Formation professionnelle : la gestion très "intéressée" du patronat et des syndicats

 |   |  427  mots
La fortmation professionnelle: une manne de plus de 30 milliards d'euros
La fortmation professionnelle: une manne de plus de 30 milliards d'euros
Alors que s'ouvre la négociation sur al formation professionnelle, quelques données financières sont à connaitre. Notamment les coûts de gestion assurée par le patronat et les syndicats...

Alors que débute ce 24 septembre la négociation entre patronat et syndicats  sur la réforme de la formation professionnelle, quelques données chiffrées sont à connaitre. Elles concernent non seulement les montants en jeu mais aussi les "subtilités" de la gestion des mécanismes de la formation professionnelles, assurée par le patronat et les syndicats.

Ces données sont issues du célèbre rapport Perruchot sur "le financement des syndicats". Elle sont reprises dans une note de l'Institut de l'entreprise  "Réformer vraiment la formation professionnelle". Les dépenses annuelles de formation professionnelle dépassent actuellement les 30 milliards d'euros. Les entreprises, l'Etat, les régions, l'Unedic et les ménages en sont les financeurs.

Une partie importante des fonds issus des entreprises privées (environ 7 milliards sur plus de 13 milliards dépensés par les entreprises) transite par les organismes paritaires collecteurs agréés (les célèbres Opca), gérés par... les partenaires sociaux.

Le coût élevé des frais de gestion

Or, c'est un secret de Polichinelle, souligné par le rapport (enterré) du député Nicolas Perruchot, les ressources de la formation professionnelle contribuent au financement des organisations patronales et syndicales. Et ce de trois façons:

1/ La loi autorise les partenaires sociaux à récupérer 1,5% des fonds prélevés. Avec une collecte de 7 milliards d'euros, les partenaires sociaux disposent ainsi d'environ 100 millions d'euros annuels à leur discrétion.

2/ Pour gérer les Opca, les partenaires sociaux font généralement appel à des permanents. C'est ainsi une façon de les rémunérer. . A cet égard, les frais de gestion des Opca sont élevés. Limités à 9,9% de la collecte par un arrête du 4 janvier  1996, ils représentent donc potentiellement près de 700 millions d'euros.

3/ Il faut aussi inclure (selon le rapport Perruchot)  "les sommes reversées dans le cadre de la collecte des fonds de formation professionnelle, suspectées non sans raison d'alimenter des structures de formation pouvant dépendre d'organisation syndicales ou patronales". Bref, les organisations  créent des centres de formation qui assurent des formations financées par les Opca.

 

La nécessité de clarifier le financement du patronat et des syndicats

Où l'on voit qu'il est nécessaire de reconsidérer le financement des organisations représentatives patronales et syndicales... pour sortir de l'opacité. Si un financement clair de ces corps intermédiaires était institué - et pourquoi pas, puisqu ils participent réellement à des missions de service public -, les "dérives" dans la gestion de la formation professionnelle seraient limitées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2013 à 11:23 :
Les partenaires sociaux, c'est 7 Md sur 30 Md. Bien.
Faut s'en occuper bien évidemment, mais qui se préoccupe des 23 Md restants qui sont gérés par l'Etat et les collectivités locales avec l'efficacité que l'on sait : chômeurs pas ou mal formés (au dernières nouvelles ce n'est pas aux partenaires sociaux de s'en charger !), AFPA en état de cessation de paiement permanent, etc...
a écrit le 24/09/2013 à 8:34 :
La formation professionnelle, cette gabegie qui est responsable d'une grande partie du chômage!!! Une journée de cours : 1000 euros / jour minimum (et tout le monde est loin d'être aussi sérieux que http://www.techniques-ingenieur.fr/boutique/formation.html) . Le DIF = 120 h au bout de 6 ans = 15 jours au bout de 6 ans = 15000 euros. Une année de BTS / Master / Ecole de commerce = entre 10000 et 15000 euros. Pour le même prix, au bout de 30 ans de carrière les gens pourraient passer du bac au master (avec les salaires et la retraite qui vont avec). Le pire c'est que tous les partis politiques sérieux sont d'accord et les projets se recoupent à 80% (voir les sites des fondations politiques associées : http://www.institutmontaigne.org/ , http://www.tnova.fr/, ...). Hypothéquer l'avenir des personnes de cette manière est une honte.
a écrit le 24/09/2013 à 8:26 :
Tous les ans: un rapport pour statuer sur l'inefficacité ou l'opacité de la formation professionnelle des salariés et des chômeurs: Cour des comptes, Igas, Sénat, Assemblée Nationale...et puis une loi (youpi !!!) pour réformer sans réformer ou bien qui ne sera jamais appliquée. "On a des directives de notre hiérarchie" (Pôle Emploi) et tout le blabla qui va avec ( voir Pierre ). En résumé, plus ça chance plus c'est la même chose.
a écrit le 23/09/2013 à 22:39 :
C'est la description même du système socialiste à de son mode de fonctionnement! Ce n'est pas Hollande qui va s'y attaquer!
a écrit le 23/09/2013 à 20:16 :
Le rapport Perruchot : http://www.lepoint.fr/economie/argent-des-syndicats-le-rapport-interdit-16-02-2012-1431943_28.php
a écrit le 23/09/2013 à 19:38 :
Ben tiens...
"Les Français sont des veaux"...
Tant que ça marche, pourquoi changer ? Vite sortons une nouvelle urgence, par exemple "Le mariage pour tous...les prêtres" ça évitera à nos veaux de penser...
a écrit le 23/09/2013 à 19:28 :
Premiere chose à faire virer tous les planqués des syndicats patronaux et ouvriers grassement payes, mais qui le fera personne
a écrit le 23/09/2013 à 19:18 :
Parmi les financeurs de la formation professionnelle, il ne faut pas oublier l'Europe au travers de ses fonds structurels.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :