Pacte de responsabilité : qui va payer la note ?

 |   |  507  mots
Qui financera le Pacte de responsabilité ?
Qui financera le Pacte de responsabilité ? (Crédits : Reuters)
Ce mardi après-midi, lors de son rendez-vous avec la presse, François Hollande devrait confirmer un allègement des charges pesant sur le travail des entreprises. A quelle hauteur ? Le Medef estime pouvoir créer 1 million d’emplois d’ici cinq ans si les allègements de charges atteignent 100 milliards d’euros…

Le Medef bluffe-t-il ? Bien décidé à saisir la main tendue par le chef de l'Etat lors de ses vœux aux Français, le Medef s'est dit prêt à signer - symboliquement - dans les plus brefs délais le Pacte de responsabilité proposé par François Hollande. En contrepartie d'un allègement des charges pesant sur le travail et une accélération de la simplification administrative, règlementaire et fiscale, les entreprises sont sommées de créer des emplois.

Un va-tout ?

En proposant ce pacte aux entreprises, François Hollande joue presque son va-tout. Il sait que seule une réelle inversion du nombre de demandeurs d'emplois, durable, pourrait le placer en bonne position avant les prochaines élections présidentielles de 2017. Il sait que le seul bilan qui vaudra sera celui qu'il affichera en matière d'emplois.

Bien conscient de la fragilité de l'exécutif, qui se traduit par une chute inédite de la popularité du chef de l'Etat et de son premier ministre, le Medef en profite.

Un million d'emploi en cinq ans

" Les chefs d'entreprise sont prêts à se mobiliser pour créer un million d'emplois dans les cinq prochaines années, en contrepartie de 100 milliards d'allègements fiscaux et d'une baisse du coût du travail ", a déclaré Pierre Gattaz, le président de l'organisation patronale dans la foulée du discours de François Hollande le 31 décembre.

Sachant que le gouvernement s'est engagé à ce que les baisses de charges promises, très probablement celles qui financent la branche famille de la Sécurité sociale, ne soient pas compensées par une augmentation des prélèvements obligatoires mais par des économies, l'exécutif est dos au mur.

Un effort gradué

S'il doit financer cette baisse des charges par de simples économies, il n'a pas d'autres solutions que de graduer son effort. En 2015, il ne pourra pas proposer plus de 5, 10 ou 15 milliards d'euros dès 2015 - ce sont les chiffres qui circulent - d'allègements de charges aux entreprises. Celles-ci pourraient-elles s'en contenter ?

Certes, ce qui est pris n'est plus à prendre. Pour convaincre les entreprises de ses bonnes intentions, le gouvernement devra leur promettre que cet effort se prolongera chaque année jusqu'à la fin du quinquennat. Sera-t-il toujours financé par des économies ? Pour l'instant, l'engagement du chef de l'Etat est clair sur ce point. Après les 15 milliards d'euros d'économies du budget 2014, 50 milliards d'euros supplémentaires devraient être trouvées de 2015 à 2017 pour réduire le déficit uniquement. Pour financer ce nouveau pacte, de nouvelles économies devront donc être dégagées. Dans quels secteurs ?

"Nous devons faire des économies partout où elles sont possibles", a précisé François Hollande  le 31 décembre. Tout le monde est donc dans le collimateur : l'Etat et ses opérateurs, la Sécurité sociale et les collectivités locales. Dès la fin du mois, le ministère du Budget et les autres ministères commenceront leurs discussions. En avril, chaque ministère saura à quelle sauce il sera mangé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2014 à 11:55 :
Il est évident que diminuer les dépenses de l'état aurait dût être le travail de la droite.Il n'a échappé a personne que les syndicats sont de gauche et les régions également.Ce qui s'est traduit dans la suppression d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite par l'embauche de fonctionnaires territoriaux et qui a annulé l'effet de la mesure.Les syndicats il n'a échappé a personne non plus qu'ils sont en vacances.Seule la gauche peut faire une politique de droite.
a écrit le 29/01/2014 à 17:55 :
Pas n'importe quelle industrie : celle de pointe car les autres sont déjà copiées ou améliorées par d'autres États/continents. D'autre part, que veut dire un allègement de charges ? des finances supposées être collectées dans le futur ? Comment peut on alors parler d'allègement puisque ces richesses sont d'abord créés par le secteur privé pour être ensuite collectées par l’État. Non, ces 100 milliards représentent bien une diminution des dépenses de l’État et il ne faut pas parler de baisses de charge sur des rentrées fiscales virtuelles. Le mammouth grassouillet se serre enfin la ceinture. Nous demandons une administration efficiente : au delà de son efficacité (supposée), il faut qu'elle le fasse au meilleur cout : ce qu'on appelle le meilleur rapport qualité/prix CQFD. Mais pas n'importe comment non plus, comme les portiques Ecotaxe ou les concessions autoroutières qui matraquent littéralement les usagers, ainsi que la vente de l'espace public aux sociétés de parking, une véritable honte.
a écrit le 26/01/2014 à 16:49 :
maintenant tout le monde politiques en tete ne jure plus que par l'industrie, tous ces gens ont la mémoire bien courte. Il n'est pas si loin le temps ou on nous rabâchait que l'industrie c'est dépassé, qu'il fallait laisser cela aux pays à bas cout. (regardez un peu les vieilles revues économiques et les anciens cours d'écoles de commerce ) quand on nous parlait d'entreprises "fabless" concept cher au patron d'Alcatel de l'époque avant qu'il vende toutes ses usines à des sous-traitants (qui depuis les ont fermées pour fabriquer en asie), quand on nous parlait des usines "centres de couts". Tous ces gens qui n'ont jamais compris qu'en fermant une prod c'est aussi le savoir faire qui disparait.
maintenant on ne parle plus que d'innovation et de numérique, mais en oubliant que pour innover une entreprise a aussi besoin d'avoir autour d'elle tout un tissus d'entreprises capables de fabriquer avec des technologies nouvelles certe, mais aussi anciennes. On ne crée rien ex nihilo. ...
a écrit le 23/01/2014 à 20:50 :
Ce n'est ni Chirac ni Sarkozy qui ont réussi a baisser le chômage ou a réduire le nombre de fonctionnaire ou la dette, ça ce saurait !:Vous n'êtes jamais content vous vous plaignez tout le temps mais vous rouler avec des voitures étrangères importés qui créent du chômage en France !
Réponse de le 26/01/2014 à 16:19 :
oui, Toyota fabrique à, Valencienne et Renault en Roumanie...
a écrit le 23/01/2014 à 20:45 :
Il faut baisser les charges des entreprises et acheter français ! Sinon vous pourrez voter UMP FN ou PS ça continuera comme avant !
a écrit le 20/01/2014 à 23:02 :
L'article titre "Qui va payer la note ?": les épargnant bien sûr qui au lieu d'investir pour produire, financeront le train de vie de l'Etat en pure perte. Certains attendaient Godot, les français attendent le FMI...
a écrit le 17/01/2014 à 16:19 :
Comme d' habitude , ceux qui bossent !!!!!
Réponse de le 26/01/2014 à 15:32 :
et ceux qui sont en retraite partis travailler a quatorze ans touchant pas grands chose mais taxer avec les impots
a écrit le 15/01/2014 à 18:58 :
Car les premières victimes de la politique de cynique 1er sont ceux là même qui ont voté pour lui, c'est à dire toutes les classes moyennes indécrottables gauchistes.
Bien fait!, vous avez cru que demain on rasait gratis, et bien maintenant dansez, les cocus comptez vous!.
a écrit le 15/01/2014 à 18:32 :
Car les premières victimes de la politique de cynique 1er sont ceux là même qui ont voté pour lui, c'est à dire toutes les classes moyennes indécrottables gauchistes.
Bien fait!, vous avez cru que demain on rasait gratis, et bien maintenant dansez, les cocus comptez vous!.
a écrit le 15/01/2014 à 14:24 :
N'importe quoi. C'est pas en prononçant des incantations ou des mots magiques "pacte", "choc", qu'on fera baisser le nombre de fonctionnaires !!! Préparez vos portefeuilles, pour assurer leur train de vie de milliardaire, les membres du gouvernement ont besoin de votre argent !!!
a écrit le 15/01/2014 à 10:22 :
Ce sont les épargnants qui paieront.
Réponse de le 15/01/2014 à 14:02 :
La baisse des 1100 milliards de dépenses publique plutôt. Les épargnants sont déjà au max comme le contribuable ou les entreprises.
Réponse de le 15/01/2014 à 14:25 :
FH ne touchera jamais à ses copains les fonctionnaires. Il blablate et lève des impôts pour assurer son train de vie de milliardaire. Tout le monde n'a pas un airbus "jet privé" à sa disposition, et ça lui plait !!!!!
Réponse de le 19/01/2014 à 23:00 :
Pour rappel, la masse salariale des fonctionnaires représente moins d'un quart de ces 1150 milliards, même si leur nombre est trop élevé en effet par rapport à ce que l'administration produit
a écrit le 15/01/2014 à 9:27 :
Il a bien enfumé tout le monde avec la méthode du 1 clou chasse l'autre.Oubliée la promesse de l inversion de la courbe du chomage assénée depuis plus d 1 an. Là on prend jusqu'à 2017 du "demain vous verrez "... Faire une politique de l offre avec 57 % du PIB en dépenses publiques ? c est une bonne rigolade!
Réponse de le 15/01/2014 à 14:05 :
Justement avec 57% de dépenses publiques ça laisse une bonne marge de baisse. Imaginez le confort si on ramenait ses dépenses publiques à 30 ou 40% du PIB… Par contre logiquement c'était le travail de l'UMP.
Réponse de le 15/01/2014 à 16:14 :
mais non mais non, comme l'a dit FH hier, son prédécesseur devait être d'extrême gauche vu les déficits supplémentaires qu'il a laissé. D'ailleurs je rappelle que son premier acte politique est d'aller voir les partenaires européens et leur dire direct qu'il ne respecterait pas nos objectifs. Pourquoi ? Un problème de conjoncture? Une politique pour l'emploi? améliorer la compétitivité? Que nenni, baisser les impôts de ses donateurs et riches héritiers sans aucune réduction dépense en face!
Par contre on va rigoler quand on voir leur programme pour 2017, parce qu'il va falloir sur enchérir et là on va voir ce qu on va voir!
Réponse de le 19/01/2014 à 23:18 :
On peut baisser les 57% de quelques points en comptant les allocations en impôt négatif.
a écrit le 14/01/2014 à 20:26 :
F.Hollande dixit:l'offre créée la demande.Luile Keynésien devrait savoir(premiére année de sciences eco) que c'est la demande effective (les consmmateurs et l'investiisement en gros) qui vont générer de l'offre(production de b et services.Avoir une pensée eco aussi archaique -malgré la multitude des experts qui l'entourent,montre bien la médiocrité de ce personnage qui par aILLEURS été prof d"economie à sciences po. pendant.......10ans..
Réponse de le 26/01/2014 à 16:23 :
ça dit tout sur le niveau en économie de nos élites formées à sciences po avec des profs de cet acabit.
comment voulez vous que le pays soit bien géré après...
a écrit le 14/01/2014 à 19:26 :
F.Hollande dixit:l'offre créée la demande.Luile Keynésien devrait savoir(premiére année de sciences eco) que c'est la demande effective (les consmmateurs et l'investiisement en gros) qui vont générer de l'offre(production de b et services.Avoir une pensée eco aussi archaique -malgré la multitude des experts qui l'entourent,montre bien la médiocrité de ce personnage qui par aILLEURS été prof d"economie à sciences po. pendant.......10ans..
a écrit le 14/01/2014 à 19:26 :
F.Hollande dixit:l'offre créée la demande.Luile Keynésien devrait savoir(premiére année de sciences eco) que c'est la demande effective (les consmmateurs et l'investiisement en gros) qui vont générer de l'offre(production de b et services.Avoir une pensée eco aussi archaique -malgré la multitude des experts qui l'entourent,montre bien la médiocrité de ce personnage qui par aILLEURS été prof d"economie à sciences po. pendant.......10ans..
a écrit le 14/01/2014 à 18:22 :
Vous savez très bien ce qui va se passer:le Medef prendra l'argent et le redistribuera aux actionnaires!Et qui va payer?Vous bien sur,sous une forme ou une autre!Jamais la France n'était descendue si bas!Dans trois ans maintenant,Nicolas pourra-t-il redresser ce désastre?Il est le dernier a pouvoir faire quelque chose pour la France!
Réponse de le 14/01/2014 à 20:41 :
et pourquoi pas jésus ou le messie ? Les allemands en 1933 ont voté hitler en pensant au sauveur... faut pas voter pour un sauveur ! faut voter pour un bon et pour virer les memes qui sont au pouvoir depuis des années et qui ne font rien !
Réponse de le 14/01/2014 à 22:06 :
Nicolas ? La sauveur ?!? Celui qui a doublé notre dette sous son règne ???
Réponse de le 19/01/2014 à 23:23 :
En fait Nicolas va revenir dans 3 ans. Comme il l'a fait en 2007 il va réaugmenter le déficit qui avait péniblement baissé en détaxant les personnes phsiques et en augmentant la paye des fonctionnaires (ou en leur donnant des primes). Après il y aura de nouveau des élections, etc, etc...
Réponse de le 26/01/2014 à 16:29 :
c'est ça qui est bien. La droite augmente les fonctionnaires pour éviter les grevés ;ne pas oublier que le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux à donné lieu à des grosses augmentations pour faire passer la pilule (résultat : très peu d'économies en fait ). La gauche augmente le nombre de fonctionnaires parce que c'est son fond électoral. En final, les salariés du privé ont la double, non la triple peine : plus d'impôts, plus de retenues sur salaires et plus de chômage.
a écrit le 14/01/2014 à 18:11 :
On embauche quand on a des commandes. Il faut des marges aux entreprises pour qu'elles investissent. Le problème, c'est que le socialisme détruit la confiance alors même avec marges, on n'investit pas ou pas en France. Je pense que la partie est déjà perdue. Il faudrait une révolution libérale, pas des réformettes. Fallait pas voter Hollande.
Réponse de le 14/01/2014 à 18:22 :
Les socialistes n'ont rien comprit, et nous non plus, entre 2002 et 2012, nous avons massacré la France.
a écrit le 14/01/2014 à 17:23 :
Encore et toujours des emplois aidés alors que le pays est en faillite.....
Nos enfants quittent le pays car il n'y a plus d'emplois en France , les stagiaires scolaires
font le travail des CDI qui n'existent plus....
a écrit le 14/01/2014 à 14:51 :
On va devoir encore emprunter pour ces cadeaux? On n'est pas sorti de l'auberge! Quand sortirons nous de cette tutelle internationale que nous dicte sa loi?
a écrit le 14/01/2014 à 14:47 :
la baisse de TVA dans la restauration na pas fonctionné parce qu'un patron n'embauche pas s'il n'en a pas besoin ! Ce sera le cas ici ! ils faut une dégraduation lente des charges en faveur des salariés ! et baisser le salaire minimum a 8 €uros. (4€uros/h en Allemagne) !
Réponse de le 14/01/2014 à 20:43 :
mensonges. La restauration embauche beaucoup au BLACK sans rien déclarer, alors il faut multiplier le nombre de controles par au moins 1000. Y en a ras le bol de voir des gens au black en france et qui ne payent pas leurs impots.
Réponse de le 19/01/2014 à 23:09 :
Le mécanisme normal pour la baisse de TVA eut été une obligation de répercuter sur les prix. L'effet prix aurait entrainé une hausse de la demande et donc du volume...induisant des recrutements. Ici dans la plupart des situations c'est ce qui devrait se passer : baisse des charges => baisse des prix => hausse des commandes => embauches
a écrit le 14/01/2014 à 14:43 :
Il faut remplacer le smic par un salaire d'embauche (8 €uros/h par ex) valable pendant la période d'essai, pour concurrencer les salaires minimum allemands anglais et ailleurs !
Réponse de le 14/01/2014 à 18:23 :
C'est pour toi ta belle idée, j'espère que ce n'est pas pour les autres ce serait égoïste mais je pense que c'est ton cas.
a écrit le 14/01/2014 à 14:21 :
On a vu ce que donnait les aides aux petites et moyennes entreprises.
Aucune entreprise en France ne joue le jeu, on est même pas capable d'empêcher des fermetures de groupes qui préfèrent délocaliser malgré toutes les aides reçues.
Une loi sur les entreprises étrangères qui veulent s'implanter en France en profitant des avantages fiscaux de la 1ere année, ça se serait du progrès.
a écrit le 14/01/2014 à 14:21 :
On a vu ce que donnait les aides aux petites et moyennes entreprises.
Aucune entreprise en France ne joue le jeu, on est même pas capable d'empêcher des fermetures de groupes qui préfèrent délocaliser malgré toutes les aides reçues.
Une loi sur les entreprises étrangères qui veulent s'implanter en France en profitant des avantages fiscaux de la 1ere année, ça se serait du progrès.
a écrit le 14/01/2014 à 14:09 :
1 millions d'emplois au smic, ça coûterait environ 60 milliards charges comprises aux entreprises sur 5 ans. Où vont les 40 milliards restant d'abattement?
a écrit le 14/01/2014 à 14:09 :
Attendez ! attendez ! vous emballez pas cela va pas démarrer maintenant , il faudra du temps et sur plusieurs quinquennats , on a mis 50 ans pour creuser tout doucement la dette Nationale , alors vous comprenez que tout ne peut pas se faire en un jour. La seule chose continuez à votez PS ou UMP vous verrez les choses se réaliseront .
a écrit le 14/01/2014 à 14:07 :
j'ai trouvé le président plutot convainquant ,surtout sur le terrain économique,s'appuyant sur les bons résultats du chomage et de la croissance.les questions sur sa vie privée ont fait PSCHITTT!du grand Hollande!
Réponse de le 14/01/2014 à 17:42 :
jamais il ne tromperait quelqu'un
Réponse de le 14/01/2014 à 18:25 :
Même tes copains du PS ont honte de toi c'est peu dire
Réponse de le 14/01/2014 à 20:05 :
Bien d'accord avec vous.
a écrit le 14/01/2014 à 14:03 :
La note sera payée par les épargnants, assurances vie ou autre. De toutes façons les épargnants vont déguster c'est écrit.
a écrit le 14/01/2014 à 13:41 :
je crains que tout cela fasse comme le coup des restaurateurs qui devaient embaucher a tour de bras si on baissait ceci et cela .. effet nul a l'arrivée .. les problèmes sont ailleurs et tant qu'on regardera pas le fond on avancera que dans la démagogie qui a encore un bel avenir
Réponse de le 14/01/2014 à 14:09 :
En fait les baisses de charges permettront surtout d'éviter que de nouveaux emplois soient détruits. C'est une partie non négligeables des entreprises françaises sont sur le point de mettre la clé sous la porte...2013 a déjà été un carnage. Ce cadeau de Hollande sera donc une bouée d'oxygène bienvenue et vitale. Certains (fonctionnaires, élus) vivent vraiment dans une bulle déconnectés des problèmes du pays.
Réponse de le 15/01/2014 à 12:24 :
les baisses de charges c'est pas nouveau non plus , déjà le smic est subventionné a fond par les pouvoirs publics , la baisse des charges sur les bas salaires coutent près de 80 milliards par an pour des CDD bien souvent .. cela ne genere pas d'emplois durables et coutent fort cher , le problème dit'on est de l'offre ? et la demande ? on va essayer de vendre des produits a très haute valeur ajoutés du moins on tente d'état a état et une fois sur deux c'est un fiasco , alors que les PME allemandes elles vont prospecter dans des pays ou il y a des débouchés donc des nouveaux clients .. le marché européen est déjà saturé , l'Asie et l'Afrique ainsi que l'Amérique du sud sont des potentiels économiques encore sous-exploités par des PME et c'est dommage , un immense gâchis social et économique ..
Réponse de le 19/01/2014 à 23:05 :
Il faut rappeler que les exonérations de charges ne sont pas des coûts, pas plus que les dépenses fiscales ne sont des dépenses. Il faut donc d'abord et avant tout regarder ce qui est produit par l'administration et avec quel coût unitaire par unité d'oeuvre. Pas besoin d'avoir des concurrents pour faire des comparaisons car les chiffres de l'OCDE sont disponibles sur les principales fonctions.
a écrit le 14/01/2014 à 13:41 :
@Lucianno

L'Espagne avec 22,7€ de l'heure est derrière la France et a un chômage plus élevé.
Votre analyse ne prend pas en compte le coût de l'électricité, les infrastructures, l'imposition ou la politique de concurrence et surtout pas les 45 milliards d'aides annuelles versées aux entreprises pour faire baisser le prix de la main d'oeuvre ou des services publics qui réalisent toute une partie des tâches administratives à la place de celles-ci.
Vous parlez également en moyenne avec le coût des cadres et de l'intérim.
La seule solution pour l'emploi c'est plus de concurrence, tant que les entreprises vivront de rentes octroyées par l'état et la législation elles n'auront pas à faire d'effort pour êtres compétitives, elles n'investiront pas et rien ne changera. Il n'y a qu'à regarder la cabale politico médiatique menée contre free.
a écrit le 14/01/2014 à 13:38 :
Dans tous les cas, si les économies sont mis en place ( il va falloir y passer de toute façon) ce sera toujours une bonne chose pour le futur car moins de dépenses publiques.
L embauche hypothétique même si elle n est pas de 1 million sera déjà une bonne chose pour la France car corrélativement ces embauches réduiront les aides "amortisseurs" ( caf, ASSEDIC,...)
C est le jockey de hollande. Il prend conscience que sans ces futures embauches il ne sera pas réélu !!!
a écrit le 14/01/2014 à 13:21 :
Les aides, par nature, c'est de l'argent donné en PURE PERTE dès qu'elle est accordée

Les participations en fonds propres, par nature c'est du capital sur le long terme

VOila un raisonnement simple de bon sens, qui est IMPOSSIBLE A COMPRENDRE par les les énarques de droite et de gauche, et du centre. C'EST TRES TRES GRAVE.

En moyenne, un emploi industriel sur de l'innovation peut être créer avec 50 000 euro de fonds propres et cet emploi crée de la richesse durablement, avec des ROI entre 5 et 15 selon les filières industrielles,
ce qui a pour effet de VALORISER les 50 000 euro initialement constitué en FONDS PROPRES, tout en rapportant des impôts et taxes sur les profits et sur les salaires versés.
a écrit le 14/01/2014 à 13:04 :
100 milliards € pour 1 million d'emploi...
Si mes calculs sont corrects, ca fait 100 000 € par emploi.
J'espère qu'il ne s'agit pas simplement d'embaucher des plongeurs dans les restaurants.
Réponse de le 14/01/2014 à 13:43 :
bien vu et notez que cela n'est qu'une aide qui vient se greffer a toutes les autres depuis 1983 sur les bas salaires qui coutent cher au contribuable au nom de la lutte contre le chômage .. le problème est ailleurs .. chercher des parts de marchés dans des pays ou les produits français sont absent par exemple , ils existent et c'est affligeant ..
a écrit le 14/01/2014 à 12:59 :
oui c'est encore les petits, les classes moyennes qui vont trinquer; tout ça pour enrichir un peu plus les gros patrons et les spéculateurs! les salariés seront encore une fois cocus ! sacré hollande et sa "sociale démocratie libérale"...mais bon avec sarko c'était pas mieux sinon pire...alors un seul moyen de refuser tout ça l'ABSTENTION TOTALE ET DEFINITIVE à toutes élections !!!!
a écrit le 14/01/2014 à 12:59 :
100 milliards permettent de créer un million d'emplois ?
Et aussi de s'en mettre pas mal dans les poches à moins que ces emplois ne soient vraiment très bien payés... Gérant de TPME (donc qui n'a droit à... rien), le discours des gens du Medef me ferait doucement rire s'il ne contribuait pas à nous coller une image aussi négative.
a écrit le 14/01/2014 à 12:57 :
100 milliards qu'on transforme en 1 million d'emplois?

Ce qui nous fait une somme moyenne tout à fait probable (haha!) de 100 000 € pour la création de chaque emploi..

Même avec un taux élevé de charges on est à plus de 65k€ bruts/emploi. Ca va en faire du cadre sup pour relancer la production..
a écrit le 14/01/2014 à 12:46 :
Tous les 6 mois, on serre la vis et on augmente la ponction sur le contribuable et le consommateur. Mais a rien faire. Les mois, les années disons, sont comptés. Les français s'en rendent compte depuis l'été 2010 comme les arguments pour augmenter ceci ou baisser cela ont fait long feu sous le dernier quinquennat de Chirac et le début du mandat de Sarkosy.
a écrit le 14/01/2014 à 12:44 :
Comme d'hab, la classe moyenne, celle qui travaille dure pour les actionnaires et qui se fait racketter fiscalement pour financer l'assistanat, l'immigration et le train de vie très très confortable des élites.
a écrit le 14/01/2014 à 12:38 :
Prix de l' heure de travail y compris charges sociales dans l'industrie en Europe  (Natixis + Eurostat).
Belgique : 42,9 € de l'heure
France : 36,7 € de l'heure
Allemagne : 36,3 € de l'heure
Pays Bas : 34,1 € de l'heure
Finlande : 33,8 € de l'heure
Autriche : 33,2 € de l'heure
Luxembourg : 30,3 € de l'heure
Irlande : 30 € de l' heure
Italie : 27,1 € de l'heure
Espagne : 22,8 € de l'heure
Grèce : 16,1 € de l' heure.
On peut avoir un prix moyen de l'heure de travail dans l'industrie le plus élevé d'Europe si le niveau moyen en gamme est le plus élevé.
C'est le cas de la Belgique et de l'Allemagne.
Ce n'est pas le cas de la France.
La France souffre de charges sociales et d'un salaire minimum parmi les plus élevés d'Europe incompatible avec un niveau en gamme moyen ou bas de son industrie.
Soit, on fabrique en France en réduisant les charges par leur transfert hors du prix hors taxes soit on monte en gamme pour le même prix (mais alors c'est pour dans 15 ans) soit on délocalise la production en totalité ou en partie.
Réponse de le 14/01/2014 à 13:07 :
Monsieur,
J'aimerai savoir ou vous vous situez par rapport a ces taux horaire et comment le vivez vous. avez vous trop d'argent pour vivre ?
Réponse de le 14/01/2014 à 13:08 :
Il faut comparer le cout du travail avec le prix de l'énergie.
Réponse de le 14/01/2014 à 13:43 :
@Lucianno a écrit le 14/01/2014 à 12:38 :

Si vous pouvez vivre avec le SMIC,
alors rendez tout à votre employeur et à l'Etat tout ce qui dépasse le SMIC dans vos revenus TOTAUX sur les 5 dernières années.

Ainsi vous serez cohérent avec vos logorrhées de comptoir de bistrot.

Au demeurant, pour les parlementaires qui pensent aussi que le SMIC peut permettre de nourir sa famille, idem rendez à l'Etat tout ce qui dépasse le SMIC dans vos revenus TOTAUX sur les DIX dernières années dont vous avez à votre passif la désindustrialisation MASSIVE.

CA C'EST SI SIMPLE A METTRE EN COHERENCE.
Réponse de le 14/01/2014 à 17:48 :
il se dit que les entreprises ne sont pas obligées de produire en FRANCE pour y vendre leurs produits, que certaines délocalisent leurs usines jugées pas assez rentables pour plus de profits.
Réponse de le 19/01/2014 à 23:16 :
L'argumentaire sur la compétitivité hors coût et le positionnement dans la gamme vaut surtout pour l'industrie qui de toute façon a surtout un enjeu de robotisation et non d'embauches. Ca représente 10% des emplois. Le gros pb du chômage concerne surtout les services faiblement qualifiés, l'agriculture et le batiment où là les problèmes de coût du travail sont clés. Si l'Allemagne a un faible taux de chômage jusqu'à présent c'est parce que sur cette grosse masse d'emplois, elle n'a pas le SMIC...Quant à la Belgique, elle a des difficultés comme nous : elle attire les riches mais pas leurs entreprises...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :