Valls impose une nouvelle cure d'austérité aux ministères

 |   |  549  mots
Les subventions versées aux opérateurs d'Etat devront diminuer de 2% par an jusqu'à 2017, exige Matignon. (Photo: Reuters)
Les subventions versées aux opérateurs d'Etat devront diminuer de 2% par an jusqu'à 2017, exige Matignon. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
Des lettres de cadrages qui auraient été reçues ce week-end par les ministères fixent des objectifs d'économies transversaux. Une diminution des dépenses d'Etat de -15% par rapport au budget de 2014 devrait être réalisée d'ici 2017.

La mise en oeuvre des 50 milliards d'économies prévues d'ici à 2017 par Matignon commence par les ministères d'Etat. Ce week-end les ministres ont reçu de Manuel Valls des lettres de cadrage dessinant de grands principes communs à suivre et fixant des objectifs trasversaux, révèlent Les Echos.

Il en ressort que les dépenses ministérielles devront encore diminuer en valeur absolue (hors dépenses de retraite), par rapport au budget de 2014: de 15% entre 2015 et 2017 (5% en 2015, 10% en 2016 et 15% en 2017).

Réduction de 2% des subventions aux opérateurs d'Etat

Les opérations d'investissement (notamment les dépenses immobilières, les fonctions support, les systèmes d'information et les achats) devront faire l'objet d'une programmation stricte, même si les économies qui devront en découler n'ont pas encore été précisées. Les ministères sont d'ailleurs plus globalement incités à réexaminer globalement leurs dépenses d'intervention, expliquent Les Echos.

Les subventions versées aux opérateurs de l'Etat (tels les universités, Météo-France, le CNRS, l'Ademe, le CNC, les chambres de commerce...) devront aussi diminuer de 2% par an jusqu'en 2017 (2% en 2015, 4% en 2016 et 6% en 2017). Matignon invite notamment les ministères à réduire voire supprimer quelques-unes des taxes affectées qui financent les agences ou à les remplacer par des crédits budgétaires. 

Stabilisation des effectifs d'Etat

Quant aux effectifs de l'Etat, afin d'atteindre un objectif global de stabilisation, les créations de postes dans l'éducation, la justice, la police et la gendarmerie, impliquent un objectif de réduction des effectifs de 2% par an en moyenne pour les autres ministères (comme c'était déjà le cas en 2013 et 2014).

L'évolution des niches fiscales rattachées aux ministères devra aussi être contenue, afin de que leur coût reste stable par rapport à 2014.

Pas de "plan caché" des crédits de la Défense

Interrogé dimanche soir sur TF1, le Premier ministre a par ailleurs démenti tout "plan caché" de coupes budgétaires dans la Défense. Le député UMP de l'Aisne, Xavier Bertrand, avait accusé dimanche matin François Hollande et le gouvernement de préparer de nouvelles coupes budgétaires d'environ 2 milliards d'euros par an dans la Défense pour atteindre les 50 milliards d'euros d'économies.

Sur ce point, le chef du gouvernement a répondu: 

"Nos armées qui se battent courageusement sur différents terrains, je pense notamment au Mali et en Centrafrique, doivent être préservées. Chacun doit faire un effort. Il n'y a pas de plan caché, nous sommes au contraire dans la vérité et dans la transparence parce que les Français le demandent."

Des économies spécifiques communiquées en privé

Le gouvernement tempère toutefois, selon Les Echos:

"Cet objectif est transversal à ce stade, mais devra être adapté aux différents ministères".

Des montants d'économies spécifiques à chaque ministère ont été communiqués en privé aux ministres lors des rendez-vous bilatéraux organisés par le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, et le ministre des Finances, Michel Sapin, depuis la fin avril.

Des "conférences de sécurisation", organisées jusqu'au 25 mai, permettront de préciser le détail des économies. Les arbitrages, avec les plafonds de crédit par ministère, seront rendus en juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2014 à 12:37 :
En 10 ans la dépense publique est passée de 850 milliards à presque 1200 milliards. Une cure d'austérité comme celle la, j'en veux bien une aussi.
a écrit le 13/05/2014 à 9:44 :
Il dit le contraire de ses déclarations sur les impôts, le gaz et la défense. Il faut lui donner la couronne de roi des menteurs
a écrit le 12/05/2014 à 20:42 :
Est ce que la Cour des Comptes a certifié qu'une réduction de 2% du budget de la Défense entraîne une réduction du tour de taille de Le Drian de 5cm ?
a écrit le 12/05/2014 à 17:16 :
Je ne vois toujours pas la suppression du sénat !
Réponse de le 24/06/2014 à 8:36 :
les regimes spéciaux sont INTOUCHABLES ....produit de gauche pour la clientèle de gauche
a écrit le 12/05/2014 à 16:52 :
les régimes spéciaux ont été analysés par la cour des comptes, c'est 20 milliards de gains et plus de 2 milliards rien qu'en gestion à gérer cette pléthore de régimes incompréhensibles !!! voir l'émission de capital de dimanche soir, révoltant !!! la retraite inversement proportionnelle aux nombre d'heures : un agriculteur, indépendant, artisan, cadres... qui ont travaillé 70h/s pour une retraite de misère quand un employé sncf, ratp... a travaillé 35, 32h, 18h..pour 2 à 3 fois plus !!! totalement révoltant, il faut privatiser ce champ d'improductivité et qui nous ruine par les charges exorbitantes !!!
Réponse de le 12/05/2014 à 18:57 :
CAPITAL est une émission ringarde, j'ai eu à plusieurs occasion de la regarder et sur des sujets que je connaissais très bien, pour y avoir travaillé. Le résultat est totalement en dehors de la réalité, il ne démontre rien, mais en tout cas, ça marche parce que leurs téléspectateurs y croient. M6 est une chaine privé et leurs objectif, faire de l'audimat en tordant le cou à la vérité.
Réponse de le 12/05/2014 à 20:06 :
"faire de l'audimat en tordant le cou à la vérité. " : Ils inventent peut-être les processus papiers qui rendent impossible les contrôles informatiques et les fonctionnaires qui ont tout juste le temps de vérifier trois critères avant de mettre un coup de tampon (hier soir, cas des ruptures conventionnelles)?
Du reste, notre ami a oublié un des aspects de l'émission : Les cadrounets du privé qui se payent des tours du monde à coup d'allocation chômage! C'est difficile d'imaginer des solutions pour détecter ces aberrations?
Allez, allez, continuons bien à allumer Météo France, le CNRS, etc. : On embauchera des jeunes en CDD à tour de bras, l'essentiel consiste à ne pas toucher à la masse syndicale!
Réponse de le 12/05/2014 à 20:13 :
certes quand on veut tuer le chien , on dit qu'il a la rage, mais d'une part les chiffres sur les régimes spéciaux sont issus de la très sérieuse cours des comptes et les reportages, certes génats pour les intéressés, étaient clairs et avec témoignages intéressants..qu'il y ait des besoins d'ajustements à la marge, certes, mais le fond est clair et la résistance aussi ...mais qui c'est qui paye ? le contribuable !
Réponse de le 12/05/2014 à 20:19 :
bien d'accord, il faut chasser toutes les mauvaises dépenses, et les tricheurs cadres itoo .. mais force est de constater qu'il y a des éléphants dans les couloirs du public, sachant que notre malaise national est la dette, qu'elle est provoquée par la dépense publique record d'europe et effectifs, dépenses, inefficacité (résultats en berne) et que les 3 sources sont l'état, la sécu, les collectivités...et qu'on paye 56 milliards par an rien qu'en intérêt....donc l'urgence est à traiter les éléphants et non chercher les boucs émissaires, les alibis, les milles raisons pour laisser les éléphants tranquilles et s'attaquer aux souris !!!
Réponse de le 12/05/2014 à 20:53 :
"donc l'urgence est à traiter les éléphants et non chercher les boucs émissaires, les alibis, les milles raisons pour laisser les éléphants tranquilles et s'attaquer aux souris !!! " : Quand on décrète une baisse de budget de 2% sur un ministère, vous croyez que ça se traduit comment?
On ferme des places de fonctionnaire pour les jeunes, on laisse les vieux 68ards partir en retraite pépère et on embauche des CDD (les meilleurs, ceux qui acceptent des salaires aux ras de pâquerette et se barreront une fois formés)
Les éléphants : Ils sont en place pour se goinfrer en haut des échelons! Ils sont en place pour se goinfrer d'immobilier subventionné! Ils sont en place pour dépenser pour briller en politique!
Les entreprises qui récupèrent les commandes publiques n'ont aucun intérêt à les voir diminuer! De même, les banques s'opposeront farouchement à l'arrêt de la gabegie dans les subventions de l'immobilier (40 milliards par an) : Ça pèse trop lourd dans leurs actifs!
On y viendra aux économies, une fois la faillite en place! Jusque là, ceux qui profitent réellement de la situation défendront leurs acquis et auront gains de cause : Ils sont électoralement majoritaire!
a écrit le 12/05/2014 à 16:42 :
de grâce, arrétez d'employer des mots vide de sens uniquement pour faire peur, dénigrer, cacher le fond... il ne s'agit que de cure de gestion !!! il ne s'agit que de commencer un début de saine gestion à ne pas dépenser plus qu'on a de recettes, à commencer à rationaliser les organisations pléthoriques, redondantes, à arrêter les saupoudrages improductifs à l'aveugle et sans suivi....à commencer à gérer et manager ce monde politico-administratif qui est en roue libre depuis 30 ans, et il y a 200 milliards de mauvaises dépenses à faire passer à la trappe. ET s'il y a un bout "d'austérité" c'est à dire de réduction de prestations (parce qu'on n'a pas l'argent et qu'il est suicidaire de continuer à se surendetter), c'est parce quels les élus n'ont pas eu le courage de faire les économies là où il faut !!! un peu d'explications et de pédagogie économique messieurs les journalistes !!!
Réponse de le 12/05/2014 à 16:57 :
totalement d'accord, il ne s'agit que de chasse à la gabegie, ce que ne cesse de signaler les rapports de la cour ds comptes, ocde, ....et par dizaines de milliards, et que les élus se permettent d'ignorer !! honteux !! ils refusent de gérer, de manager, qu'on arréte leur paye pour gréve !!!! et donc un foutoir innommable d'anti gestion et anti management, notre mille feuille, les primes, les caisses noires, etc etc...la france "a la chance " d'être assise sur une mine d'or de gains possibles et donc de solutions faciles quand d'autres sont au taquer et doivent faire des restrictions dures, rien à voir !! effectivement, un peu de précision et pertinence !!!
a écrit le 12/05/2014 à 16:41 :
Et ces messieurs les sénateurs qui touchent une indemnité de chauffage de 4500 euros par an !!!!!!!!!! Avec un salaire mensuel de plus de 6000 euros....une honte !!!!!!!!!!
Ils sont tous à virer !!!!!!!!!!!!
a écrit le 12/05/2014 à 16:05 :
Il faut tailler dur dans le mille feuille administratif,
par exemple,
chaque année les entreprises envoient leurs bilans aux services des impôts, c'est normal
mais alors
pourquoi envoyer les mêmes bilans au Greffes des Commerces, en plus en payant très cher,
ca va à l'encontre la compétitivité,
c'est un doublon inutile, y a que tailler dans les greffes en les faisant maigrir ils font du travail en double inutile
Réponse de le 12/05/2014 à 16:16 :
Les greffes de commerce sont des officines privées , donc gérées comme telles.
Réponse de le 12/05/2014 à 17:33 :
@Barnay
peut être les greffes du commerce sont des officines privées, mais des officines qui sont sans concurrence en mode doublons ruineux et inutiles puisque les bilans sont déjà envoyés aux services des impôts qui en disposent...
donc pour la compétitivité des entreprises, il est urgent de les réduire au juste nécessaire,
et d'éliminer ce qui est superflu et inutile.
a écrit le 12/05/2014 à 16:05 :
Il faut tailler dur dans le mille feuille administratif,
par exemple,
chaque année les entreprises envoient leurs bilans aux services des impôts, c'est normal
mais alors
pourquoi envoyer les mêmes bilans au Greffes des Commerces, en plus en payant très cher,
ca va à l'encontre la compétitivité,
c'est un doublon inutile, y a que tailler dans les greffes en les faisant maigrir ils font du travail en double inutile
a écrit le 12/05/2014 à 15:42 :
Faut le laisser faire, c'est mieux que rien tout ça. En plus de supprimer les conseils generaux, reduire le nombre de régions il faudrait pendant qu'on y est, supprimer 300 deputés et quelques sénateurs aussi. Ca pourrait s'appeler operation " Esartons les élus "....!!! Y en a trop.
Il pourrait aussi taper un peu plus sur les collectivités locales qui recommencent à alimenter la gabegie.
a écrit le 12/05/2014 à 13:22 :
Oui, mais à quand les vraies économies: sur les régimes spéciaux de retraite, procédé reconnu scandaleux, mais intouchable?
Réponse de le 12/05/2014 à 14:43 :
"sur les régimes spéciaux de retraite"

Et si on économisait sur les subventions inutiles aux tocards du patronat? Une entreprise qui a besoin de subvention pour vivoter, faut l'euthanasier.
Réponse de le 12/05/2014 à 16:48 :
les subventions aux entreprises, ce n'est leur rendre qu'une partie de ce qu'on leur a pris. car l'argent dit public et que ces chers élus et fonctionnaires attribuent avec une grande condescendance monarchique et mépris pour le privé ne provient que des impôts du monde du travail privé !!!! qu'on arréte le privé et il n'y a plus un euro dans les caisses du public !!! alors c'est effectivement l'immense gabegie du monde politico-administratif français qui est la priorité N°1 pour redonner du souffle et de la compétitivité aux entreprises qui sont asphyxiées par les impôts et charges, record d'europe, tout ça pour alimenter notre armée soviétique de 5 millions de fonctionnaires et 300 000 élus de tout poil qui se gavent en piochant dans les caisses
a écrit le 12/05/2014 à 12:06 :
Qui a réduit de 20 milliards d'euros par an les dépenses militaires entre 1993 et 2012 ?

La droite.

En France, les dépenses militaires sont passées de 3,3% du PIB en 1993 à 2,25% du PIB en 2011.

Une baisse des dépenses de 1 point de PIB, cela fait 20 milliards d'euros en moins par an.
Réponse de le 12/05/2014 à 16:39 :
Nous n' avons plusbesoin de militaires..........nous avons notre soldat Flamby !!!!!!!!!
a écrit le 12/05/2014 à 11:55 :
La hausse des dépenses de fonctionnement des administrations publiques représente 3% de PIB par an. Soit 60 milliards d'euros par an.

Avant l’élection de Giscard, 1974, les dépenses de fonctionnement des administrations publiques représentaient 16% du PIB.

Aujourd’hui, les dépenses de fonctionnement des administrations publiques représentent 19% du PIB.

Si les dépenses de fonctionnement étaient restées à 16% du PIB, la France n’aurait presque pas de déficit.
a écrit le 12/05/2014 à 11:53 :
dimanche prochain dans le JT de TF1, certainement Hollande ou Valls.
a écrit le 12/05/2014 à 11:52 :
tout un tas de mesures bouées percées... ça sent la débâcle du PS aux européennes dans moins de 15 jours. Les Français ne sont pas dupes.
Réponse de le 12/05/2014 à 14:16 :
vous avez raison ! une véritable déculottée !! on entend que cela autour de nous actuellement ; sur les marchés, dans les files d'attente, dans de petits groupes, amis, famille, connaissances !ça va faire très, très mal !
a écrit le 12/05/2014 à 11:34 :
quand nos deputes et senateurs vont il montrer l'exemple en supprimant leurs privileges ET LE NOMBRE;,
Réponse de le 12/05/2014 à 12:05 :
+ 1 milliard
a écrit le 12/05/2014 à 11:30 :
Etre un élu bénévole ????? où est l'impossibilité ?
a écrit le 12/05/2014 à 10:41 :
43% des fonds pour les opérateurs vont à la recherche et l'enseignement de haut niveau, 26% au travail, à l'emploi à la solidarité, 13% à l'écologie et au transport, les miettes vont au sport, à l'enseignement scolaire etc...
Est ce que le but de M Valls est de relancer la recherche, l'innovation et l'attractivité des laboratoires en diminuant les crédits de 6% et en supprimant 15 000 postes d'enseignants chercheurs et doctorants?
a écrit le 12/05/2014 à 9:39 :
Il n'y a qu'à boucler sans délai, tout suite, toutes les agences blas blas banquets, et surtout les CCI, Chambres de Commerce et d'Industrie dont le seul résultat est la désindustrialisation massive depuis 15 ans et aussi le petit commerce tué.
Y a pa s besoin d'attendre, faut les boucler tout de suite, et tous les comédiens qui travaillent dedans, ils n'ont qu'à se mettre auto entrepreneurs, avec leurs fumeuses compétences, ils vont réussir comme des seigneurs.
a écrit le 12/05/2014 à 8:52 :
Il serait temps d'arrêter de gaspiller l'argent public en Afrique, décolonisée depuis 50 ans ! Il n'y a là-bas que des coups à prendre, des morts françaises à pleurer, pour une ristourne dérisoire sur de l'uranium (qui profite surtout à quelques actionnaires). Si l'armée veut s'entraîner, elle n'a qu'à rétablir l'ordre en Seine-S.-Denis.
a écrit le 12/05/2014 à 8:34 :
pourquoi augmenter les impots pour faire des annonces de baisse deux mois apres,ce gourvernement croit berner les français suite aux elections qui se profilent en catastrophe pour le PS ,l'enfumage Mr VALLS c'est termine!!!!!!!!!!!
Réponse de le 12/05/2014 à 8:47 :
tout à fait d'accord !ce sont des effets d'annonce ,une tentative désespérée pour limiter la casse aux européennes.
Ce genre de stratagème ne fonctionne plus.
Réponse de le 12/05/2014 à 9:34 :
Et vous n'avez pas encore vu tout ce qu'on va nous promettre pour 2017! Ce sera le rêve, le paradis!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :