Capitale européenne de la Culture, un titre prisé par de nombreuses métropoles

 |  | 553 mots
Lecture 3 min.
Le 30 juin, le Mucem avait déjà accueilli 1 million des 3,5 millions de visiteurs de Marseille, capitale européenne de la culture 2013. / DR
Le 30 juin, le Mucem avait déjà accueilli 1 million des 3,5 millions de visiteurs de Marseille, capitale européenne de la culture 2013. / DR (Crédits : DR)
Plus qu'un challenge, décrocher le titre de capitale européenne de la culture est devenu le passage obligé de toute ville qui souhaite redorer son image et redresser son économie.

Bien sûr, il y a Lille, la référence dans l'histoire des capitales européennes de la culture (CEC). Mais il y a aussi Gênes, Glasgow ou encore Essen qui ont vécu une véritable renaissance en misant sur le culturel. Certaines connaissent même une résurrection, comme Liverpool en 2008 et ses 9 millions d'euros de bénéfices, ses 5,2 millions de visiteurs et la hausse vertigineuse (65 %) de la fréquentation de ses musées.

Tirer parti des expériences passées

À ce régime-là, qui ne voudrait pas en être ? Même si certaines villes n'ont pas toujours su relever le défi, comme Thessalonique, Patras ou Istanbul, faute d'une bonne gestion financière. Mais depuis presque trente ans que les CEC existent, les villes candidates ont appris à tirer parti des expériences du passé. Et quand Marseille pose sa candidature pour l'année 2013, c'est tout un aréopage qui se déplace à la Commission européenne de Bruxelles.

Jean-Claude Gaudin, le maire, est accompagné des représentants des conseils général et régional, mais aussi du président de la CCI, Jacques Pfister, et d'une délégation de chefs d'entreprise. En face et en lice : Bordeaux, représenté par le seul Alain Juppé. Il ne fera pas le poids. Quand une ville se mobilise à ce point, il y a fort à parier que l'objectif est prometteur.

Et, de fait, le 30 juin dernier, la cité phocéenne dépassait largement ses prévisions : au lieu des 2 millions de visiteurs attendus à cette date, leur nombre réel s'élevait déjà à 3,5 millions, le Mucem (musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée) en réunissant à lui seul presque 1 million. Corinne Brenet, présidente fondatrice de Mécènes du Sud et directrice générale d'une société de courtage, a été l'une des premières à défendre la candidature marseillaise :

« Avec 660 millions d'euros d'investissement public et privé, ce sont plus de 20 grands chantiers qui ont été réalisés. Le visage de la ville s'est complètement transformé. Et l'impact direct sur l'hôtellerie et les grandes enseignes y est frappant ; tout comme l'activité des croisiéristes, qui s'est accélérée. »

Attention à ne pas tomber dans l'angélisme

Et quand on l'interroge sur le cap à tenir, Corinne Brenet est sans détour : « Dans un tel projet, penser l'après-2013, c'était fondamental. Nous n'avions pas les moyens de faire un tel investissement pour une année seulement. Il est évident que toutes ces actions ont une stratégie à long terme. C'est le but : redresser notre image et notre économie. »

C'est clair : sans gestion efficiente, pas de retour sur investissement. Et Françoise Benhamou, économiste spécialiste de la culture, de rappeler qu'« il ne faut pas oublier qu'investir dans la culture génère inévitablement des dépenses avec des budgets de fonctionnement souvent importants. Le danger serait d'avoir une vision angélique de la culture. Or la culture n'est pas un remède à elle seule, c'est un outil qui génère un apport économique plus indirect que direct. Mais c'est aussi et surtout un élément de bien-être, du vivre ensemble, de la qualité de vie et de la citoyenneté. » Une question d'équilibre, en somme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2013 à 16:11 :
Capacité de dépense clientéliste très recherchée par les élus, nuance...
a écrit le 17/10/2013 à 14:51 :
Nous sommes bien placés sur le marché encore une fois avec tous les apports de cultures différentes comme dirait une certaine dame "gagnant, gagnant" !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :