L'objectif du déficit public à 3% en 2015 maintenu malgré le Pacte de responsabilité (Moscovici)

 |   |  396  mots
Les allègements de charges prévus pour les entreprises ne remettent pas en cause l'objectif d'un déficit public à moins de 3% en 2015, selon le ministre de l'Économie et des Finances Pierre Moscovici. (Photo : Reuters)
Les allègements de charges prévus pour les entreprises ne remettent pas en cause l'objectif d'un déficit public à moins de 3% en 2015, selon le ministre de l'Économie et des Finances Pierre Moscovici. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
L'objectif de réduction du déficit public de la France sous le niveau de 3% du PIB en 2015 ne sera pas remis en cause par les mesures du Pacte de responsabilité, a déclaré jeudi le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a parlé d'une réduction des dépenses de 50 milliards d'euros "minimum".

Le Pacte de responsabilité remet-il en cause les objectifs de réduction du déficit public ? Non, a répondu le ministre de l'Économie est des Finances Pierre Moscovici lors de ses voeux ce jeudi.

"L'objectif est de 4,1% pour 2013, de 3,6% pour 2014 et d'être en dessous de 3% pour 2015: c'est évidemment maintenu"

Désir de crédibilité

Il n'y aura donc pas de négociation avec Bruxelles en vue d'obtenir un délai supplémentaire lié aux allègements de charges promis aux entreprises prévus par le Pacte.

Le Pacte de responsabilité annoncé le 31 décembre par le président de la République, François Hollande, prévoit la suppression des cotisations familiales patronales, soit environ 30 milliards d'euros d'ici 2017. Cette somme comprend les montants consacrés au Crédit d'impôts pour la compétitivité et l'emploi (CICE), qui doit dès l'an prochain représenter 20 milliards d'euros.

"Il faut nous attacher à renforcer la crédibilité de la France aux yeux de nos partenaires", avait déclaré Pierre Moscovici en guise de prélude, à quelques heures de son déplacement à Davos et de la publication de la note française par l'agence Moody's.

50 milliards d'économies... "minimum"

Du côté de Matignon, Jean-Marc Ayrault a indiqué ce même jour, à l'issue de la première réunion du Conseil stratégique de la dépense publique à l'Élysée, que l'objectif était de réaliser 50 milliards d'euros d'économie "au minimum" d'ici à la fin du quinquennat en 2017. Les syndicats ont immédiatement exprimé leurs inquiétudes à la veille des voeux du Premier ministre aux agents.

Si la croissance espérée par le président de la République n'est pas au rendez-vous, ce dernier n'aura donc d'autre choix que d'annoncer des économies supplémentaires sur d'autres postes de dépenses. D'autant plus que l'Élysée a indiqué mardi vouloir faire en sorte que les charges sociales ou fiscales des entreprises soient réduites dès 2015.

"Entre 2008 et 2012, la part de la dépense publique dans la richesse nationale a augmenté de 4 points, passant de 52,6 à 56,6, et pourtant, ça n'a pas amélioré les services publics et la vie des Français", a déclaré le Premier ministre en guise de réponse.

Mais les économies ne se feront "pas sur le dos" des fonctionnaires, a dors et déjà prévenu Jean Marc-Ayrault.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2014 à 12:07 :
L'économie annoncée pour 2014 est de 15 milliards. Ceux ci représentent la moindre augmentation "naturelle" annuelle des dépenses publiques estimée à 20 milliards. Simple donc de transposer sur 2015-2016-2017 le mécanisme puisque, sans faire aucune vraie compression budgétaire, le gouvernement peut annoncer 45 milliards (3x15) d'économie.
Concernant le pacte de responsabilité, les 30 milliards retirés aux entreprises vont être compensées par l'absorption des 20 milliards du CICE. Et comme mécaniquement la baisse des cotisations familiales patronales va augmenter la part imposable, l'Etat va récupérer sans se fouler 10 milliards d'IS supplémentaires.
Donc d'un côté pas de vraies économies et de l'autre pas de vrais allégements de charge. Bruxelles et les agences de notation vont elles considérer cela comme des efforts?
a écrit le 24/01/2014 à 10:57 :
génial encore du déficit... y'en qui n'ont plus contact avec les réalités.
faire des économies ça veut pas dire faire du déficit de 3%
faire des économies ça veut dire dépenser moins que ce qu'on fait rentrer pour se désendetter et ainsi alléger le fardeau de la dette... 50 milliards de charge de la dette...

si un poste se libère au ministère...
a écrit le 24/01/2014 à 7:43 :
Mais bien sûr, puisque, pour les Français, un beau discours vaut une réforme. La preuve, les réactions de la presse après la conférence de presse de Hollande...
a écrit le 24/01/2014 à 7:42 :
On balance des chiffres (en milliards) en veux-tu en voilà sans dire où ces fonds vont être trouvé. Quand on passe son temps à chercher des trucs pour se rendre crédible, c'est qu'on ne l'est pas. Ces gens là ont intérêt à faire ce qu'ils disent, mais on peut encore en douter. Personne n'est d'accord sur le millefeuille, pourtant c'est par là qu'il faudrait commencer. Nos prêteurs n'attendront pas indéfiniment.
a écrit le 24/01/2014 à 6:09 :
D'ici là il espère un poste à la commission européenne donc il continue à mentir comme un arracheur de dents ...
Réponse de le 24/01/2014 à 7:24 :
Enarque 1 er a bien appris sa leçon il se fou de la suite comme des autres promesses faites il y a 2 ans (les 3 % de déficits étaient un engagement )
a écrit le 23/01/2014 à 22:26 :
La vérité c'est que la sécu ne peut augmenter moins vite que le PIB car la population croit plus vite que le PIB déjà. La masse salariale des fonctionnaires elle ne peut décroître que très faiblement (c'est mathématique : il faut plusieurs décennies pour la faire évoluer significativement). Il ne reste donc qu'une solution : asphyxier les entreprises fournisseurs de l'état et des CL ou bénéficiaires de subventions...
a écrit le 23/01/2014 à 21:00 :
Le déficit augmentera avec les indemnités que "nous" allons donné à Valérie et ensuite "nous" donnerons à la prochaine et ainsi de suite ... Le déficit gonflera
a écrit le 23/01/2014 à 19:57 :
Tout ce qu'il a dit, c tjrs le contraire qui s'est passé....
a écrit le 23/01/2014 à 18:53 :
Il faudrait peut être leur mettre la pression. Il annonce des dépenses par dizaines de milliards En même temp 50. Milliards de baisses des dépense réduction a moins de 3 % du déficit dans 2 ans .. Ils déjeunent au Ricard a Bercy ??? Aucun détaille aucune piste sérieuse concernant les économies.
Arrêter de servir la soupe !!
a écrit le 23/01/2014 à 17:41 :
Il a déjà menti par ignorance. Cette fois ci c'est volontaire. Voilà ce que nous apprennent ces personnes qui ont été choisi pour gouverner un pays alors qu'ils prouvent leur incompétence.
a écrit le 23/01/2014 à 17:28 :
de toute façon, l'important n'est pas d être 2.9% ou 3.4 ou 3.8%, l'important c'est de mener les réformes structurelles indispensables pour redresser notre pays. Les Allemands ont su s'affranchir des règles communes pour mener les réformes, maintenant c'est à nous, avec un contexte de taux favorable et une économie mondiale qui va mieux c'est maintenant qu'il faut y aller. Il est certain que cela aura au départ des effets récessionnistes donc il faut que l'état ne serre pas trop dans un premier temps, pour en récolter les fruits dans 2 ou 3 ans et assainir une bonne fois pour toute nos déficits.
Réponse de le 23/01/2014 à 18:40 :
Quand même 2.9 on est en positif hors intérêt Et le banquier serait déjà rassurer
a écrit le 23/01/2014 à 16:49 :
Moscovici peut bien annoncer n'importe quoi car il sait qu'en 2015 il ne fera plus partie du gouvernement
Réponse de le 23/01/2014 à 18:42 :
Oui c est sur et les 50 milliards il disent pas ou ils les trouve. Pourquoi pas 72 ou 44 milliards. Lol. C est du vent on attends les réformes
a écrit le 23/01/2014 à 16:40 :
la notation de Moodys tombe vendredi...

panique à Bercy. on annonce tout et n'importe quoi afin de faire croire que des réformes sont en cours.
toujours pas de détail sur les baisses des dépenses publiques....

on verra lundi le spread entre la France et l'Allemagne
a écrit le 23/01/2014 à 16:37 :
une dexindexation du patrimoine mobilier et immobilier de 4, 656 % est a l'etude a bercy le chiffrage est quasi sur papier
a écrit le 23/01/2014 à 16:28 :
si c'est vrai je mange mon chapeau,et toi quel est ton gage ??
a écrit le 23/01/2014 à 16:21 :
il nous l'avait deja dit pour 2013 il ment comme il respire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :