600 millions d'euros pour "mettre le paquet sur l'emploi" dans les quartiers populaires (Belkacem)

 |   |  277  mots
La politique de la Ville ne peut réussir si elle n'est pas toute entière engagée sur le front de l'emploi, écrit  Najat Vallaud-Belkacem dans une lettre adressée aux maires ayant une zone sensible dans leur territoire. (Photo : Reuters)
"La politique de la Ville ne peut réussir si elle n'est pas toute entière engagée sur le front de l'emploi", écrit Najat Vallaud-Belkacem dans une lettre adressée aux maires ayant une zone sensible dans leur territoire. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La ministre de la Ville a annoncé le déblocage d'une enveloppe de 600 millions d'euros pour "lever des investissements privés". Elle souhaite voir naître des "pépinières d'entreprises" mais également revitaliser les centres commerciaux.

Quelque 600 millions d'euros du programme d'investissement d'avenir (PIA) seront orientés vers les zones sensibles, a annoncé lundi la nouvelle ministre de la Ville Najat Vallaud-Belkacem qui souhaite "mettre le paquet sur l'emploi" dans les quartiers populaires.

"La politique de la Ville ne peut réussir si elle n'est pas toute entière engagée sur le front de l'emploi", écrit-elle dans un courrier adressé au millier de maires ayant des zones sensibles sur leur territoire.

Dans les banlieues, moins d'un adulte sur deux a un emploi

Les banlieues ont été particulièrement touchées par la crise puisque "aujourd'hui, 18 points séparent le niveau d'emploi entre les Zones urbaines sensibles (Zus) et le reste du territoire", rappelle l'ancienne porte-parole du gouvernement.

Seuls 46% des adultes des Zus ont un emploi contre 64% dans les agglomérations voisines, selon des chiffres de l'Observatoire national des Zus (Onzus). Un écart que Najat Vallaud-Belkacem se fixe "de réduire de moitié dans un délai de cinq ans".

75 millions d'euros pour revitaliser les centres commerciaux

Pour ce faire, "l'Etat, avec le programme des investissements d'avenir et la Caisse des dépôts, consacreront sur 2014-2020 une enveloppe de 600 millions d'euros pour lever des investissements privés et co-investir dans des projets structurants, comme des pépinières d'entreprises ou des maisons de santé", selon son courrier.

Quelque 75 millions d'euros seront également engagés pour revitaliser les centres commerciaux et artisanaux des quartiers.

Outre l'emploi, la ministre compte poursuivre l'effort de son prédécesseur François Lamy pour concentrer son action sur un nombre réduit de quartiers prioritaires, poursuivre la rénovation urbaine et améliorer la participation des habitants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2014 à 20:46 :
Si tous les chômeurs sont illettrés alors le problème ne concerne pas le ministère de l'emploi mais le Ministère de l'éducation nationale ! Dés lors, à charge pour elle, sachant que ces personnes ont bien évidemment les mêmes capacités à étudier que les autres, de les inscrire dans un cycle d'études normal !
a écrit le 04/05/2014 à 1:48 :
Une petite constatation:dans les quartiers difficiles de la banlieue du " neuf -trois " on trouve un nombre élevé d'immatriculations de voitures,type Ferrari et autres du même style .Le chômage paie bien de même que le RSA !!!!!!
Réponse de le 06/05/2014 à 5:27 :
Mettez vous au chômage et à vous la belle vie !
a écrit le 29/04/2014 à 1:19 :
"Quelque 75 millions d'euros seront également engagés pour revitaliser les centres commerciaux et artisanaux des quartiers."

De quoi subventionner de nombreux temps partiel dans la grande distribution installée en zone franche... en banlieue.
a écrit le 28/04/2014 à 16:45 :
600 millions d'euros, rien que ça ! mais elle les prend où, augmentation des impôts qui tuent l'emploi ? cahrge ssur les entreprises qui tuent l'emploi ? ces socialos ne sont bons qu'é dépenser, aucune logique de gestion, d'arbitrage, de travail sur le'fficacité, dépenses, recrutement...la burka de la gestion, elle ne voit pas la débâcle économique..ah moins qu'elle prenne sur les 23,4 millions de primes que ce sont alloués les ministéres pour bons résultats sur le chomage, la dépense, la dette !!! et avec l'argent de qui ? il serait temps de mettre en place un conseil d'administration citoyen face à cette usine fantôme
a écrit le 28/04/2014 à 15:58 :
toujours du gaspillage on n'a pas d'argent à mettre dans quoi que ce soit pour l'instant , si les espagnols travaillent en France , sachez que mon fils marié à une espagnol est sans travail en Espagne et qu'on lui retourne dans ton pays le travail c'est pou r les espagnols .. je crois rêver ....et n'a droit à rien du tout...
Réponse de le 29/04/2014 à 1:36 :
L'amour rend aveugle, le mariage lui rendra probablement la vue... Je ne comprend pas pourquoi partir si loin pour épouser une femme? Les françaises sont-elles de mauvaises coucheuses ou pas suffisamment malignes pour obtenir un mariage civil? A mon avis, ce sont les français qui sont cupides à espérer la servitude d'une femme étrangère. A malin, malin et demi...
a écrit le 28/04/2014 à 12:51 :
AYRAULT avait promis je ne me souviens pas combien de milliards pour MARSEILLE, la BELKACEM promet maintenant des millions ^pour certaines zones et pour les Français elle promet des impots , des taxes et du racketrte.
Réponse de le 28/04/2014 à 14:33 :
C'est de la simple gestion, Il s’agit d’orienter une petite partie des fonds du PIA doté de 35 milliard… Programme qui a pour objectif d’accélérer la transition de notre économie vers un nouveau modèle de croissance. Sur la base des priorités stratégiques retenues par la commission présidée par MM. Juppé et Rocard, il doit concourir au développement du potentiel de croissance de la France, en se focalisant plus particulièrement sur quatre grands domaines : l’enseignement supérieur et la recherche, les filières industrielles et les PME, l’économie numérique et le développement durable. Le PIA par son ampleur et ses modalités de mise en œuvre constituent une innovation importante de l’intervention publique. D’autre part la prise en compte de l’évaluation d’un tel programme dès son lancement doit être également soulignée Le PIA participe à l’émergence d’une véritable politique de développement industriel En articulant une politique de recherche et d’innovation avec une politique sectorielle en faveur des PME et des filières, tout en intégrant leurs incidences territoriales respectives
Réponse de le 29/04/2014 à 1:26 :
@taranis

Toujours prête à défendre les filles de joie de la république au nom de la solidarité féminine/féministe... c'est pathétique!
a écrit le 28/04/2014 à 12:14 :
Bien ! des emplois "aidés" (j suppose...) pour lutter contre le chômage (enfin, contre la "courbe" du chômage !). Continuez comme ça, pour mettre la France encore plus dans la galère !!!
a écrit le 28/04/2014 à 12:05 :
du pipo
a écrit le 28/04/2014 à 11:39 :
les chantiers dans les zones sensibles sont realisés par , des Espagnols , des Polonais etc parce que les entreprises qui soumissionnent savent qu'elles ne trouveront pas de personnels formés parmi les chômeurs et que c'est bien moins cher ! le SMIC espagnol est à 700€ ! et en Languedoc c'est eux qui ratissent tout !
Réponse de le 28/04/2014 à 13:05 :
EXACT ! Les espagnols acceptent de travailler pour la moitié du smic français et sont même prêts à revenir en France avec toutes les aides qui vont avec. Oui, l'Europe est bien faite pour ça et que cela continue jusqu'à plus soif ! Merci !
a écrit le 28/04/2014 à 11:32 :
le gros problème du chômage dans ces zones sensibles c'est que ces chômeurs sont sans formation , souvent illettrés et que ces plans d'investissement ne créeront pas d'emploi pour eux ! On vient d'en faire l'expérience à Montpellier, où le grand chantier TGV et autoroute a créer 1400 emplois ! les gens des zones sensibles ont manifesté parce qu'ils n'étaient pas embauchés sur ce chantier ! normal il fallait des conducteurs d'engins , des coffreurs des électriciens etc ! les chômeurs il faut les réinserrer par l'apprentissage !
Réponse de le 07/05/2014 à 16:44 :
Si tous les chômeurs sont des illettrés, une solution simple s'impose alors, à nouveau l'école ! Autrement dit cela concerne l'éducation nationale et non plus le Ministère de l'emploi !
a écrit le 28/04/2014 à 10:26 :
sorte de robinet sans joint d'étanchéité ! ça fait quelques milliards ( souvent détournés , mal utilisés etc .. ) depuis le temps ....... mais ça calme les gens .. concernés et fait rentrer quelques votes lors d'élections .
a écrit le 28/04/2014 à 10:03 :
Pour ceux qui parlent dans le néant , voici des chiffres sérieux: Les "Zones urbaines sensibles", comme sont désormais désignés les quartiers les plus défavorisés, regroupent 4,4 millions d'habitants, soit 7% de la population française. Des quartiers plus jeunes, qui comptent plus d'immigrés (22% en ZUS contre 10% hors ZUS), et aussi plus de jeunes femmes entre 23 et 30 ans. L'âge moyen des femmes habitant en ZUS est de 32 ans, contre 39 ans hors ZUS. Dans ces quartiers, une famille sur quatre est une famille monoparentale (16% hors ZUS). 35 % de ces familles monoparentales vivent en dessous du seuil de pauvreté. De plus, près de 10% des femmes habitant en ZUS ont déjà été victime de violences physiques et/ou sexuelles, contre 6% dans la population générale. Les violences au sein du couple touchent 3,8% des femmes qui habitent les quartiers sensibles, contre 2,4% hors ZUS. Sur ce sujet comme sur la question de l'emploi, l'inégalité hommes/femmes est accentuée en ZUS. En effet hors ZUS 5% des hommes déclarent avoir été victimes de violences, contre 6% en ZUS. Des taux proches, mais qui n'empêchent pas que le sentiment d'insécurité des hommes soit deux fois plus élevé dans les ZUS qu'en dehors des ZUS. Dans les zones urbaines sensibles près d'une femme sur deux n'a pas d'emploi, contre un peu plus d'une sur trois hors ZUS. Si tous les habitants des ZUS connaissent des taux d'inactivité plus élévés que ceux qui vivent hors de ces quartiers, l'écart entre femmes et hommes dans l'accès au marché du travail (8 points en moyenne hors ZUS) est très accentué dans les ZUS où il atteint 16 points. Une situation qui a empiré en quatre ans: alors que le taux d'inactivité des femmes a augmenté de 5 points entre 2008 et 2012, il n'a augmenté que de 1 point pour les hommes. Dis autrement, les femmes qui vivent en ZUS et qui souhaitent travailler subissent plus fortement les discriminations liées à leur sexe que les femmes qui vivent ailleurs en France
Réponse de le 28/04/2014 à 10:52 :
C'est bien triste, c'est à traiter au niveau social. Mais en quoi c'est sensé concerner des investissements d'avenir? (A part peut-être la pinière d'entreprises)
Réponse de le 28/04/2014 à 13:14 :
A défaut de vous sentir concerné, c’est de l’avenir des 4.4 millions de personnes décrites qu’il s’agit, et comme se plaisent à marteler les commentateurs c’est de l’investissement qu’il faut plus que de l’aumône sociale. Ces territoires sont importants mais plus encore les populations qui y résident. Quels que soient leurs qualificatifs, ces quartiers prioritaires de la politique de la ville ne forment pas un ensemble uniforme. Quelle diversité entre les quartiers de la région parisienne, d’Outre-Mer ou des régions de métropole ! Diversité aussi de leurs populations; car s’ils partagent un faible niveau de ressources, les habitants de ces quartiers ont des itinéraires très divers, des immigrés primo-arrivants aux retraités résidant dans la cité depuis sa construction, sans oublier ceux qui ne font que passer. L’État a le devoir d adapter l’action publique pour que la République vive sur ces territoires et que vivent ces territoires dans la République. L’ambiguïté de l’expression et la difficulté à en proposer une définition simple sont révélatrices de problèmes fondamentaux, concernant le contenu et les objectifs d’une politique, pourtant qualifiée de prioritaire par les gouvernements successifs. En facilitant le lien entre les entreprises, les institutions de proximité et leurs clients ou usagers (les habitants du quartier), les dynamiques collectives des habitants sont mobilisées autour de projets de médiation économique.
Réponse de le 29/04/2014 à 5:09 :
Vos propos relèvent de la propagande en faveur des errements suivis en la matière par le gouvernement. Au delà des chiffres détaillés et précis que vous alignez comme à la parade, il y a des réalités concrètes en prendre en compte dans ces quartiers et vous ne les retenez pas.
a écrit le 28/04/2014 à 10:00 :
il est très fâcheux que depuis 2 ans l'emploi n'ait pas été compris comme étant l'essentiel.Encore faudrait-il cesser de laisser les chômeurs refuser un emploi plus de 2 fois. Et quand on les entretient à ne pas se mouvoir , forcément on a des problèmes à faire baisser le chiffre du chômage
a écrit le 28/04/2014 à 9:48 :
Elle ferait mieux de s'occuper de fermer son association inutile (30 membres je crois) et largement SUBVENTIONNÉE par l'État. Une honte de plus.
Réponse de le 28/04/2014 à 11:01 :
ok et en plus où va-t-elle prendre l'argent ? TOUJOURS CHEZ LES RETRAITES
ET NON VERS TOUS CES POLITIQUES QUI SE GARDENT TOUS LEURS
GROS AVANTAGES A VIE ?
a écrit le 28/04/2014 à 9:46 :
Naïvement je croyais qu'il n'y avait plus d'argent et que c'était pour cela qu'on ponctionnait ma retraite ? Ils peuvent bien subventionner autant qu'ils veulent ce n'est pas ce qui créera des emplois par enchantement.
Réponse de le 28/04/2014 à 10:50 :
C'est du cash à crédit, mais je ne vois pas en quoi ces investissements préparent l'avenir. C'est juste du traitement social. 15 milliards de Hollande + 30 milliards de Sarko. Quelqu'un peut me dire ou se trouve la ou les boite à 45 milliards crées? Car personnellement je ne les est pas trouvées au SRD.
a écrit le 28/04/2014 à 9:44 :
Le paquet de quoi!!! ça fait 2 ans qu'ils mettent le paquet soit disant et le chômage explose!!!
a écrit le 28/04/2014 à 9:40 :
Ça représente pas beaucoup et ce sera de l argent frais. Ou du recyclage . Encore du vrai populisme court terme
j espère qu ils vont prendre une racle aux élections
a écrit le 28/04/2014 à 9:29 :
La fête continue, pour combien de temps encore.
Réponse de le 28/04/2014 à 10:57 :
Les miettes avec les QE US (60 milliards actuellement,+ 70 milliards au Japon) celui de l'UE à venir, ça fait de jolies miettes. Mais le jour ou la planche à billet va s'arrêter ou ne fonctionnera plus on aura le prix réel des taux français. ça risque de faire mal, mais c'est loin d'être pour tout de suite.
a écrit le 28/04/2014 à 9:26 :
Les sorciers bouffent les dernières miettes.
a écrit le 28/04/2014 à 9:05 :
Et ceux qui vivent hors dehors des grandes villes et banlieues, à la campagne, peuvent donc continuer à se prendre en charge eux mêmes ou continuer à crever.
a écrit le 28/04/2014 à 8:58 :
Encore des énarques, les emplois sous qualifies sont disponible mais aujourd hui il est plus rentable de profiter des aides sociales que de travailler, même si je n approuve pas je comprend. Pour réduire le chômage dans les quartiers populaire il faudrai que le fruit du travail soit plus attractif et que les aides retrouvent leur objectifs, c est à dire sortir les personne qui on des difficultés provisoire et qui peuvent s intégrer et participer à la société.
a écrit le 28/04/2014 à 8:51 :
il est tout à fait normal que les zones urbaines sensibles(ZUS) soient celles ou il y a le plus de chômeurs . Le jour ou ce ne sera plus le cas il ne s'agira plus de ZUS
Réponse de le 28/04/2014 à 9:49 :
Celles aussi où il y a le plus d'assistés qui roulent en BMW dernier cri. Celle où il est plus facile de dealer que de chercher du boulot et pour cause. Comme dit Nico, il n'y a pas que les ZUS il y tout le reste de la France seulement, ce reste n'est pas forcément client du PS.
Réponse de le 06/05/2014 à 5:25 :
Rien ne vous empêche de solliciter un emploi dans la branche que vous décriez, en cas d'acceptation vous aurez alors toute les facilités pour vous payez ce type de véhicule !
a écrit le 28/04/2014 à 8:29 :
Pendant ce temps la les petits commerçants de centre ville peuvent bien crever

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :