La confiance des ménages s'améliore (un peu)

 |   |  297  mots
Le moral des ménages a légèrement progressé en décembre 2013, mais reste bien en-dessous de sa moyenne de long terme.
Le moral des ménages a légèrement progressé en décembre 2013, mais reste bien en-dessous de sa moyenne de long terme. (Crédits : reuters.com)
L'indicateur synthétisant la confiance des ménages s'offre un point en décembre, à 85 contre 84 en novembre, mais reste bien en deçà de sa moyenne de long terme calée sur 100.

L'indicateur du moral des Français retrouve ainsi son niveau d'octobre et de septembre, grâce à une inquiétude moindre sur l'évolution du chômage et du niveau de vie dans le pays, selon l'Insee.

"Les ménages sont à nouveau moins inquiets concernant l'évolution future du chômage", détaille l'Institut national de la statistique. "Le solde correspondant perd 10 points en décembre, après avoir augmenté de 15 points en novembre. Il reprend ainsi la baisse débutée à l'été 2013 et se situe 31 points en dessous de son niveau de juin."

Depuis la mi-2007, où l'indice culminait à 107 points en juin, il a dégringolé pour stagner entre 80 et 95 points sous l'effet de la crise.

Les achats importants jugés opportuns

Dans le détail, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée est stable et celle sur leur situation financière personnelle future recule d'un point. Les ménages sont aussi nombreux qu'en novembre à considérer comme opportun de faire des achats importants, trois soldes situés "largement au-dessous de leur moyenne de longue période".

En revanche, deux soldes restent au-dessus de leur moyenne de long terme : l'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne actuelle baisse de deux points et celle sur leur capacité d'épargne future est stable. La proportion de ménages considérant qu'il est opportun d'épargner progresse d'un point, se rapprochant de sa moyenne de longue période.

Une tendance qui ne devrait pas être inquiétée par les récentes annonces du ministre du Budget, Bernard Cazeneuve,et celui de l'Economie, Pierre Moscovici. Ils ont respectivement affirmé qu'ils ne toucheraient pas au produit d'épargne phare, le Plan épargne logement, pas plus qu'au taux déjà "bas" du Livret A.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2014 à 0:30 :
La confiance des ménages n'est certes pas bonne, logique quand on voit l'Etat de l'Europe. Qui peut dire quand on entend que 50% des diplômés ingénieurs sont au chômage et entre 25 et 50% des jeunes dans pays d'Europe nous serions dans des pays humanistes? Ce qu'on fait c'est l'exécution sommaire d'une génération! On parle séquestration des patrons chez goodyear, mais parle-t-on des salariés précaires alors que les fonctionnaires ont carrière à vie? d'ailleurs pas étonnant que cette Europe ne fait pas de croissance! Comment peut-on justifier qu'on propose à nos diplômés des emplois qualifiés d'alimentaires sans aucune qualification. Il existe des ingénieurs à qui l'on demande de distribuer des publicités dans les boîtes aux lettres ou d'autres employés en quart temps précaire dans l'éducation comme éducateur spécialisé? Ce sont les témoignages que l'on relève sur nos diplômés en thèse et en exclusion à vie.
a écrit le 08/01/2014 à 5:44 :
Curieux. Il y a une semaine LA publiait un article disant le contraire.
a écrit le 07/01/2014 à 17:53 :
L'INSEE est un organisme de fonctionnaires de gauche au service du pouvoir. Aucune crédibilité. Les citoyens attaquent leur épargne pour vivre, le chômage monte, la gouvernance est misérable, les entreprises n'investissent pas, la France se disqualifie en Europe et plus loin. Tout flanche. Les consommateurs retrouveraient le moral? Sont-ils fous? Le pire est à venir. Le peuple le sait.
a écrit le 07/01/2014 à 14:03 :
s'ameliore....s'ameliore pas... !? 365 dans une annee...!
a écrit le 07/01/2014 à 13:43 :
En 1972, les ménages n'avaient de dépense d'internet, tel portable, canal +, ipad, etc ...
C'était un tv noir et blanc pour les plus chanceux et une voiture à vie, si ce n'est une simple mobylette.
Manger correctement était la principale préoccupation de la majorité des ménages de 1972.
Réponse de le 07/01/2014 à 15:13 :
Ah, ce n'est pas l'échec du système éducatif français qui fait que les jeunes ont tant de mal à lire, comprendre des textes et à calculer? C'était la malnutrition des parents dans les années 70 qui ont fait des ravages pour le dévéloppement cérébral de la population!
a écrit le 07/01/2014 à 13:24 :
Pour des raisons électorales les projets de nouvelles taxes sont suspendus mais passées les municipales ... Les chiffres indiquent un déficit primaire accru pour 2014. Donc pas de redressement des comptes possible a moins de ponctionner de nouveaux les derniers mohicans qui restent .
a écrit le 07/01/2014 à 13:04 :
mon conseiller CA ma confirme que la decision de la supression de la prime de 1500 euros sur les pel serait effective le 01 06 2014 par decret avec effet retroactif au 01 07 2013 (ceux qui en ont profites devrait rembourser le montant au tresor public)
a écrit le 07/01/2014 à 13:02 :
Alors, François, vous voyez la courbe du moral des ménages depuis 1972: Dites-nous, elle s'est inversée? Faîtes-nous une petite analyse; histoire de nous remonter le moral....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :