Les comptes de l’Etat sont certifiés. Oui, mais…

 |   |  408  mots
Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes s'étonne de la déresponsabilisation des acteurs en matière de rigueur budgétaire
Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes s'étonne de la déresponsabilisation des acteurs en matière de rigueur budgétaire (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Cour des comptes a certifié les comptes de l’Etat pour l’exercice 2013. Les Sages de la rue Cambon émettent toutefois cinq réserves qui, selon eux, ne devraient pas être levées avant un certain temps.

Peut encore mieux faire. Mais quand ? Ce mercredi, la Cour des comptes a publié l'acte de certification des compte de l'Etat pour l'exercice 2013, en application de l'article 58 de la loi organique relatives aux lois de finances (LOLF).

"Il est indéniable que la qualité des comptes de l'Etat s'améliore au fil des années. C'est la raison pour laquelle la Cour a décidé de lever deux des sept réserves exprimées il y a un an", précise Didier Migaud, le Premier président de la Cour des comptes. Elles portaient sur le patrimoine immobilier - notamment la remise en état et le contrôle par l'Etat des biens immobiliers inscrits à l'actif de son bilan - et les passifs non financiers de l'Etat.

Beaucoup d'incertitudes

Mais les Sages de la rue Cambon, où siège l'institution, n'ont pas levé cinq autres réserves jugées "substantielles". Elles portent sur le système d'information financière de l'Etat, "encore insuffisamment adapté à la tenue de sa comptabilité générale aux vérifications du certificateur" ; les dispositifs ministériels de contrôle interne et d'audit interne, "encore trop peu effectifs et efficaces" ; la comptabilisation des produits régaliens et des créances et dettes qui s'y rattachent, toujours affectée par "des incertitudes significatives" ; le recensement et l'évaluation des stocks et des immobilisations du ministère de la Défense, ainsi que des passifs qui s'y rattachent, "sur lesquels d'importantes incertitudes continuent de peser et enfin l'évaluation des immobilisations financières de l'Etat, toujours affectées par des incertitudes significatives".

Les acteurs sont-ils déresponsabilisés ?

"L'Etat a fait des efforts. Mais rien n'indique que nous pourrons bientôt lever ces cinq dernières réserves. Recenser et évaluer les stocks n'est pas forcément une priorité pour le ministère de la Défense qui ne semble pas, par ailleurs, bien outillé pour accomplir ces missions", explique Didier Migaud qui, plus globalement, avoue ne pas reconnaître l'esprit de la LOLF dans l'action des différents ministères et administrations. "Toutes les procédures conduisent à une déresponsabilisation des acteurs ", juge-t-il.

"Au regard de la tâche à encore accomplir, il y a de fortes probabilités pour que la Cour émette les mêmes réserves, que l'on pourrait qualifier de systémique, au cours des prochains exercices", avance Raoul Briet, le président de la première chambre de la Cour des comptes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2014 à 21:37 :
la cour dees comptes fait un excellent travail de controle de gestion de l'entreprise france de esgtion économique et sociale avec nos deniers, mais ses rapports restent honteusement inexploités par les élus qui sont en gréve de gestion et management : aucune obligation d'optimiser les services, de travailler sur l'efficacité, de chasser les gaspillages !!! mais on les paye trés cher pour faire quoi ? être en gréve permanente et vivre luxueusement avec nos deniers ? il faut rendre constitutionnelle l'obligation de traitement des dysfonctionnements et gaspis de la cour des comptes sous 2 ans maxi, sinon licenciement des parlementaires pour faute lourde en incompétence et donc sans indemnités
a écrit le 28/05/2014 à 12:14 :
il faudrait aussi contrôler les réviseurs aux comptes.
a écrit le 28/05/2014 à 11:52 :
Quand ont voit comment M Migaud a flingué les comptes de Grenoble Métropole en souscrivant des prêts structurés à très haut risque, et la manière dont il à mis sous chape de plomb les informations , on ne peut que douter de ses réelles compétences et de sa volonté de transparence . Dommage de demander à un tel personnage de certifier les comptes de l'Etat .
a écrit le 28/05/2014 à 10:01 :
le premier président de la cour des comptes était déjà socialiste sous Sarkozy, ne serait-il pas normal de changer pour un président de l'opposition ?
a écrit le 28/05/2014 à 9:32 :
eh ben que la Cour des Comptes aille auditer les comptes ....italiens moi j'ai un comme un doute sur leur qualité et authenticité.
Réponse de le 17/06/2014 à 12:21 :
seulement italien ou bien vous avez un pb avec une autre couleur ou une identité/une autre nation en particulier ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :