Budget : "on ne peut pas raboter à l'infini", prévient Valérie Rabault (PS)

 |   |  567  mots
(Crédits : DR)
La nouvelle rapporteure générale du Budget à l'Assemblée, Valérie Rabault (PS), veut croire à "un point d'équilibre" entre le gouvernement et sa majorité sur le pacte de responsabilité représentant 50 milliards d'euros d'économies, tout en soulignant qu'"on ne peut pas raboter à l'infini".

"Nous avons tous conscience qu'il faut réduire le déficit public (...) Mais les questions se posent sur la manière d'atteindre" cet objectif et "nous devons trouver un point d'équilibre entre l'exécutif et la majorité", déclare Valérie Rabault, la députée PS du Tarn-et-Garonne et nouvelle rapporteure du Budget à l'Assemblée dans un entretien au Journal du Dimanche.

Elle réaffirme la nécessité de "préserver au maximum le pouvoir d'achat de ceux qui gagnent le moins". "Le fait que les petites retraites ne soient pas revalorisées est problématique" et "le maintien de leur progression est un prérequis", insiste-t-elle.

Valérie Rabault va "étudier toutes les propositions reçues des députés - et il y en a plusieurs - et transmettra (ses) analyses mardi au Premier ministre" lors d'une rencontre à Matignon entre Manuel Valls et une délégation des députés PS.

Si elle juge "un peu fort" le terme utilisé ("atterrés") par certains élus socialistes face aux mesures d'économies annoncées par le chef du gouvernement, elle estime que leur demande de baisser ce plan à 35 milliards d'euros "signifie une moindre baisse des cotisations" et "se regarde".

Surtout, insiste-t-elle, "on ne peut pas raboter à l'infini, ce n'est pas une solution". "Nous ne partons pas d'une page blanche. La dépense publique a augmenté sous tous les gouvernements. Désormais, elle est sous contrôle. Le rythme des dépenses a été ralenti, sans déremboursement de soins de santé, sans franchises médicales. On peut avancer, il faut le faire de manière intelligente, pas au bazooka. À l'hôpital, le taux de recours à la chirurgie ambulatoire va de 20% à 70% selon les établissements, il y a des choses à faire. Nous devons aussi nous poser la question des missions que l'État doit remplir ou pas. Aucun sujet ne doit être éludé", ajoute Mme Rabault.

Sur la forme, elle note qu'il y a eu "une accélération des annonces, qui a été mal perçue au regard des attentes des élus". "Le point d'ancrage doit être le Parlement. Le dialogue doit se faire sur des propositions concrètes", insiste-t-elle encore.

Les Français approuvent le plan Valls... sauf le gel des retraites

Plusieurs mesures annoncées mercredi par le Premier ministre Manuel Valls sont approuvées à l'exception du gel des pensions de retraites, selon un sondage BVA pour Le Parisien/Aujourd'hui en France et Itélé publié samedi.

La mesure qui recueille le plus d'assentiment est "la réduction du nombre des fonctionnaires (sauf dans l'éducation nationale, la sécurité et la justice)" : 73% des sondés approuvent, contre 24% (3% ne se prononcent pas).

Trois autres mesures recueillent un appui plus modeste: ainsi, 59% des sondés sont favorables à "la baisse des dépenses de l'assurance maladie" contre 38% opposés ; 57% des sondés sont partisans du "gel du salaire des fonctionnaires" contre 41% opposés ; 51% des sondés appuient un "gel des prestations sociales : allocation familiales, allocations logement..." contre 47% qui le rejettent. La seule mesure rejetée par les sondés est le gel des pensions retraites: 29% sont pour, 59% contre.

Par ailleurs, parmi les sondés qui ont "vu ou entendu parler" de l'intervention de Manuel Valls à l'issue du Conseil des ministres pour annoncer les mesures (59% d'un échantillon de 983 personnes, un résultat à prendre donc avec précaution), 50% jugent le Premier ministre convaincant contre 46% pas convaincant.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2014 à 13:27 :
Encore une qui n'a rien compris et ne comprendra jamais rien!

Il ne s'agit plus de "raboter"... Il faut restructurer, c'est à dire redéfinir le fonctionnement de l'ensemble de notre système. Et en priorité notre système politique, qui fait la preuve depuis 40 ans de son incompétence...
a écrit le 22/04/2014 à 13:01 :
raboter , raboter et encore les anglais et allemands ont rabotés plus dur , les niches sociales et fiscales demeurent encore légions , les pleureuses ont leurs démarcheurs et l'assistanat continue de plus belle sur des impasses , pis encore on rabote alors que le gaz de schiste permet aux USA de sortir un peu de l'ornière financière et sociale , chez nous c'est la peur de tout , il faut manger ceci au détriment de cela , pas faire ci , pas faire cela et du coup c'est la consommation qui en prend un coup severe , pis encore au nom de la démagogie écologique on ne veut meme plus sortir de l'ornière ah si par les taxes et re-taxes et le concours lepine qui mobilise les hauts fonctionnaires et les placards a balais
a écrit le 22/04/2014 à 10:10 :
Le bateau coule et l'orchestre joue . C est désespérant de voir des politiques aussi cyniques ou inconscients .Ils n'ont donc pas compris que ce ne sont pas les efforts qui genent les français mais l'absence de perspective d'amélioration .
a écrit le 22/04/2014 à 9:55 :
gestion à minima, on peut se cantonner d'en faire qu'un peu !!! comme das toute entreprise, il faut rationaliser, réorganiser, piloter par les objectifs, les résultats, suivre et ajuster en permanence... du chinois pour ces fonctionnaires de la politique qui viennent du public où on ne gére rien, on ne manage rien, c'est roue libre permanente, on recrute et on dépense ....il faut interdire tout fonctionnaire dans le domaine politique et commencer à gérer ce mollusque inerte et obèse, cette sangsue du privé.
a écrit le 22/04/2014 à 9:50 :
si on lamet dans une entreprise, elle la coule en 3 mois. La situation dramatique dela france est due à son niveau de dépenses publique squi étouffe tout : ménages et entreprises par les impôts et charges, Et de plus ce sont des dépenses improductives et de la pure gabegie à hauteur de 200 millairds !!! de plus il suffit de supprimer l'injustice des régimes spéciaux (22 milliards de gains) pour améliorer les retraites de misère des indépendants, agriculteurs..; qui ont travaillé 70h/s et cotisé pour 2 vies de fonctionnaires... mais la gauche préfère son électorat en sommeil, merci qui ?
a écrit le 22/04/2014 à 9:46 :
inadmissible d'entendre des propos pareils par des gens payés par nos impôts mais qui refusent de gérer. Cra de qual droit peuvent refuser de s'attaquer aux 200 milliards de gains signalés dans tous les rapports, gains qui permettraient de baisser les impôts et charge set donc augmenter le pouvoir d'achat et baisser les charges. C'est refuser de gérer, il faut arréter la paye de ces incompétents et surtout les virer au plus tôt, que des prédateurs de la société pour favoriser leur électorat au chaud
a écrit le 22/04/2014 à 6:33 :
L'education ne doit plus figurer parmi les fonctions regaliennes de l'etat. En effet, le prive assure aussi bien sinon mieux que le public a eduquer nos jeunes. Il faut donc privatiser progressivement nos ecoles maternelles, elementaires, colleges, lycees, universites, grandes ecoles. Voici de reelles economies. 2014/2015: 20% des ecoles privatisees ... et quelques centaines de milliers d'enseignants en moins sur les fiches de paye de l'etat et de nos impots?
Réponse de le 22/04/2014 à 9:43 :
totalement d'accord. En dehors de la police, de l'armée, on n'a pas besoin de fonctionnaire set services en monopole qui refusent de se réformer, de gérer, d'arbitrer et nous imposent la facture maximale. Il faut payer des impôts pour les services régaliens, et ensuite chacun choisit en fonction du prix et de la qualité, l'école dite publique (payante, au lieu par nos impôts) et l'école privée, idem pour le reste. Et on va aller trés vite vers les 200 milliards de gains signalées en gabegie permanente, économies très salutaires pour relancer l'emploi
a écrit le 21/04/2014 à 23:28 :
On ne peut pas dépenser à l'infini non plus, les frais généraux de l'état deviennent démesurés, alors "Rabeauton" si je puis me permettre l'expression.
a écrit le 21/04/2014 à 22:01 :
on pourrait commencer par supprimer les sinécures politiques coûteuses et inutiles comme -le parlement européen (coût : 25 milliards pour le contriubable français)
-le sénat (350 Millions d'Euros + 18 millions pour la chaine télévision du Sénat ...)
- l'un des 2 doublons conseil départemental (70 Milliards d'Euros) / régional (30 Milliards d'Euros)
on pourrait aussi supprimer la HADOPI (500 Millions d'Euros)
on pourrait supprimer les avbantages scandaleux dont bénéficient les "Elus" en matières de fiscalité (par exemple, pouvoir déclarer séparéments les indemnités del eurs différents mandats pour bénéficier du taux lesp lus bas), en matière de retraites et d'avantages en tous genre (voyages, logement, frais de bouche),
Bref, s'il y avait 2 fois moins de politiciens, la vie serait belle ...
a écrit le 21/04/2014 à 20:47 :
d'après la photo ses dents risquent d'aller profond .
Réponse de le 22/04/2014 à 9:29 :
C'est inquiétant ça veut dire qu'elle a encore beaucoup de marge pour raboter.
a écrit le 21/04/2014 à 18:58 :
pourtant si on supprime le senat et la moitie des deputes personne ne s'en apercevra si nous rattachons la secu des mines 6000 agents à la secu personne ne s'en apercevra
les gaspillages de train de vie comme mr MORELLE,les deputes europeens qui n'assistent pas comme harleme il ne faut pas les payer .la corruption faite avec les réserves parlementaire il faut les supprimer etc etc
a écrit le 21/04/2014 à 18:18 :
Quand nous sommes actifs nous cotisons 5 % + 5 % le patron pour la retraite
Si nous travaillons 40 ans alors les 8 premières années de notre retraite sont payées
Au delà ce sont les autres actifs qui paient notre retraite = le système ne peut qu'exploser
Réponse de le 22/04/2014 à 9:32 :
Vous avez raison demandez à la caisse de retraite de vous payez que 8 années, il faut pas le dire faut le faire des aujourd'hui, vos conseils il faut vous les appliquer pour moi on verra!
a écrit le 21/04/2014 à 17:51 :
C4est une première!! Avant il fallait une réforme des retraites pour modifier le montant des retraites. Maintenant il ne faut qu'un simple coup de menton d'un premier ministre pour les réduire.Les retraites ne sont pas des marchandises que l'on peut diminuer d'un trait de plume c'est le résultat d'une vie de travail ! Il serait bon de se remettre les idées en place M.le Ministre
a écrit le 21/04/2014 à 17:33 :
On augmente massivement les impôts, on rajoute des taxes à n'en plus finir, et on a toujours autant de déficit. Cherchez l'erreur !
Réponse de le 22/04/2014 à 13:04 :
et encore le prochain gouvernement en 2017 ou avant , sortira le grand jeu pour les plus aisés , le 2me bouclier fiscal , les aides pour les pleureuses actuelles avec un pacte 2 , une taxe écolo carbone ceci prêcha numéro 3 et la dépense publique dépassera alors les 120% du pib .. tout cela pour cela finalement çà vole pas haut
a écrit le 21/04/2014 à 17:30 :
Pour les socialistes, tant qu'on n'a pas atteint l'os, on peut continuer à retirer de la viande !
a écrit le 21/04/2014 à 16:56 :
les mesures alternatives au plan Vals qu'imaginent nos socialistes atterrés ont en commun la revalorisation du point d' indice des fonctionnaires !!! C'est à l' opposé de ce qu'il est indispensable de faire à savoir baisser la masse salariale de cette éponge pléthorique improductive .
Réponse de le 22/04/2014 à 9:34 :
Quand vous irez à l'hôpital vous ou un membre de votre famille n'oubliez pas d'évoquer vos propos devant le médecin, il appréciera, mais j'en doute, l'anonymat c'est super pour écrire des propos pareils.
a écrit le 21/04/2014 à 14:49 :
Quelle malhonnêteté intellectuelle! 4,3 % de déficit! De quel rabot parle t elle? Rabotons les 6 000 000 de fonctionnaires!!!
a écrit le 21/04/2014 à 13:42 :
L'essentiel est de préserver le train de vie des bénéficiaires de l' Etat-Providence, les Enarques de Droite comme de Gauche faisant fortune après quelques années de carrière, les responsables politiques n'ayant jamais travaillé, les immigrés, les pré-retraités, les retraités avant un âge décent, ....

Cela fait beaucoup de monde, alors que notre système n'est pas réformable.

Autant le dire tout de suite à Bruxelles !
Réponse de le 21/04/2014 à 14:00 :
Pourquoi c'est Bruxelles qui commande en France ou les français ?
Réponse de le 22/04/2014 à 9:35 :
On est en 2014 plus en 1950, réveillez vous.
a écrit le 21/04/2014 à 10:57 :
bah! ce sera possible comme toujours, de raboter les plus pauvres à mort, et de ménager fortement les plus grassouillets ! quelqu'un n'avait 'il pas dit un jour dans notre histoire " on n'a qu'à taper sur le peuple, ils sont bien plus nombreux ! " rien ne change ....
a écrit le 21/04/2014 à 10:56 :
Dans la gabegie étatique et territoriale, les réserves d'économies possibles sont quasiment infinies, mais ce n'est pas une bénéficiaire qui va l'admettre.
Réponse de le 21/04/2014 à 11:21 :
et après, on nous répète " y a pas de pognon "! elle est bien bonne!il y aurait des tonnes d"économies à faire, sans compter les gaspillages en veux tu, en voilà , mais quelqu'un qui est payé grassement, ne sait pas compter.
a écrit le 21/04/2014 à 10:52 :
bah! ça sera toujours possible de raboter à mort les pauvres, tout en préservant , comme toujours les grassouillets !
a écrit le 21/04/2014 à 10:29 :
d ou interet de supprimer certains missions de l Etat , et c est la qu il n y a plus personne , mais on ne pourra pourtant plus y échapper. Il faut revoir l Etaat providence, on a changé de siècle messieurs les énarques!
Réponse de le 21/04/2014 à 11:00 :
et on fait comment pour accomplir ça?? si ce n'est à l'aide d'une révolution, on voit pas....
a écrit le 21/04/2014 à 9:39 :
Raboter du côté de l'armada d'élus. Quand on pense que la veuve d'un sénateur perçoit plein pot la retraite de son défunt mari.... Ces gens-là non aucune retenue. Quel cynisme ! Et ils donnent des leçons aux autres !!
Réponse de le 21/04/2014 à 10:59 :
et dans le privé, c'est une misère! et encore considérée comme "un cadeau", voui! voui!
a écrit le 21/04/2014 à 9:09 :
On a eu eckert on a désormais une nouvelle vision électoraliste en place. Tous nos voisins et les gens sérieux le disent après l'augmentation massive des impôts, il faut passer aux économies massives
Réponse de le 21/04/2014 à 9:42 :
Les socialistes ne savent que taxer, et distribuer à leur clientèle. Ils n'ont jamais appris à gérer. Souvenez vous des déclarations : "je ne serai pas le ministre des comptes".
Réponse de le 21/04/2014 à 11:01 :
ah! s'il fallait se souvenir de toutes ses promesses.....du vent, du vent...que du vent
a écrit le 21/04/2014 à 8:53 :
frapper vite et fort, n'épargner aucune source d'économie, faire participer tout le monde à l'effort, c'est ce qu'il nous reste à faire avant que les marchés ne nous l'imposent
En tant qu'actif ma dur"e de cotisation et mon niveau de cotisation ont augmentés pour pouvoir payer les retraités actuels. On ne pourra pas indéfiniment choisir d'agir ainsi. dans un système par répartition, ce sont les actifs qui payent pour les retraités actuels.
Avec un chômage de masse et des salaires qui stagnent, il faut bien avouer que la ressource se tarit. Le débit des cotisations en sortie se réduisant, on ne peut que ralentir la progression des retraites pour équilibrer les recettes et les dépenses. Sinon, celui qui travaille ne pourra plus payer son loyer à son propriétaire à qui il paye déjà sa retraite.
Les retraites représentent le premier poste de dépenses.
Réponse de le 22/04/2014 à 9:38 :
Je t'ai reconnu je suis ton patron passes me voir de suite je vais te raboter ton salaire de 50% tu vas immédiatement participer à l'effort national. Tes conseils je les applique de suite mais pour toi. Merci pour tous
Réponse de le 22/04/2014 à 13:08 :
oui oui , aujourd'hui c'est ceinture , mais quand la croissance va revenir et que quelques deniers vont rentrer dans les caisses , il risque d'y avoir foule pour réclamer sa dime , là ils seront dans l'effet cagnotte du gouvernement jospin .. ce sera cocasse quelque soit le gouvernement alors en place et bruxelles qui froncera les sourcils ?
a écrit le 21/04/2014 à 6:41 :
Assez de baratin. trop d'élus pour parler et ne rien faire. J'ai voté Hollande président , je me suis trompé car je comprends aujourd'hui que gauche ou droite c'est pareil . Ma petite retraite a baissé cette année cause augmentation de mutuelle .J'apprends quelle ne bougera pas cette année alors que tout augmente . Je vais me serrer la ceinture alors que tous nos politiques vont se gaver sur notre dos. Qu'ils en profitent bien car un jour peut être proche , cela changera , je l'espère quand trop de gens seront dans la M......
Réponse de le 21/04/2014 à 8:44 :
Et il vous a fallu attendre la retraite pour réaliser cela? Les Français sont hallucinants!
Plus je les connais et plus je me demande comment ce pays tiens encore debout???
Heureusement que vous comptez sur l'immigration de masse pour vous remplacer... La dernière chance de ce pays
Réponse de le 21/04/2014 à 9:08 :
nos salaires sont bloqués nous aussi, je bosse dans le privé,
Réponse de le 21/04/2014 à 11:06 :
les "vieux " gênent, c'est bien connu ! ils mangent "le pain des jeunes"...avant c'était autre chose...à présent ce sont les retraités! on se trompe de cible! c'est extrêmement dommage d'avoir de la m........devant les yeux..
Réponse de le 21/04/2014 à 11:10 :
faut dire que vous , vous êtes très perspicace! vous avez vite fait de vous rendre compte que voter tout court, ou voter pour bonnet blanc ou blanc bonnet , c'est dérisoire..Que voulez vous d'autres ont encore un petit "idéal", on ne va pas les égratigner pour cela.....attendez d'être en retraite peau de chagrin, si ça vous arrive, car parti comme c'est parti....
Réponse de le 22/04/2014 à 13:12 :
a citoyen , attendez , attendez ne partez pas , EDF plus 5% cet été , et la rétro facture en sursis , en prime avec notre grand ami poutine , le Gaz pour bientôt et cerise sur le gâteau final a la rentrée la facture des municipales .. après cela vous reprendrez bien une autre hausse au 1er de l'an avec les voeux ?..
a écrit le 20/04/2014 à 22:01 :
Pourtant, avec un nom pareil...
a écrit le 20/04/2014 à 19:05 :
Le gouvernement ne doit pas classer les retraites dans les aides sociales , les salariés ont cotisés toute leur vie professionnelle pour ça.
Qu'il fiscalise les allocations familiales et toutes les aides aux étrangers, l'aide médicale d'état, et les subventions aux associations................................et tant d'autres, les primes de nos élus....................
Réponse de le 20/04/2014 à 19:16 :
Oui mais on n'est pas dans un système de capitalisation. Donc que ça nous plaise ou non c'est bien le gouvernement qui fixe la ressource année par année
Réponse de le 20/04/2014 à 19:17 :
Faux. Dans le système par répartition, on ne cotise à aucun moment pour sa propre retraite. On cotise pour les retraités et on croise les doigts pour que les futures générations acceptent de cotiser pour nous.
Réponse de le 20/04/2014 à 22:07 :
On ne peut pas donner plus que ce que l'on a. D'où la baisse des retraites ou une augmentation de la durée de cotisations.
Quand on veut que l'Etat s'occupe de tout il faut en assumer toutes les conséquences.
Par exemple que les régimes des fonctionnaires et autres intermittents soient partiellement comblé avec les retraites complémentaires du privé c'est inacceptable mais comme on est dans un système socialiste on n'a pas le choix. La valeur du point ne cesse de diminuer pour ces retraites et ce sont les syndicats et le patronat qui rabotent.
Réponse de le 21/04/2014 à 5:52 :
Et ceux qui n'ont jamais travaillé ont tout de même droit au minimum vieillesse. Est-ce normal alors qu'ils n'ont jamais cotisé ?
Réponse de le 21/04/2014 à 9:03 :
Il ne faut pas confondre la retraite qui représente du salaire différé et le minimum vieillesse qui est assimilable au RSA pour les adultes en âge de travailler ou les allocations familiales pour les enfants. Le minimum vieillesse n’est que la manifestation pour une classe d’âge particulière d’une allocation de solidarité entre personnes physiques. Le système le plus logique (et le moins injuste) serait d’unifier cette allocation en la rendant universelle et inconditionnelle (sauf conditions d’âge et de handicap) et de la financer par une ponction uniforme (grande CSG) sur l’ensemble des revenus primaires (salaires super bruts moins cotisations retraite et chômage, retraites, indemnités chômage, revenus financiers) voire deltas stock (plus values, héritages). Pour ce qui concerne la retraite elle-même elle doit être financée par une ponction sur la production car ce n’est pas de la solidarité et c’est bien lié au salaire. Si la cotisation matérialise bien « le droit à la retraite » (on cotise pour avoir des points), en répartition il n’y a pas d’obligation à ce qu’elle finance la retraite car les retraites versées aujourd’hui n’ont aucun rapport avec les cotisations d’aujourd’hui. Vous pouvez même avoir un gros problème si un travail a été automatisé ou délocalisé alors que les personnes qui l’ont exercé sont encore là. Il n’est donc pas interdit de choisir une autre ressource, toujours liée à la production, mais faisant par exemple cotiser les machines ou les importations. Ca s’appelle la TVA et, cerise sur le gâteau, ça permettrait d’aligner la retraite moyenne sur la consommation moyenne des français ce qui est le but recherché puisque la retraite ne sert pas à épargner.
Réponse de le 21/04/2014 à 11:13 :
et , en plus étrangers" !
Réponse de le 21/04/2014 à 11:25 :
"on ne peut donner plus que ce qu'on a ..? "vous avez trouvé cela tout seul ? et les hommes politiques, pourquoi ne chanteraient -ils pas cette chanson, avec ce qu'ils sont honteusement payés? et sans résultat ! c'est vrai, qu'ils n'ont pas les mêmes valeurs "que nous autres, petits pékins..
Réponse de le 21/04/2014 à 14:12 :
C'est une évidence que les retraites sont des aides sociales.....
a écrit le 20/04/2014 à 18:56 :
Encore une incompétente idéologue ... si elle savait les énormes gisements à raboter qu'il existe dans ce pays , à commencer par tout ce qui touche la sphère publique ... mon dieu , la pauvre
a écrit le 20/04/2014 à 16:47 :
Qu'ils commencent par bloquer les avancements a l’ancienneté dans le public. Et passer au mérite! Unifier tous les régimes de retraite et faire un seul statut de salarie le CDI. Plus de statut fonctionnaire a vie, plus de retraites a des ages différentes: tout le monde part a 65 avec des règles uniques pour tout le monde!
Réponse de le 20/04/2014 à 22:09 :
Mais c'est pas gagné
Réponse de le 21/04/2014 à 11:15 :
ça ne les intéresse pas de faire ça !
a écrit le 20/04/2014 à 15:44 :
Qu'ils commencent par renoncer aux 60 000 embauches dans l'Education nationale et à y supprimer 60 000 postes de plus par an chaque année, avant de se demander si on peut raboter entre l'infini et le néant...
Réponse de le 20/04/2014 à 19:13 :
Si on avait un système de gestion adapté on verrait tout de suite que le coût de l'année-élève du primaire est inférieur à la moyenne de l'OCDE alors que c'est le contraire dans le secondaire. On en déduirait qu'il faut en effet recruter des professeurs des écoles mais qu'il faut par contre une réforme des contenus dans le secondaire pour améliorer l'efficacté de cet enseignement...
a écrit le 20/04/2014 à 15:23 :
Nous n'avons même pas le thermomètre permettant de savoir si notre déficit est imputable à une mauvaise gestion des pérateurs publics à unités d'oeuvre constantes ou bien imputable au fait que trop de personnes profitent de ces unités d'oeuvre sans les payer. La première chose à faire serait de reconstruire un mécanisme financier plus transparent en asservissant davantage les dépenses à des recettes adaptées.
a écrit le 20/04/2014 à 14:37 :
Avec un tel nom Valérie peut difficilement s'opposer à un rabotage du budget !
a écrit le 20/04/2014 à 13:30 :
Désolé, tant qu'il y a de la matière, et vu le déficit il y en a à foison, on peut raboter... La question est de savoir à qui doit aller la création de richesse: à ceux qui la créent ou à tout un tas d'oisifs qui profite sans aucune contrepartie à aucun moment de leur vie. Il y a également les investissements publics qui pèsent énormément et quand on voit l'aménagement du territoire, nul doute que de gigantesques économies peuvent être faites... Donc oui rabotons tout ce que l'on peut et le plus vite possible pour redonner du pouvoir d'achat aux créateurs de richesse, en abaissant les charges sur le travail, et notamment salariales !
Réponse de le 20/04/2014 à 14:01 :
Vous oubliez qu'il faut aussi "raboter" l'assistanat permanent en direction des entreprises pour donner davantage de pouvoir d'achat aux clients-salariés des entreprises, les clients étant les seuls à créer de la richesse, en particulier celle des entreprises par leurs achats. Comment vous faire comprendre qu'une entreprise sans clients crève?
Réponse de le 20/04/2014 à 16:52 :
exportation on appel ca
a écrit le 20/04/2014 à 12:04 :
Elle a raison, il faut maintenant essayer de raboter autre chose: par exemple le nombre de députés/sénateurs, le nombre de commissions theodules, le conseil économique et social qui ne sert qu'à replacer les copains, etc... Il y a beaucoup d'économies à faire !
a écrit le 20/04/2014 à 11:39 :
"Sans franchise médicale"? Elle n'est au courant de rien et parle sans savoir. Effrayant de voir l'incompétence de ces gens que nous payons grassement.
a écrit le 20/04/2014 à 11:34 :
Le problème n'est pas de raboter (à l'infini ou pas)... mais de redéfinir le rôle de la fonction publique et son organisation, son cout et ses effets !! Est-ce le rôle des hôpitaux d'accueillir les petits bobos, ets-ce le rôle des enseignants d'éduquer au lieu d'instruire, est-ce le rôle de l'état d'encourager l'oisiveté et dissuader de bosser, etc
Réponse de le 20/04/2014 à 19:22 :
Oui il faut redéfinir les rôles : d'une part produire des services (éventuellement en concurrence) et les faire payer au juste tarif (en finir avec le concept idiot du service public gratuit) et d'autre part organiser la solidarité entre personnes (notamment pour que les pauvres puissent s'acheter les services publics ou privés nécessaires à la survie)
Réponse de le 22/04/2014 à 9:41 :
Vos exemples ne sont pas bons vous vous travaillez dans une entreprise virtuelle, le chiffre 9

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :