"Il est temps que cette grève s'arrête" (Valls)

 |   |  249  mots
Nous avons abouti à un texte de loi qui refonde la SNCF, qui permet à la SNCF de préserver ses grandes missions de service public a justifié le Premier ministre au micro de France Inter. Reuters
"Nous avons abouti à un texte de loi qui refonde la SNCF, qui permet à la SNCF de préserver ses grandes missions de service public" a justifié le Premier ministre au micro de France Inter. Reuters (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre s'impatiente face à la grève des cheminots qui a dépassé hier soir les 10 jours. Il appelle à nouveau les grévistes à reprendre le travail, considérant avoir fait des concessions suffisantes.

Elle a déjà coûté plus de "160 millions d'euros", soit "15 trains neufs" a rappelé le patron de la SNCF Guillaume Pépy quant à la grève. Une note salée qui incite Manuel Valls à hausser encore un peu le ton. Le Premier ministre Manuel a estimé vendredi qu'il était "temps que la grève à la SNCF s'arrête". 

"La grève doit avoir un sens, ses motivations profondes doivent être comprises, ça n'est pas le cas là, donc il faut que cette grève s'arrête", a-t-il dit sur France Inter. "Ces jours de grève ont nui aux finances de la SNCF, à l'économie de notre pays, ont perturbé la vie d'usagers, d'étudiants, il a fallu une mobilisation exceptionnelle des agents de la SNCF et de l'Education nationale", a souligné le Premier ministre.

La réforme ferroviaire amendée jeudi soir

Le mouvement des cheminots, reconduit vendredi, décline au fil des reprises du travail votées par les assemblées générales des grévistes. Ces derniers sont hostiles à la réforme ferroviaire que les députés ont amendé lors de l'examen du texte achevé jeudi soir.

"Nous avons abouti à un texte de loi qui refonde la SNCF, qui permet à la SNCF de préserver ses grandes missions de service public, (...) qui préserve le statut des cheminots", a indiqué Manuel Valls, rappelant que le texte de loi avait été discuté entre la direction de la SNCF, le gouvernement et "tous les syndicats".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2014 à 8:28 :
il serait temps aussi qu'il s'en aille.
a écrit le 20/06/2014 à 19:49 :
Il est surtout temps que nous changions de gouvernement. Allez les cheminots, je suis avec vous...et tant pis pour ceux qui ne comprennent pas que leur intérêt est d'être solidaire. Le droit de grève est un principe démocratique que chacun se doit de préserver. Quelque soit l'entreprise, chacun d'entre nous doit se protéger des politiques destructrices.
Réponse de le 21/06/2014 à 11:44 :
D'accord avec vous. + 1000
a écrit le 20/06/2014 à 16:50 :
et le droit de greve que font ils avec le ps les defenceur des salarie
bla bla bla
ils sont au pouvoir ils font pire de la doite
a écrit le 20/06/2014 à 16:22 :
Il était temps qu'on ait un premier ministre qui gouverne
a écrit le 20/06/2014 à 14:37 :
Sur la photo on a l'impression qu'il est à une corrida, réveille toi on est en France.
a écrit le 20/06/2014 à 14:25 :
pour le meme prix pour les contribuables ....il faut SUPPRIMER LES REGIMES SPECIAUX les sondages 70 % pour la gauche
a écrit le 20/06/2014 à 13:06 :
Manolo devrait envoyer pour les mater ses milices antifas, ses potes de la Hell DJ et quelques hystériques dépoitraillées, histoire de rameuter les photographes !
a écrit le 20/06/2014 à 12:59 :
Je me souviens de toutes ces grèves qui faisaient jubiler les socialistes quand ils étaient dans l'opposition.. Mais, au fait, que craint notre 1er ministre, ces manifestants ne sont-ils pas son électorat ? Alors, qu'il en profite pour faire toutes les réformes qu'il veut, son électorat lui restera fidèle.
a écrit le 20/06/2014 à 10:29 :
Evidemment, la grève à la SNCF c'est beaucoup plus marrant quant c'est la "droite" qui est au pouvoir !!
Réponse de le 20/06/2014 à 11:24 :
En encourageant en son temps le désordre, cette gauche humaine et honnete s'est toujours délectée avec jubilation des crises à gérer d'un pouvoir de droite provocateur et injuste. Maintenant, Messieurs vous y etes au pied du mur avec une m.... à une hauteur bien supèrieure à celle des ergots du coq!
a écrit le 20/06/2014 à 9:57 :
En 2019 les usagers auront le choix de la compagnie ferroviaire pour voyager et à partir de cette année la sncf fera comme la sncm de Marseille ne fera que dépérir pour le bien des finances de l'état français et les contribuables. Que du bonheur !!!
Réponse de le 20/06/2014 à 10:58 :
Benh oui, dans quelque temps on achètera notre billet de train à Corsica Ferries!!
a écrit le 20/06/2014 à 9:41 :
Et bien puisque la grève dure depuis 10 jours, autant continuer à réformer, que risque-t-on ? Il faudrait que les cégétistes comprennent une bonne fois qu'en allant trop loin ils peuvent tout perdre, tant qu'un gouvernement n'aura pas les tripes de savoir jouer lui aussi du bras de fer on n'en sortira pas.
Réponse de le 20/06/2014 à 10:02 :
Tu dois en prendre un paquet de suppositoires de ton patron. Continue.
Réponse de le 20/06/2014 à 14:10 :
Vous faites la grève à mon insu, celle du peuple français.j'ai été forcé de prendre des jours de congé et je ne serai pas payé de mes heures de retard. Pire, mon neveu a failli ne pas pouvoir passer son bac. Il faudrait que les associations de parents d'élève et celles des usagers de la SNCF porte plainte contre vos syndicats et les oblige à payer les conséquences de vos actes. Si vous aviez fait grève en faisant rouler les trains mais sans faire payer les voyageurs, ça n'aurait impacté que la SNCF et l'état. Mais vous vous en prenez aux usagers, aux français donc.en ce sens , vous êtes responsable devant la loi et le droit épode grève ne vous protège plus.
Réponse de le 20/06/2014 à 14:31 :
déçu certainement ....la CGT N EST PAS MAÎTRE DU MONDE nos concurrents rigolent..... se gavent ....nous en sommes au début merci aux syndicats

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :