UMP : finalement Copé veut bien jouer la transparence...sous scellés

 |   |  634  mots
Le maire de Meaux s'estime victime d'une véritable chasse à l'homme. (Photo : Reuters)
Le maire de Meaux s'estime victime d'une "véritable chasse à l'homme". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Alors que l'hebdomadaire Le Point accuse une société de communication fondée par deux de ses proches d'avoir surfacturé des prestations à l'UMP, le patron de l'UMP a déclaré vouloir proposer deux lois pour la transparence financière.

La riposte n'aura pas tardé. Jean-François Copé a répliqué lundi aux accusations de favoritisme du Point en s'engageant à rendre publique la comptabilité de l'UMP. Il a également annoncé deux propositions de loi imposant la transparence financière aux partis et dirigeants d'organes de presse bénéficiant de la manne de l'Etat.

Le député-maire de Meaux a affirmé qu'il ne se laisserait pas déstabiliser par "la rumeur, les insinuations, les manipulations" et resterait à la tête du parti pour mener la campagne des élections municipales et européennes. Il s'est exprimé dans un registre très offensif:

"Appelons les choses par leur nom: depuis quelques jours, ma personne, mes proches, sont l'objet d'une véritable chasse à l'homme. […] J'ai toujours exercé mes fonctions avec droiture et avec honnêteté. […] Je ne suis dupe de rien, les Français non plus ne sont dupes de rien."

Le Point, dans son édition parue jeudi, accuse une société de communication fondée par des proches de Jean-François Copé d'avoir surfacturé l'organisation de meetings électoraux de Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2012. La société Bygmalion aurait ainsi engrangé huit millions d'euros. Jean-François Copé, ainsi que les dirigeants de cette société, ont annoncé des poursuites.

Organes de presse et responsables politiques au même régime

Pour "mettre un terme à ce climat nauséabond", le président de l'UMP a dit vouloir "prendre aux mots les donneurs de leçons" et annoncé le dépôt de deux propositions de loi en faveur de "la transparence et de la démocratie" à l'Assemblée nationale à la reprise des travaux parlementaires, début avril.

La première proposition de loi demandera à chaque parti bénéficiant d'un financement public "de mettre à la disposition de ceux qui le souhaitent l'ensemble des documents comptables" du mouvement depuis 2007.

Le second texte concernera les dirigeants des organes de presse bénéficiant d'une aide publique, qui devront être soumis "aux mêmes règles de transparence" que les parlementaires.

Dans l'attente de l'éventuelle adoption de ces dispositions législatives, Jean-François Copé a donné "dès aujourd'hui l'instruction au directeur général des services de l'UMP de bien vouloir mettre l'intégralité de la comptabilité de l'UMP, ainsi que les archives concernant les campagnes présidentielles de 2007 et 2012, dans une pièce qui sera scellée par un huissier".

"Cette pièce sera rouverte à l'adoption de ces deux lois", a promis le patron de l'UMP, qui "ne doute pas une seconde que (ses) propositions recueilleront l'unanimité des forces politiques au Parlement".

Des textes déjà en place

Le journal Le Monde fait toutefois remarquer que la plupart des mesures proposées par Jean-François Copé sont déjà appliquées.

Ainsi depuis 1990, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a notamment pour rôle de vérifier "le respect par les partis de leurs obligations comptables et financières". L'intégralité des documents y est consultable sur simple demande. De même, le montant des subventions à la presse est publique et disponible pour les 200 titres les plus aidés sur la plateforme ouverte des données publiques françaises

Pour l'anecdote, Jean-François Copé avait mis en garde contre le "voyeurisme" et l'"hypocrisie" des mesures sur la transparence du patrimoine des responsables politiques lors des derniers débats à l'Assemblée nationale. Il a d'ailleurs deux fois voté contre à l'Assemblée nationale le 17 septembre dernier, comme l'atteste la capture d'écran partagée sur son compte Twitter par la députée PS de Haute-Garonne Martine Martinel:

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2014 à 11:09 :
Tout ce que l'on aime : mensonge, ambition et magouille. Qu'il retourne au privé et arrete de polluer la vie publique car il fait honte à mon pays.
a écrit le 04/03/2014 à 21:17 :
Selon les sondages, les présidentielles ou législatives, c'est un peut compléquées , c'est pour quand? après les régionales de 2025?
a écrit le 04/03/2014 à 21:10 :
N'aurions-nous pas des social traitre qui sur les excès de l'administration font du vrai faux social par rapport aux textes non appliqués ou non trop complexes et des virages de bord comme on retourne sa veste parce qu'on a tort... cependant, ça reste des mots!
a écrit le 04/03/2014 à 13:57 :
un journal qui se prend pour un procureur ou un juge d'instruction où l'on va?
Réponse de le 04/03/2014 à 16:33 :
Le point a tout à fait raison ! au mieux, COPE est incompétent ! Donc à ce niveau de responsabilité il doit démissionner.....
a écrit le 04/03/2014 à 6:00 :
Tout le monde sait qu'il n'y a pas de gens clean dans la politique et que la magouille et la manipulation des masses sont leurs jeux quotidien.
a écrit le 03/03/2014 à 20:02 :
Tous les français devrait mettre aussi sous scellé leur déclaration d'impôt ! A n'ouvrir que si les politiques nous montrent les leurs !!!! MDR
a écrit le 03/03/2014 à 18:14 :
Copé veut publier les comptes des élus depuis 2007, mais en fait il faudrait publier les comptes des partis politiques et des élus politiques depuis début 2000,

pour faire la lumière sur les ventes des autoroutes françaises lorsque Copé et Sarkozy officiaient comme Ministres sous la bannière Chirac.
a écrit le 03/03/2014 à 17:49 :
je me souviens que l'ami Copé disait qu'il ne ferait plus jamais de langue de bois, mais il doit vraiment y avoir que la langue qui n'est plus en bois.
a écrit le 03/03/2014 à 17:47 :
Les français veulent savoir , le niveau de surfacturation des prestations...le reste est publié et est connu ,d'ailleurs la commission de contrôle, ne s'intéresse pas au prix de ceci ou au prix de cela , elle valide ou non, ce qui est dans le cadre autorisé des dépenses légales....
a écrit le 03/03/2014 à 16:45 :
Copé n'est plus à une contradiction près.
a écrit le 03/03/2014 à 16:31 :
Transparence, quand Copé se tire une balle dans le pied.
a écrit le 03/03/2014 à 16:06 :
Dans la mesure où c'est le con tribuable qui paie in fine l'ardoise ,cela permettrait de mettre un peu de transparence dans des secteurs de subventions généreuses et opaques (subventions politiques, médias,syndicats,associations) la liste n'est pas exhaustive loin s'en faut.
a écrit le 03/03/2014 à 15:49 :
une transparence des financements de la presse ne serait pas pour me déplaire .
je pense que cela expliquerait pas mal de prise de positions de certains journalistes.
Réponse de le 03/03/2014 à 20:11 :
Honte aux journalistes d'attaquer ce pauvre Copé. Scandaleux.
a écrit le 03/03/2014 à 15:46 :
Cope il veut juste une piscine comme son ami Tiakeddine
a écrit le 03/03/2014 à 15:32 :
limitons le nombre de mandats à deux et tout redeviendra dans l'ordre .une trop longue carriere ne se joue qu'à titre personnel ,par le copinage
a écrit le 03/03/2014 à 15:26 :
Copé veut moraliser copé veut rendre transparent copé veut !!! Toujours les mêmes méthodes mais il prend des dispositions après et se veut propre ! De qui se moque-t-on ?
a écrit le 03/03/2014 à 15:25 :
En effet il faudra bien un jour mettre les mains dans le cambouis et les carambouilles des micros partis politiques comme ceux de Copé, mais aussi celui de Wauquiez...
a écrit le 03/03/2014 à 15:20 :
Qu'on arrête de financer la propagande politique avec l'argent des français... le reste ce n'est que de l'enfumage de politiciens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :