Baisse du coût du travail : Pierre Gattaz (Medef) veut une rapide clarification

 |   |  682  mots
Pierre Gattaz, président du Medef veut très vite une clarification sur l'amplueur des allègements de cotisations annoncés par François Hollande
Pierre Gattaz, président du Medef veut très vite une clarification sur l'amplueur des allègements de cotisations annoncés par François Hollande (Crédits : Reuters)
Le président du Medef attend de François Hollande de rapides clarifications sur le montant des nouveaux allègements de cotisations (financement de la politique familiale). S'agit-il réellement de 30 milliards d'euros, comme il l'espère? Ou seulement de 10 milliards qui viendraient s'ajouter aux 20 milliards du crédit d'impôt compétitivité emploi déjà consentis ?

Bien entendu, le Medef se dit satisfait des annonces de François Hollande lors de sa conférence de presse du 14 janvier sur la baisse du coût du travail. Un discours "qui va dans le bon sens " pour Pierre Gattaz, président de l'organisation patronale. Bien entendu, le Medef ne boude pas son plaisir avec l'annonce de la fin du financement de la politique familiale par les entreprises, soit un allègement des cotisations de quelque 30 milliards d'euros pour ces dernières.

Le Medef veut 100 milliards d'euros d'allègements

Bien entendu, enfin, le Medef demande déjà plus, beaucoup plus pour améliorer les marges des entreprises et pouvoir tenir son objectif de recruter 1 million de nouveaux salariés en cinq an. Ce que veut le Medef, ce n'est pas un allègement de 20 ou 30 milliards d'euros mais… de 100 milliards, soit, selon Pierre Gattaz, "la différence de charges qui pèsent sur les entreprises française par rapport aux entreprises allemandes". Il faut donc faire beaucoup plus "si l'on veut escalader l'Everest et non pas seulement la Butte aux cailles [une colline parisienne]", selon la métaphore utilisée par le président du Medef.

10 ou 30 milliards de nouveaux allègements?

D'autant plus que Pierre Gattaz a souligné, à juste titre, l'ambigüité des propos présidentiels. Il attend donc une clarification rapide de François Hollande, espérant même qu'elle interviendra dès le 21 janvier à l'occasion des vœux du président de la République aux acteurs de la vie économique et sociale.

Pierre Gattaz souhaite ne pas avoir mal compris. Il espère que les 30 milliards d'allègements annoncés sur les cotisations « famille » viendront s'ajouter aux 20 milliards d'euros déjà accordés aux entreprises dans le cadre du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE). Mais le patron des patrons qui n'est pas du tout naïf  et qui a "passé des heures à décrypter les propos présidentiels" craint qu'il ne s'agisse pas de cela, sans doute à raison.

Car, après son discours liminaire, où il a évoqué la disparition sur trois ans (d'ici à 2017) des cotisations familiales, "soit 30 à 35 milliards d'euros, François Hollande a précisé en réponse à une question d'un journaliste que le CICE devrait «"être transformé en baisse de cotisation" à partir de 2016. Ce qui pourrait signifier que les 20 milliards du futur ex-CICE seraient alors compris dans les 30 milliards de baisse de cotisations annoncées par le président. Le nouvel effort en faveur des entreprises serait donc en réalité limité à 10 milliards d'euros. C'est sur ce point précis que Pierre Gattaz demande une clarification pour le 21 janvier et nombre d'organisations patronales lui emboitent le pas sur ce sujet. Sans parler d'un sujet annexe mais non moins techniquement important : actuellement, le CICE ne concerne que les salaires allant jusqu'à 2,5 Smic, alors qu'une suppression totale des cotisations familiales devra concerner l'ensemble des rémunérations.

Un financement assuré par de nouvelles économies

Un autre point préoccupe le président du Medef : comment financer ce nouvel allègement de cotisation, qu'il soit de 30 milliards d'euros ou, in fine, de 10 milliards? Aucune hésitation pour lui : il faut trouver des économies dans les dépenses publiques. Mais si, au pire, ceci s'avérait  impossible, Pierre Gattaz n'est pas contre une nouvelle hausse de la TVA déjà passée le 1er janvier dernier de 19,6% à 20%. "On pourrait faire un point supplémentaire durant trois ans pour parvenir à 23%". François Hollande, lui, s'est engagé à "n'effectuer aucun transfert de charges des entreprises vers les ménages." Il préconise, lui aussi, de financer les allègements par des économies, déclarant même, in fine, que l'ampleur de la baisse des charges "dépendra de l'effort d'économies". Là aussi des propos trop flous pour le Medef qui souhaiterait qu'on inverse la problématique : on assure la baisse des charges d'abord et ensuite on voit quelles économies on peut réaliser pour les financer.

Bref, le Medef et le gouvernement sont censés conclure une union mais, pour l'instant, on reste au stade des préliminaires…

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2014 à 18:21 :
Une interrogation...parce que j'ai une incompréhension :

Si le medef demande 100 milliards de baisse de charge pour une envisager 1 million d'embauche alors ou disparaisse les 60 milliards non utilisés ????
Mon calcul :
1 000 000 de salariés
X
salaire moyen annuel chargé : 40 000 euros (beaucoup en reverai...mais c'est pour l'exemple)
= 40 000 000 000 milliards

Il reste donc 60 milliards dans la poche des entreprises !!!!!
a écrit le 17/01/2014 à 12:58 :
la balle est dans le camps du patronnat? EN3 ANS si chaque annes le patronnat n enbauche pas cela se verra?
a écrit le 16/01/2014 à 8:01 :
encore un leurre, dans lequel des éminences du patronat et des économistes sont tombés .; sans compter des politiques du centre et de droite, qui n' ont jamais regardé une comptabilité de société...

Si, par malheur ( !!!), une société paie l' impôt, elle paiera une bonne partie de l' allègement , sous forme d 'impôts sur bénéfices .. c' est ce que d 'aucuns appellent le donnant - donnant !!!

et tout le monde , il est content !!!!!
a écrit le 15/01/2014 à 22:56 :
Les allocs familliales en moins, c'est bien, mais ça ne représente "que" 5% du coût du travail. Sur ma feuille de paie, 3 lignes n'ont rien à y faire, vu que tout le monde en profite: famille (donc, c'est fait), assurance vieillesse, assurance maladie. Evidemment, ça représente 4-5 fois plus que la famille ... Bon courage !
Réponse de le 15/01/2014 à 23:27 :
La maladie comme la famille relève des impôts car tout le monde en profite. Seuls le chômage et la retraite peuvent relever des cotisations. Mais il serait plus intelligent là aussi d'avoir des cotisations fictives pour le calcul des droits...et de financer plutôt la retraite par laTVA et le chômage par l'IS...
a écrit le 15/01/2014 à 21:33 :
Je n'ai aucune confiance dans Gattaz.
a écrit le 15/01/2014 à 20:48 :
Le MEDEF est égal à lui même, c'est un syndicat de patrons pleurnichards, l'on se demande s'ils sont sortis de l'enfance et des coures d'écoles ?
a écrit le 15/01/2014 à 20:17 :
Le Parti (faux)Socialiste donne tout au MEDEF. C'est normal car ces derniers financent les campagnes électorales de l'UMPS.
a écrit le 15/01/2014 à 20:12 :
Le super MEDEF n'est vraiment pas solidaire...surtout après toutes les richesses acquises sur le dos des gens!
Mauvais contributeur, pleurnichard,...
a écrit le 15/01/2014 à 19:04 :
gourmand le MEDEF !!!
a écrit le 15/01/2014 à 18:02 :
Faut pas croire que tout va changer au bout de deux ans et demi , c'est la continuité de la même politique mais avec des mots différents .
a écrit le 15/01/2014 à 16:47 :
C'est pourtant clair. Le CICE sera remplacé par des baisses de cotisations conditionnées aux objectifs d'embauches qui seront fixés et contrôlés par le nouvel Observatoire des contreparties. Les entreprises qui effectueront leur quota d'embauches pourront bénéficier des réductions de cotisations, les autres attendront. Les 20 milliards du CICE seront rapidement supprimés et seront remplacés à terme par les 30 à 35 milliards de baisses de cotisations sous réserve que les entreprises réalisent toutes les embauches exigées en contrepartie. Ce n'est donc pas automatiquement 10 à 15 milliards en plus, mais peut-être beaucoup moins que les 20 milliards actuellement prévus au titre du CICE.
Réponse de le 15/01/2014 à 23:32 :
Pas besoin de contrôle a priori. ce qu'il faut c'est un système un peu mécanique qui augmente l'IS quand on n'embauche pas
Réponse de le 16/01/2014 à 7:58 :
La substitution du CICE par une baisse des cotisations impactera automatiquement l'IS. Un autre article de LT l'explique en détail. Pour éviter une augmentation de son IS, l'entreprise pourra embaucher, investir ou augmenter les salaires. Pour ma part, dans mon commentaire, je décodais le message présidentiel qui prévoit un Observatoire des contreparties. Si le Président était devenu miraculeusement social-libéral, il se serait dispensé de créer ce nouvel observatoire.
a écrit le 15/01/2014 à 16:07 :
Si le financement des baisses de charges passe par la diminution des régions, le patronat devra attendre au moins 10 ans. A moins que F HOLLANDE ne passe par un référendum en urgence pour aller plus loin dans la diminution de la dépense publique ( suppression du Sénat, suppression des département écrêtages des primes de la fonction publique etc etc).Bref on ne va pas trancher et constater chaque mois un chômage constant masqué par les emplois d'avenir ou l'augmentation des postes du service civique!
Réponse de le 15/01/2014 à 17:43 :
"les emplois d'avenir", quelle honte !
Réponse de le 15/01/2014 à 23:35 :
Les emplois d'avenir du secteur marchand sont à mon avis l'avenir justement : c'est la seule voie permettant de baisser le SMIC de façon suffisante et poliiquement acceptable. Les emplois d'avenir du secteur non marchand c'est différent : aucune viabilité économique mais ce n'était pas le but non plus...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :