En France, la production industrielle se contracte

 |   |  297  mots
Le secteur manufacturier enregistre peu de nouvelles commandes
Le secteur manufacturier enregistre peu de nouvelles commandes (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'indice PMI d'activité dans le secteur manufacturier a chuté à 47 points en décembre en France. Une situation qui contraste avec le reste de la zone euro où l'indice est en hausse.

Ce n'est pas une bonne nouvelle pour ce tout début d'année. L'indice PMI (Purchasing Managers Index) d'activité dans le secteur manufacturier en France a reculé en décembre à son plus bas niveau depuis sept mois, confirmant son décrochage d'avec le reste de la zone euro, a annoncé ce jeudi 2 janvier Markit, la société qui le calcule.

Peu de nouvelles commandes

Une valeur inférieure à 50 % indique une contraction de l'activité d'un secteur, alors qu'une valeur supérieure à 50 % indique une expansion de celui-ci. Or, "les fabricants français signalent une nouvelle détérioration de la conjoncture dans le secteur manufacturier français en décembre. L'Indice des Acheteurs PMI se replie de 48,4 en novembre à 47,0", a indiqué Markit, qui souligne que "les replis de la production et des nouvelles commandes se renforcent", tandis que "le recul de l'emploi s'accélère".

Selon Jack Kennedy, économiste chez Markit, "le secteur manufacturier français termine l'année 2013 sur une note décevante", et "les entreprises interrogées mentionnent un climat d'incertitude persistant". Selon lui, un "retournement de situation ne se profile pas encore à l'horizon".

La situation française contraste avec le reste de la zone euro

France Les données françaises contrastent avec les enquêtes menées par Markit dans le reste de la zone euro, et qui ont également été publiées ce 2 janvier..

L'indice PMI d'activité dans l'industrie de l'ensemble de la zone euro a ainsi grimpé en décembre à son plus haut niveau depuis 31 mois (52,7 contre 51,6 en novembre), porté par une performance toujours solide de l'Allemagne, ainsi que par des rebonds en Grèce et en Espagne.

"La France a évolué en sens contraire", a souligné Markit, qui rappelle qu'il s'agit de la 22ème contraction consécutive de l'indice pour le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2014 à 18:18 :
Depuis quarante ans les français ont soigneusement évité les hommes politiques compétents et courageux. L'état d'esprit de compatriotes est enfin en train de changer...donc gardons l'espoir et bonne année à tous !
a écrit le 03/01/2014 à 13:17 :
Part de l'industrie dans la valeur ajoutée:
France 10%
Moyenne UE 17 %
Italie 17 %
Allemagne 22%
Tout est dit!
a écrit le 03/01/2014 à 12:08 :
Réellement ! LT écrivait le 07/11/2013 : "Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a reconnu, mercredi, que 15.000 emplois industriels avaient été supprimés depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir."
Une semaine plus tard (14/11/13) l’insee publiait une estimation flash de l’emploi salarié du troisième trimestre 2013 qui disait que sur un an (T3 2012 à T3 2013) 58 800 emplois ont été détruits dans l’industrie seule. Le problème, Le 07/11 la gauche était déjà au pouvoir depuis 18 mois ! Donc, il s’agit d’une certitude qu’environ 100 000 emplois ont été détruits depuis et non pas 15 000. Voici la blague de l’année 2014 : Mr Montebourg est toujours ministre du même ministère au titre poétique qui n’existe qu’en France. Les français sont un peuple exceptionnel (culturellement) pour accepter un farceur de telle qualité que Montebourg dans les rangs du gouvernement. C’est un pays doux avec un douce (docile ?) population.
a écrit le 03/01/2014 à 10:53 :
En fait, il n'y a que Flamby qui est décontracté
a écrit le 03/01/2014 à 6:14 :
La France n'est pas un "jardin extraordinaire" comme le chantait Charles Trenet mais bel et bien un "pays extraordinaire". Qu'on en juge : en France ceux qui votent les taxes et impôts prennent le plus grand soin en ne pas en payer eux-mêmes (indemnités non-imposables). En France, celui ou celle qui par miracle réussit a immédiatement droit à un impôt supplémentaire l'ISF ( pour bien lui faire comprendre qu'il valait mieux qu'il aille exercer ses talents ailleurs). En France, la profusion des radars sont là pour dissuader les braves bougres de se rendre trop vite à leur travail et les inviter plus volontiers à rester bien au chaud chez eux (Ca leur coûtera bien moins cher que de se faire flasher une ou deux fois dans journée). En France toujours, on encourage les touristes étrangers à venir visiter notre beau pays en leur faisant payer une taxe de séjour dès le premier jour sur le sol français. L'exception française est bien réelle, non ? le résultat tout le monde le connait : que du bonheur !
Réponse de le 03/01/2014 à 9:49 :
"en France ceux qui votent les taxes et impôts prennent le plus grand soin en ne pas en payer eux-mêmes"... D'un côté vu que ces personnes ne créent strictement aucune richesse, il est assez logique qu'il ne paye rien. C'est vrai quoi !?
Réponse de le 03/01/2014 à 10:19 :
"En France, la profusion des radars sont là pour dissuader les braves bougres de se rendre trop vite à leur travail et les inviter plus volontiers à rester bien au chaud chez eux (Ca leur coûtera bien moins cher que de se faire flasher une ou deux fois dans journée)". On a trouvé la solution au chomage supprimer les radars comme ça les gens seront encouragés à travailler. Moi personnellement j'y vais à pied au travail
Réponse de le 03/01/2014 à 11:24 :
vous vous trompez enfin non vous le savez : le seul moyen d'être riche en France c'est d'hériter ! il est là le mal francais !
Réponse de le 03/01/2014 à 14:04 :
Oui, mais une majorité des français a crue en des gouvernants qui ne savent pas gérer une économie. Et maintenant, les memes qui ont augmentés les impots annoncent qu'ils vont les baisser !!!!!!
Pour qui prennent ils les français ?
A suivre
Réponse de le 03/01/2014 à 17:54 :
Nous allons devenir tous des "Clochards"
les seuls pays qui créent des emplois payent leurs ouvriers et employés 1/3 des salaires Ouvriers Français
la classe bourgeoise aux commandes ne dit pas la vérité elle a peur d'émeutes qui tournent à la Révolution.
a écrit le 03/01/2014 à 1:56 :
La croissance, c est pas le PIB inflationniste ou le PMU, on joue la société au casino de la petite dette qui monte?
a écrit le 03/01/2014 à 1:50 :
On joue à Keynes a dit? Alors quenouille pour la croissance! Les grenouilles dégonflent? Bernike, zéro! Rho le gouvernement parle d aider les entreprises? On parle aussi du déclin... ou de Dugesclin, fromager subventionné! L Etat accoure pour restaurer la croissance par la dépense, c'est formidable!
a écrit le 02/01/2014 à 22:43 :
Ce président nous a déjà fait perdre bientôt deux ans. Et maintenant il voudrait nous faire croire que la solution c'est ce qu'il a toujours combattu au motif qu'il n'y avait pas de crise. Quel amateur incapable
a écrit le 02/01/2014 à 21:46 :
On peut applaudir Montebourg le ministre du soit-disant "Redressement Productif" et ses chefs. L'industrie en France décroche et ce ministre ne trouve rien de mieux que de publier un calendrier soulignant les succès de son action. Pitoyable.
Réponse de le 03/01/2014 à 11:53 :
Réellement ! LT écrivait le 07/11/2013 : "Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a reconnu, mercredi, que 15.000 emplois industriels avaient été supprimés depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir."
Une semaine plus tard (14/11/13) l’insee publiait une estimation flash de l’emploi salarié du troisième trimestre 2013 qui disait que sur un an (T3 2012 à T3 2013) 58 800 emplois ont été détruits dans l’industrie seule. Le problème, Le 07/11 la gauche était déjà au pouvoir depuis 18 mois ! Donc, il s’agit d’une certitude qu’environ 100 000 emplois ont été détruits depuis et non pas 15 000. Voici la blague de l’année 2014 : Mr Montebourg est toujours ministre du même ministère au titre poétique qui n’existe qu’en France. Les français sont un peuple exceptionnel (culturellement) pour accepter un farceur de telle qualité que Montebourg dans les rangs du gouvernement. C’est un pays doux avec un douce (docile ?) population.
a écrit le 02/01/2014 à 21:42 :
Pas étonnante cette situation. pour ma part, je ne peux plus consommer comme avant. tout passe dans le loyer, les impôts, l'alimentaire de plus en plus cher .. maintenant, c'est serrage de ceinture ou alors j'achète en occasion...
a écrit le 02/01/2014 à 20:38 :
sur ce sujet on n'entend pas "élu ps"...il est probablement en train de lire "l'économie pour les nuls" chapitre 2...
Réponse de le 03/01/2014 à 12:28 :
Et non élu Ps est un troll de l'UMP et seuls les naïfs ne l'ont pas compris !
Réponse de le 03/01/2014 à 16:20 :
Exact, je m'étonne de la naïveté de certains sur ce forum...
a écrit le 02/01/2014 à 19:17 :
Si nous n'avions pas ce pacte que nous avons entre gouvernement, instituts de sondage, presse et médias en sorte de toujours embellir notre situation, relativiser les données et créer des bonnes expectatives il est vrai que notre pays ne serait peut-être plus dans la zone euro et dans une conjoncture encore plus difficile. Nous avons le savoir-faire de comment vendre la peau avant d'avoir tué l'ours, mais la question qui se pose c'est pour combien de temps ça peut encore durer cette situation.
a écrit le 02/01/2014 à 19:08 :
merci l'euro !!!
a écrit le 02/01/2014 à 18:42 :
Et ce n'est pas fini, vous inquiétez pas le gouvernement va accentuer la situation....Bonne chance
a écrit le 02/01/2014 à 18:25 :
Logique avec la politique menée, et une administration folle!
a écrit le 02/01/2014 à 17:56 :
La TVA sociale a été reçue sans courage poltique alors elle se mettra en route en douce c'est à dire lentement mais surement et beaucoup trop lentement pour être effficae à court terme et nous aurons perdu sur tous les plans par manque de discernement et lâcheté
Réponse de le 02/01/2014 à 18:26 :
C'est sûrement la faute à Sarko !
Réponse de le 03/01/2014 à 17:08 :
Ce n'est pas le seul Sarkozy responsable,mais cet ensemble d’intervenants,qui depuis plus de 30 ans ne comprend rien à l"économie.
avec la sncm ou l'ouverture du Dimanche ou les indemnités des intermittents,nous avons encore la preuve de l'incroyable exception Française. !!!!
alors OUI pour donner un sens à sa vie ,délocaliser et sortir de cet enfer est la meilleure solution.
a écrit le 02/01/2014 à 17:56 :
La TVA sociale a été reçue sans courage poltique alors elle se mettra en route en douce c'est à dire lentement mais surement et beaucoup trop lentement pour être effficae à court terme et nous aurons perdu sur tous les plans par manque de discernement et lâcheté
a écrit le 02/01/2014 à 15:35 :
A relativiser quand on sait que l'indice pmi est un indice de confiance des directeurs d'achat d'un panel d'entreprises (surtout dans un pays pessimiste comme le notre) . D'un autre côté on assiste à une forte hausse des immatriculations automobile en décembre. Il y a donc des signaux contradictoires.
Réponse de le 02/01/2014 à 17:04 :
Détrompez-vous,l'indice est fiable.D'autant que les produits manufacturés sont devenus une rareté.
La France est devenue,comme le craignait le Général De Gaulle, un vaste ZOO;
Sortir de là va demander des efforts,de la réflexion,et une implication,que les latins ne possèdent pas sans contrainte.
a écrit le 02/01/2014 à 14:30 :
baisse des salaires pour relances la machine vite comme chez les autres. pauvre europe
Réponse de le 03/01/2014 à 11:26 :
sortir de l'euro est la seule solution
a écrit le 02/01/2014 à 12:27 :
Mais qui l’aurait cru ??
Le PMI manufacturier au plus haut depuis longtemps.
Très forte progression de la production et des commandes rentrantes ; ainsi l’emploi repart.
Ce sont des bonnes nouvelles ; pour l’Allemagne et l’Italie. Et pour tous les pays européens ; exception Grèce, où le PMI progresse mais reste inférieur au seuil de croissance (50).
Pour la France, c’est très différent et à tous niveaux :
Points clé selon markit :
Indice PMI chute à un plus bas de 7mois. (à un niveau bien inférieur à 50)
Les replis de la production et des nouvelles commandes se renforcent.
Et puis :
Le recul de l’emploi s’accélère
Cette enquête des intentions d’achats est étroitement corrélée avec l’évolution du PIB (et de l’emploi). Elle est actuellement le meilleur moyen pour permettre des prévisions à court termes de croissance.
Ce qui est intéressant et choquant, c’est le déni de la réalité qui nous a été présenter au sujet de "croissance" au fil de l’année 2013 par les différentes institutions étatiques françaises. Les derniers scoops : La bdf nous a promis un +0.5 % au dernier trimestre 2013 et l’INSEE un + 0.4 % pour pouvoir espérer afficher une croissance (de +0.2 %) en 2013. Le problème :
Il y aura un 4eme trimestre décevant et en réalité le PIB régressera en 2013 très probablement encore une 2eme année de suite (comme en 2012).
Pendant que les dépenses publiques vont allègrement dépasser la barre de 57 % (au moins un record !). Facteur stabilisant pour l’emploi (aidé), les investissements (publiques), la consommation (redistribuée), mais qui sera accompagner par un nouveau record en 2014 : l’endettement nouveau va exploser tous les records (au moins un record de 173 milliards de nouvelle dette à souscrire, que la méchante finance nous soit clémente !!) et puis cette dette atteindra en 2014 des nouveaux record en termes absolus.
Réponse de le 02/01/2014 à 13:28 :
C'est très précisément pour l'excellente raison que l'euro cher va comme un gant à Mme Merkel et à l'économie allemande largement exportatrice HISTORIQUEMENT-en grosses bagnoles et machines outils mais qu'au contraire, la surévaluation de l' euro nous entraine tous les jours vers l'abîme comme le reste des pays logés dans l' Union Européenne. Nous devons sortir de l'UE et dévaluer pour redevenir une économie compétitive, voir, lire, entendre les économistes critiques comme SAPIR , LORDON... etc. D'ailleurs les français l'ont compris qui basculent de plus en plus vers un euroscepticisme marqué, en opposition avec leurs élites censées les représenter ; le coup de Jarnac de Lisbonne n'est évidement pas étranger à cette position éclairée.
Réponse de le 02/01/2014 à 13:36 :
A fortiori en France, où malheureusement l'industrie de fabrication ne pèse plus grand chose, sorti de l'aéronautique et quelques autres secteurs. Les pays très touristiques peuvent avoir un PMI manufacturier horrible et faire tout de même de la croissance.
Réponse de le 02/01/2014 à 15:23 :
Oui, l’évolution du PMI manufacturier n’est pas directement et proportionnellement lié à l’évolution du PIB. C’est bien la catastrophe, car 57 % du PIB dépend des dépenses publiques et celles-ci sont de plus en plus financées par une dette croissante de l’état. Il existe un PMI service et puis composite (les 2); En prenant compte de la dominance de notre puissant état français, le PMI est fortement corrélé aux composantes du PIB (des ses composantes de l’activité privé) Une activité qui disparaît de plus en plus au profit de l’activité publique. Effectivement le PIB dans sa globalité ne régresse que légèrement, malgré une contraction permanente du secteur privé et d’une destruction massive d’emplois. Ainsi le paradoxe est là ; le chômage augmente que lentement et le PIB ne dégrade que peu ; vive l’état qui sera notre (unique ?) source de richesse, l’élixir de vie des français ; bienvenue à la réalité française 2014 ; elle sera un mauvaise année et attendons les mauvaises nouvelles économiques pour 2015. Bonne journée.
Réponse de le 02/01/2014 à 16:51 :
Regardons les chiffres !
La France n'est plus un pays industriel : en termes de poids de l'industrie
dans l’économie derniers ex acquo avec la Grèce au sein de l'UE
Réponse de le 02/01/2014 à 19:17 :
J'aime bien la déresponsabilisation arrogante et pathologique du bon Français: ce n'est pas de notre faute, puisque notre modèle économique et social est parfait, c'est de celle de l'Euro (et de la non harmonisation de cette maudite zone Euro sur nos paramètres fiscaux et sociaux).
a écrit le 02/01/2014 à 12:04 :
le problème de l'indusrie française c'est que nous voulons l'euromark et pas baisser nos salaires ou les charges (quiservent à payer les soins ou les retraites trop fortes). Les italiens, les grecs et les espagnols ont accepté de baisser les salaires. m hollande il va falloir choisir l'euromark ou les salaires et charges
Réponse de le 02/01/2014 à 13:00 :
Si vous êtes tant favorable à la politique exploitatrice de Bruxelles, commencez par vous l'appliquez, acceptez que votre salaire soit réduit de 20, 30% ou 40% (selon les pays de l'Euromiracle) !!!
Réponse de le 02/01/2014 à 14:22 :
Facile : on supprime les 35h et la 5eme semaine de congés payés et la voila la baisse du cout du travail.
P.S. : Pour moi, c'est déjà fait . A vous maintenant.
Réponse de le 02/01/2014 à 18:03 :
vous croyer que ça suffit face à des salariés payé 400 euros par mois comme en allemagne ou face au pays comme la grece ou l'espagne qui baissent leurs salaires avec lleurs 25% de chomage pour être plus compétitifs
a écrit le 02/01/2014 à 12:04 :
C'est une simple conséquence de la politique désastreuse d'Hollande et de l’incapacité des politiques (UMP et PS) à faire les nécessaires réformes.
a écrit le 02/01/2014 à 11:52 :
Comment être surpris ? Un gouvernement qui ne favorise pas le développement industriel et qui taxe pour payer son incompétence en gestion de l'état ne peut que ruiner son pays! Plus de confiance, plus de croissance! Toujours plus d'impôt et toujours plus de décroissance.
A suivre
Réponse de le 02/01/2014 à 11:59 :
Les socialistes perpétuent toutes les erreurs économiques des prédécesseurs de l'UMP Nouveau Centre déguisés en UDI ;

Les socialistes maintiennent toutes les structures parapubliques ruineuses, peuplées de parfaits incompétents flemmards carriéristes, et in finé contreproductives et parfaitement inutiles, crées et mises en place par les prédécesseurs de l'UMP Nouveau Centre déguisés en UDI
Réponse de le 02/01/2014 à 12:10 :
par le passé la france a baissé les charges des entreprises (comme la supprression de la taxe profesionnelle.) y compris pour les entreprises du CAC 40 qui par optimisation fiscale payent peu d'impots. Alors pourquoi malgré ça le chomage a augmenté et l'industrie reculée ??? à suivre
Réponse de le 03/01/2014 à 9:53 :
La taxe pro n'a jamais été supprimée, elle a été remaniée. Par ailleurs, en ce qui concerne le chômage, depuis l'arrivée d'Hollande et l'augmentation des charges et impôts (au moins l'annonce puisque les augmentations vont s'amplifier cette année) le chômage a augmenté plus que jamais alors que la crise est beaucoup moins forte que sous Sarkozy.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :