+1.400% : la hausse des investissements chinois en France depuis 2005

 |   |  309  mots
Les entreprises chinoises employaient fin 2012 plus de 11.000 personnes en France, selon l'Afii. (Reuters/Benoît Tessier)
Les entreprises chinoises employaient fin 2012 plus de 11.000 personnes en France, selon l'Afii. (Reuters/Benoît Tessier) (Crédits : Reuters)
Les investissements directs chinois en France, quatorze fois plus importants fin 2012 qu'en 2005. Une véritable explosion, à nuancer cependant : ils représentent moins de 1% des stocks d'investissements étrangers en France.

3,5 milliards d'euros d'investissements directs chinois en France en 2012. C'est 14 fois plus important qu'en 2005, quand les IDE chinois ne représentaient que 250 millions d'euros.

Ce bond, explique l'AFP, découle pour l'essentiel de la prise de participation du fonds souverain CIC dans la filiale d'exploration-production de GDF Suez fin 2011. La prise de participation de Dongfeng dans PSA Peugeot Citroën va avoir le même effet.

Explosion minime

Car cette explosion, impressionnante statistiquement (+1.400% en sept ans !) est relativement minime : fin 2012, les IDE chinois ne représentaient que 0,8% du total des investissements étrangers en France.

A titre de comparaison, les investissements des Etats-Unis en France, les plus élevés, pèsent entre 90 et 100 milliards d'euros, ceux de l'Allemagne ou du Royaume-Uni dépassant les 60 milliards.

Selon l'Agence française des investissements internationaux (Afii), la France était néanmoins le premier pays d'accueil en Europe des investissements créateurs d'emplois en provenance de Chine en 2012, s'arrogeant 21% des projets dirigés vers l'Europe.

Les entreprises chinoises employaient fin 2012 plus de 11.000 personnes en France, privilégiant les secteurs de l'énergie, de l'agroalimentaire, du verre/bois/papier et de l'aéronautique, précise l'Afii.

"Opportunisme"

"Les Chinois sont guidés par l'opportunisme", explique à l'AFP Thierry Charpentier, directeur des activités de soutien aux transactions au sein du cabinet PWC. "Ils veulent avoir accès à une marque connue ou à une technologie pour pouvoir l'utiliser ensuite en Chine. Ce n'est pas uniquement de l'apport d'argent frais", précise-t-il, soulignant que ces investissements constituent "plutôt de bons exemples" en termes de maintien de l'emploi en France et de développement en Asie.

Le commerce bilatéral entre la France et la Chine - deuxième fournisseur de l'Hexagone et huitième client pour les exportations françaises- est passé de 10 milliards d'euros en 1995 à 60,7 milliards en 2013 (Hong Kong inclus), selon le ministère du Commerce extérieur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 10:43 :
En matière d'investissement chacun est opportuniste, ou alors un très mauvais patron....
Dire que le Chinois investissent en France - et en Europe - seulement pour rapatrier marques et savoir-faire chez eux n'est pas correct. Quiconque a travaillé en Chine le sait bien: les Chinois ont besoin d'une Europe riche et qui consomme pour que les sociétés d'ici passent commandes à leurs entreprises...
a écrit le 22/02/2014 à 8:33 :
la chjne a de gros besoin,nous les economies europeene dEvont suivre. c est l offre est la demande qui fait l economie, laisons du temp au chinois de se construire ,apres on verras ,,,???
a écrit le 19/02/2014 à 20:58 :
Est oui depuis quelque année, les chinois et les rois du pétrole racheté notre pays, il faut dire que la politique économique des socialistes conduits à la fermeture rapides des entreprise priver de notre beau pays..... Tous vas bien bientôt nous serons les esclaves de notre notre industrie.. Il faut dire que nos politique français et européen ne sont la que pour faire de l'argent, pour le reste nous pouvons toujours attendre.... La défense économique ne les inquiète pas, ils on de gros salaire payer par les contribuables...
Réponse de le 19/02/2014 à 21:17 :
N'oubliez pas que les cépages ont commencer a être vendu pendant le règne de la droite.
Réponse de le 20/02/2014 à 2:24 :
@aaa

Erreur, cela a toujours été l'UMPS aux commandes. Souvenez-vous de la "rupture"...
a écrit le 18/02/2014 à 22:48 :
Investissement chinois ou du parti communiste chinois et de ses apparatchiks? ...
a écrit le 18/02/2014 à 17:06 :
Ou aussi en rachetant nos usines pour mieux les délocaliser a l'etranger par la suite ;c'est a dire investir sur du court terme pour mieux nous croquer sur du long terme
a écrit le 18/02/2014 à 16:37 :
Magnifique article qui vous affirme qu'une hausse de 1400% correspond à une multiplication par 14 ... Sachez donc qu'une hausse de 1400% correspond à un coefficient multiplicateur de 15 .. Je vous laisse vérifier par vous-même ! Vive le journalisme !
a écrit le 18/02/2014 à 14:46 :
oui mais pas pour nous faire plaisir mais pour envahir le marché fraçais souvent, en copiant nos technologies
Réponse de le 18/02/2014 à 16:35 :
Ou en rachetant les brevets
Réponse de le 19/02/2014 à 21:19 :
Oui plus pour les brevets, pour nous copier ils attendent qu'on leur face fabriquer nos pièces, comme ça c'est nos qui payons et pas eux...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :