013 à 9:55 :
C EST TOUJOURS LES CADRES QUI DECIDENT QUI VA PARTIR EN FORMATION? ET TRES PEUT D OUVRIERS SAVENT QU IL Y ON DROIT. SOUVENT L INFORMATION SUR LES FORMATIONS NE CIRCULE PAS DANS LES ENTREPRISSES?SOUVENT LARGENT DE LA FORMATION ET DETOURNE PAR LES CADRES POUR PASSE DES VACANCE A CRATUITES ???
Réponse de le 15/10/2013 à 13:44 :
Mais que font les syndicats?
Réponse de le 15/10/2013 à 20:19 :
Hein ???
a écrit le 15/10/2013 à 9:11 :
...et les chômeurs , combien en bénéficient ? combien trouvent un emploi après ?
Réponse de le 15/10/2013 à 9:31 :
Ecoutez ce que dit Isabelle Maurer à JF Copé au sujet des formations des chômeurs. Tous ce qu'elle dit est vrai: ce n'est jamais possible. "Je ne rentre jamais dans la bonne case". Où va l'argent ?
https://www.youtube.com/watch?v=F2eVXmrRi6M
Réponse de le 15/10/2013 à 13:55 :
http://emploi.blog.lemonde.fr/2013/10/15/quand-leclerc-fait-travailler-des-chomeurs-gratuitement-avec-laide-de-pole-emploi/#xtor=RSS-3208

formation en trompe l'?il
a écrit le 15/10/2013 à 8:58 :
Je ne doute pas que l'ouvrier est obliger de passer par l'encadrement pour obtenir une formation!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :