Emploi : Microsoft va aider 300.000 jeunes des quartiers

 |   |  568  mots
Microsoft France s'engage à initier des jeunes défavorisés au coding et à soutenir les startups dans les quartiers difficiles.
Microsoft France s'engage à initier des jeunes défavorisés au coding et à soutenir les startups dans les quartiers difficiles. (Crédits : Reuters)
Dans le cadre de son programme mondial YouthSpark, le géant de l'informatique a signé une convention avec le ministère de la Ville et s'est engagé à soutenir, en France, 300.000 jeunes issus des quartiers défavorisés.

Alain Crozier, président de Microsoft France, et François Lamy, ministre délégué chargé de la Ville, ont signé mercredi une convention en faveur des jeunes de quartiers prioritaires. Un accord qui s'inscrit dans le cadre du programme YouthSpark, lancé à l'échelle mondiale par le géant informatique en 2012 pour "accompagner et soutenir l'emploi des jeunes".

L'initiative du groupe américain est en ligne avec la politique du gouvernement, qui a récemment mis en place les emplois francs, un dispositif qui permet aux entreprises de bénéficier d'une exonération de charge pour aider les jeunes de zones urbaines sensibles (ZUS).

Déployé en partenariat avec le ministère de la Ville et les tissus associatifs locaux, le volet français du programme YouthSpark s'inscrit dans le cadre d'une convention appelée "Entreprise et Quartiers". Il devrait permettre à 300.000 jeunes issus de quartiers prioritaires, en France, "d'acquérir les compétences, les outils et le réseau nécessaires à la révélation de leur potentiel et à leur insertion dans l'emploi."

Des milliers d'emplois à pourvoir dans le numérique

D'après un sondage commandé par le groupe américain à Opinion Way, le numérique aurait la côte auprès des jeunes issus des quartiers difficiles : 80% des jeunes résidant en ZUS se disent attirés professionnellement par le secteur (contre 69% pour l'ensemble des sondés) et un sur deux aimerait créer une entreprise dans le domaine du numérique.

"Ce secteur doit s'imposer comme pourvoyeur d'emplois pour les jeunes", affirme le président de Microsoft France. "Les métiers du numérique sont des métiers d'égalité des chances, où l'on peut réussir même si on n'est pas doté de ce capital culturel ou social si souvent discriminant, où l'on peut s'épanouir alors même qu'on est mal à l'aise dans le système scolaire traditionnel".

Les profils capables de créer une application mobile ou de travailler sur l'architecture d'un cloud sont une denrée rare et de plus en plus recherchée en France. Une étude de la Branche Syntec-Cinov, publiée en août 2013, prévoit que la filière numérique devrait être à l'origine de la création nette de plus de 36.000 nouveaux emplois d'ici à 2018.

Pour rappel, selon les derniers résultats de l'étude PISA (novembre 2013), 20 à 25% des jeunes français d'une même classe d'âge sont en situation de décrochage scolaire. Et chaque année ils sont 150.000 à sortir du système sans qualification. 

Initiation au coding

Les engagements de Microsoft France dans la convention "Entreprises et Quartiers" visent dans un premier temps à créer de l'appétence pour les métiers du numérique. La compagnie souhaite permettre chaque année à 500 élèves issus de zones d'éducation prioritaires (ZEP) d'avoir accès à la "classe immersive" du Campus de Microsoft France, à Issy-les-Moulineaux, pour y bénéficier d'une initiation au coding.

La charte prévoit également un soutien aux écoles d'informatiques dites de la deuxième chance, à l'instar de Simplon.co, qui offre, durant 6 mois, une formation gratuite et rémunérée au développement web, à des publics issus de quartiers défavorisés.

Un troisième volet concerne enfin le soutien aux entrepreneurs. Microsoft France s'engage à diversifier le recrutement de ses structures dédiées au soutien de startups, tels que BizSpark ou Microsoft Ventures, en faveur des jeunes des quartiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2014 à 15:48 :
Très bonne démarche commerciale. Tout comme pendant mes études techniques où les fabricants de matériels se battaient pour que l'on utilise leurs standards dès le plus jeune âge...
Réponse de le 31/01/2014 à 0:50 :
C'est le même principe commercial qui explique la forte présence d'Apple dans le système éducatif américain. Cela ne fait aucunement appel aux qualités des produits proposés mais plutôt au lobbying dès le plus jeunes âge.
a écrit le 30/01/2014 à 15:05 :
Après la failite de l'Etat francais, qui a déversé des trilliards de trililiards en "politique de la ville" (comprendre : pognon offert aux banlieues pour acheter la paix ethnique" la world company MIcrosoft va tenter à son tour de sauver les "chances pour la France".
a écrit le 30/01/2014 à 4:51 :
Moi je dis ça va faire des jaloux parmis les racistes qui pensent que les jeunes des quartiers c 'est pas des vrais français mais des français de papiers, des sous citoyens, comme le dit si bien une certaine dame...
Réponse de le 30/01/2014 à 11:23 :
Les Etats-Uniens s'intéressent beaucoup à nos banlieues, il existe déjà un programme d'aide de l'ambassade US. S'attaquer au maillon faible de ce qui reste de la société française permet d'aligner ce pays encore un peu récalcitrant, la France, sur le modèle mondialisé dirigé des US par 1% de la population, le reste étant constitué de gogos consommateurs de produits, formatés, médiatiques ou non.
Réponse de le 31/01/2014 à 0:47 :
Il n'y a de quoi d'être jaloux de devenir la victime d'une opération communication de Microsoft qui fournira probablement quelques licences "gratuites" (comprise dans le budget marketing) de Windows 8 que personne ne souhaite acquérir. Ces 300 000 jeunes des quartiers devraient être rémunérés pour subir les instruments de torture (logiciels) de Microsoft.
a écrit le 29/01/2014 à 23:50 :
Excellente initiative, s'il y a un réel suivi. Révéler un potentiel et "initier" c'est bien, mais on ne devient pas ingénieur en un jour. Il faut offrir des stages et des formations ensuite.
a écrit le 29/01/2014 à 22:24 :
pourquoi pas ? , après tout ce n'est plus un secret , il nous manque des programmeurs et dans de nombreux secteurs informatique , je suis effaré de voir a quel point la programmation n'interresse presque plus personne , pourtant le logiciel reste et restera indispensable , ce métier permet d'avoir un vrai JOB par les temps qui courent , programmeur et boucher sont les métiers les plus recherchés et les candidats ne se bouscule pas , pourtant ces professions paient bien voir mieux qu'il y'a 10 ans vu la pénurie de candidats , espérons que des jeunes trouvent leur voie dans ce secteur , que microsoft paie pour former des futurs potentiels c'est bien mieux que l'état , si cela permet a des jeunes de créer leur boites voir d'être intégré dans une société c'est encore mieux et tout le monde sera gagnant .. si on ne trouve pas de programmeurs en europe on ira voir ailleurs comme ce fut le cas dans les années 90 helàs .. l'Inde a bien compris l'enjeu du software .. il serait temps que l'Europe s'y consacre de très près ..
Réponse de le 29/01/2014 à 22:37 :
Dans quel secteur précisément manque-t-il de programmeurs? Même le jeu vidéo sous-traite sa production à l'étranger pour réduire le coût de développement tout comme les producteurs de Hollywood font la chasse aux subventions pour alléger le budget des blockbusters ultra-rentables. Il est loin le temps du shareware et des programmeurs indépendants. Aujourd'hui c'est l'époque des "apps" dont très peu de programmeurs indépendants peuvent prétendre en vivre.
a écrit le 29/01/2014 à 19:14 :
Et bien aider tant de personnes ça vas leur couter un bras!!! Vu leur bénéfices il vont même pas le sentir passer. Si il veulent m'aider je me contenterais juste d'un toshiba satellite nouvelle génération avec au moins 1 To de disque dur. Pour le reste je m'en fiche et si il n'y a pas d'os j'y installerais linux. Il tourne déjà bien mieux que windows8 sur mon ordi actuel.
Réponse de le 29/01/2014 à 22:09 :
C'est le même principe que l'école de Niel, prendre l'innovation dans les esprits les plus créatifs sous couvert d'une "formation".
Réponse de le 30/01/2014 à 9:18 :
Il serait surtout intéressant de voir sous quelle forme sera leur aide. Je suis prêt à parier qu’ils vont appeler « aide » la simple fourniture de licences gratuites sur une certaine durée. Ça ne leur coûte pas un centime, et, des fois que les startup fonctionnent, ça leur permet ensuite de ferrer de nouveaux clients qui eux, paieront bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :