Montebourg : "Si l'euro était dévalué de 10% (...) nous gagnerions 150.000 emplois"

 |   |  456  mots
(Crédits : AFP)
Le ministre du Redressement productif s'appuie sur des documents publiés par le direction du Trésor et par le Fonds monétaire international pour déplorer le niveau de la monnaie unique.

Cela fait quelques temps qu'Arnaud Montebourg milite pour une dévaluation de la monnaie unique mais ce mardi il va plus loin: il avance un ordre d'idée: 10%. Ce matin d'abord, lors d'une intervention au Medef:

"Dix pour cent, c'est 13 centimes, ce n'est pas la mer à boire et ce n'est pas une dévaluation, c'est le taux de change à l'équilibre par rapport à ce qu'est la réalité de la zone euro", a-t-il dit lors d'un débat avec des dirigeants de la principale organisation patronale française, le Medef.

Puis à la mi-journée sur Canal+, le ministre du Redressement productif a de nouveau déclaré souhaiter "une dévaluation légère" de 10% de l'euro, "nécessaire pour le 'made in France'".

"L'euro n'appartient pas à l'Allemagne"

Le responsable politique soutient qu'une telle mesure permettrait de générer des dizaines de milliers d'emplois:

"Dans le projet de Loi de Finances, la direction du Trésor a écrit un paragraphe très intéressant", a rappelé Arnaud Montebourg. "Si l'euro était dévalué de 10% (...) nous gagnerions 150.000 emplois supplémentaires", a-t-il insisté à l'antenne de la chaîne cryptée.

Dans la matinée au Medef, le ministre s'en était pris à Bruxelles:

"L'Union européenne, c'est la dureté monétaire et la dureté budgétaire". "Qui peut dès lors s'étonner que l'Union européenne soit aujourd'hui en situation de récession quand toutes les régions du monde connaissent ou reconnaissent la croissance?"

Avant de poursuivre: "L'euro n'appartient pas à l'Allemagne. Il appartient à tous les membres de la zone euro. Et nous en avons une part de propriété et nous avons à dire les choses", a-t-il insisté, deux jours après des déclarations du ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, assurant que la monnaie unique n'était pas surévaluée. Le ministre a cité un rapport récent du Fonds monétaire international (FMI), qui demande une politique monétaire plus souple en zone euro. "Ce qui m'amuse un peu, c'est que même le FMI le dit. Vous voyez un peu le gauchisme très dangereux du FMI", a-t-il ironisé.

"C'est un peu facile..."

De son côté, lors d'une interview accordée à Reuters cette après-midi, la ministre du Commerce extérieur a soutenu que la force de l'euro, "c'est un vrai problème pour les entreprises qui y sont confrontées mais ça ne doit pas être l'arbre qui cache la forêt".

"L'euro ne doit pas être une excuse pour ne pas rattraper notre retard de compétitivité. C'est un peu facile de dire : 'c'est la faute de l'euro'. Non ! C'est nous qui devons trouver les solutions à notre handicap de compétitivité, compétitivité-prix et compétitivité-hors prix", a-t-elle ajouté.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2013 à 14:56 :
S'il y a un point avec lequel je suis d'accord avec lui , c'est bien celui là (sauf les 10% ? ) Quelques Etats appartenant à l'Europe mais n'ayant pas l'euro ,monnaie unique , ont une situation économique assez comparable , mais au moins ils conservent leur liberté et n'ont pas la possibilité de se "défausser" sans cesse sur Bruxelles Certes les produits importés coûteront plus chers , mais les exportations vont se développer aussi , de même la coopération Pour palier les effets destructeurs de la prochaine crise de l'euro qui se profile (ou chaque devra "subir"la crise ) compte tenu aussi des Etats qui profitent de la situation et vont donc refuser toute dévaluation ,reste alors la sortie de l'euro La question : qui osera "tirer " le premier ?
a écrit le 01/11/2013 à 0:09 :
et si ...........
a écrit le 31/10/2013 à 20:31 :
10% de devaluation cela Vas nous couter conbien en plus pour payer la facture de petrole... Vraiment une tres mauvaise Idee.... Pauvre France.
Réponse de le 02/11/2013 à 13:08 :
exact , la devaluation encourage les exportations , ce qui est bénéfique d'un coté est moins de l'autre car elle renchérie les importations et les matières premières fossiles ( pétrole- gaz ) c'est aussi pour cette raison que les ménages sont pénalisés , au japon déjà la dévaluation du yen fait des degats et ils se feront ressentir dans le semestre prochain , la dévaluation n'est pas une panacée loin de là , vous gagnez par cette astuce des gains de productivité mais qu'est ce qui empêchera les autres d'en faire autant ? , dans les années 70 le SME qui était l'ancêtre de l'euro ( panier de devises ) on dévaluait a l'époque le franc , la peseta et la lire a foison alors que les allemands avaient le coté bénéfique avec un mark fort .. mais la mémoire reste sélective meme de la part d'un ministre ..
a écrit le 31/10/2013 à 18:26 :
La dévaluation de l'euro de 10 % , ce n'est pas Mr .Montebourg , qui en l'auteur !
Mais un industriel ............
a écrit le 31/10/2013 à 17:27 :
Bien oui mon capitaine , autant prendre le Francs pour résoudre tous les problèmes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :