Ecotaxe : les aménagements possibles

 |   |  300  mots
Marylise Lebranchua précisé que l'on allait vers une taxe poids lourds qui sera différente en fonction des régions, très péninsulaire et sans autoroute
Marylise Lebranchua précisé que l'on allait "vers une taxe poids lourds qui sera différente en fonction des régions, très péninsulaire et sans autoroute" (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement, qui a suspendu mardi l'application de l'écotaxe, étudie les pistes pour aménager ce projet, telles que l'exonération pour certaines régions et certains secteurs.

Alors que Jean-Marc Ayrault a suspendu mardi après-midi l'application de l'écotaxe suite aux violents mouvements de contestation dans le Finistère, la ministre de la Réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la fonction publique, Marylise Lebranchu a expliqué, plus tard dans la soirée sur Europe 1, que quelques aménagements étaient à l'étude.

Une taxe au cas par cas, suivant la région

L'élue du Finistère a ainsi précisé que l'on allait "vers une taxe poids lourds qui sera différente en fonction des régions, très péninsulaire et sans autoroute":

"Ce qu'a dit le Premier ministre est très clair. Il veut qu'on mette tout sur la table, qu'on sorte par le haut, qu'on voit effectivement peut-être diminuer fortement ou exclure un certain nombre de transports de cette taxe poids lourds (...) en Bretagne d'abord, dans d'autres endroits peut-être"

Une taxe différente en fonction des secteurs

Par ailleurs, outre les branches agricole et agroalimentaire, "d'autres secteurs vont peut-être entraîner une réécriture de cette taxe", a assuré la ministre avant de rappeler que le Premier ministre n'avait fixé aucun délai quant à la suspension de cette taxe:

"On verra dans quelques semaines ou mois comment on avance compte tenu du contexte".

Pour l'heure, les pistes envisagées porteraient notamment sur une possible exonération pour les transporteurs agricoles (bétail et carcasses) pour les trajets de moins de 50 kilomètres, ainsi que pour les véhicules appartenant aux exploitations agricoles, pour les trajets de moins de 100 kilomètres, sans toutefois pénaliser les transporteurs.

Autre possibilité: faire figurer le coût de l'écotaxe sur les factures, afin que les transporteurs puissent le répercuter à la grande distribution.

Pour écouter un passage de l'interview:

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2013 à 20:11 :
La seule logique ici, c'est une prime aux casseurs. Une taxe semble bien etre le seul moyen , dans ce cas, de faire valoir l'intérêt de la majorité, de limiter les nuisances et la pollution des transports.. Si on commence a exonérer les mécontents, on n'est pas près d'arriver a quelque chose.
a écrit le 31/10/2013 à 17:24 :
Votez vert aux prochaines élections pour que les taxes reviennent avec plein de nouvelles autres !
a écrit le 31/10/2013 à 12:44 :
plus d'argent dans la caisse mais on prévoit des cadeaux(et pas aux plus pauvres)
Réponse de le 31/10/2013 à 17:25 :
pourquoi les caisses sont vides ? on donne les interets sur les dettes aux banques, vous savez combien ?
a écrit le 31/10/2013 à 10:57 :
Alors à quand la vignette automobile dont le montant pourrait être calculé à partir de l'année d'achat de la voiture, du controle de polution ( rejets échappement, fuites d'huile ou autres souillant le sol, poussières et particules nocives diverse...lors d'un controle technique.
Aux écologistes de bureaux ....SALUT
Réponse de le 31/10/2013 à 11:56 :
A jamais, on a mit tant d'année a s'en débarrasser et des blaireaux comme vous osent nous la reproposer.
Réponse de le 31/10/2013 à 12:12 :
Il ne faut pas trop leur en demander aux écolobobos tranquillement assis sur leur siège de député européen car comme l'Europe, l'écologie c'est plus un concept qu'un projet politique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :