Chômage : quand le patronat se prend pour Pôle emploi !

 |   |  402  mots
Après CroissancePlus, la CGPME diffusera elle aussi les offres d'emplois de ses adhérents
Après CroissancePlus, la CGPME diffusera elle aussi les offres d'emplois de ses adhérents (Crédits : DR)
Après CroissancePlus, c’est au tour de la CGPME de proposer des offres d’emplois sur Internet. Selon une enquête récente de l’Observatoire du Medef, 132.700 postes sont restés non pourvus sur les 835.291 recrutements engagés au troisième trimestre.

Les organisations patronales ne se contentent pas de faire des commentaires acerbes sur la dégradation du marché du travail  et de faire des promesses de créations de postes en échange d'allègements de la fiscalité.

En janvier 2013, l'association CroissancePlus innovait en mettant en ligne des propositions de postes sur son site Internet. Depuis cette date, les 400 adhérents de l'association ont mis en ligne plus de 300 offres d'emplois, essentiellement des contrats à durée indéterminée. Pour quels résultats ? Selon CroissancePlus, 135 offres ont été pourvues. Pour quels postes ? Tous les secteurs, tous les profils sont concernés. Les entreprises peinent aussi bien à trouver des assistantes maternelles que des ingénieurs système ou des directeurs artistiques.

La CGPME ouvre une page dédiée sur Facebook

La CGPME a décidé de lui emboîter le pas. Fruit de sa collaboration avec Facebook et Work4, un développeur spécialisé dans la création de pages carrière sur le réseau social, la Confédération lancera dans quelques jours son initiative " Les PME recrutent ! ". Son objectif est clair : mettre en relation les entreprises, notamment les TPE-PME, qui recherchent des salariés, des apprentis, des jeunes en alternance, ou des stagiaires avec les candidats qui souhaitent travailler dans une PME.

Le Medef veut élever le débat

Pour l'instant, le Medef n'a pas l'intention de suivre le mouvement, même si ses objectifs en matière de lutte contre le chômage sont les mêmes que ceux des autres membres du patronat. Au 55 avenue Bosquet, dans le septième arrondissement de Paris, on préfère lutter contre le chômage en fournissant des études macroéconomiques, des baromètres ou des enquêtes prospectives via l'Observatoire du Medef.

Lutter contre les emplois non pourvus

C'est d'ailleurs une étude récente de cet observatoire qui a quantifié les postes non pourvus. Ainsi, au troisième trimestre, 132.700 offres d'emplois sur les 835.291 recrutements engagés n'ont pas trouvé preneur. Quels sont les métiers concernés par cette absence de candidats ? Selon l'Observatoire, les principaux postes non pourvus sont ceux d'employés et d'agents de maîtrise de l'hôtellerie et de la restauration, cuisiniers, assistantes maternelles, conducteurs de véhicules, cadres et technico-commerciaux, ingénieurs et techniciens de l'informatique. Cette liste ne présente aucune surprise, ces métiers connaissant régulièrement des problèmes de recrutement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2014 à 23:48 :
Ce n'est pas sérieux, jetez un œil sur CGPME emploi où la plupart des annonces datent de 2011. La moindre des choses pour cette association est de présenter un site mis à jour. Quand je vois cela , je m'inquiète sur la compétence de leurs représentants. Normal qu'ils n'arrivent pas à recruter, ont- ils besoin d'un coach pour les faire passer du XIX eme au XXI eme siècle ?
Les donneurs de leçon devrait commencer par dépoussiérer leurs cadres .
a écrit le 28/01/2014 à 20:50 :
Il faudrait déjà que la CGPME donne des cours de politesse aux dirigeants et aux cadres qui recrutent pour leur apprendre la politesse minimum,

par exemple répondre aux candidatures, accuser réception des mails ... c'est pas difficile ça, c'est un minimum ...
a écrit le 28/01/2014 à 17:23 :
La solution,PRIVATISER POLE EMPLOI. Les fonctionnaires sont incompétents en terme d'économie de marché.
Réponse de le 28/01/2014 à 19:33 :
Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de fonctionnaires à pôle emploi. Les salariés ont des contrats de droit privé. Quand on ne sait pas .... On ferme sa bouche ....
a écrit le 28/01/2014 à 15:22 :
Il faut bien que quelqu'un s'occupe de trouver des emplois. Il y a une organisation qui existe déjà pour gérer le chomage et tous les médias parlent depuis des mois en accompagnant la voix du gouvernement du chomage. Il faut une organisation qui "trouve des emplois" et qui embauche.
a écrit le 28/01/2014 à 14:14 :
Au bal des faux culs, aucune chance de trouver plus d'emplois. Ce ne pourrait être que progressivement sur de longues années, et à condition de se soucier de la conscience professionnelle véritable, et en formant, sans bâcler, sur la durée nécessaire d'apprentissage sérieux. Or, l'on ne veut que des gens formés selon nos envies horriblement segmentées, et étriquées, sans que leur formation, ainsi bâclée, ne coûte à l'investisseur en ressource humaine.
Réponse de le 28/01/2014 à 17:25 :
Bonjour,
Je suis totalement d'accord avec vous. J'ajouterais qu'un accord sur des grilles salariales contraignantes branche par branche permettrait une saine concurrence et une véritable égalité de traitement par rapport à l’expérience et aux diplômes mais également par rapport à légalité homme/femme.
LA formation cela prends du temps et de l'argent il est normal par la suite d'être rétribué en conséquence... .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :