Pacte de responsabilité : François Hollande fait le service après-vente

 |   |  750  mots
François Hollande précise son pacte de responsabilité annoncé le 31 décembre 2013.
François Hollande précise son "pacte de responsabilité" annoncé le 31 décembre 2013. (Crédits : Reuters/United Photos)
L'annonce de la main tendue de François Hollande aux entreprises devait se faire en trois étapes. Lors de ses vœux de bonne année fin décembre, à l'occasion de sa conférence de presse mardi 14 janvier, et enfin ce mardi 21 lors de ses vœux aux forces vives.

L'essentiel du dispositif était déjà connu. Mardi, lors de ses vœux aux acteurs de l'économie et de l'emploi, François Hollande a surtout répété les principaux axes de son "pacte de responsabilité", annonce majeure de ce début d'année, et détaillée devant la presse mardi 14 janvier.

     >> Lire : Charges sociales, social-démocratie, vie privée… le grand oral de Hollande résumé

Retour sur les principaux points à retenir de cette troisième et dernière étape de présentation du "Pacte de responsabilité".

  • Des contreparties "claires, précises, mesurables" :

La principale annonce de cette séance de vœux est destinée au patronat. Si François Hollande a tendu la main aux patrons, il entend obtenir une rétribution. Le chef de l'Etat a en effet demandé "des contreparties claires, précises, mesurables" en termes d'emplois.

"Pour être crédibles et respectées, ces contreparties doivent être peu nombreuses", a -t-il ajouté, précisant que ces contreparties devraient porter sur "le nombre de créations d'emplois", leur "qualité", et les investissements en France.

Le 14 janvier dernier, François Hollande avait indiqué qu'un document engageant le gouvernement sur ces contreparties "formalisera les engagements et les modalités de suivi" et fera l'objet d'une loi votée à l'automne.

  • Participation des salariés à la vie de l'entreprise :

Une fois accomplie la renégociation de l'assurance-chômage, François Hollande a annoncé souhaiter une "négociation sur la qualité du dialogue social".

"Il s'agit de reprendre un chantier qui a été ouvert depuis plusieurs années mais lui-même jamais conclu, sur la participation des salariés à la vie de l'entreprise, à travers notamment les institutions représentatives du personnel", a-t-il dit.

Fixant la fin d'année comme échéance, le chef de l'Etat souhaite "un dialogue moins formel mais plus efficace, et une présence syndicale qui puisse être réelle dans l'ensemble des entreprises".

Cette volonté de réformer la participation des salariés n'est pas une idée nouvelle : elle était déjà prévue par la feuille de route sociale que le gouvernement avait publié en juillet 2012.

  • Evolution du CICE 

Une autre annonce de la matinée, plus imprécise celle-ci, porte sur l'évolution d'un dispositif contesté mis en place par François Hollande : le Crédit d'impôt compétitivité emploi.

Le président a indiqué qu'en la matière rien n'était tranché : "nous pouvons envisager d'augmenter le CICE", pour concilier le dispositif avec l'exonération, pour les entreprises, des charges sociales finançant sur la politique familiale.

Le président de la République a indiqué que toutes les options étaient sur la table. Il est également envisagé de le "transformer purement et simplement en baisse de charges", ou de le maintenir en le complétant.

  • Harmonisation fiscale en Europe

Il l'avait déjà dit mardi dernier, mais concernant l'Allemagne uniquement : François Hollande souhaite une "harmonisation" fiscale avec les grands voisins européens "à l'horizon 2020".

Une trajectoire "sera fixée pour l'évolution des prélèvements, aussi bien pour les entreprises que pour les ménages, jusqu'en 2017, avec la perspective d'une harmonisation avec nos plus grands voisins européens à l'horizon 2020", a-t-il déclaré, précisant, comme devant les journalistes, qu'une "première étape" serait effective "dès 2015".

  • Une grande conférence économique et sociale 

Déjà annoncée lors de la conférence de presse de François hollande, la grande conférence économique et sociale aura lieu au printemps, sur le modèle de celle qui avait eu lieu lors du changement de majorité, à l'été 2012.

"Pour ne pas perdre de temps, le Premier ministre recevra dès le 27 janvier l'ensemble des partenaires sociaux", a précisé le président assurant que "quatre chantiers" seraient ouvert: la diminution des prélèvements pesant sur le travail, la fiscalité des entreprises, la simplification et les contreparties demandées aux entreprises.

  • Courbe du chômage 

Grande absente de la conférence de presse de mardi dernier, la promesse présidentielle d'"inverser durablement la courbe du chômage" s'est vue remplacée par "un voeu" et une déclaration d'intention :

Le chômage a été stabilisé, même avec une croissance faible, pour ne pas dire quasi nulle, mais la baisse qui est attendue doit maintenant être effective. C'est maintenant que tout se joue

Devant la presse le 14 janvier, François Hollande avait confirmé l'annonce de Jean-Marc Ayrault portant sur la création de 50 000 nouveaux emplois d'avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2014 à 23:32 :
avant que les entreprises lui fassent confiance ,il a beaucoup ,beaucoup de travail et
un sacré changement de cap a faire .
a écrit le 21/01/2014 à 23:31 :
avant que les entreprises lui fassent confiance ,il a beaucoup ,beaucoup de travail et
un sacré changement de cap.
a écrit le 21/01/2014 à 23:08 :
Dans ton c, la sens tu, qui se glisse ...
a écrit le 21/01/2014 à 22:37 :
article non signé = propagande présidentielle
a écrit le 21/01/2014 à 17:11 :
N en déplaise aux éternels grincheux, le président pour le moment et juste avec des mots ,à déjà fait changer la perception de l avenir que pouvez avoir un chef d entreprise comme moi, car je sens enfin du mouvement.Alors j attends les actes pour être rasséréné, mais si nous souhaitons le redressement de notre pays (des fois je doute en lisant les commentaires), il faut arrêter le défaitisme et accompagner ce mouvement qui peut être le début des mutations attendues.
Réponse de le 21/01/2014 à 22:41 :
Votre petit chéri est en train de nous amener vers le grand marché transatlantique et met en place la destruction des nations au profit de l'oligarchie et vous, vous imaginez être invité au banquet des vainqueurs ? Mouhaaaaahaaaa !
Réponse de le 22/01/2014 à 2:55 :
allez Nico, soyez raisonnable, aucun président de la republique n'a les moyens de relancer quoique ce soit si il ne baisse pas les charges violemment, et de cela, AUCUN n'en a eu jamais les moyens !!! alors, le reste n'est que littérature !!!!
un ancien chef d'entreprise
a écrit le 21/01/2014 à 16:56 :
Bonjour,

Cela va être une belle usine à gaz.

Par ailleurs les entreprises en difficultés ne pourront pas se qualifier, et leurs concurrents en bonne santé seront par ailleurs privilégiés avec des conséquences négatives pour l'emploi.

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 21/01/2014 à 16:43 :
Il s'agit, en fait, d'un pacte de décharge de la responsabilité de l'état concernant le chômage.
C'est astucieux, il fallait y penser !
Réponse de le 21/01/2014 à 17:18 :
Moi je dirai astucieux pour des raisons autres et plus positives (politique notamment) Faire confiance aux partenaires sociaux est courageux et j espère payant. C est bien les entreprises qui créent l emploi, mais si ça ne marche pas, tout le monde se tournera contre le président, c est la règle du jeu et c'est normal. En économie c est le risque qui paie, concept étrange, il est vrai, pour un pays de rentiers et corporatiste. Vous proposez quoi au fait, 3 millions d emplois d avenir?
a écrit le 21/01/2014 à 16:41 :
Fevrier 2013 je veux embaucher un collaborateur,je sélectionne une personne parmi les 30 candidats proposés de pole emploi, il faut le former il sera opérationnel en mai , en avril on me dit qu'il sera prêt en juin , en été la formation est repoussée en septembre , puis en novembre , conclusion je renonce à l'embauche j'ai perdu mes marchés,vive la France .
Chronique normale des frasques de administration.
Réponse de le 21/01/2014 à 17:21 :
Vous n aviez qu'à former en interne comme chez moi. Bizarre d être chef d entreprise et de vivre comme un assisté...non typiquement francais
a écrit le 21/01/2014 à 16:35 :
COMMENT FAIRE CONFIANCE TEMPS QUE L'ON NE SAIT OU SERONT LES ECONOMIES;les societes dont la marge sera ameliorée redonneront 37 % SUR LES BENEFICES DE LA SOCIETE
a écrit le 21/01/2014 à 16:26 :
L'invention du pacte de responsabilité...,vendu par un homme qui n'a jamais été un entrepreneur en responsabilités ...! va être certainement aussi rentable ..., que l'invention bluffante du ministère du redressement productif....dont.... nous attendons toujours le bilan ...après 18 mois de n'importe quoi..!
Réponse de le 21/01/2014 à 17:30 :
J attends toujours le résultat de la politique de changement de civilisation de votre tout petit gourou...
a écrit le 21/01/2014 à 15:57 :
"François Hollande souhaite une "harmonisation" fiscale avec les grands voisins européens "à l'horizon 2020. parce qu'il espère être encore là...Et puis, quand on est la risée du Monde on la ferme...L'Europe n'a pas besoin de la France dans l'état où elle est. L'Espagne, le Portugal, même la Grèce redresse la tête et nous on sombre.
Réponse de le 21/01/2014 à 16:20 :
redresse la tête ? Vous rigolez ? Avec une population qui a sombré dans la plus grande précarité quand ce n'est pas la pauvreté.
C'est sur que quand on perd 25% de son PIB, il est plus facile de repartir (et encore, ce n'est pas gagné ce sont des prévisions pour 2014, en ce qui concerne la Grèce), d'autant plus après 7 années de récession extrême.
En France, la perte d'activité a été limité, comparons ce qui est comparable, votre commentaire n'a aucun sens (merci de vous appuyer sur des faits économiques tangibles).
Contrairement à ce que vous dites, toute l'Europe attend la France (deuxième économie de la zone euro) sur de tels sujets, et il est très positifs qu'elle prenne des initiatives. Les français comme vous passe aujourd'hui le plus clair de leur temps à chouiner à partir d'idées fausses et de ressentis d'un pessimisme affligeant.
Réponse de le 21/01/2014 à 17:25 :
Il existe encore des personnes comme Clemher qui y croit encore. Bon courage ...
Lors de la campagne, Hollande a promis de rénégocier le "Traité de Stabilité" et nous savons tous ce qu'il a fait. RIEN !!!
Il veut maintenant imposer à l'europe une fiscalité commune. Qui veut de sa fiscalité sclérosante et handicapante, ...
a écrit le 21/01/2014 à 15:22 :
il suffit de reprendre l'argent offert par l'état aux entreprises si celles ci ne créent pas d'emplois,et de le redéployer vers les collectivités locales,plus dynamiques et créatrices d'activité!
Réponse de le 21/01/2014 à 15:43 :
Reprendre l'argent oui ,mais le rendre au contribuable et surement pas aux collectivités qui dépensent déjà assez.ça suffit la gabegie.
Réponse de le 21/01/2014 à 15:50 :
L'état ne fait que rendre aux entreprises une partie de ce qu'il leurs à pris.Une collectivité locale ça ne produit pas de richesses,
Réponse de le 21/01/2014 à 16:32 :
@ elu ps soyez HONNETE si les entreprises francaises rejoignent les autres pays dans leur marge ils degagerons des benefices sur les societeS et REDONNERONS 37 % à l'etat alors qu'en ecosse par exemple ELLES ne redonnent que 12%
Réponse de le 21/01/2014 à 17:28 :
Suis pas sur que vous soyez chef d entreprise, donc je vous passe les différentes et nombreuses solutions pour baisser son résultat. Mais bon, je vous invite a mieux regarder les 2 taux d IS et son rendement par rapport à nos voisins. Votre commentaire illustre par contre le ravage que peut produire un taux affiché, même si l assiette est trouée de partout, en terme de communication surtout auprès des investisseurs étrangers. J entends d ailleurs à ce sujet qu une négociation se profile pour le baisser et élargir l'assiette, ce qui serait intelligent.
Réponse de le 21/01/2014 à 17:32 :
Et en Irlande 0, on a vu leur résulter pendant la crise. Comparez avec l Allemagne serait plus pertinent.
a écrit le 21/01/2014 à 15:12 :
Encore des effets d'annonces, il essaie de limiter la case en vue des cantonales.
Nous allons atteindre les 450 000 emplois aidés au premier semestre 2014, c'est comme ça qu'il stabilise le nombre de chômeur.
a écrit le 21/01/2014 à 15:09 :
Par contre sur la photo, on voit que la teinture à cheveu est moins ridicule que d'habitude ! Maintenant, il doit payer son coiffeur en liquide pour être bien traité !!!
a écrit le 21/01/2014 à 15:06 :
Pour les salariés rappelons les mesures de Hollande
1- suppression des heures sup défiscalisées
2- taxation à 20% de l'intéressement et de la participation
3- imposition de la part de mutuelle payée par l'entreprise
Alors, mesdames et messieurs les journalistes, soyez un peu moins naïfs ou un peu moins complices svp ! Les mesures effectivement prises vont CONTRE les salariés (par contre les fonctionnaires ont vu leur jour de carence maladie supprimé à compter du 1/1/14)
Réponse de le 21/01/2014 à 20:29 :
vous oubliez l'augmentation des cotisations viellesse employeur et salariés...encore quelques euros en moins sur votre salaire net dès la fin Janvier !!! le changement c'est maintenant...
a écrit le 21/01/2014 à 15:00 :
Des paroles , des maneuvres et des séquences decommunication pour faire tourner le compteur en esperant qu une reprise venue d ailleurs va lui sauver les miches : pathétique
a écrit le 21/01/2014 à 14:50 :
François Hollande fait le service après vente, ah bon vous connaissez quelqu'un qui a acheté son produit?
a écrit le 21/01/2014 à 14:50 :
Quel scandale cette invention du pacte de responsabilité...! F.Hollande socialiste improductif depuis toujours, qui n'a jamais était un responsable d'entreprise...!, veut devenir aux 21 siècle ...! le donneur d'ordres et moralisateur ...auprès des entreprises productrices de richesses dans notre pays ...! c'est surréaliste ce gouvernement ...!
Réponse de le 21/01/2014 à 16:24 :
c'est votre commentaire qui l'est, surréaliste, avec de belles fautes pour agrémenter le plus. En quoi être chef d'entreprise donne plus de compétences pour gérer un Etat, une République comme la France ? J'aimerais savoir en quoi Thierry Breton a été un meilleur ministre le d'économie par exemple.
Saviez vous que les entreprises ne sont pas les seules agents économiques d'un état (leur intérêt est d'ailleurs à mettre en confrontation de celui des autres agents).
Et pour le côté improductif, je peux vous lister une série de réforme qui peuvent rendre bien jaloux son prédécesseur (qui pour le coup était le roi des effets d'annonce, sans effets justement).
a écrit le 21/01/2014 à 14:46 :
C'est bien s'il y a des personnes qui croient encore à ces balivernes...pour ma part c'est encore du pipeau qui ne changera strictement rien, que l'état s'occupe déjà de ces fonctionnaires, ce serait déjà énorme comme tâche !
a écrit le 21/01/2014 à 14:41 :
ou l'art de ne rien faire ..... de conférence , en colloque et en Grande Conférence...le temps passe et l'on va d'élection en élection.... Les avis des participants sont tellement irréconciliables que c'est encore la meilleure méthode pour éviter des drames mais on glisse doucement vers l'abysse...
a écrit le 21/01/2014 à 14:11 :
Pacte de responsabilité, vendu par un irresponsable, dans le sens où, il ne risque rien, si ce n'est de ne pas être réélu.
Le problème se pose de la responsabilité réelle des élus.
a écrit le 21/01/2014 à 14:11 :
Pacte de responsabilité, vendu par un irresponsable, dans le sens où, il ne risque rien, si ce n'est de ne pas être réélu.
Le problème se pose de la responsabilité réelle des élus.
a écrit le 21/01/2014 à 13:58 :
Hollande ça être embauché chez Darty pour assurer le service après vente. Il faut bien amuser la galerie pour masquer son incompétence.
Réponse de le 21/01/2014 à 15:08 :
Sauf que ce que vend Darty, en général, ça marche. Et que Hollande dans un magasin de ce type, il ne tiendrait pas 3 jours avant de se faire virer pour incompétence !!!
Réponse de le 21/01/2014 à 16:29 :
Vous avez parfaitement raison, j'aurai dû préciser. Merci et chez Darty ça fonctionne heureusement sans hollande.
a écrit le 21/01/2014 à 13:32 :
des annonces pour des conférences avec tous les acteurs (qui ont des positions radicalement opposées, : entreprises vs. syndicats)... les mois vont passer sans qu'aucune décision concrète ne soit prise et pendant ce temps là la France va encore perdre du temps...
a écrit le 21/01/2014 à 13:29 :
Il n ont jamais été dans une entreprise on n embauche pas parce qu on a une remise de 5 % sur les salaires.
a écrit le 21/01/2014 à 13:15 :
Malheureusement, avec le texte sur les H-F en discussion actuellement, plus ça, c'est continuellement de nouvelles obligations / règles / lois qui pèsent sur les entreprises. Cela a un coût, évidemment. Où est passée la promesse de simplification ?
a écrit le 21/01/2014 à 13:10 :
C'est du bla-bla à l'approche des élections. Et il y en a qui le croit !
Réponse de le 21/01/2014 à 16:24 :
et bien on en parlera quand ce sera mis en place (le CICE lui fonctionne déjà)
a écrit le 21/01/2014 à 13:07 :
Qu'il garde ses baisses de charges, ses chomeurs et son pays déclinant.
Réponse de le 21/01/2014 à 16:26 :
pour le coup, ce ne sont pas ses chômeurs, le déclin du pays ayant été amorcé bien avant et de façon nette sans qu'une politique d'envergure ne lui soit mis en face

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :