Simplification territoriale : l'Association des départements de France dénonce "la brutalité de la méthode"

 |   |  260  mots
Selon Claudy Lebreton, qui est aussi président du conseil général des Côtes d'Armor, le Premier ministre a eu pleinement raison de prévoir un débat long et difficile sur sa proposition de réduire de moitié le nombre de régions dans l'Hexagone
Selon Claudy Lebreton, qui est aussi président du conseil général des Côtes d'Armor, le Premier ministre a eu "pleinement raison" de prévoir un débat "long et difficile" sur sa proposition "de réduire de moitié le nombre de régions dans l'Hexagone" (Crédits : Décideurs en région)
Le président de l'ADF, Claudy Lebreton (PS), s'est déclaré mardi "abasourdi" après la proposition de Manuel Valls de supprimer d'ici à 2021 les conseils départementaux, nouvelle appellation des conseils généraux.

Supprimer les départements? Autant dire que l'annonce du Premier ministre ce mardi dans son discours de politique générale prononcé à l'Assemblée n'a pas plu au président de l'Assemblée des départements de France (ADF). Celui-ci n'y va d'ailleurs pas par quatre chemins pour le faire savoir.

"Aucun échange préalable"

Ainsi, dans un communiqué, Claudy Lebreton "dénonce vivement la brutalité de la méthode employée par le gouvernement puisqu'aucun échange préalable n'a eu lieu avec l'ADF avant cette annonce". 

Selon Claudy Lebreton, qui est aussi président du conseil général des Côtes d'Armor, le Premier ministre a eu "pleinement raison" de prévoir un débat "long et difficile" sur sa proposition "de réduire de moitié le nombre de régions dans l'Hexagone" (au nombre de 22, sans compter les quatre d'outre-mer) et "d'engager le débat sur l'avenir des conseils départementaux", dont il "propose" la "suppression à l'horizon 2021".

Démontrer la pertinence de l'existence des départements

Il a souligné que les départements de France "mettront tout en œuvre dans les jours qui viennent pour démontrer la pertinence de leur existence pour nos concitoyens", et "prouveront que leur disparition n'engendrera pour la dépense publique aucune économie substantielle".

Il indique enfin que "dans les prochaines heures", il réunira "un bureau extraordinaire de l'ADF". Claudy Lebreton demande aussi à être reçu, "avec une délégation pluraliste, dans les meilleurs délais par le Premier ministre afin d'obtenir des explications". "Cette exigence est légitime", affirme-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2014 à 20:55 :
Les mêmes qui raillent le mille feuille administratif sont contre sa suppression. Va comprendre...
a écrit le 09/04/2014 à 20:52 :
Je ne suis pas attacher à mon département. Ok pour la suppression. Du reste, ça n'a aucune importance si ça peut limiter la gabegie de nos élus.
a écrit le 09/04/2014 à 20:48 :
Ah c'est ballot ça ! Nos élus vont gouter au chômage ou bien se forcer à travailler.
a écrit le 09/04/2014 à 18:10 :
Claudy Lebreton représente le corporatisme Français dans ce qu'il y a plus nuisible pour la France
C'est l'anti progrès
L'anti amélioration de la France
Juste la Défense de ses petits privilèges
a écrit le 09/04/2014 à 17:16 :
Le rapport de la Chambre régionale des comptes cible sévèrement la gestion du Département de la Loire. Et met en cause son intégrité.




La Loire épinglée par la Chambre régionale des comptes ( article en ligne de La Tribune )
« L'absence de traçabilité de certaines opérations affecte l'appréciation de la sincérité des comptes et les multiples anomalies constatées altèrent le bilan et le résultat comptable ». Voilà ce qu'il ressort du rapport que publie la Chambre régionale des comptes sur le Conseil général de la Loire pour les exercices courant de 2004 à 2012. (voir la suite sur le site de La Tribune :-) ....
a écrit le 09/04/2014 à 13:51 :
Qu'il aille se faire voir! Ras le bol de ces fonctionnaires et de ces éus qui complexifient à l'envi notre système, et qui refuse toute évolution! Alors, ok pour le maintien des conmseillers généraux, mais sans indemnité ni frais de fonctionnement. Cela vous va, Monsieur Lebreton?
a écrit le 09/04/2014 à 12:53 :
Valls va avoir fort à faire avec des hommes comme cela, avec les barons locaux etc... C'est loin d'être gagné. L'argument comme quoi supprimer l'entité X ou Y serait une erreur pour des raisons d'attachements/histoire, c'est du pipo qui ne vient que des politiques et non des citoyens. Rien empêche de supprimer le Conseil départemental et maintenir le département ou du moins ses "frontières". Concernant le second argument que l'on va entendre prochainement : Fin de la démocratie locale, idem. On a une corporation prête à défendre jusqu'au bout ses avantages, même si le pays doit s'écrouler ... Une guerre perdue d'avance, je le crains.
a écrit le 09/04/2014 à 11:57 :
Supprimer les départements, c'est un bon début.
Mais, le vrai courage, cela aurait été d'annoncer aux députés que leur nombre sera divisé par 3 sous 4 ans.
Réponse de le 09/04/2014 à 14:55 :
Quitte à commencer par quelque chose, il est préférable de commencer par la suppression des départements, ce qui pourrait engendrer de réelles économies, plutôt que de réduire le nombre de députés, ce qui serait symbolique. Même si vous avez raison, cette réforme devra avoir lieu un jour ou l'autre.
a écrit le 09/04/2014 à 10:54 :
Il va-t-être utile de lire ou de relire le livre de Jacques Hilliard la décomposition des nations européennes pour appréhender le programme de découpage régional décrit à l'assemblée national.Valls n'a pas sorti tout cela de son chapeau par hasard.En politique il n'y a pas de hasard.
a écrit le 09/04/2014 à 10:46 :
La décentralisation n'est pas une "simplification" mais, ce que l'on a voulue décentraliser complique tout! Et... c'est cela que l'on veut simplifier?
a écrit le 09/04/2014 à 10:31 :
Nous avons qu'à garder, les conseils généraux, les conseils régionaux, les mairies, les communautés d'agglo, les communautés de commune, les metropoles, et ce n'est que le début de la liste!
Alors pour une fois qu'un mec se bouge qu'on le laisse un peu faire et pourtant ce n'est pas quelqu'un je supporte à la base mais toutes les bonnes idées sont bonnes à prendre, tout bord confondu!
a écrit le 09/04/2014 à 9:16 :
Les Français sont attachés à leur département comme a leur nationalité. Les supprimer serait une erreur historique monumentale. Par contre les régions ne sont qu’un étage supplémentaire qui vient augmenter la dépense publique sans réel avantage pour nos concitoyens. C’est une source de déséquilibre entre les départements d’une même région… il suffit de regarder les budgets de la région Pays de Loire chère à Mr Hérault, ou le secteur de Nantes St Nazaire est largement privilégié par rapport aux autres départements de la même région.
La vraie économie consisterait à carrément supprimer les régions et garder tous les départements.
Réponse de le 09/04/2014 à 11:34 :
"Les Français sont attachés à leur département comme a leur nationalité." Des provinces séculaires (Berry, Gascogne...), le royaume de France ont disparu avec la Révolution. Il serait temps d'évoluer ...
Réponse de le 09/04/2014 à 14:53 :
C'est exactement l'inverse qu'il faut faire. Il faut une taille critique pour organiser l'économie et l'investissement publique, et le rendre visible à l'international. Et clairement le département n'a pas cette taille critique. Il faut supprimer les départements pour renforcer les régions, de la même manière qu'il faut fusionner des communes plutôt que de supprimer les intercommunalités. D'où tenez-vous que les français sont si attachés à leur département plutôt qu'à leur région ?
a écrit le 09/04/2014 à 9:01 :
La réaction de M.Lebreton est normale quand on défend son poste.
Ce monsieur n'a sans doute jamais été confronté aux optimisations pratiquées dans les entreprises depuis plus de quarante ans.
Etre politique ou fonctionnaire, la logique économique est inconnue, il suffit d'augmenter les prélèvements sur les concitoyens qui pourtant, via leurs votes, leur donne leur travail
a écrit le 09/04/2014 à 8:28 :
Et pendant ce temps là, Mr Renzi fait du vrai traitement de choc en Italie
a écrit le 09/04/2014 à 8:19 :
A part la méthode brutale, rien ne marche, en France : Mr Valls a 1000 fois raison. D'ailleurs, c'est la condition sine qua non pour la survie du système soviétique à la française : une bonne purge de temps en temps, quand le nombre d'apparatchiks devient insupportable.
a écrit le 09/04/2014 à 7:27 :
Il était temps que quelqu un donne un coup de pied dans la fourmilière. Bravo mr valls et tenez bien le cap, les élus ont peur pour leur mandats, pour une fois ils vont comprendre ce qu est un plan social... Même si au font ils doivent déjà être reclasses...
Réponse de le 09/04/2014 à 8:12 :
Après les trolls de l'UE, les trolls de Manolo !
a écrit le 09/04/2014 à 6:50 :
Il est naturel qu' une entité à laquelle on demande de disparaître réagisse.
La réaction est l' opposition plutôt que le consentement à réaliser la demande.

Il est clair qu' aucune initiative n' était à attendre d' une telle entité en vue de sa propre disparition : cela ne pouvait donc pas venir d' elle même.

Cette entité ne pouvait que persister dans son état actuel
en s' adaptant au mieux à la marge.
Si on étend ce raisonnement à toutes ces structures qui peuvent manifester leur opposition , on comprend pourquoi ceux qui ne peuvent manifester leur opposition ne seront pas entendus.
C' est tout simplement qu' ils disparaissent sans faire de bruit : ce sont les entreprises.

Ainsi , le bruit n' est pas un signal fiable de ce qui se passe réellement, l' essentiel se faisant dans le silence.
Il y aura beaucoup de bruit pourtant
a écrit le 09/04/2014 à 6:42 :
Claudy Lebreton a été élu au conseil général en 1992, y siège depuis cette date, le préside depuis 1997, a été condamné avec six autres élus pour l'utilisation indue de biens du département (voitures, logement) entre 1997 et 1999, pratiques immédiatement suivie pour Lebreton de l'attribution de la légion d'honneur (Chevalier) en 2000, la condamnation pénale intervenant en 2008 et l'élévation au grade d'officier de la Légion d'Honneur en 2013. Il se bat donc maintenant jusque dans la presse, pour maintenir les départements coûte que coûte. On comprend aisément pourquoi. Nous sommes en France. Personnellement, simple citoyen, cela fait longtemps que je ne vote plus et l'abstention aux dernières municipales montrent que nous sommes de plus en plus nombreux à avoir compris qu'il faut laisser ces gens-là entre eux. Inutile de les élire. Ils le feront très bien tout seul.
Réponse de le 09/04/2014 à 9:54 :
Merci de votre commentaire, il résume très bien la nécessité de faire disparaître toutes ces structures qui ne servent qu'à entretenir des potentats locaux.
Réponse de le 09/04/2014 à 11:05 :
D'autant qu'il est possible de faire comme pour les cantons : ils existent toujours mais ne servent que peu et ne coûtent pas !
Réponse de le 09/04/2014 à 11:41 :
Il suffit de lire le livre de Zoé Shepard ( cadre dans une collectivité territoriale) avec "Absolument débordée - ou comment faire 35 heures en 1 mois" dont même les médias des USA ont parlé.
Pour les services administratifs des conseils régionaux, ils suffit de se rendre dans leurs locaux somptueux pour se rendre compte de leur productivité, de lire les réponses à vos courriers, de juger de la qualité de leur service de formation dont les bénéficiaire du RSA doivent y faire un passage ( Maison de la Promotion Sociale) pour en conclure qu'il vaut mieux supprimer ces structures budgétivores, sans intérêt, sans qualité, sans aucune transparence en matière de recrutement ( on recrute les copains, les copines ou la famille)
a écrit le 09/04/2014 à 6:31 :
Manolo annonce la suppression des départements car ses communiquants lui ont dit que ce serait bon pour sa popularité (en vrai il repousse à 2021...). Manolo clame son patriotisme car ses communiquants lui ont dit que ce serait bon pour son image (en vrai il voue une fidélité éternelle au dernier état pratiquant l'apartheid). QUAND MÊME !!
Réponse de le 09/04/2014 à 8:43 :
en 2021 il ne sera plus là et Hollande non plus
a écrit le 09/04/2014 à 4:56 :
"L'association des départements de France" .... On nous prend vraiment pour des cons !
A t'on vraiment besoin de cette chose qui sclérose notre pays ?
La fusion/suppression de quelques communes, la fusion/suppression de quelques régions et la suppression totale des départements est une nécessité vitale pour la France. Notre pays doit se réformer administrativement pour être plus efficace !
a écrit le 08/04/2014 à 23:23 :
Franchement cette reforme territorial est souhaitee partout ce que la France compte de repsonsables de tous bords. On ne voit donc pas bien ou est la brutalite, ce qui est brutale c'est de ne rien faire.
a écrit le 08/04/2014 à 22:33 :
On réforme les institutions c'est une chose... mais pour la question du genre: quelle religion au onde peut accepter cela? Qui?
a écrit le 08/04/2014 à 22:30 :
c'est le délire totale supprimer les départements......
Réponse de le 09/04/2014 à 7:32 :
Ça sert a rien,il faudrai même aller plus vite
Réponse de le 09/04/2014 à 8:45 :
pourquoi ne pas supprimer la France ???
a écrit le 08/04/2014 à 20:41 :
peut-être enfin quelqu'un qui à des C....La France à besoin de profonde réforme et d'une administration simplifié et efficace. J’espère que ce n'est qu'un début, parce que le choc de simplification pour le moment est zéro voir même pire qu’auparavant.
a écrit le 08/04/2014 à 20:18 :
150 % d'accord avec la proposition de Valls de simplifier le millefeuille administratif. En espérant que nos impots locaux, qui servent surtout à payer les délires de nos élus locaux, pourront baisser. 36000 communes, 100 départements, 24 régions, des districts, des cantons, des arrondissements, des intercommunalités, des métropoles...et j'en oublie, il est temps de faire le ménage !
Réponse de le 08/04/2014 à 23:49 :
Dans un premier temps, ils vont augmenter car l'Etat leur supprime 10 milliards donc par ici le contribuable et comme il est fort probable qu'ils ne réformeront pas l'Etat, globalement la note va continuer à augmenter (ou alors nous ne serons plus remboursés).
a écrit le 08/04/2014 à 20:14 :
Encore un qui s'accroche à son poste!
a écrit le 08/04/2014 à 20:11 :
Afin qu'on puisse juger que l'économie sera faible, il serait interessant de connaitre le salaire de ces élus, ainsi que leurs frais de bouche, transport, communication etc... sans compter les couts de fonctionnement de l'association des departements de france (sic !).cqfd
a écrit le 08/04/2014 à 20:10 :
Vous imaginez, ces élus à peine dans leurs sièges en 2015 et qui accepteraient de se dessaisir.. C'est bien mal connaître nos politiques qui vont à coup de schémas et chiffres vont nous démontrer combien ils sont indispensables et qu'il est urgent de ne rien changer
a écrit le 08/04/2014 à 20:01 :
Accroche toi à ton siège cocotte on a plus les moyens nous sommes étranglés claudy tu comprends pas? Ah bah non je suis bête, ena ect...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :