Et si les chefs d’entreprise prenaient le pouvoir ?

 |   |  495  mots
Les élections municipales se tiendront les 23 et 30 mars 2014
Les élections municipales se tiendront les 23 et 30 mars 2014 (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour canaliser l’exaspération des entrepreneurs, la CGPME appelle les entrepreneurs à se lancer dans l’aventure politique lors des prochaines élections municipales en mars prochain.

Et si les chefs d'entreprises prenaient le pouvoir ? Alors que le gouvernement ne compte aucun chef d'entreprise dans ses rangs, que le nombre de parlementaires dirigeants d'entreprises est très faible, les entrepreneurs n'auraient-ils pas à intérêt à s'investir davantage dans le combat politique ?

La CGPME en est convaincue. Pour calmer l'exaspération des chefs d'entreprises, la Confédération appelle ce jeudi les entrepreneurs à tenter l'aventure.

" Patrons de PME et de TPE, artisans, commerçants donnent de la voix pour manifester leur exaspération ou appeler au secours. Confrontés à une fiscalité changeante devenue quasiment confiscatoire, à des règlementations tatillonnes, ils sont excédés. Eux qui, chaque jour, dans leur entreprise sont habitués à agir, ils ne comprennent pas que d'autres décident à leur place qui ils doivent embaucher, où ils doivent investir et pourquoi l'argent qu'ils gagnent si durement doit leur être confisqué ", explique la Confédération dans un communiqué.

Selon une étude de l'Institut de recherches économiques et fiscales (IREF) datée de janvier 2013, entre 3% et 5 % des députés et 6 % des sénateurs sont des chefs d'entreprises.

La fiscalité est dans le viseur

Sans surprise, la fiscalité est l'angle d'attaque de la CGPME, expliquant que les chefs d'entreprises "

n'acceptent plus le niveau actuel des charges sociales qui rend si difficile de recruter dans un pays qui compte plus de 3 millions de chômeurs. Ils ne tolèrent plus d'être toujours davantage mis à contribution alors que le secteur public - et la suppression de l'unique jour de carence dans la fonction publique vient d'en faire l'éclatante démonstration - renforce son statut de secteur protégé. Ils sont las d'être régulièrement montrés du doigt, sans cesse contrôlés, toujours suspectés, eux qui respectent les règles que d'autres bafouent en toute impunité ",

poursuit l'organisation patronale, citant la fiscalité rétroactive, les dispositifs à géométrie variable décidés puis retirés des lois de finances.

Eviter le chaos

S'agit-il de mettre de l'huile sur le feu et de faire revivre une certaine forme de poujadisme ? La Confédération s'en défend bien.

" Cette situation justifie-t-elle la grève des impôts ou le refus de s'acquitter des cotisations sociales ? La réponse est non. Ce n'est ni notre culture, ni notre intérêt. Croire que du chaos peut naître la solution, c'est au mieux faire preuve d'une grande naïveté et, au pire, jouer à l'apprenti sorcier ".

" Agir là où se prennent les décisions "

Dans ce contexte, la CGPME lance un appel aux chefs d'entreprise pour qu'ils se mobilisent en se portant candidat sur les listes électorales lors des prochaines élections municipales les 23 et 30 mars prochain. " Il nous faut agir là où se prennent les décisions. Le reste n'est que littérature ", conclut la CGPME.

 

>> Pour aller plus loin : Retrouvez l'interview de Denis Payre, entrepreneur qui se lance en politique, à la Tribune des Décideurs

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2013 à 14:34 :
C'est déjà le cas le gouvernement en encore plus la CEE sont sous la très forte influence des lobbys de toutes sortes .
a écrit le 23/11/2013 à 11:13 :
Les chefs d'entreprises sont des citoyens comme les autres et nous en avons besoin comme ils ont besoin de nous. Et je pense effectivement que l'on aurait besoin d'une société dont ses représentants sont issus de tous les métiers, nous serions pas là, à regarder les trains qui passent des grandes idéologies qui ont appauvri notre pays .
a écrit le 22/11/2013 à 19:35 :
ministre de la justice:serge dassault
ministre des finances:jean marie messier
ministre du budget:bernard tapie
ministre du logement:martin bouygues
a écrit le 22/11/2013 à 12:44 :
C'est fait depuis 40 ans et ont peut voir le brillant resultat.
a écrit le 22/11/2013 à 12:37 :
Coooonnerie tout cela! Le probleme des entrepreneurs reside dans la charge que represente la gestion d´une affaire. Cette charge est de plus en plus tuante et il ne reste plus deressources physiques au patron de se consacrer a une action publique d´envergure.
a écrit le 22/11/2013 à 11:00 :
Ben, on en a déjà eu. Et c'était pas spécialement plus brillant. Et il me semble que Cahuzac l'était, même si ce n'était pas une usine de voitures qu'il dirigeait.
Le bon moyen d'éclaircir l'horizon du recrutement en politique est déjà d'obliger un fonctionnaire à démissionner de sa fonction une fois élu. Cela calmerait les enseignants, les "mis en dispo" des grands corps d'état, les chefs de service d'hôpital public... Ensuite, la suppression du Sénat. Parce que cela ne motive pas trop de se taper les navettes parlement-Sénat pour les même sujets. De même, le non cumul de manière stricte. Comme cela, le volontaire de la société civile pourrait voir à un horizon pas trop lointain, son retour dans la vraie vie. Et enfin, une auto-limitation de la frénésie de textes, mal français, permettant de concilier des débats enfin utiles pour élaborer un cadre règlementaire et une présence plus nette des participants.
a écrit le 22/11/2013 à 9:41 :
Ce qui est bon pour GENERAL MOTOR, est bon pour l'AMERIQUE, disait TAYLOR.
Regardez l'industrie l'automobile aux states et vous comprendrez sont raisonnement!
a écrit le 22/11/2013 à 8:05 :
L'entreprise c'est le développement, personnel, professionnel, la gestion d'un budget, des décisions dont on mesure les conséquences (la responsabilité)
La politique "du moment" c'est le développement de l'illettrisme avec le plus grand nombre d'enseignant par élève dans le monde, c'est le développement du chômage, c'est le développement des subventions, c'est le développement de la dette et l'appauvrissement General, c'est la dictature par l'assistanat et l'irresponsabilité galopante, et pour finir, la volonté de détruire les fondamentaux du peuple "France"
Mon choix est vite fait
a écrit le 21/11/2013 à 23:06 :
Un pays n'est pas une entreprise. Et heureusement. Un pays est infiniment plus complexe, infiniment plus résilient.
Cette idée d'associer "entreprise" (profits) et "nation" (résilience) est tellement stupide et dans la droite ligne de la doxa ambiante qu'elle en fait tordre de rire Charles de Gaulle, Louis XIV et François Ier réunis.
Les chefs d'entreprise n'auront jamais le pouvoir, un pays ce n'est pas cela.
Réponse de le 23/11/2013 à 1:43 :
"C'est vrai qu'il est tellement mieux d'avoir François Khadafi au sommet de l'état."

Ou Nicolas Hitler.

Mais il est vrai que j'ai une tendresse coupable pour un petite Marine Staline: tant qu'à faire dans le stupide, autant y aller à fond les panzers!
a écrit le 21/11/2013 à 21:09 :
Bonne initiative le pays à besoin de gestionnaires venu'du privé pour limiter le nombre de maire issu de la fonction publique
Réponse de le 22/11/2013 à 8:15 :
quand on voit comment certains dirigent leurs entreprises il ne vaut mieux pas . les "patrons" qui ont eu des responsabilités gouvernementales n'ont pas brillé .
a écrit le 21/11/2013 à 20:01 :
La république n'appartient pas plus aux patrons qu'aux éleveurs de volaille ou aux garçons coiffeurs. Le mélange des genres entre syndicalisme et politique est une gageure. Un groupement destiné à la protection des droits d'une catégorie professionnelle n'est pas légitime à exercer le pouvoir au nom de tous.
Réponse de le 22/11/2013 à 8:46 :
c'est pourtant ce que nous avons depuis des années, des politiciens élus pour défendre les intérêts de certaines catégories ou population au détriment des autres citoyens.
la seule solution serait de limiter les droits des élus et d'augmenter les droits des citoyens.
Réponse de le 22/11/2013 à 11:12 :
Vous avez une arme de destruction politique massive qui s'appelle le bulletin de vote et vous avez quelques garanties qui peuvent vous permettre de l'exercer sans crainte de représailles. La constitution vous accorde même la liberté de faire connaître votre opinion et de rallier d'autres personnes, voire de vous associer pour la faire connaître et appliquer. Profitez en tant que vous pouvez encore, si le FN arrivait un jour au pouvoir, ça pourrait changer. Les élus ont les droits que la loi et vous-même leur laissez, vous êtes responsable si votre maire est un incapable malhonnête et qu'il est réélu.
a écrit le 21/11/2013 à 19:55 :
On pouvait penser que les chefs d'entreprise, c'était fait pour entreprendre et diriger une entreprise. C'est sans doute une nouvelle vocation. Les lobbies ne seraient donc pas assez efficaces ?
Réponse de le 21/11/2013 à 22:26 :
et les profs, ils sont faits pour etre ministre ?

C'est débile comme commenatire
Réponse de le 23/11/2013 à 1:44 :
>fda

"et les profs, ils sont faits pour etre ministre ?" Pas moins que les plombiers, les informaticiens, les mathématiciens, les cadres supérieurs ou les médecins....
a écrit le 21/11/2013 à 19:38 :
En tout cas moi j'adhère à ce discours. J'en ai MARRE d'être pris pour un pigeon depuis 20 ans que je travaille 70 heures par semaine pour finalement payer pour le confort des autres. Payer pour la solidarité OUI, payer pour les fainéants qui partent à la retraite à 50 ans à peine NON !
Réponse de le 21/11/2013 à 20:35 :
Et je n'inclus pas les repas d'affaires, les week-end d'affaires, les invitations à des chasses d'affaires, le temps passé avec des hotesses d'affaires, etc
Réponse de le 21/11/2013 à 22:52 :
Si tu bosses 70 heures par semaines depuis 20 ans pour être payé comme un pigeon, c'est que t'es un vrai pigeon.. au sens premier du terme. Quant à ceux qui partiraient à la retraite à 50 ans à peine, je n'en connais pas. Ca n'existe plus depuis longtemps. Elixir, il est temps de repenser ta vie.
Réponse de le 01/12/2013 à 11:05 :
Si cela existe , Hidalgo ,mairie de Paris, à 51 ans , actuellement avec ses petits jobs annexes: 8100 Euros / mois. Voir Web hidalgo retraite. . c'est pas un pigeon, elle ! Vous faites mieux ?
a écrit le 21/11/2013 à 19:02 :
Le problème est que les élus conçoivent la politique comme une carrière. De ce fait, ils n'ont aucune expérience, souvent aucune compétence de la vie réelle. S'il n'y avait le copinage, la perte de leurs mandats les conduiraient au rsa.
Réponse de le 21/11/2013 à 22:20 :
Toto vous êtes gentils avec eux , mais ils sont plus malins ils se sont votés dernièrement 6000 euros mensuel de chomage pendant 5 ans en cas de non réélection , donc ne connaitrons jamais les affres de pole emploi et la joie du RSA.
a écrit le 21/11/2013 à 18:18 :
Vous allez énerver le Facteur et également l'ouvrier du Front de gauche .
Réponse de le 21/11/2013 à 18:52 :
Le facteur Besancenot est un assisté comme Melenchon qui ne voyage qu'en 1ère.
Réponse de le 23/11/2013 à 2:40 :
et la famille le pen, c'est pas des millionnaires ?
a écrit le 21/11/2013 à 18:07 :
Ils ont déjà pris le pouvoir, ils engraissent les politiques qui sont à leurs bottes.
Réponse de le 21/11/2013 à 18:43 :
On est d'accord. Les politique se font engraisser par les riches qui gagnent plus de 2000 euros par mois.
a écrit le 21/11/2013 à 17:53 :
Nouvelle gouvernance de la France, des gens responsables, suppression de tous les partis, la FRANCE va retrouver sa prospérité .Vives les municipales.
a écrit le 21/11/2013 à 17:47 :
ca serait la fin du monde !
a écrit le 21/11/2013 à 17:26 :
Qu'ils s'y essaient, qu'on rigole. Ils vont vite apprendre qu'un homme politique c'est comme un chef d’entreprise qui ne contrôlerait ni ses rentrées d'argent, ni ses sorties obligatoires, qui n'aurait quasiment aucun pouvoir sur ses "collaborateurs", qui devrait rendre des comptes à tout le monde (et à la presse) en permanence et quasiment 24/24 7/7, qui pourrait être viré comme un malpropre par ses "clients" tous les 4 ou 5 ans, qu'on rendrait comptable et responsable de tout... C'est bien plus confortable d'être patron, sans compter qu'lis risquent d'être très décus par les indemnités. Pour un millier des parlementaires bien doté, il y a des centaines de milliers de maires, adjoints, conseillers qui ne touchent pas beaucoup mieux que le SMIC.
Réponse de le 21/11/2013 à 18:00 :
Vous paraissez être le seul à avoir un peu de jugeote sur ce site. Çà fait du bien..
Réponse de le 21/11/2013 à 18:25 :
Et la retraite a vie après 5 ans a sécher les bancs de l'Assemblée Nationale ?
Réponse de le 21/11/2013 à 18:28 :
Exact; mais, rassurez vous, ils ne vont même pas essayer !
Réponse de le 21/11/2013 à 18:29 :
Exact; mais, rassurez vous, ils ne vont même pas essayer !
Réponse de le 21/11/2013 à 18:45 :
Un homme politique n'a jamais travaillé dans sa vie. Il a étudié a l'ENA. Ça le dispense de devoir travailler.
Réponse de le 21/11/2013 à 19:36 :
Essayez de réussir le concours de l'ENA, on en reparlera ensuite. Mais vu que vous confondez la fonction d"élu et celle de fonctionnaire de haut niveau, ca n'a aucune chance d'arriver.
Réponse de le 22/11/2013 à 16:55 :
À la lecture de votre commentaire on est rassuré vous non plus, vous êtes loin d'y arriver et en plus vous donnez des leçons à dix balles, là c'est le pompon.
a écrit le 21/11/2013 à 17:22 :
Oui, mais lesquels? Ceux qui ont adhéré aux pratiques du capitalisme/socialisme de connivence? Ceux qui sont nommés pour services rendus? Ou des entrepreneurs?
a écrit le 21/11/2013 à 17:13 :
Bravo pour l'initiative. Ils faut virer tous ces politiques qui nous saignent tous les jours pour conserver leurs privilèges. Ou est l'équité et la justice sociale de ces rentiers du système ?
a écrit le 21/11/2013 à 17:04 :
Peut importe ... c'est surtout la mode de gestion des villes et communes qu'il faut réformer .... actuellement une équipe municipale ... décide d'un projet ... et hausse de l’imposition pour le payer ... ! Il faut instaurer une sorte de garde fou ... afin d'éviter des projets pharaoniques dont l'utilité est discutable ...payer par le contribuable !
Réponse de le 22/11/2013 à 10:43 :
Les projets sont débattus dans les conseils municipaux et l'opposition a droit d'information et de proposition. Pour beaucoup de projets d'aménagements les mairies ont une obligation légale d'information et de consultation des populations qui ont le droit de faire connaître leur opinion. Et si une équipe passe outre les recommandations de sa population elle peut se faire éjecter aux élections suivantes. Ca s’appelle la démocratie et ca n'a rien à voir de près ou de loin avec le fonctionnement d'une entreprise. Des patrons qui ont coulé des boites avec des projets pharaoniques on en connait des centaines avec pour certaines des milliers d'emplois perdus et en général les employés ont perdu leur retraites aussi, Enron, Worldcom, Vivendi, LCL, bear sternes...
a écrit le 21/11/2013 à 17:00 :
Ce serait une bonne chose ce sont les seuls qui ont l'experience.
a écrit le 21/11/2013 à 16:36 :
100% d'accord il est temps d'avoir de vrais gestionnaires au lieu des distributeurs de subvention;
Réponse de le 22/11/2013 à 16:58 :
S'ils gèrent l'état comme les entreprises on est mal parti. Résultat ils s'engraisseront encore plus ne soyons pas naïfs ça changerait un peu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :