Aurélie Filippetti : "l'investissement créatif, c'est rentable et ça rapporte ! "

 |   |  1298  mots
Aurélie Filippetti travaille, en association avec Pierre Moscovici, à modéliser l'impact des investissements culturels sur l'économie française.
Aurélie Filippetti travaille, en association avec Pierre Moscovici, à modéliser l'impact des investissements culturels sur l'économie française. (Crédits : AFP)
La France a des atouts majeurs à faire valoir dans le secteur des industries culturelles, qui jouent un rôle majeur dans la croissance économique, juge la ministre de la Culture. Elle souhaite créer un modèle dans lequel les sphères publique et privée travailleront main dans la main.

LA TRIBUNE - En période de crise, avec un budget en baisse, comment faire de la culture un levier de croissance ?

AURÉLIE FILIPPETTI - Au moment où l'on doit se positionner à l'échelle de la mondialisation, la culture constitue - pour parler un langage économique - un avantage comparatif énorme de la France, un moyen de se différencier. Elle a permis à la France d'acquérir une excellence, des savoir-faire, un rayonnement international et une attractivité, au sens touristique et en termes d'image.

La culture génère des externalités positives infiniment supérieures à ce qu'elle coûte en investissement. Par exemple, un euro investi dans le Festival d'Aix-en-Provence en rapporte 10 et, à Bussang, dans les Vosges, il en rapporte 4. Marseille, capitale européenne de la culture 2013, a d'ores et déjà recueilli six fois plus de retombées économiques que les sommes investies au total par le public et le privé.

Pour les territoires, investir dans la culture permet de relancer une attractivité, une économie, une image, qui génèrent des investissements dans d'autres secteurs de l'économie, et cela crée de l'emploi. La culture est sous-estimée dans son apport à l'économie globale. C'est pourquoi je mets l'accent sur ce formidable levier de développement. En période de crise, où l'on doit justifier les investissements publics, je souhaite montrer que la culture ne se résume pas à des subventions qui tombent comme une manne pour des activités de divertissement, mais qu'il s'agit d'un investissement qui rapporte.

Peut-on mesurer cet impact économique ?

Je dis toujours qu'il n'y aura pas de redressement productif sans redressement créatif. Nous voulons montrer que l'investissement créatif est un investissement rentable. Je pourrais vous citer des dizaines d'exemples. Depuis la création du Grand Louvre, les touristes restent en moyenne une nuitée de plus, ce qui représente de 15000 à 20 000 emplois induits. Lille, en faisant le choix de la culture, connaît un retour sur investissement extrêmement important. Je souhaite modéliser cet impact de la culture.

Avec Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie et des Finances, nous avons confié une mission à l'Inspection générale des affaires culturelles et à l'Inspection générale des finances afin d'évaluer le poids de la culture dans l'économie, au sens large : nous aurons les conclusions en novembre. Je veux pouvoir valoriser toutes ces externalités positives de la culture, parfois perçue à Bercy comme un luxe superflu...

Lors de la campagne des élections européennes, l'an prochain, il faudra mettre en avant l'importance de la culture dans la construction de l'identité européenne mais aussi dans le positionnement de l'Europe dans l'économie globale. La première industrie exportatrice des États-Unis est le divertissement, ce qui leur donne une influence considérable, puisque les gens dans le monde entier ont ensuite envie de vivre et de consommer américain. Ce sont des enjeux stratégiques, économiques et de souveraineté majeurs.

Est-ce un changement de philosophie dans le soutien à la culture que de baisser les subventions, notamment à la consommation, et de privilégier désormais l'investissement ?

C'est vrai, ce type de mesure ne marche pas. Certes, lorsque nous abaissons la TVA sur les tickets de cinéma à 5 % au 1er janvier 2014, l'objectif est de relancer la consommation, mais pas en donnant une aide publique. C'est cela, finalement, le succès de l'exception culturelle française : des modes de financement astucieux de la culture, plutôt que des subventions pures, avec des mécanismes fiscaux, des comptes de soutien, s'appuyant sur l'idée qu'il faut faire financer en amont la production par ceux qui diffusent les œuvres.

Demain, il faudra une contribution sur les terminaux connectés, car ce sont des produits, qui plus est d'importation, servant à consommer des contenus culturels : cela fait partie de la modernisation des outils de financement. Une taxe à un taux très faible avec une assiette large serait relativement indolore pour le consommateur. Nous en discuterons en 2014.

Nous devons aussi redéfinir nos priorités. Nous étudions ainsi la réforme du crédit d'impôt jeux vidéo, car c'est un secteur d'excellence française, à très haute valeur ajoutée, qui doit être une priorité : de très petites entreprises ont du mal à passer au stade d'ETI.

Il faut aussi éviter la fuite des talents, alors que le Québec et le Canada ont mis en place un système très attractif pour les jeunes développeurs et ingénieurs. J'aimerais également que l'on améliore le crédit d'impôt cinéma international, pour attirer les tournages, en augmentant le plafond de 10 à 15 millions d'euros, ce qui ne coûterait rien.

J'ai aussi dégagé 20 millions d'euros pour l'Ifcic, l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles, qui permettra de mettre en place un dispositif d'aide par la BPI, avec un effet multiplicateur de cinq, soit 100 millions d'euros de garanties et d'avances, afin d'aider les petites entreprises des industries créatives, qui souffrent souvent de problèmes structurels de trésorerie.

Vous avez sauvé la loi relative au mécénat, dite « loi Aillagon », dont les dispositifs fiscaux encouragent l'investissement culturel. Envisagez-vous de nouvelles mesures en faveur des entreprises ?

Il existe un réel écosystème culturel qui met en jeu des financements, parmi lesquels la participation des entreprises du secteur privé. Le champ culturel est un terreau d'innovation économique et financière. La loi sur le mécénat, dont on fête les dix ans cette année, est la loi la plus avantageuse au monde pour stimuler le mécénat.

Il faut désormais aller encore plus loin. Nous travaillons à l'amélioration du fonctionnement pour les PME, car on arrive vite à un plafond. Une charte est en cours de rédaction par la mission mécénat du ministère de la Culture. Elle sera une sorte de vademecum et va notamment clarifier les règles s'appliquant au mécénat de compétences [par lequel une entreprise délègue gracieusement du personnel volontaire au profit de fondations ou d'associations, sur le temps de travail, ndlr].

Il faut développer aussi le mécénat des particuliers, encore méconnu, qui peut permettre de mobiliser des milliers de donateurs sur une oeuvre très connue, comme les Trois Grâces de Lucas Cranach au Louvre, ou le Chêne de Flagey de Gustave Courbet au musée Courbet d'Ornans. Je veux également encourager et valoriser le nouveau mécénat « participatif » par les réseaux (le crowdfunding). C'est un investissement capital dans le monde des entreprises culturelles.

Comment encourager les PME à investir dans la culture en période de crise ?

Il y a d'abord de nombreux dispositifs fiscaux. Et je souhaite faire de l'entreprise un lieu prioritaire d'expositions et de circulation des œuvres sur des lieux de passage, partout en France. Cela fait partie de cette citoyenneté culturelle. Nous avons déjà signé une convention avec la Fédération des entrepris e s d es industries gazières et électriques, qui compte 650.000 salariés.

Je veux poursuivre cette démarche, car c'est aussi le rôle du ministère de valoriser les collections nationales et d'aller à la rencontre des gens là où ils se trouvent. Aujourd'hui, il y a des mesures ciblées pour les jeunes et pour les retraités, mais la période de vie active doit aussi être prise en compte. Et l'éducation artistique, qui se fait tout au long d'une vie, peut aussi se faire dans une démarche collective, sur un lieu de travail.

______

>>> Regardez l'interview d'Aurélie Filipetti au Club Entreprises La Tribune autour du thème  "La culture, comme levier pour l'économie"  à la CCI de Paris, le 11 octobre 2013

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2013 à 20:54 :
Pourtant une étude publiée par le Ministère semble dire que ce poids de la culture est de plus en plus faible? Pourquoi ne pas en faire état ici ?

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Etudes-et-statistiques/Les-statistiques-culturelles/Tableaux-statistiques-par-domaine_Cultural-statistics/Poids-economique-de-la-culture/(language)/fre-FR
a écrit le 17/10/2013 à 7:18 :
Rentable car le contribuable subventionne...marre de ces politiques qui n ont jamais travaille de leur vie....des parasites
a écrit le 16/10/2013 à 23:43 :
Il serait également infiniment profitable d'imposer un minimum de programmes de qualité aux heures de pointe aux chaînes gratuites de la TNT vues par la majorité des gens. Nous sommes abreuvés de stupidités et de publicités invasives. Il serait plus que temps d'y mettre de l'ordre car la télévision participe à la formation, l'enseignement, la réflexion, l'innovation etc. bref à l'avenir et à la structure de notre société. De plus les chaînes d'informations type BFM TV et I-TELE sont nulles, on y parle essentiellement que de faits divers, de petites phrases, de résultats de match de foot, il n'y a pratiquement aucun sujet ni analyse de fond qui soit correctement développé et pourtant il y a tant d'évolutions passionnantes et essentielles dans le monde et pour l'avenir dans la plupart des domaines. En bref si l'on n'a pas internet et l'accès à de multiples sources d'infos extérieures, on n'apprend rien avec les chaînes d'Alain Weil (dont BFM TV) pour ne nommer que lui parmi d'autres qui se contentent de faire de l'argent et promouvoir le foot et ses retombées financières. A quand une remise en cause de ces différentes chaînes afin d'avoir enfin des programmes avec un minimum de qualité imposée aux heures de grande écoute qui aident la société à se développer, à se former, à innover, à créer etc et non à l'abrutir pour les finances d'une minorité. "Les pauvres sont fait pour être très pauvres et les idiots très idiots", mais çà ne rend pas plus intelligent les riches pour autant et çà fait reculer l'humanité alors que le temps tourne. Une bonne Ministre de la Culture devrait se préoccuper de l'état de délabrement de la plupart de ces chaînes de télévision les plus regardées où les programmes de qualité sont minoritaires. Un chaîne d'information en continue digne de ce nom devrait déjà être un minimum et les chaînes qui diffusent de vieux programmes américains ou autres éculés pour engranger uniquement des recettes publicitaires devraient être fermées.
a écrit le 16/10/2013 à 23:11 :
Mon dieu, je n'avais même pas imaginé que "la culture génère des externalités positives infiniment supérieures à ce qu'elle coûte en investissement" ! Je vais me coucher, j'ai mal au crâne.
a écrit le 16/10/2013 à 22:56 :
"Elle travaille pour modeliser l'impact". Moi aussi, j'ai beaucoup travaillé pour modéliser l'impact mais l'impact c'est comme le bozo de Hicks, il se laisse pas modéliser facilement. Modéliser l'impact, ca donne quand même du travail pour les jeunes sans diplome.
a écrit le 16/10/2013 à 22:10 :
un rôle majeur ? ??nous..... z.....eussions aimé qu'elle nous expliquât exactement en quoi il est majeur
a écrit le 16/10/2013 à 19:58 :
Abaisser la tva à 5% pour le cinema pour relancer la consommation. Et à cote une contribution soit une taxe sur les terminaux je rêve. ?...
a écrit le 16/10/2013 à 16:42 :
"Leonarda", le dernier spectacle financé grace aux subventions...
a écrit le 16/10/2013 à 16:30 :
Tous les jours sort un navet 100% français au cinéma.On appelle ça des "comédies",les gens veulent des situations burlesques avec des acteurs auxquels ils se sont habitués:sandrine kiberlain catherine frot,kad mérad,alexandra lamy sont overbookés grace a vos impots.Un acteur de deuxième zone se fait du 400000 euros par an en moyenne sur votre dos.merci de les soutenir avec vos taxes et vos impots!Bonne nouvelle,les collectivités locales investissent dans le cinéma,ça leur manquait ,après l'aide internationale les voila qui sont producteurs de cinéma.Dans deux ans les collectivités vont se lancer dans la conquete spatiale,mais la attention,faudra augmenter les impots locaux parce que ça ,ça coute vraiment cher...
a écrit le 16/10/2013 à 16:29 :
Du rapport entre la culture et l'argent (le mécénat), résulte l'art, sa manifestation concrète. Dans un "marché" très imprudemment et maladroitement déréglementé, le capital anglais domine majoritairement. Les rapports de force sont forcément très inégaux, avec quelques minces possibilités de survie pour nos artistes. Les efforts de nos dirigeants publics et privés sont d'autant plus méritoires.
a écrit le 16/10/2013 à 16:07 :
Les intermittents du spectacle ont encore de beaux jours devant eux.
a écrit le 16/10/2013 à 15:51 :
C'est ç'là oui...
Quand on voit la gabegie des intermittents du spectacle et ce que nous coûte l'audio visuel public...
a écrit le 16/10/2013 à 15:45 :
Bien sûr que le culture est importante économiquement. Combien de centaines de millions de chinois vont-ils voyager, venir en Europe et passer du temps en France dans les prochaines années. Mais il n'empêche que certaines dépenses interrogent: quid des spectacles vivants réservés aux franco-français; cela va-t-il rendre la France plus compétitive ou veut-on seulement développer les jeux du cirque? Quid des dépenses d'achat dans l'art contemporain? je ne connais pas un seul collectionneur qui refuse de prêter des oeuvres pour des expositions publiques d'envergure. Et il faudrait enfin porter un regard très critique sur les achats opérés par les frac et les multiples musées ou centres d'art contemporain publics (il semble que chaque fois que l'on ne sait rien faire d'un lieu, on en fasse un musée..). Et avez vous déjà tenté de voir les oeuvres du Musée d'Art moderne de Lyon, voire même le très beau Musée de St Etienne. Vous y verrez au mieux 1/4 des collections. Les acheteurs publics sont passés d'ailleurs à travers des plus grands artistes "français". Combien d'oeuvres de Soulages achetées? Combien d'Oeuvres de Zao Wou-ki? Quasiment aucune, les seuls oeuvres résultent de donations de privés.. Alors il y a beaucoup de travail pour rendre la bête efficace, éviter les nouvelles dépenses qui ne vont intéresser (malheureusement) personne, surtout pas des visiteurs étrangers -on a vu dans la presse la création d'un Musée Boileau à Langres, avec tout le respect du à cet écrivain! Les temps sont dûrs mais nous disposons d'un formidable patrimoine. laissons l'Art contemporain aux privés -un artiste qui n'est pas capable d'intéresser le moindre collectionneur doit changer de métier! optimisons nos sites prestigieux. Faisons payer les spectacles à ceux qui veulent en profiter, arrêtons le soutien au Cinema qui produit 95% de films sans aucun intérêt, etc...
a écrit le 16/10/2013 à 14:54 :
L' " industrie " culturelle est une expression qui sonne faux, parce que la culture n'est pas une "industrie", c'est d'abord une question d'esprit. Mais voilà, à force de considérer la culture comme une " industrie" ou un " marché ", la diversité culturelle disparaît en Europe et ailleurs dans le monde. Le résultat est un pauvre menu, sauce anglaise pour tout le monde.
a écrit le 16/10/2013 à 14:12 :
on aimerait savoir combien elle y a investi ' a titre personnel', ca donnera une idee de ce que ' rentable' veut dire
Réponse de le 16/10/2013 à 17:13 :
Les socialistes n'investissent que l'argent qui ne leur appartient pas. C'est une constante. Regardez ce qu'à fait Ségolène avec Heuliez. Ils s'en fiche du rendement ou de la perte. De leur coté, ils s'achètent des appartement de luxe (non déclarés =>Hollande) ou investissent en suisse (Cahusac)...
Réponse de le 16/10/2013 à 20:02 :
je plaisantais, hein....;-)
Réponse de le 16/10/2013 à 21:03 :
@churchiill et jojo +1
a écrit le 16/10/2013 à 13:38 :
De la part d'une socialiste dogmatique...c'est surement de l'humour...
a écrit le 16/10/2013 à 12:49 :
Tout ce qui rapporte est rentable. C est même la définition. Mais peut être que ce ministre de la culture n'a pas besoin de parler français pour s'adresser à son électorat
a écrit le 16/10/2013 à 12:36 :
La culture c est bien mais c est elle qui nourrit son homme, il vaut mieux investir dans le système productif et dans la construction de logements

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :