"La société civile doit reprendre la parole pour aider à débloquer notre pays"

 |   |  1863  mots
Pour Denis Payre, le pacte de responsabilité n'apporte qu'aucune réponse aux problèmes quotidiens des TPE et des PME
Pour Denis Payre, le pacte de responsabilité n'apporte qu'aucune réponse aux problèmes quotidiens des TPE et des PME (Crédits : Reuters)
Dans un entretien accordé à La Tribune, Denis Payre, le co-fondateur de Business Objects et de Kiala, aujourd'hui à la tête du parti politique "Nous citoyens" revient sur les annonces de François Hollande. Il les juge globalement insuffisantes pour relancer la croissance tricolore.

La Tribune - Que vous inspire le Pacte de responsabilité présenté par François Hollande ?

Denis Payre - Nous sommes enchantés de voir notre discours repris dans sa presque totalité. Il y a un vrai travail de pédagogie sur les grands enjeux du pays qui a été commencé par le chef de l'Etat qu'il faut saluer. Alléger le fardeau fiscal des entreprises est une excellente initiative. Néanmoins nous n'avons pas très bien compris la méthode qu'il comptait employer pour financer cette baisse des charges. Nous pensons que raboter les budgets ne marche plus. Il faut lancer un projet mobilisateur, pour que nos fonctionnaires talentueux, toutes nos technostructures passent d'une culture de la dépense à une culture de l'efficacité. Pour quoi ne pas récompenser les comportements vertueux, les bons gestionnaires du denier public ? Des gisements d'économies incroyables existent au sein de l'Etat et des collectivités territoriales. Mais pour cela, il faut repenser totalement les organisations, les méthodes de travail et la culture.

Le choc de compétitivité que l'exécutif veut provoquer sera-t-il suffisant pour relancer la croissance ?

Je ne le crois pas, 65 milliards est très insuffisant. Il faudrait un choc de 200 milliards d'euros que je décompose ainsi : 120 milliards d'euros pour aligner le poids des prélèvements obligatoires en France sur la moyenne européenne et 80 milliards d'économies additionnelles pour ne plus être en déficit structurel et augmenter la dette. Le problème principal risque de résider dans le fait que François Hollande n'a pas été élu sur ce programme et qu'il na pas reçu un mandant fort pour affronter les corporatismes sur ces sujets. Mais nous souhaitons bien sûr son succès pour le pays.

Plus concrètement, la mise en place d'une politique de l'offre que le chef de l'Etat souhaite incarner vous satisfait-elle ?

Oui bien sûr, c'est un vrai progrès dans le discours politique français, y compris à droite. Je regrette néanmoins qu'aucune réponse ne soit apportée aux problèmes quotidiens des TPE et des PME qui créent 80% des nouveaux emplois en France. Aucune solution n'a été trouvée pour libérer le marché du travail, pour financer efficacement l'innovation, pour résorber les effets de seuil, pour remotiver les chefs d'entreprise, artisans, commerçants, professions libérales, écrasés d'impôt à titre personnel à chaque effort additionnel. C'est bien d'écouter le Medef, mais cela ne suffit pas.

L'Accord national interprofessionnel est selon vous insuffisant ?

Cet accord est un pas important vers la flexisécurité mais il concerne essentiellement les grandes entreprises. Pourquoi ne pas créer une grille claire et simple pour tous avec les indemnités à percevoir en cas de licenciements ? Plusieurs pays utilisent cette méthode. Ainsi, les prud'hommes pourraient traiter en priorité les vrais abus et le faire plus rapidement et nous n'aurions plus cette France à deux vitesses avec les jeunes précarisés en stage, en CDD et en intérim d'un côté, et les salariés en emploi stable en CDI de l'autre.

Le gouvernement a également créé Bpifrance Innovation pour répondre aux besoins de financement de toutes les entreprises.

Bpifrance Innovation réalise de bonnes choses. Mais elle symbolise tous les travers de notre système : l'Etat se croit omniscient et se veut omnipotent. Comment penser une seconde que Bpifrance Innovation serait plus efficace que 50.000 business angels ? La France a la chance de compter énormément de gens de talents, qui sont prêts à mettre leur argent, leurs réseaux et leur expertise au service d'entrepreneurs en démarrage : des chefs d'entreprises, cadres, professions libérales, artisans et commerçants. Ils sont prêts à prendre des risques élevés. Mais on préfère s'en passer. Au Royaume-Uni, le gouvernement a mis en place un dispositif, l'Enterprise Investment Scheme (EIS), qui incite les citoyens britanniques à investir dans les start-up jusqu'à 330.000 euros avec zéro plus values à la sortie. En France, la capacité d'investissement des Français se limite à 10.000 euros avec de lourdes plus-values à la sortie. Résultat, les projets dont le coût varie entre 100.000 et 1 million d'euros ne trouvent pas de financement.

Pourquoi ce décalage ?

Au Royaume-Uni, on a pris conscience et on vite constaté que l'impôt qui sortait par la porte revenait par la fenêtre. Inciter les investisseurs privés permet de créer de l'emploi, d'augmenter les recettes fiscales, de soutenir la consommation. En quelques trimestres, le dispositif britannique a été rentabilisé. Aujourd'hui, le Royaume-Uni compte 50.000 business angels et la France moins de 5.000.

Quels sont les autres dossiers sur lequel se penche le mouvement « Nous citoyens » ?

Nous avons formulé une série de propositions pour réformer l'éducation. C'est l'un des chantiers à ouvrir en priorité si l'on veut préparer au mieux l'avenir de notre pays. Là encore, le système doit être repensé. Je suis tombé de ma chaise à la description du fonctionnement de l'Education nationale. Les professeurs sont mal payés, l'administration est pléthorique, 150.000 jeunes décrochent chaque année, notre système est l'un des plus inégalitaire des pays développés, comme en témoigne la récente enquête PISA. Pourtant, la France est l'un des pays de l'OCDE qui consacre le plus d'argent dans ce domaine.

Que proposez-vous ?

Il faut créer une chaîne de commandement capable de remobiliser les enseignants qui sont trop souvent livrés à eux-mêmes. Il faut définir des objectifs en matière de valeur ajoutée éducative et qu'une partie de la rémunération des équipes pédagogiques en dépendent. Il faut mettre en place un contrôle de gestion inexistant, réduire très significativement les effectifs administratifs et remettre l'organisation au service de l'effort pédagogique. Il faut utiliser une partie des économies pour mieux rémunérer les enseignants en début de carrière, en échange d'un temps de travail plus long et d'objectifs individuels et collectifs. Il faut ouvrir davantage l'école aux parents et à la société civile. Tout cela pour que l'école redevienne un véritable ascenseur social qui favorise l'épanouissement personnel puis professionnel de notre jeunesse.

Le gouvernement a décidé de rapprocher l'école et l'entreprise.

Il faut saluer cette initiative, mais elle doit être considérablement renforcée.

Vous avancez pas à pas dans vos propositions ? Quel sera le prochain sujet qui sera débattu au sein de « Nous citoyens » ?

Un pays bloqué crée beaucoup de pauvreté, nous ferons donc des propositions en matière de lutte contre l'exclusion dans les prochains jours. Aujourd'hui, 8,8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. En 2013, 150.000 personnes supplémentaires se sont inscrites au RSA, soit une augmentation de 8% par rapport à 2012. Au regard du potentiel économique de la France, de nos talents et de nos atouts exceptionnels, des opportunités que nous offre la mondialisation, l'augmentation de la pauvreté est intolérable.

En quoi votre mouvement se distingue des autres partis politiques ?

Nous pensons que la société civile doit reprendre la parole pour aider à débloquer notre pays. La vie politique est dominée par des politiques de carrière et des fonctionnaires, de qualité, mais trop nombreux en politique. Ils ne parviennent pas à sortir de la France de la crise. Ils ont depuis trop longtemps capitulé devant les réformes pour assurer leur réélection. Cette situation ne peut plus durer

Concrètement ?

Il faut par exemple à limiter à quatre le nombre de mandats exécutifs dans un parcours politique. Un élu ne pourrait pas faire deux mandats consécutifs. Les fonctionnaires élus doivent démissionner. Nous proposons également de limiter la représentation nationale. Les économies réalisées permettraient de financer une assurance-reconversion. A la fin du mandat, le parlementaire, qu'il vienne du public ou du privé, à défaut d'un travail rémunéré trouvé au bout de six mois, aurait la possibilité d'intégrer la fonction publique dans un poste de catégorie A+ avec un contrat de droit commun.

C'est une révolution. Ne craignez-vous pas d'effrayer les citoyens ?

Je n'en ai pas l'impression. La France et les Français sont avides de changement. Nous comptons actuellement près de 6.000 adhérents ce qui, potentiellement, fait de « Nous citoyens » un des dix premiers partis français…en seulement trois mois.

Qui finance ce mouvement ?

Les dons de nos adhérents.

Présenterez-vous des listes aux élections municipales de mars prochain ?

Une cinquantaine de listes nos ont déjà contacté. Nous en avons déjà labellisé dix en échange de la signature d'une charte de bonne gouvernance très exigeante. Ce chiffre devrait grimper à trente.

Serez-vous également représenté aux élections européennes ?

Bien évidemment. L'Europe est une chance, c'est notre avenir, à condition qu'on la change. Nous affinons nos propositions.

Sur quelles pistes travaillez-vous ?

On a beau jeu de critiquer l'Europe. Mais il ne faut pas oublier que la France a été une grande part de responsabilité dans les lourdeurs actuelles de Bruxelles. La technocratie européenne a été façonnée sur le modèle français. C'est également la France qui a souhaité que l'unanimité des 28 soit la règle. Il faut modifier le fonctionnement de la technostructure car à Bruxelles, comme en France, des talents sont gâchés et du temps perdu

N'est ce pas un handicap d'avoir été un exilé fiscal ?

Au contraire. Cette expérience me permet de témoigner des dérives du système qui oblige des chefs d'entreprises qui ont créé des emplois à quitter la France pour ne pas être en faillite personnelle.

Certains vous accusent d'être le sous-marin de Nicolas Sarkozy avant son retour. Que vous inspire ces commentaires ?

Parce que j'ai été chef d'entreprise, je suis de droite ? C'est absurde. C'est un gouvernement de droite qui m'a poussé à quitter la France. Quant à Nicolas Sarkozy, je ne le soutiendrai pas s'il devait revenir en politique. S'il a su adroitement géré les situations de crise lors de son quinquennat, il n'a pas su réformer en profondeur la France. Quoiqu'il en dise, il a eu du temps pour le faire. La crise n'a pas débuté en août 2007 comme il le déclare aujourd'hui mais en septembre 2008. Pendant cette période, il ne s'est préoccupé que de baisser les impôts, ce qui n'est pas suffisant pour moderniser un pays. Par ailleurs, c'est Nicolas Sarkozy qui a mis en place l'exit tax, autre folie fiscale de droite désignant les riches comme bouc émissaire facile et véritable nouvelle balle dans le pied de notre économie : cela empêche les responsables d'ETI en croissance de s'installer momentanément en dehors d'Europe pour développer leur entreprise. Je ne le lui pardonne pas.

Pourriez-vous soutenir un parti du gouvernement

S'il reprend toute nos propositions, pourquoi pas, mais à condition aussi que le dirigeant soit issue de la société civile, ce ne sont pas ceux qui nous ont mis dans cette situation qui nous en sortiront ?

Le mouvement pourrait donc présenter un candidat aux élections présidentielles de 2017 ?

Tout à fait car la probabilité de cette éventualité est faible…

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2014 à 11:33 :
mille fois d'accord, nos politique set administratifs ne gérent rien, ne managent rien, ils dépenses et recrutent, tout le reste est à vau l'eau. les gaisn possibles de dépenses publiques sont considérables et avec de meilleurs services rendus, et le temps que s'octroient les politique sest au détriment de 15 000 chomeurs de plus par mois, la mauvaise gestion publique sest un crime contre la société, il faut aller plus vite et plus loin - c'est parce qu'on ne traite pas l'injustice des régimes spéciaux (20 milliards de gains) qu'on a des mesures antisociales de baisse des retraites ect etc...
a écrit le 17/01/2014 à 11:33 :
mille fois d'accord, nos politique set administratifs ne gérent rien, ne managent rien, ils dépenses et recrutent, tout le reste est à vau l'eau. les gaisn possibles de dépenses publiques sont considérables et avec de meilleurs services rendus, et le temps que s'octroient les politique sest au détriment de 15 000 chomeurs de plus par mois, la mauvaise gestion publique sest un crime contre la société, il faut aller plus vite et plus loin - c'est parce qu'on ne traite pas l'injustice des régimes spéciaux (20 milliards de gains) qu'on a des mesures antisociales de baisse des retraites ect etc...
a écrit le 17/01/2014 à 11:32 :
mille fois d'accord, nos politique set administratifs ne gérent rien, ne managent rien, ils dépenses et recrutent, tout le reste est à vau l'eau. les gaisn possibles de dépenses publiques sont considérables et avec de meilleurs services rendus, et le temps que s'octroient les politique sest au détriment de 15 000 chomeurs de plus par mois, la mauvaise gestion publique sest un crime contre la société, il faut aller plus vite et plus loin - c'est parce qu'on ne traite pas l'injustice des régimes spéciaux (20 milliards de gains) qu'on a des mesures antisociales de baisse des retraites ect etc...
a écrit le 16/01/2014 à 14:30 :
Outre Nous citoyens et Nouvelle Donne, Europe Populaire (www.europe-populaire.eu) est aussi un parti issu de la société civile.
Nous sommes d'accord avec beaucoup des commentaires:
- les partis doivent faire des actions concrètes (et non des promesses) au service des citoyens
- on ne peut baisser comme ça les impots et les dépenses en un claquement de doigt, il faut le faire de manière progressive
a écrit le 16/01/2014 à 11:25 :
le même discours que les autres, les mêmes méthodes : on fait des constats et puis... rien
a écrit le 16/01/2014 à 11:24 :
La France a voulu l'unanimité à Bruxelles ? C'est un peu court, jeune homme, et faire preuve d'une mauvaise foi digne d'un enfarineur. La France est à l'origine de la lourdeur bureaucratique européenne ? Vous rêvez donc d'une zone de libre échange à l'anglo-saxonne, ce que je comprends.
a écrit le 16/01/2014 à 10:45 :
Ces chefs d'entreprise qui veulent s'improviser homme politique ne pensent qu'à leurs intérêts privés et à faire avancer la démocratie de marché. Ils se fichent bien des gens ! Ils veulent mettre en place le modèle américain en France, sous couvert d'efficacité, et engager la France dans un état de guerre économique. Heureusement, cela n'a aucune chance de marcher en France. Les Français n'accepteront jamais une société inégalitaire, précaire et communautariste.
Réponse de le 16/01/2014 à 11:12 :
exactement!pour débloquer le pays,coupons les 200 milliards offerts aux entreprises et réorientons cette manne vers les véritables besoins:enseignants,aide aux personnes agées et collectivités locales!
Réponse de le 16/01/2014 à 13:43 :
Le communisme municipale n'est pas non plus la solution !!
a écrit le 16/01/2014 à 8:19 :
pour que la societe civile soit vraiment represerntée il faut limitER le nombre de fonctionnaires et senateurs FONCTIONNAIRES ET interdire les lobbys
a écrit le 16/01/2014 à 8:12 :
On ne peut que dire merci à Mr Payre pour ce grand inventaire de nos défauts. Ce genre de constat réfléchi et sans langue de bois, c'est un vrai gain de temps pour tout le monde. Et le temps, c'est peut-être ce qui nous manque le plus à présent.
a écrit le 16/01/2014 à 7:54 :
La reforme est-elle possible en France. Quand on voit que pas plus tard qu'hier, certains politiques sont déjà montés au créneau sur nos écrans pour dire l'impossibilité des reformes de simplification du mille feuille politique et administratif..c'est un problème d'architecture. Il y a un moment où il vaut mieux raser l'existant plutôt que de tenter d'en récupérer une partie: moins cher, plus efficace, plus rapide, mieux dessiné.. Seule une très grave crise permettra de bousculer les barons de la politique: en cela, Hollande peut être utile..
a écrit le 16/01/2014 à 4:52 :
La société civile dans les sondages se dit contre la politique de relance du chômage. Si on joue à Keynes a dit, on pourrait dire Kennedy donne sa fortune et un long discours pipolitique endort tout le monde. Oui on emplafonne les porsche dans les monuments mais, acheter une porsche pour rouler à 50 ça sert à rien, alors on joue à Keynes a dit ou bien on chante mon petit oison a pris sa volée... par la main invisible pour la sous compétitivité. Keynes a dit faisons des çonneries et des rois du sud qui relancent le chômage par le déficit!
a écrit le 15/01/2014 à 23:06 :
Les quelques essais d'introduire des ministres de la société civile dans des gouvernements (de droite comme de gauche) n'ont jamais été très concluants. En vérité il faudrait vraiment scinder l'échelon politique (régulation et contrôle) et l'échelon opérationnel (gestion des services). L'échelon opérationnel doit pouvoir se gérer comme une entreprise (se rappeler le principe du budget annexe des PTT)...Là on mélange tout dans la gouvernance : les politiques ne sont guère efficaces dans la conduite des opérations...et il faut être politique pour réguler.
a écrit le 15/01/2014 à 20:46 :
C'est une question très complexe. Seulement on publie des sondages édifiants en terme de majorités. La croissance séculaire est à 2%, maître Aliboron fait la leçon d'économie, ou bien l'âne social dégrade la société a fins de richesses personnelles ou bien l'âne de buridan, ne sait pas face à l'hémoragie de chômage ce qu'il faut faire. Pourtant, la main invisible nous chante: mon petit oison alias diplomé exclu, a pris sa volée... On fait dans le conservateur de musée, du chômage et la basse industrie? N'avons nous pas une petite divergence avec notre voisin, alors on jour à la grenouille plus grosse que le boeuf, comme en 40? Y a trop de mots, alors demain quelle liste pour la finance réprouvée par Sa Sainteté en costume rouge, les Géo trouvetout (contre les taxetout) à la rue alors que Némo fait 20000 feuilles sous les mers, à quand les saboulées de papiers après les emplois crotte? Les condors ça fait de la croissance, ailleurs, mais pas ici, on fait dans la fable du lion famélique. Puisque nos seigneurs les patrons font dans le bestiaire de la volaille, on peut faire dans le clône humain ou la conservation du chômage, l'an pire ou l'an 40, après la révolution, l'empire voire le déclin même la décadence. On est Pluto âne de Bretagne ou bien ane d'Autruche en parlant des frondes. Et si on hébergeait des machetistes? L'escargot rampant fait de la croissance, bon alors c'est pour quand?
a écrit le 15/01/2014 à 19:43 :
La société civile doit reprendre corps pour débloquer notre pays et sortir de la tutelle où on la enfoncer!
a écrit le 15/01/2014 à 19:43 :
Je partage la vison de m Payre quand il nous dit qu'il serait bon d'ouvrir la société civile pour permettre le déblocage de notre pays, mais c'est déjà fait, un parti neuf, l'UPR tellement dérengeant qu'il n'a d' autre visibilité que celle véhiculée sur internet rassemble près de 4000 adhérents à ce jour, sous contrôle d'huissier et elles sont cependant terriblement percutantes les analyses d'ASSELINEAU... Car enfin m PAYRE nous dit qu'il a créé notamment BO, notamment 7000 emplois, oui, sans aucun doute, à un moment ou le système et l'époque -les années 90 -, le permettaient. Ma société utilisait son logiciel avant qu'il ne soit ...revendu à l'allemand SAP. Aujourd'hui les entreprises comme Business Object, développement de logiciels informatique sont externalisées pour exister en Roumanie ou en Chine car le monde a changé cher m PAYRE et les rapports de coûts du travail qui vont de 1 à 6 ou 7 en notre défaveur sont insurmontables pour créer le moindre emploi en France. J'ai personnellement dans ma famille un développeur qui croit à une vitesse exponentielle mais qui emploie plusieurs milliers de personnes installées en Roumanie, seuls les cadres français ont un pied à terre en FRANCE; en gros rien de ce que vous avez entrepris et réussi en 1995 n'est transposable aujourd'hui en France grâce ou plutôt par la faute de l'EUROPE, tout le reste est inapproprié et je vais faire court en vous disant qu'épouser une thèse libérale comme perspective ne permet pas de répondre aux problèmes du moment ; ceux -ci seront résolus par une sortie de l'Europe et pour l'heure, un seul parti le propose, courageusement, l'Union Populaire Républicaine avec F. ASSELINEAU. Ses analyses extraordinaires de lucidité sont visibles sur UPR. fr. D'ailleurs pour illustrer cette thèse vous devriez nous expliquer pourquoi une société AIRBUS qu'on nous présente comme un fleuron externalise de plus en plus sa production en ...Chine.
a écrit le 15/01/2014 à 19:39 :
Dommage que ce Monsieur se soit fait sa fortune en survendant des actions BUSINESS OBJECT totalement surévaluées.
Si il ne savait pas qu'elles étaient surévaluées, c'est qu'il était incompétent. Si il le savait, c'est quelqu'un de peu recommandable
Réponse de le 15/01/2014 à 23:18 :
Tremble en signant des CDI donc attention !!!!
a écrit le 15/01/2014 à 19:28 :
Et comment reprendre les choses en main dans un systeme politique cadnasé, avec lequel on ne peut voter que pour un jacobin ou un jacobin?
Réponse de le 15/01/2014 à 23:13 :
En vérité vous n'avez que des jacobins au second tour parce que les français sont jacobins et qu'on est en démocratie..sauf si un candidat dit des choses et fait autre chose ensuite (toute ressemblance....)
Réponse de le 16/01/2014 à 10:21 :
Pouvez vous me citer au moins un candidat potentiel du système qui ne soit pas jacobin et prêt à un vrai changement?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :