Qui sont ces Français présents sur la liste HSBC de titulaires de comptes en Suisse ?

 |   |  597  mots
3.000 Français auraient détenu un compte en Suisse, selon des listings émanant de la banque HSBC. (Reuters/Denis Balibouse)
3.000 Français auraient détenu un compte en Suisse, selon des listings émanant de la banque HSBC. (Reuters/Denis Balibouse) (Crédits : Reuters/Denis Balibouse)
Parmi les quelque 3.000 Français dont le nom figure sur les listings HSBC, remis au Fisc français par un ancien employé de HSBC, "Le Monde" a déniché plusieurs personnalités. La plupart seraient en train de régulariser leur situation.

Il y a plusieurs catégories de détenteurs de comptes en Suisse. C'est ce qu'explique le quotidien Le Monde, qui publie dans son édition datée du 28 janvier une longue enquête consacrée aux listings HSBC.

En 2008, Hervé Falciani, ancien informaticien de la banque suisse, avait révélé des fichiers permettant de découvrir des milliers d'évadés fiscaux dans le monde, ce qui lui a valu des poursuites judiciaires en Suisse.

3.000 Français

Parmi eux, quelque 3.000 Français qui ont pour point commun, pour ceux qui ont accepté de témoigner dans les colonnes du Monde, d'être en situation régularisée, ou en voie de régularisation.

Le quotidien distingue d'abord les titulaires de comptes en règle : ceux qui résident en Suisse, comme Christian Karembeu, les fondateurs de la chaîne de restauration Buffalo Grill ou l'opticien Alain Afflelou. "J'ai vécu à Genève de 1987 à 2006, j'y ai ouvert un compte dans une banque, rachetée ensuite par HSBC, et l'ai fermé en quittant la Suisse", explique-t-il.

Un joueur de la Coupe du Monde 1998

En revanche, écrivent les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, "les enquêteurs s'interrogent sur un ancien coéquipier de Christian Karembeu en équipe de France, lui aussi champion du monde en 1998, qui avait placé 1,6 million d'euros chez HSBC, et sur deux monstres sacrés du cinéma français, un humoriste star, une vedette de la chanson, une ancienne Miss France. Et un sénateur (UDI)."

Souvent, les personnalités incriminées se défendent d'avoir voulu frauder le fisc sciemment, mais mettent en avant une histoire personnelle ou leur méconnaissance de la loi. Ainsi du cinéaste Cédric Klapisch, qui explique : 

Mon père habite en Suisse, il m'avait ouvert un compte à Genève. Il n'y avait pas énormément d'argent dessus . Je ne savais pas que c'était illégal. J'ai tout régularisé en 2012, et je n'ai plus d'argent là-bas.

Un compte en héritage

C'est encore le cas du psychanalyste Gérard Miller, qui explique que c'est son père, juif polonais immigré en France au début des années 1930, qui aurait ouvert ce compte "comme je ne sais quelle assurance contre un possible retour du pire" :

J'ai reçu en héritage un compte qu'il avait constitué à l'étranger, sans que j'y prenne la moindre part. Je me suis donc retrouvé l'héritier passif d'une situation qui s'était créée du début jusqu'à la fin sans moi.

L'ancien président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) Richard Prasquier livre un récit similaire. Il explique être devenu, après le décès de son père, "co-bénéficiaire du compte familial à leur nom", mais ne l'a jamais alimenté et a régularisé "de manière spontanée l'ensemble de ces avoirs" en 2009 et 2010.

Des incompréhensions

"Sans surprise, poursuit Le Monde, les listings mentionnent plusieurs protagonistes de l'affaire Elf (André Tarallo, Alfred Sirven, André Guelfi, François Antona…), dont la justice avait généralement déjà mis au jour les avoirs helvétiques".

Le quotidien cite encore le cuisinier Paul Bocuse, qui plaide l'étourderie. Il avait "oublié" ses avoirs en suisse, selon un de ses conseillers en patrimoine, mais a régularisé sa situation en 2010. En revanche, plusieurs personnalités, le millionnaire Alexandre Allard, l'écrivain Marc Lévy, l'ancien tennisman Henri Leconte, dont les noms figurent aussi sur les listings, ont expliqué au Monde ne pas comprendre leur présence sur les listings.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2015 à 20:10 :
Comment la France a perdu son Credit Lyonnais????Pourquoi????la France a perdu sa Banque avec sa réserve d'OR qui était volée et transférer en Israel sans aucun Responsable Politique,Financier y Compris l'ex Directeur General du Credit Mr TRICHET qui n'a pas jugé utile de récuperer la réserve du Crédit Lyonnais,la France a perdu sa Banque Nationale.
La Generale a remplacé la Banque Nationale ,des actionnaires dont leurs identités n'etaient pas vérifié ,ils sont rentrés pour blanchir leurs argents ,les memes actionnaires sont également les actionnaires du BNPARIS.
a écrit le 28/01/2014 à 23:49 :
De qui se moque-t-on? Ces quelques centaines de personnes ayant un compte en Suisse ou ailleurs sont l'arbre qui cache la forêt de l'évasion fiscale des grands groupes industriels.
Mais il est plus facile d'attaquer des particuliers que des entreprises équipées des conseillers juridiques et fiscalistes les plus performants...
a écrit le 28/01/2014 à 19:47 :
Est-ce normal qu'un journal comme Le Monde jette à la vindict populaire des personnes en faisant leur procès et en les condamnant?

Le plus choquant dans cette affaire est bien que personne en France se pose cette question.
Réponse de le 29/01/2014 à 22:53 :
si ! .. moi aussi !
a écrit le 28/01/2014 à 19:28 :
Ce qui m'intéresserait serait d'avoir le nom des politicards .....
a écrit le 28/01/2014 à 18:32 :
HSBC n'est pas une banque suisse!

HSBC = Hong Kong Shanghai Banking Corp (une banque anglo-chinoise) qui a une filliale en Suisse.

Est-ce que la France va faire encore longtemps une "fixette" sur son voisin? On savait la France jalouse de la réussite de la Suisse, mais cela en devient risible!

Exemple: Les politiques et les média français crachaient sur la Suisse qui accueillait le vilain exilé fiscal Johnny Hallyday. Depuis que l'on sait qu'en fait Halliday est exilé aux USA, est-ce que une seule personne dans l'Hexagone a fait des reproches aux USA?

Non, La France est un grand pays qui préfère chercher des poux à plus petit que lui. Cela doit être cela la GRANDEUR de la France
a écrit le 28/01/2014 à 13:45 :
et alors, que vont devenir ces sommes qui seront volées par le fisc français ? dépensées à tort et à travers pour payer des fonctionnaires et des politiques aussi inutiles que rentiers qui n'apportent strictement rien à ce pays !!!!!!!!
Réponse de le 09/02/2015 à 17:32 :
Que de raccourcis...
Mais non Bertrand Les impôts servent à payer des flics pour te protéger, des enseignants pour nos enfants, financer les hôpitaux pour que tu puisses te faire soigner si besoin est...
Modeste retraité, je laisse 1/12 de ma pension en impôts. Que les riches contribuent un peu plus, je trouve ça normal.
Sil vous plait, arrêtez de plaindre ces pauvres riches qui ne savent que faire de leur pognon, voir le cas de Mme Bettencourt qui en possède tellement qu'elle le distribuait sans compter et certainement financer un parti politique ami...
a écrit le 28/01/2014 à 12:15 :
Posséder un compte à l’étranger n’est pas illégal ? Ce qui est illégal, c’est de ne pas le déclarer et ne pas déclarer les revenus (intérêts) perçus.

Donc, quand un avocat ouvre un compte pour son client, il a tout à fait le droit. Par contre, le client doit le déclarer auprès du FISC. S’il ne le fait pas, alors, il est fautif et soupçonner d’évasion fiscale

Par contre, je ne sais pas si on doit déclarer les revenus perçus dans le pays où est ouvert le compte… Ça doit dépendre des avoirs présents ?
Réponse de le 28/01/2014 à 12:47 :
Les revenus de capitaux mobiliers (dont comptes en banques) sont en général imposés dans le pays de résidence de leur détenteur et non pas dans le pays où se trouve le compte (qui peut néanmoins prélever une retenue à la source forfaitaire, c-a-d un % fixe qui n'a rien à voir avec l'IR progressif).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :